Mail Facebook Twitter RSS

Inscrivez-vous à la Newsletter

Recevez chaque lundi la synthèse de l'actualité de toute la semaine



X

Mathieu Laine : Nos impôts découragent l’effort

Entretien avec l’essayiste Mathieu Laine 2/2

Publié le 31 janvier 2013 à 15:00 dans Économie Politique

Mots-clés : ,

mathieu laine impots

Retrouvez la première partie de l’entretien ici.

Au fond, on dirait que l’inégalité économique ne vous pose aucun problème…

Il est difficile de répondre à une question aussi fondamentale sérieusement et brièvement ! Mais partons du fait qu’une société libre basée sur le commerce pacifique donnera toujours naissance à des inégalités de revenus pour la simple raison que chaque individu a une histoire, des capacités et des aspirations qui lui sont propres et qui sont différentes de celles de son voisin. Deux choses sont importantes : d’une part, l’échange libre crée la richesse. Nous bénéficions tous du commerce, même et surtout ceux qui ont des capacités moindres que les autres. En d’autres termes, la pauvreté est bien plus grande lorsque les individus vivent en autarcie ou lorsque la société est tribale. Dans une société libre, l’individu ne peut s’enrichir que par l’échange et le service d’autrui, par l’innovation et le travail.

Mais dès lors que les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres, les riches ne sont-ils pas responsables de la pauvreté ?

Cette idée fausse vient du temps où la richesse était le résultat de la domination par la force. Dans une société commerciale libre, ce n’est pas le cas. La richesse ne s’acquiert que par la satisfaction du client dans l’échange. Ainsi, dans l’échange, toutes les parties s’enrichissent. C’est pour cela que la société moderne a vu l’arrivée des classes moyennes  – un phénomène inconnu des époques antérieures.

Soit. L’État n’en a-t-il pas moins le devoir de réduire les écarts de richesse à travers sa politique de redistribution ? 

Vouloir ce qu’on n’a pas est une tentation permanente et universelle, c’est bien pour cette raison que « ne pas convoiter le bien d’autrui » est l’un des Dix Commandements. On ne rend pas cette tentation plus légitime ou honorable parce qu’on fait appel à la redistribution étatique pour la satisfaire. Au contraire, tout système de redistribution basé sur la coercition étatique cautionne l’idée qu’il y a, à la base de la société, une lutte des classes permanente

[...]

*Photo : wikipedia.

voir les commentaires / réagir         envoyer
 

Article publié dans Causeur et réservé à nos abonnés.
Pour le lire dans son intégralité...

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 

Nos offres

A lire aussi

La rédaction de commentaires nécessite d'être inscrit

18

Déjà inscrit, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 
  • 21 Février 2013 à 16h04

    Lauro dit

    La France est une exception européenne. Dans la plupart des autres pays, la mentalité est totalement différente, tant et si bien que même un pays ordinaire semble être un paradis fiscal ! Si rien ne change en France, elle finira dans le mur et définitivement

    Blog : http://bougerlafrance.kazeo.com/

  • 8 Février 2013 à 19h00

    Lama1998 dit

    Au sujet des impôts comme sur des tas d’autres sujets, où l’on a pu voir la droite juppé les augmenter et la gauche fabius les baisser… Pensez-vous que le concept de droite et de gauche a-t-il encore un sens au XXIème siècle ? Venez faire le débat ici http://bougerlafrance.kazeo.com/

  • 6 Février 2013 à 22h19

    TP dit

    Nos impôts découragent l’effort.
    C’est parfaitement vrai.
    J’en veux pour preuve cette brillante démonstration que je dois à un ami russe, un grand démocrate avec qui je collabore volontiers.
     Si Gérard soulève une tasse de café pour une réclame à la télévision russe, son effort lui rapporte en une seconde le salaire mensuel d’un ouvrier russe.
    Si Gérard soulève une bouteille de vodka pour une réclame à la télévision russe, son plus grand effort lui rapporte en une seconde six mois des revenus d’un ouvrier russe, car la bouteille est plus lourde que la tasse, vous l’avez.
    Sachant que tous les citoyens russes sont soumis à la “flat tax” de 13%, dans la première réclame Gérard paiera un douzième de l’impôt annuel de l’ouvrier et dans la seconde il paiera six douzièmes du même impôt, soit 50% !
     Entre un douzième et 50%, y’a pas photo! cqfd !
    Moralité: si Gérard veut payer moins d’impôts, il doit faire moins d’efforts et en prime, il deviendra sobre.

    • 6 Février 2013 à 22h28

      eclair dit

      TP:
      Dans un cas il touche 88% du salaire mensuel
      Dans l’autre 3 salaires mensuels.

      Soit vous savez pas calculer soit vous êtes idiot.
      Entre payer 12% d’impots et ganer 88% d’un mois de salaire ou payer 50% d’impots et gagner 3mois de salires . Pour le même temps de travail.
      Il n’y a qu’un idiot pour refuser parce qu’il paie plus d’impôts. 

    • 7 Février 2013 à 1h31

      TP dit

      @Eclair
       Alors Depardieu ou Arnault sont des idiots. 0,13*12*salairemensuel=12*0,13*salairemensuel= impôt annuel (cf. commutativité de la multiplication).
      Pour un mois de salaire, l’impôt est donc de 0,13*salairemensuel, soit 1/12 de l’impôt annuel.
       Pour six mois de salaire, l’impôt est donc de 6/12 de l’impôt annuel, soit 50%.
       C’est le principe très simple de la “flat tax”.
      Si dans une seconde, je gagne un salaire, il m’en reste 87% après impôt. On me confisque 13% de mon gain.
      Si dans une seconde, je gagne six salaires, il m’en reste 50% après impôt. On me confisque la moitié de mon gain.
       J’ai donc intérêt à ne pas faire d’efforts.
      L’impôt décourage l’effort, c’est parfaitement vrai, qu’il soit à taux fixe ou à taux progressif.
       C’était le but de la démonstration, un peu ironique il est vrai (voir mon post précédent).  

      • 7 Février 2013 à 6h26

        eclair dit

        @TP

        Je pose les choses salaire mensuel 1 000 
        Travail 1s pour 1 000 : impot 130      GAGNE  870
        Travail 1s pour 6 000   impot 3 000   GAGNE  3 000

        Tu as le choix pour 1 s de gagner 88% ou 300% du salaire mensuel.
        Tu choisis quoi  ?

        C’est quoi cette manie  de compter les impôts payé et pas ce qu’on vas gagner? 

      • 8 Février 2013 à 1h23

        TP dit

        @eclair
        Bonne question. 
        L’impôt n’est pas ce qui te reste, mais bien ce que l’on te prend.
        Ton travail VAUT 6000. On te PREND 3000.
        Tu n’as pas gagné 3000, tu as perdu la moitié de la valeur de ton travail !
        Plus mon revenu est élevé, c’est à dire plus je fais, en principe, d’effort (intellectuel, physique, de production, d’investissement), plus on m’en prend.
        A partir d’un certain seuil, et c’est psychologique, tu dois te demander pourquoi tu travailles.
        D’où la notion d’impôt “confiscatoire” dont on parle tant.
         Si je suis imposable en France et que j’ai la chance d’être dans la tranche à 75%, même s’il m’en reste largement plus que l’ouvrier, je vais tousser un peu… Et aller me soigner ailleurs!
        C’est de l’égoïsme, mais l’égoïsme est le moteur du libéralisme, c’est à dire du système économique prévalant.
        L’usage que l’on fait de l’impôt et son rendement ne sont pas perçus de la même manière par l’individu-contribuable et par l’Etat. 
        Mais la question n’est pas là et la réponse l’est encore moins…
        Le problème à résoudre est de quantifier correctement la valeur du travail. 
        A savoir si l’apparition télévisuelle de Gérard pour vanter les qualités du café “Macheprot” ou de la vodka “Schmutz” VAUT AVANT IMPÖT plus ou moins que le travail de l’ouvrier qui forge une charrue, par exemple.
        Quand Zlatan gagne en un an ce que je gagne en un siècle, je peux me poser des questions… Même avant mes cent ans !
        Une fois ce préalable établi, on pourra parler plus clairement de la pertinence de l’impôt.
        C’était le fond de ma ” brillante” démonstration, par ailleurs largement bidon. 

  • 6 Février 2013 à 10h30

    onethemars31 dit

    En france nous sommes noyer par les taxes et impots ! apres faut pas s etonner que les industrie delocalise pour aller voir ailleurs !

    • 6 Février 2013 à 10h36

      eclair dit

      @onethemars31
      Soyons joueuraugmentons le revenu des français de 30% à prix constant. Vous savez ce qui arrivera? L’offre ne pourra pas suivre la demande et des pénuries s’installeront et il y aura augmentation des prix.
      Dans tout les cas les prix augmenterons votre niveau de vie ne s’amélioreras pas.

  • 6 Février 2013 à 0h39

    TP dit

    L’impôt est “confiscatoire” dès le premier centime.
    La loi fixe les modalités de son recouvrement (art. 34 de la Constitution). On est donc “au courant”.
     Ceux qui se plaignent d’être trop “confisqués” devraient se poser la question de savoir si leurs revenus ne sont pas confiscatoires de ceux des salariés les plus modestes. Même s’ils n’ont pas de grand talent et qu’ils soient facilement remplaçables, une employée de maison ou un sidérurgiste sont aussi utiles à l’économie ou plus généralement à la société qu’un acteur de cinéma ou un sportif professionnel.
     Au reste, si le revenu était simplement proportionnel au talent, Serge Haroche, Cédric Villani ou Pierre-Louis Lions devraient être milliardaires.
     Cette question a été posée et est encore posée par des capitalistes flamboyants comme Henry Ford, Bill Gates ou Warren Buffett.
     Il n’est pas anodin que ces interrogations viennent de citoyens d’un pays champion de l’économie libérale. Ils posent clairement la question de la pertinence des revenus surréalistes et surtout de la conséquence sociale d’un écart exagéré entre les revenus.
    Implicitement ou explicitement, ils évoquent la lutte des classes. Ce n’est pas anodin non plus.
    Dans un système économique libéral et mondialisé, on voit mal quelle alternative à l’Etat, c’est à dire à l’impôt, pourrait jouer un rôle régulateur.

  • 4 Février 2013 à 13h26

    pascal.solal@cegetel.net dit

    Le libéral de service. Inintéressant. Il ne cherche même pas à essayer d’être convaincant.

  • 3 Février 2013 à 17h46

    Saul dit

    Belle propagande….
    et entièrement d’accord avec Panpan.
    Il faut s’appeler Kaplan pour croire qu’il y a égalité entre consommateur et vendeur. Que la pub n’est seulement que de “l’information”…
    ah les jolis contes de fées…

  • 3 Février 2013 à 17h23

    Georges_Kaplan dit

    panpan2017,
    « Ce brave bébé pense sans doute que nous vivons dans un monde ou le consommateur decide de ce qu’il achete. »
    Pourquoi ? Vous ne décidez pas de ce que vous achetez ? Ou est-ce que vous n’achetez rien ? 

  • 31 Janvier 2013 à 19h06

    Théodore Plouf dit

    En bas de chez moi , il y a une grande place et le Dimanche tous les Cafés étaient fermés .
    C’était plutôt tristounet un peu comme une journée sans pain ou un Dimanche aprés-midi pluvieux .
    Récemment un Marché Dominical a vu le jour et ce Marché est devenu trés populaire et évidemment les propriétaires de ces cafés se sont empressés d’ouvrir vu
    l’ affluence le Dimanche matin et certains qui préférent se réserver cet journée de repos se sont même arrangés pour se faire remplaçer le Dimanche matin .
    En tout cas le chiffre d’affaire de ces Cafés a augmenté un peu , les gens sont contents d’y faire un tour et d’y dépenser quelque argent .
    Evidemment tous les cafés sont différents en ce qui conçerne le confort , l’acceuil du Tavernier ou la Beauté de la serveuse .
    Le pourboire gagné y est aussi différent probablement .

    Tous ce mouvement du Dimanche matin je l ‘appellerais volontiers ” La Loi du Marché “.

  • 31 Janvier 2013 à 17h02

    kravi dit

    Est-ce que les responsables du site savent que, si l’on clique sur le lien « imprimer l’article », nous avons un bel écran blanc une fois sur trois ?

  • 31 Janvier 2013 à 16h26

    panpan2017 dit

    Ce type est un aveugle volontaire ” Dans une société commerciale libre [... la ] richesse [n'est plus ] le résultat de la domination par la force”.
    Il faut etre aveugle et sourd, ou parfaitement idiot pour croire cela, ou alors il faut reconnaitre que nous ne sommes pas dans une societé commerciale libre.
    Ce brave bébé pense sans doute que nous vivons dans un monde ou le consommateur decide de ce qu’il achete.
    Et dire que ce sont les gens “de gauche” (enfin, pour ce qu’il en reste) qui sont supposés vivre dans un monde de bisounours.
    Et dire que ce sont des types comme ca qui enseignent a nos enfants….

  • 31 Janvier 2013 à 16h14

    panpan2017 dit

    Autant les questions de D. Boughezala sont brillantes, autant les réponses de M. Laine sont affligeantes.
    Bienvenu dans l’univers des décérébrés…    Ça ferait peur si on ne s’y était pas habitué. 

    • 31 Janvier 2013 à 17h05

      gafaroun dit

      C’est amusant parce que mon appréciation était exactement inverse (sauf que je laissais à M. Boughezala le bénéfice du doute quand à jouer l’avocat du diable avec ses questions convenues)…