« Offshore Leaks » : le curieux tri sélectif du Monde | Causeur

« Offshore Leaks » : le curieux tri sélectif du Monde

Au lieu de balancer tout le monde ou personne, on choisit ses victimes

Auteur

Luc Rosenzweig

Luc Rosenzweig
Journaliste.

Publié le 11 avril 2013 / Médias Politique

Mots-clés : , , , ,

monde mediapart cazeneuve

Dans l’hystérie générale provoquée par l’affaire Cahuzac, la course morbide au « plus transparent que moi, tu meurs ! », le journal Le Monde vient d’apporter une touche d’hypocrisie qui devrait marquer, et pas d’une pierre blanche, l’histoire de ce prestigieux quotidien.
Le journal de Natalie Nougayrède (il faudra s’habituer à le désigner ainsi, jusqu’à nouvel ordre, ce qui permet de tenir ce brave Auguste Blanqui hors du coup) s’est fait le distributeur en France des produits d’une multinationale du journalisme d’investigation. L’ICIJ (Consortium international du journalisme d’investigation) est une officine sise à Washington qui a été le réceptacle de milliers de documents relatifs aux paradis fiscaux fournis par d’anciens employés de blanchisseries exotiques d’argent baladeur. C’est pain bénit pour Le Monde, qui peut ainsi échapper aux foudres de l’imprécateur en chef de chez Médiapart : nous aussi on est cap’ de faire tomber des têtes et des grosses, même si elles sont proches d’un pouvoir dont nous avons favorisé l’avènement ! Les millions de fiches, listings, mails dérobés par les «  lanceurs d’alerte » révèlent quelques centaines de noms bien de chez nous ayant pratiqué l’optimisation fiscale dans des conditions qualifiées de « grises », c’est-à-dire pouvant aller de la limite de la légalité à la fraude fiscale caractérisée. Le phénomène était loin d’être inconnu, et quelques rapports parlementaires récents (dont celui de Vincent Peillon et Arnaud Montebourg en 2002) avaient signalé l’ampleur du problème, sans que cela ne permette de mettre un terme à ces pratiques condamnables.
Les documents en possession du Monde mettent des noms, sinon des visages, sur ce monde de la finance baladeuse dont notre président de la République avait fait son ennemi personnel. Parmi ces noms, le quotidien de Natalie Nougayrède choisit d’en livrer deux en pâture à  ses lecteurs. Il s’agit de Jean-Jacques Augier, un proche de François Hollande, qui fut son trésorier de campagne lors de la présidentielle, et de feu Elie de Rothschild, membre décédé d’une illustre famille. Jean-Jacques Augier, qui fait des affaires avec des Chinois, était actionnaire d’une société domiciliée aux îles Caïmans, paradis fiscal notoire. Cette révélation est destinée à mettre François Hollande dans l’embarras, en montrant que cette finance sans visage qu’il pourfendait au Bourget était présente dans son entourage immédiat. Même motif, même punition que dans l’affaire Cahuzac : Hollande est soit un fourbe, s’il connaissait les manigances de son argentier de campagne, soit un gros naïf, s’il les ignorait.
La mise en cause d’Elie de Rothschild relève d’une autre intention. Même mort, un Rothschild est vivant comme porteur d’un nom qui symbolise depuis deux siècles et demi la haute finance mondialisée (et accessoirement, mais on a tendance à l’oublier, l’essor économique de la France au XIXe siècle). Mettre en cause un Rothschild dans des affaires financières louches, ce n’est pas nouveau, et c’est toujours d’un bon rapport qualité-prix. Le signifiant Rothschild se suffit à lui même pour mobiliser les affects du peuple, avec les remugles antisémites associés.
Les notaires, bouchers en gros, promoteurs immobiliers de nos belles provinces qui avaient eu ces derniers jours quelques insomnies après la lecture du Monde peuvent retourner sereins à leurs activités habituelles. Dans sa grande magnanimité, Mme Nougayrède a décidé de leur épargner la honte du pilori en place publique. Mieux, mise au défi par le ministre du budget Bernard Cazeneuve de communiquer à la justice les faits délictueux dont Le Monde a pu avoir connaissance dans le cadre de l’opération « offshore leaks », elle a répondu qu’elle ne mangeait pas de ce pain-là dans un éditorial d’une haute tenue morale. Au Monde, on n’est pas Médiapart, on ne balance pas, sauf ceux dont on a décidé, tout seul comme des grands, qu’ils le méritent.

*Photo : clasesdeperiodismo.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 19 Avril 2013 à 10h20

      Gérard Couvert dit

      Ce torchon n’a jamais cessé d’être pétainiste, comme son fondateur (école d’Uriage) qui trouvait que si “Monsieur Hitler fait Europe et bien tant mieux !”

    • 11 Avril 2013 à 13h47

      ACL dit

      Le Monde a toujours soutenu une propagande et une manipulation de gauche et d’extrême gauche.
      Pourquoi changerait-il ?

    • 11 Avril 2013 à 13h21

      gafaroun dit

      Ah! “L’optimisation fiscale”! Sous entendu, “C’est pô bien”! Quel salaud, ce mec (pas Cahusac, n’importe qui en général) qui profite de la loi pour payer moins d’impôts! Alors, dites moi, Messieurs les juges de la moralité républicaine, écocitoyenne, responsable et durable, quand vous faites un don à une association, vous ne le reportez pas dans la case ad hoc pour bénéficier de 66% de réduction d’impôt?…
      Et quand vous investissez quelque part, vous choisissez, bien sûr les placements où vous payerez le maximum d’impôts pour en faire profiter le reste du pays, je n’en doute pas!…

    • 11 Avril 2013 à 11h24

      fabien dit

      C’est le point le plus fascinant dans les derniers scandales de la république : leur côté très sélectif.
      Un ministre est cloué au pilori pour l’utilisation des HLMs de la ville de Paris alors que d’autres continuent à bénéficier de cette faveur dans l’indifférence générale.
      Ensuite c’est Boutin qui se fait taper dessus pour un rapport grassement payé sans qu’il soit un instant question de faire cesser la pratique.
      Maintenant c’est au tour de Cahuzac, puis d’Augier sans qu’on ait la moindre idée de la raison précise qui leur vaut cette disgrâce.
      On voudrait renforcer les tenants de la théorie du complot qu’on ne s’y prendrait pas autrement.
      Mais il y a surtout moyen que ça nous permette de goûter les joies de l’état FN juste après celles de l’état PS…

      • 11 Avril 2013 à 12h33

        eclair dit

        @fabien
        cahuzac c’est son divorce qui a provoqué sa chute.
        Le FISC fait toujours des ravages lors des divorces. 

        • 11 Avril 2013 à 12h45

          Lady dit

          Sa femme blessée l’aurait dénoncé au fisc?! Ah, amour-possession quand tu nous tiens!… le vaudeville règnera et tant mieux pour “l’animation”.

    • 11 Avril 2013 à 9h32

      kravi dit

      Les journalistes sont, à une écrasante majorité de gauche. 
      « N’est-il pas étonnant au sein d’une démocratie, notait Philippe Cohen, que 6 % seulement des journalistes osent se déclarer électeurs de droite, quand on estime qu’au moins 50 % des Français votent ainsi ? Ou que 87 % des journalistes s’affirment favorables à la régularisation automatique de tous les “sans-papiers” ? Il faudrait être quelques peu naïf, après cela, pour s’étonner du fossé, abyssal, qui se creuse entre la caste journalistique et la population. »
      Le baromètre annuel de confiance dresse une grave perte de crédibilité des journalistes français auprès de la population.
      Voilà qui va les remettre en selle…
      E.Lévy et A.Finkielkraut sur ce thème :
      http://radiorcj.info/diffusions/lesprit-descalier-12/

      • 11 Avril 2013 à 9h46

        Naif dit

        Je ne suis pas celui que je prétend être ?
        les journaliste ne si fichent de leur crédibilité la seul chose qui les interressent c’est l’argent et le pouvoir 

    • 11 Avril 2013 à 9h18

      Naif dit

      lorsqu’un organe de presse fait de la délation une fierté ce n’est plus la peine de se poser des questions, mais de se demander quand ?
      Quand sortiront nous de cette dictature ? Jusqu’où iront nous avant que ces délateurs soit confrontés à leurs justiciers ? 

      • 11 Avril 2013 à 9h28

        Eugène Lampiste dit

        on en revient à la question de mélenchon à pujadas :

        pourquoi tel ou tel média n’enquête jamais sur telle ou telle personne ou telle ou telle entreprise ? 

        • 11 Avril 2013 à 9h42

          Naif dit

          l’absence de réponse permet de mettre en doute et d’imaginer n’importe quel arrangement entre des médias largement subventionnés et toujours avide de plus de subventions et un pouvoir accroché à une image fallacieuse mais plus valorisante que la réalité

        • 11 Avril 2013 à 9h43

          Naif dit

          Tout ce petit monde vit en vase clos jusqu’au jour ou quelqu’un briseras le vase !
          ( et ne me faite pas le coup du vase de Soisson parce que sinon je vous parlerais de la vase de poisson !)