Mariage homo : de quel droit ? | Causeur

Mariage homo : de quel droit ?

À chaque lobby sa loi…

Auteur

Anne-Marie Le Pourhiet

Anne-Marie Le Pourhiet
Juriste spécialiste de droit constitutionnel, professeur de droit public à l’Université de Rennes I

Publié le 31 janvier 2011 / Société

Mots-clés :

Les associations d’homosexuels ont donc feint, comme l’on pouvait s’y attendre, d’être « déçues » par la décision du Conseil constitutionnel du 28 janvier 2011 constatant que la Constitution française n’impose nullement d’ouvrir la possibilité de se marier à deux individus du même sexe. Nulle personne sensée n’avait pourtant imaginé que l’institution de la rue Montpensier, que l’on dit composée de “Sages”, allait se mettre soudain à faire divaguer la Constitution, comme le fait souvent la Cour européenne des droits de l’homme en livrant de la Convention du même nom des interprétations pour le moins constructives et fantaisistes. Il se trouve d’ailleurs que la Constitution française est absolument muette sur le mariage et que son article 34 se borne à renvoyer à la loi le soin de “fixer les règles concernant l’état et la capacité des personnes, les régimes matrimoniaux et les libéralités”.

Mais les avocats des deux lesbiennes requérantes et des associations qui les soutiennent y sont évidemment allées de l’éternelle rhétorique victimaire utilisée par toutes les militances catégorielles pour demander au Conseil de mettre un terme à l’odieuse discrimination dont seraient victimes les homosexuels du fait d’une législation civile attentatoire au principe constitutionnel d’égalité des citoyens devant la loi.

Seulement, la question juridique n’est, en l’occurrence, pas du tout celle-là. La loi française, en effet, ne prive pas une catégorie de personnes de l’accès à un “droit” qu’elle aurait créé. Il se trouve que le mariage n’a jamais été conçu autrement qu’entre un homme et une femme, seuls capables d’engendrer, et qu’il ne se définit donc pas en dehors d’une relation hétérosexuelle. Il est exclusivement la consécration institutionnelle de celle-ci. Ce que résumait Renaud dans une jolie chanson : “Même si j’étais pédé comme un phoque, je n’serais jamais en cloque.”

Le monopole hétérosexuel du mariage n’est donc pas le fruit d’une législation arbitraire, discriminatoire et “hétérocentriste”, il est tout simplement sa définition même, de telle sorte que Jacques Chirac n’avait souffert d’aucune “absence” en parlant de “parodie de mariage”. Il ne peut s’agir que de cela, en effet, et les images du fameux « mariage de Bègles », évoquant celui de Thierry Le Luron et de Coluche, semblaient sorties de ces peintures haïtiennes représentant les mariages burlesques des carnavals antillais.

La loi française n’est donc pas discriminatoire, le traitement différent de situations différentes n’étant évidemment pas prohibé par le principe d’égalité, sauf à prétendre aussi abroger la condition d’âge nubile, autrefois fixée à la puberté et aujourd’hui à la majorité. Ce que veulent les militants homosexuels, c’est tout simplement faire changer le sens même du terme de mariage pour lui faire dire ce qu’il n’a jamais pu vouloir dire.

La question fondamentale est donc celle du sens et de la fonction du droit dans une société. Sans doute le droit sait-il depuis longtemps créer des fictions dont l’adoption est l’exemple type, mais il s’efforce toujours de les rendre vraisemblables et de ne pas s’écarter de la réalité possible. Faut-il aller toujours plus loin dans l’artificialisme en satisfaisant toujours plus de revendications aberrantes au nom d’un prétendu “progrès” et de la reconnaissance de droits illimités ou refuser rationnellement l’institutionnalisation de ce qui n’est tout simplement pas vraisemblable ?

Dans un article du 3 juillet 2010 consacré aux passions de certains individus pour leurs animaux domestiques, le journal Marianne faisait part du mariage d’un individu humain de sexe masculin avec sa chatte prénommée Cécilia. L’on sait, en effet, que des juristes anglo-saxons s’interrogent sur les moyens de léguer un héritage à un animal tandis que le mouvement de l’écologie profonde réclame, derrière l’américain Peter Singer, la rédaction d’une Déclaration universelle des droits des grands singes. Le Traité de Lisbonne a amorcé un pas en ce sens en stipulant que “l’Union et les États-membres tiennent pleinement compte des exigences du bien-être des animaux en tant qu’êtres sensibles”. Il y a fort à parier que les militants de la libération animale ne s’arrêteront pas là, d’autant que certaines légendes racontent que les singes seraient capables d’élever, à défaut d’éduquer, un enfant humain.

Nul doute qu’après la décision du Conseil constitutionnel, les associations d’homosexuels reprendront leur harcèlement en direction du législateur, tout comme le lobby mortifère du “droit de mourir dans la dignité” qui reprend sans relâche sa “lutte” après chaque refus essuyé. Dans son livre intitulé Quand les minorités font la loi (“Les voies du droit”, PUF, 2002), la juriste canadienne Andrée Lajoie a montré comment la tyrannie des minorités s’exerçait complémentairement dans les prétoires et les hémicycles. On s’en remet donc désormais au politique non sans avoir d’abord paradoxalement obtenu de celui-ci qu’il interdise le débat démocratique en incriminant pénalement les arguments adverses qualifiés de sexistes, homophobes, handiphobes ou autres. Le débat politique avec les “Khmers roses” (François Devoucoux de Buysson, éditions Blanche, 2003) a donc toutes les chances de se transformer en monologue agressif et sectaire.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 9 Mars 2014 à 11h11

      IZARRA dit

      VIVE L’HÉTÉROSEXUALITÉ !

      La joie conjugale prioritairement, totalement, définitivement, rayonne dans le couple hétérosexuel.

      Modèle naturel infaillible et glorieux issu d’un principe divin consistant en l’harmonie suprême entre le mâle et la femelle, l’hétérosexualité -ou normalité sexuelle- représente, dans toute la Création, l’exemple unique -et par conséquent le plus sain qui puisse exister-, de l’union matrimoniale. Hommes, voyez comme la femme est belle avec ses appas, ses délicatesses, sa soumission, ses lignes et ses courbes, ses cheveux longs dans le vent.

      Et vous les élues, vous vous blottissez contre vos maîtres car ils sont forts, virils, puissants, courageux et intelligents et vous avez raison ! L’équilibre parfait de l’hyménée est dans le mariage hétérosexuel. L’amour entre un homme et une femme est miraculeux car il est procréateur.

      Les hétérosexuels donnent la vie. Adam et Eve sont des dieux lorsqu’ils unissent leur sexe. Quoi de plus parfait dans la sexualité que le jeu nuptial entre Mars et Vénus ? Les amants sainement conformés, divinement constitués, correctement orientés, autrement dit les filles et les garçons jouissant ensemble, sont les plus heureux au monde.

      Entre le soleil et la lune c’est l’accord cosmique.

      L’un désigne de son sceptre éclatant le linéal objet de ses désirs, l’autre succombe sans rechigner aux élans souverains de l’astre-roi… Le lion féconde la consentante proie qui l’aime et enchante l’azur de son long et rauque rugissement de satisfaction, et tout est bon, beau et serein sous la Voie Lactée.

      Quand le seigneur auréolé de sa crinière honore celle que le Ciel a fait docile afin qu’elle se mette à ses pieds, de grandes choses s’ordonnent et s’accomplissent aux-dessus de leur tête. La conjugaison charnelle du masculin et du féminin fait même chanter les anges.

      Ces asexués haut placés se réjouissent en effet de voir deux anatomies opposées et complémentaires ne faire plus qu’une seule fleur dédiée à l’éternité, à l’infini, à la beauté et que l’on nomme HÉTÉROSEXUALITÉ.  

      Raphaël Zacharie de IZARRA

    • 6 Février 2011 à 3h11

      quadpater dit

      Simon :

      le hasard qui vous a fait être hétérosexuelle

      Objection ! pour vous on est hétéro ou homo par hasard comme on est brun ou blond ? pas du tout !

      D’abord anatomiquement l’appareil génital féminin est conçu pour 1) s’unir avec son équivalent masculin et 2) héberger-nourrir-blanchir le futur bébé pendant 9 mois. Vous-même si vous êtes un homme possédez une anatomie fabriquée spécialement pour compléter l’anatomie féminine, dans un but de reproduction. Ça c’est la partie biologique de l’affaire, la base. Elle est indéniable.

      Il y a ensuite l’objet du désir sexuel. S’il était complètement dissocié de notre anatomie comme vous semblez le penser, eh bien c’est simple les êtres humain s’accoupleraient avec des hommes, des femmes, des chèvres ou des pompes à essence dans des proportions quasiment semblables car lorsque seul le hasard décide, chaque événement possible a la même probabilité. Il est plus raisonnable de penser que puisque la fripounette est faite pour accueillir un/des kikinous, les hormones et le système nerveux de sa propriétaire l’incitent à rechercher des partenaires porteurs dudit kikinou. “Incitent”, ça ne veut pas dire “obligent”. L’être humain étant inventif on arrive théoriquement à une population constituée de beaucoup d’hétéros, peu d’homos et quelques hurluberlus fantasmant sur les pompes à essence. C’est ce que l’on constate dans la réalité.

    • 6 Février 2011 à 1h26

      Simon dit

      @ Sophie

      J’avoue que je suis assez sidéré par votre façon d’”aimer”. Vous avez été témoin à un mariage, sans doute un moment important de la vie de votre cousine, pour officialiser une relation et vous, vous qualifiez ce mariage de “singerie d’engagement” ! Vous le lui avez dit dans ces termes ?

      Je me demande ce qu’il se passe dans la tête des gens comme vous, s’il se rendent compte de la violence de leurs propos, de ce qu’on peut ressentir quand on vit une relation très forte avec une autre personne, et que vos proches la qualifie de “singerie d’engagement”. Je me demande aussi comment vous réagiriez si quelqu’un s’avisait de traiter de la même manière votre propre mariage ou votre amour.

      Quoiqu’il en soit je m’incline face à votre certitude d’être l’incarnation du Vrai, du Beau et du Bien. Je vous inviterais juste à un peu plus d’humilité, car le hasard qui vous a fait être hétérosexuelle a manifestement omis de vous fournir cette capacité à aller vers L’AUTRE dont vous semblez être persuadée détenir la clé uniquement par votre hétérosexualité. Il ne suffit pas d’être attirée par le sexe opposé pour prétendre être une exploratrice de L’AUTRE. Il y a mille manières d’être AUTRE, et le désir physique n’est pas la seule voie pour y accéder.

      Je vous souhaite bien du bonheur dans vos relations conformes à la Normalité et à la plénitude de l’humanité, moi je retourne à mes singeries d’engagement et mes parodies de vie.

    • 6 Février 2011 à 0h55

      Sophie dit

      @ Simon.

      Vous êtes légèrement fatigant à m’obliger à répéter des choses pourtant très simples à comprendre mais puisque j’apprends à être prof, je m’y colle.

      “Vous dites que vous avez une cousine lesbienne et que vous avez assisté à son mariage. Par ailleurs, vous dites que vous considérez le mariage homosexuel comme une parodie. J’en déduis donc que vous considérez le mariage de votre cousine comme une parodie”

      En effet.

      Je la plains de vivre une parodie ou une singerie d’engagement. De plus je n’ai pas “assisté” à son mariage, j’en ai été le témoin. A SA demande, en connaissance de cause. Héééé, oui! Tout le monde n’est pas obtus.
      Mais, comme je vous l’ai déjà dit, le mariage homo est légal en Belgique et je respecte la loi.

      C’est mal?

      J’ai beaucoup d’affection pour ma cousine et son épouse. Raison pour laquelle je les plaints de ne pas connaître le bonheur de l’hétérosexualité, de l’enfantement et de la découverte quotidienne de cet étrange continent appelé “L’AUTRE”, si exotique et si différent.

    • 6 Février 2011 à 0h41

      pelo dit

      @ Aventin
      “Trop souvent on néglige la démographie et ses effets dans les changements politiques : le temps joue pour nous.”

      Tiens, voilà Aventin qui nous fait son petit lieutenant Drogo…

    • 6 Février 2011 à 0h30

      solitude dit

      “Curieusement, les lobbies autrement plus puissants qui sont à la manœuvre pour que cela n’arrive pas n’ont pas l’air de scandaliser outre mesure votre conception de la démocratie et du bien commun…”

      je crois que vous pensez à des lobbys catholiques mais figurez-vous que des athées comme moi ne sont pas favorables au mariage homo parce qu’il implique une demande d’enfants … et que cela entraine des questions importantes déjà exposées et qui ne peuvent être posées parce que des militants parlent de complot : homophobe , catho afin d’empêcher toute réflexion.
      C’est étonnant que des exigences de quelques militants pouvant bouleverser des équilibres rencontrent des oppositions non?
      Il faudrait que toutes les exigences communautaires soient acceptables d’office?

    • 6 Février 2011 à 0h29

      solitude dit

      “Voilà donc la clef du mystère : une espèce de complot à l’échelle planétaire, ourdi par des gauchistes qui ne consultent pas les peuples qui les ont élus !”

      Ce n’est pas un complot .Ils ont été élus parce que ceux qui les ont élus pensaient qu’ils feraient du social or, la gauche a signé le traité de Lisbonne et fait du sociétal pour montrer qu’elle est capable de changer quelque chose et puis la gauche actuelle est tétanisée à l’idée d’être homophobe, islamophobe, …phobe .

    • 6 Février 2011 à 0h15

      solitude dit

      “Justement il y a Aventin qui voudrait avoir des infos sur « l’esprit de Mai » (l’autre nom de « l’idéologie soixante-huitarde »). Il savait pas ce que c’était. Si vous pouviez le renseigner. Merci pour lui…”

      Y’a pas’quoi Pelo;
      Je conseille vivement un excellent livre à ce sujet

      http://livre.fnac.com/a921236/Jean-Pierre-Le-Goff-Mai-68

      Mai 68 , L’héritage impossible Jean-Pierre Le Goff
      * Essai (broché). Paru en 03/1998