Mail Facebook Twitter RSS

Inscrivez-vous à la Newsletter

Recevez chaque lundi la synthèse de l'actualité de toute la semaine



X

Après la « manif pour tous », la pilule du lendemain

Un accouchement à haut risque pour le mariage gay

Publié le 12 janvier 2013 à 17:00 dans Politique Société

Mots-clés : , , ,

manif mariage gay

Il n’est nul besoin d’être Madame Soleil ou Monsieur Boubakar pour prévoir que le pavé parisien sera, dimanche 13 janvier, largement occupé par une foule d’hommes, de femmes et d’enfants répondant à l’appel du collectif « la manif pour tous », s’opposant à l’instauration du mariage homosexuel. Les signes d’une importante mobilisation sont visibles jusque dans les provinces les plus reculées : lorsque des localités de moins de trois mille habitants arrivent à remplir deux ou trois cars pour «  monter à Paris », on peut supposer que l’addition, même minorée par la préfecture de police sera, au bout du compte, plutôt trop salée au goût du président de la République et du gouvernement…

L’histoire récente nous montre qu’au-delà d’un million de manifestants à Paris, aucune loi ne peut être imposée au pays en dépit de l’existence d’une majorité parlementaire disposée à la voter. Ce fut le cas pour la manif du 24 juin 1984 contre la loi Savary instaurant un «  grand service public unifié de l’éducation » (2 millions  de participants selon les organisateurs, 550 000 selon la police). Le projet fut enterré, le premier ministre Pierre Mauroy remercié, le président Mitterrand sauvant ainsi sa réélection quatre ans plus tard. Pourtant, cette mesure figurait au N° 90 des 110 propositions du candidat socialiste à l’élection présidentielle de mai 1981.

Ce fut le cas, en sens inverse, dix ans plus tard, lorsque le peuple laïque descendit dans la rue (1 million selon les organisateurs, 300 000 selon la police) pour s’opposer à la loi Bayrou déplafonnant les subventions à l’enseignement privé. Bayrou remit la loi dans sa poche, et cogéra lâchement l’Education nationale avec les bureaucraties syndicales.

Autant dire que la bataille des chiffres fera rage dimanche soir. Si les organisateurs arrivent à accréditer l’idée que la barre du million de manifestants a été atteinte, voire dépassée, l’avenir de la proposition n° 31 du candidat François Hollande, la légalisation du mariage de deux personnes de même sexe, sera sérieusement compromis.

Ce mariage gay ne pourrait alors être sauvé que par une manifestation en riposte à celle incarnée par Frigide Barjot d’une ampleur équivalente, ce qui semble peu probable au vu de la faible mobilisation des partisans de cette mesure en décembre dernier. Les sondages montrant une majorité plutôt favorable (encore qu’en diminution régulière) n’induisent pas une activité militante en expansion pour la défense du mariage gay. En France, c’est bien connu, on va plus volontiers aux manifs contre qu’aux manifs pour.

La pilule du lundi matin sera donc plutôt dure à avaler par un François Hollande et un Parti socialiste qui n’avaient pas mesuré l’attachement de la majorité du peuple, y compris de gauche et/ou  non religieux, à la forme traditionnelle de la famille, pourtant mise en évidence dans la plupart des études sociologiques récentes. L’argument, inlassablement ressassé par la majorité, selon lequel le président de la République aurait reçu mandat du peuple d’instaurer le mariage gay du simple fait qu’il a obtenu 51,7% des suffrages est une fumisterie. Le choix des électeurs se fait sur une évaluation globale des deux candidats du second tour en pesant les avantages et les inconvénients de l’un ou de l’autre… Il n’y a donc aucune contradiction à avoir voté pour François Hollande le 6 mai 2012, et à venir exprimer son opposition au mariage gay sur le Champ de mars dimanche prochain.

Hollande peut choisir de passer en force, ce qu’il fera certainement si le nombre estimé des manifestants est inférieur à 500 000. Mais l’image de la présence  massive dans la rue de cette France modérée, des villes moyennes et petites faisant entendre sa voix dans une capitale dominée par les élites et les bobos devrait le faire réfléchir. Mieux vaut une promesse électorale mise au placard qu’un divorce avec cette petite France des familles qui n’aime pas être bousculée dans le peu de certitudes qui lui reste.

 *Image : La Manif pour tous.

Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !
Participez au développement de Causeur, faites un don !

voir les commentaires / réagir         envoyer
 

A lire sur Causeur.fr

Vous devez être inscrit pour commenter.

  • 26 Janvier 2013 à 2h55

    ALMFBTYPP dit

    belle manif non violente qui a disparu des radars télévisuels dés le lendemain malgré l’énaurmmmmmmme succés . trop ringard comme sujet, faciste, homophobe , catho , ringard .
    allez on va revenir encorrrrrrrrrrrrrrrre plus nombreux et déterminés

  • 16 Janvier 2013 à 20h08

    Twisk dit

    Pas un mot vulgaire, pas une phrase homophobe, uniquement des sourires de la part de gens heureux de marcher avec ceux dont ils partagent le bon sens et les valeurs structurantes pour les enfants et, par extension, la société toute entière. Sans être psys, sans être juristes, sans être travailleurs de l’enfance, sans être sociologues (même si nombre de ces professionnels étaient présents), juste avec leurs tripes, leur empathie pour les enfants et leur inquiétude quant au monde qu’ils veulent léguer à ceux qui les suivront, ils étaient venus et je les remercie. Ils sont le peuple, mon peuple. Pour toujours.

  • 15 Janvier 2013 à 17h59

    Marie dit

    http://www.cpdh.info/npds/article.php?sid=2081
    Tiens ce ne sont pas les cathos cette fois!

  • 15 Janvier 2013 à 4h15

    MONCHERETBEAUPAYS dit

    De retour de la Manif pour tous à laquelle je me suis rendu avec ma compagne et comme au moins 1 millions de personnes (Partis de l’avenue Foch vers 12 h, arrivés vers 18 h 30 au Trocadéro…où nous avons été déroutés vers le Quai d’Orsay et nos bus… à cause de la nuit et le fait que le Champs de Mars était déjà plein….Les dizaines de milliers de personnes qui nous suivaient en rangs serrés ont subis le m^me sort.

    Quand SOS RACISME fait un concert au Champ de Mars, c’est 850 000 personnes annoncées, soit la capacité max de cet endroit…Quand l’endroit est saturé par” la manif pour tous” au point de ne plus pouvoir recevoir des dizaines de milliers de manifestants supplémentaires, c’est 340. 000 personnes…Décidemment, je ne comprendrais jamais rien aux maths modernes….

    En dehors de la masse incroyable des manifestants et de leur calme, des Parisiens ont régulièrement manifesté leur soutien, qui en nous encourageant de leur fenêtre, qui en faisant un peu plus, comme cette boulangère qui m’a fait payer seulement 2,20 € pour un café allongé et un expresso..tout arrive…et j’en profite d’ailleurs aussi pour saluer la grande discrétion et l’absence de provocation de la part de ceux qui sont favorables à ce projet de loi.

    Bref j’y étais, je le dis sans fierté, car j’estime avoir simplement été fidèle à mes idées en la matière.

    Par contre je tiens à souligner qu’après plus de 40 ans de militantisme, je n’avais encore jamais vu un rassemblement aussi énorme, mais surtout autant de gens unis sur un sujet grave sachant pour autant rester joyeux, patients, sans vulgarité, et surtout sans aucune haine à l’encontre de quiconque, que ce soit avant, pendant et après la manif.

    De plus, la sobriété, la politesse et la propreté régnait tout au long de ce formidable cortège où nous allions en rang serrés sur des avenues (+ leurs trottoirs!…) pour absorber ce flot qui méritait l’appellation de “France tranquille”
    (Pas un seul poivrot en délire gavé de Kronenbourg, pas un de ces dégueulis qui parsèment trop souvent les défilés de masses, très peu de papiers jetés au sol, etc.)

    J’aurais au moins connu ça une fois dans ma vie… je remercie les organisateurs et les participants de ce grand moment où la liberté s’est exercée sans excès…

    Cette lutte pacifique et digne va continuer.

    • 17 Janvier 2013 à 3h32

      Annabelle dit

      Si la loi autorisant le mariage gay, voire la PMA, avait été votée, disons, il y a 15 ou 20 ans, est-ce que votre vie ou celle de vos enfants aurait été différente ? Si oui, en quoi, et si non, pourquoi êtes-vous allé défiler ?

  • 14 Janvier 2013 à 17h44

    fogarty dit

    Je me moque éperdument des inclinations sexuelles des unes ou des autres. C’est leur liberté. Par contre je n’aime pas l’hypocrisie d’un président soit- disant démocrate et qui veut ignorer les opinions d’une grande partie des Français pour faire plaisir à une minorité, elle-même minorité de la communauté homosexuelle. Si c’est par calcul électoraliste, comme à son habitude, je pense que son calcul est faux.

  • 14 Janvier 2013 à 17h26

    nico dit

  • 14 Janvier 2013 à 17h24

    nico dit

    En parlant de double langage…
    les-minuscules.blogspot.fr

  • 14 Janvier 2013 à 14h44

    Aël dit

    @ Olyvier qui dit :« Aël: articles sur le sujets et commentaires rien que sur ce site nous renseignent non sur la validité de certains de vos arguments (et ils sont souvent recevables), mais sur la nature de vos engagements et sur vous-mêmes. Je fais partie de ceux qui vous attaquent sur ce que vous êtes parce que vous n’avez cessé de vous faire passer pour ce que vous n’êtes pas… Mais vous nous prenez pour des cons ou quoi ? Vous croyez qu’on ne vous connaît pas ? Vous croyez qu’on n’a pas eu affaire à vous déjà in real life ?»
    Hé bé ! on dirait que j’ai encore secoué l’Olyvier!
    Glaner des renseignements et s’appuyer sur quelques préjugés pour situer la personne à qui l’on a affaire et mieux comprendre sa pensée me parait relever du sens commun. En revanche, que vous considériez comme secondaire comme vous le soulignez bien – en connaissance de cause – ce que cette personne dit objectivement de vrai pour la défense de son point de vue traduit une tournure d’esprit gravement déformée, source de jugements spécieux.
    Et diantre oui, j’espère bien que mes propos sur Causeur révèlent ce que je pense. C’est d’ailleurs sur ce postulat que les gens écrivent ici ce qu’ils pensent et comme ils le pensent (au 1er ou au nième degré) que l’on s’appuie pour critiquer (en bien ou en mal) untel de ceci ou de cela. Sans quoi billets et les fils de discussions ici ne seraient que purs exercices rhétoriques, non ?
    Mais l’incohérence avec la suite de votre propos ne manque pas de m’interloquer. Ainsi ce :
    « vous n’avez cessé de vous faire passer pour ce que vous n’êtes pas etc… ?» . Alors là mon cher, il faut nous expliquer:
    • où est ma duplicité puisque vous sauriez qui je suis – avec mes causeries + un pseudo, comme peut le faire n’importe quel causeur régulier en somme ?
    •comment pourriez-vous savoir quoique ce soit sur moi si je ne dis pas ce que je pense, je ne réagis pas à quoi j’ai envie de réagir ni comme j’ai envie de réagir donc si au final rien n’est vrai sur ce qu’on voit de moi ici sous mon pseudo.
    J’ai deux hypothèses. La première est disons-le un peu farfelue : vous avez des informations sur moi que les autres ne peuvent avoir ici sur ce site, peut-être un talent de medium ? La deuxième est celle-ci: votre jugement est altéré d’une légère paranoïa. Et c’est là un effet inhérent au jugé de l’autre par l’affect plus que par la raison, car de penser chaque contradicteur comme un ennemi affectif, voilà qui vous mène par exemple à voir des « homophobes » partout.

    • 14 Janvier 2013 à 14h46

      Aël dit

      Ah et puis-je vous faire une dernière demande cher Olyvier: pourriez-vous me dresser mon portrait-robot? D’avance, je suis impatient de lire cette œuvre car je la devine très créative :)

      • 14 Janvier 2013 à 15h05

        Olyvier dit

        En flag ! Psychiâtriser l’adversaire politique … fût-ce sous forme d’une hypothèse – prétentieuse et suffisante, comme d’hab. Mais peu importe.
        Tout ce qui tente de vous arracher à l’illusion d’une singularité délicieuse, d’un infini personnel caressé discrètement, vous est si étranger, si hostile, si dangereux, qu’il vous faut l’évacuer en toute hâte.
        Donc, je répète ce que vous ne pouvez entendre : ce mouvement anti a une apparence, une comm’, ses lieux commun (c’est pour les Zenfants, c’est pas contre les Zhomos), et il a une réalité historique, politique, sociale – une longue histoire d’intolérance, de persécutions, de stigmatisations, de marginalisations.
        La droite “anti”, c’est la droite réactionnaire de tradition homophobe, antisémite et anti-républicaine. Et que vous choisissiez une humoriste pour dissimuler votre réalité idéologique n’y change rien.

      • 14 Janvier 2013 à 16h44

        Aël dit

        Ahaha! vous dites? “Psychiâtriser l’adversaire politique … fût-ce sous forme d’une hypothèse – prétentieuse et suffisante, comme d’hab”
        Venant de vous et avec ce que vous avez dit de moi et d’autre, c’est une farce?
        Mais bah, vous fulminez. j’ai du toucher là où ça blesse, Pourtant je ne vous visait pas précisement mais cela montre que vous êtes en train d’arriver au niveau de Fiorino. Pour vous différencier de lui, il vous restera le style mais par endroit si affecté, si ampoulé qu’on décèle le bellâtre derrière la plume.
        Pour ce qui est de votre réalité historique, politique et sociale, si je me fis à ce que j’ai déjà lu de vous, elle doit largement différer du réel, parce que quand on est comme vous “ému” par n’importe qui-n’importe quoi qui a trait au cul entre messieurs, il faut bien chercher pour trouver ce qui reste d’objectif après avoir éliminé la part liée à l’émotionnel.
        Bon sinon, pour mon portrait-robot alors? Ça vient?

      • 14 Janvier 2013 à 16h50

        Olyvier dit

        Non, je ne fulmine pas. Probablement une forme de mépris sans doute, oui.

      • 14 Janvier 2013 à 16h59

        nadia comaneci dit

        Aël vient de nous livrer ici le fondement de son argumentation et j’ai déjà vu plus propre. Comme quoi, il suffit de laisser venir et on y arrive tout tranquillettement.

      • 14 Janvier 2013 à 19h33

        Aël dit

        Mouarf! Nadia qui nous parles d’argumentation, celle qui revendique se foutre de l’argumentation et qui s’en moque effectivement! alors là oui, on touche le fond!
        Et au passage ce serait quoi mon fond d’argumentation madame?

    • 14 Janvier 2013 à 15h17

      Marie dit

      +100

      • 14 Janvier 2013 à 15h19

        Olyvier dit

        Marie, tentez d’argumenter, et même de réfléchir à la possibilité de la légitimité d’un autre. Je vous assure, vous devriez essayer cela plutôt que de jouer à la Bérangère Plaisadieu qui distribue en mouche du coche bons et mauvais points.

  • 13 Janvier 2013 à 22h52

    Fiorino dit

    Un dernier article assez amusant avec tout le double langage de Barjot…
    http://www.marianne.net/Le-debat-tempere-selon-sainte-Frigide_a225776.html

    • 14 Janvier 2013 à 15h16

      Marie dit

      pour quelqu’un qui se dit de droite vous avez de saines lectures…