Veilleurs debout ! | Causeur

Veilleurs debout !

Taubira fidèle au poste (de police)

Publié le 27 juin 2013 / Politique Société

Mots-clés : , ,

veilleurs manif pour tous

 Il y a quelques jours, alors que la jeunesse stambouliote battait le pavé et enchaînait les manifestations au prix d’inévitables violences, un jeune chorégraphe turc de 34 ans, Erdem Gunduz, inventait une nouvelle forme de protestation consistant à rester debout, silencieux et immobile, en réponse à  l’interdiction de manifester Place Taksim. Très vite, de nombreuses personnes rejoignaient l’artiste et les caméras du monde entier se pressaient pour immortaliser ce statisme inoffensif qui se révélait bien plus percutant que les tirs de projectiles et l’énergique scansion des slogans. Mardi dernier, le ministre de l’Intérieur turc, Muammer Gule, se résignait ainsi : « Si cette protestation ne nuit pas à l’ordre public ou n’influence pas la vie en général, nous ne pourrons pas intervenir dans de telles manifestations. » Le nouveau symbole de la contestation de la jeunesse turque s’expliquait quant à lui sur la BBC : « Je ne suis rien… L’idée importante est : pourquoi les gens résistent au gouvernement ? Le gouvernement ne veut pas comprendre pourquoi les gens sont dans la rue. »  De Rome à Paris et de Berlin à Bruxelles, médias et politiques se retrouvaient unanimement pour saluer l’homme qui, à lui seul, résumait l’antienne de Bernanos lorsqu’il affirmait ne pas être dressé, mais simplement debout.
Autre temps, autre mœurs. Hier, au cœur de la capitale, place Vendôme, quelques jeunes opposants à la loi Taubira fixent la Chancellerie. Sans bruit, sans mouvement, parfois avec un livre ou un polycopié de droit, ils laissent passer les heures et les passants ébahis. Seul moment de distraction, ces quelques enfants qui se présentent spontanément à eux, une bouteille d’eau ou un goûter à la main. Après quelques bouchées et gorgées, ils esquissent un sourire et reprennent la pose, comme ces statues vivantes qui hantent les abords du musée du Louvre et recherchent la générosité des touristes. Ces veilleurs debout –comme on les appelle déjà – ne demandent rien. Mais ils espèrent toujours. Il y a quelques jours, un des leurs est parti vers Fleury-Mérogis sans aucune raison valable à leurs yeux, sinon celle d’afficher ouvertement son opposition au mariage homosexuel au moyen d’un polo floqué et d’avoir refusé un prélèvement ADN. Ils ont l’impression que les moyens démocratiques leur sont de plus en plus fermés. Plus de quatre manifestations leur ont déjà été refusées, certaines sont cantonnées à des lieux invisibles au public (la dernière en date a eu lieu dimanche dernier, Place Dauphine, endroit en vase clos, s’il en est), le nombre de participants est toujours minimisé et les violences souvent provoquées, sans cesse exagérées et dénoncées à outrance, jugent-ils. Alors ils sont allés chercher ces recettes qui marchent, celles que l’on vante en France et en Europe, celles qui interpellent un régime et qui appellent au pacifisme. Face à l’hôtel de Bourvallais, les voilà les Erdem Gunduz français.
L’idée était sans doute trop bonne, l’initiative prometteuse. Car au bout de quelques heures, alors que de nombreux effectifs venaient remplir les rangs, la police décidait d’intervenir et d’encercler les veilleurs debout, avant de les disperser au prix de deux arrestations. Ce que la police turque n’avait pas osé faire, la police française l’a donc fait. Ce n’était pourtant ni une manifestation (elle eût sinon été préméditée et devait être déclarée), ni un attroupement comme l’entend le Code pénal (il eût fallu qu’il trouble la tranquillité, la salubrité, la sobriété ou la dignité de la personne humaine) mais un rassemblement spontané d’individus unis en pensées par leur opposition au mariage homosexuel. Il est clair que ce rassemblement a dû troubler, voire énerver. Comme le type qui vous regarde fixement dans le bus, comme ce passant qui se plante au milieu du trottoir et retarde votre course, comme l’oisif qui flâne et paresse au milieu de la cohue, comme le bellâtre aux lunettes carrées dont on devine si facilement l’orientation politique. Mais il n’y avait aucun motif qui puisse légitimer à un seul moment que les forces de l’ordre entourent ces jeunes puis les ramènent au métro. Sauf à considérer dans un premier temps que les ballerines et les mocassins sont les caractéristiques d’un opposant au mariage homosexuel. Puis à juger dans un deuxième temps que l’opposition à un tel mariage est constitutive d’un délit. Mais dans une démocratie, cela ne se conçoit pas. Alors si ces jeunes ont été dispersés mardi dernier, si ce n’était pas pour ce qu’ils faisaient (ils ne faisaient rien), si ce n’était pas pour ce qu’ils pensaient (on est encore loin de savoir lire dans les pensées), était-ce alors pour ce qu’ils sont ? That is the question aurait dit l’autre.

*Photo : frsalefran.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 28 Juin 2013 à 11h33

      L'Ours dit

      Fautes de grammaire ou de conjugaison ok, mais fautes d’orthographe à proprement parlé, laissons tomber.
      J’écris toujours mes posts au débotté, ne me relis jamais avant d’envoyer, et je suis toujours surpris de voir trop tard les fautes grossières qui sont passées.
      La “dispute” sur le “si” était intéressante car elle touchait un vrai cas de conjugaison, mais si on oublie de mettre un “s” ou un “e” ou un infinitif lorsqu’on se dépêche, on ne va pas sortir de l’auberge. Non?
      A plus les aminches.  

      • 28 Juin 2013 à 11h38

        kravi dit

        Vous n’avez pas à vous justifier.
        Si nous nous mettions à corriger les fautes des uns ou des autres – sinon par malice ou humour – nous n’en sortirions plus . Et que dire des nôtres !

        • 28 Juin 2013 à 11h58

          Pampam dit

          Sans compter les fautes d’accents ! Moi qui me bats avec un clavier qwerty germanique (!), à faire des copier/coller de “à” ou de “u” (euh… accent grave, je n’en trouve pas dans le coin) pour que cela ressemble à quelque chose….

        • 28 Juin 2013 à 16h27

          saintex dit

          Mort aux boches !

        • 28 Juin 2013 à 16h31

          Pampam dit

          Aux bôches ???

        • 28 Juin 2013 à 16h43

          saintex dit

          Si l’accent circonflexe est à pointe, pourquoi pas ? Mais pour la majuscule, JAMAIS, non mais des fois et autres no pasaran (ran raneur rané, on n’avance à rien dans c’cas, Noé)

      • 28 Juin 2013 à 16h33

        saintex dit

        Renvoi d’ascenseur de Maître l’Ours. Merci Maître de le faire d’une façon conciliant élégance et discrétion en inconditionnel présent.

      • 29 Juin 2013 à 23h42

        Villaterne dit

        Merci !
        Je me sens moins honteux tout à coup !

    • 28 Juin 2013 à 11h33

      QuadPater dit

      Mais il n’y avait aucun motif qui puisse légitimer à un seul moment que les forces de l’ordre entourent ces jeunes puis les ramènent au métro
      Si, M. le Méné. Ils sont coupables de “regard réprobateur”, délit imaginé par les racailles et en cours de légitimation – sinon de légalisation – par leur porte-parole Mme Taubira*.

      ———–
      * si Leroydec me lit, qu’il m’accorde que je n’ai pas ajouté “Taubiwa, face de wat !”

      • 28 Juin 2013 à 11h39

        kravi dit

        Oh ! la fote ! de Wa, pas de wat.

        • 28 Juin 2013 à 11h59

          QuadPater dit

          Wa ? comme l’astwe solaiwe ? Non, vous faites ewweuw.
          Je parle bien du rat, cet animal répugnant qui lorsqu’il il sourit ressemble comme deux gouttes d’eau à une ministre de la justice socialiste.

        • 28 Juin 2013 à 12h40

          Eugène Lampiste dit

          causeuuuuuuuuuuuur, c’était mieux avannnnnnnnnnnt

          Estebeauf, à jamais dans nos coeurs. 

    • 28 Juin 2013 à 11h03

      kravi dit

      Amis cuistres, bonjour. Puis-je ajouter ma petite touche personnelle ? Merci.
      Il faut écrire ” correcte ! ” avec un espace entre le dernier mot et le point d’exclamation. Car ce dernier est composé de deux éléments.

      • 28 Juin 2013 à 11h18

        QuadPater dit

        Une espace, ami kravi. Et insécable, de surcroît.

        • 28 Juin 2013 à 11h34

          kravi dit

          Bravo, ami Quad, j’aime apprendre ces subtilités.
          CNRTL : ” la spécialisation de l’emploi au fém. pour le terme de typogr. étant notée dep. Rich. 1680. “

    • 28 Juin 2013 à 8h08

      Villaterne dit

      Rassurez-vous l’Ours votre grammaire est correct!
      Avec une écriture plus littéraire cela eût pu donné :” j’eusse préféré..” utilisant le conditionnel passé 2eme forme, mais cela reste correct je le répète.

      • 28 Juin 2013 à 8h32

        saintex dit

        3 lignes, 3 fautes, Villaterne au coin !!!

        • 28 Juin 2013 à 8h35

          Eugène Lampiste dit

          tu fais ton professeur Latouche, maintenant ?

        • 28 Juin 2013 à 8h37

          Villaterne dit

          Sans blague ? Lesquelles ?

        • 28 Juin 2013 à 8h40

          saintex dit

          grammaire est correctE
          cela eût pu donné ER
          2eme ème
          Dingue, non ? ;o)

        • 28 Juin 2013 à 8h40

          Mangouste1 dit

          “grammaire correctE”
          “eût pu donneR”
           

        • 28 Juin 2013 à 8h41

          Mangouste1 dit

          Villaterne,

           C’est tout un jury qui vous tombe sur le rable… :o)

        • 28 Juin 2013 à 8h42

          Eugène Lampiste dit

          en fait, votre erreur villaterne, ce fut d’abandonner le contrôle de la case d4.

        • 28 Juin 2013 à 8h43

          Villaterne dit

          Exact et la troisième?

        • 28 Juin 2013 à 8h45

          saintex dit

          Je ne connais pas Latouche, mais si c’est un pote de Nimbus ou de Tournesol, je veux bien.
          Eh ! Ca doit valoir le baston de rue dans lequel tu t’es retrouvé, non ? Bingo, t’as vu du vrai de vrai, à faire tomber la Robes, cette fois. Ca relativise ?

        • 28 Juin 2013 à 8h45

          Villaterne dit

          C’est fini !! Désormais je n’écrirais plus rien dès 8h00 le matin !!

        • 28 Juin 2013 à 8h46

          Parseval dit

          mais vous même Saintex :
          2ème ne s’écrit pas plus que 2eme :
          « Abréviation des noms ordinaux : on abrègera première, deuxième, troisième… : 1re, 2e, 3e, et non 1ère, 2ème ou 3ème. Il convient de rappeler que 1°, 2° ; 3°… sont les abréviations de primo, secundo, tertio… le signe supérieur étant un o et non un zéro. »
          Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale (article « abréviations », p. 6)

          Vous me copierez cette règle cent fois pour demain, avec les voyelles en rouge et les consonnes en vert !!

        • 28 Juin 2013 à 8h47

          Eugène Lampiste dit

          la troisième, villaterne ?

          le mauvais sacrifice sur le pion g6

          quand on est énervé, on finit toujours par faire un sacrifice à la con en g6, f7, ou h7 

        • 28 Juin 2013 à 8h47

          Mangouste1 dit

          Oui Saintex, et la troisième?

        • 28 Juin 2013 à 8h49

          Eugène Lampiste dit

          m’enfin, saintex !!!

          Latouche, Ducobu, ça te dit rien ?
          béotien

          le combat de rue d’hier ?
          très amusant, en effet 

        • 28 Juin 2013 à 8h49

          saintex dit

          Villaterne, je crois que la vérité est ailleurs. Sais pas moi, les lunettes, l’heure matinale, les taches solaires, le pého pourri… Vous la servez sur un plateau : “Vous ne savez pus compter jusqu’à trois ?”

        • 28 Juin 2013 à 8h50

          Mangouste1 dit

          Gègène, le Kasparov du Sud-Ouest…

          Plus qu’une fois dormir et c’est parti mon kiki! 

        • 28 Juin 2013 à 8h51

          Eugène Lampiste dit

          mon dieu, c’est plutôt Tal, mangouste.

          et oui, demain c’est parti !!! 

        • 28 Juin 2013 à 8h52

          Parseval dit

          Villaterne :
          1.> grammaire est correctE
          2.> cela eût pu donné ER
          2eme ème <— les deux sont fautifs il faut mettre 2e (cf supra)

        • 28 Juin 2013 à 9h10

          saintex dit

          Parseval, on en apprend tous les jours.
          Je me demande toutefois si les règles de typographie, relatives à l’imprimerie, se superposent avec celles de la grammaire. Pour ce qui est des lignes, que dalle, je renâcle !!

          Mangouste, salut la bête.

          Villaterne, mes excuses, c’était tentant.

          Gégène, te connaissant entre rugby et Dati, j’aurais répondu Bernard. Mais c’est vrai que Ducobu l’abeille est dans le répertoire classique.

        • 28 Juin 2013 à 9h12

          Eugène Lampiste dit

          dati ? cette mocheté squelettique ?

          non, tant qu’à faire, maintenant qu’elle est majeure, situe moi plutôt entre rugby et ruby. 

        • 28 Juin 2013 à 9h36

          Thalcave dit

          Les règles de typographie de l’Imprimerie Nationale qui, au demeurant, ne sont pas des règles de grammaire mais des règles de présentation de documents imprimés, ne s’appliquent plus qu’aux seuls documents dont elle a conservé le monopole. En vertu d’une loi de 1993, L’Imprimerie Nationale est, en effet, seule autorisée à réaliser les documents déclarés secrets où l’exécution doit s’accompagner de mesures particulières de sécurité, et notamment les titres d’identité, passeports et visas.
          Cette entreprise publique autrefois florissante qui avait le monopole des documents administratifs, allant des annuaires téléphoniques aux feuilles de PV en passant par les documents de la loi de Finances et tous les formulaires CERFA, a été coulée en quelques mois dès que l’ouverture des marchés l’a mise en concurrence dans les appels d’offre avec des opérateurs privés non délocalisés qui proposaient des prix souvent moitié moindres.
          De nombreux monopoles publics ont vécu ainsi dans l’aisance pendant longtemps sur notre dos en détournant beaucoup plus que Bernard Tapie une part impressionnante du PIB. C’est une vertu de l’Europe de les avoir envoyés aux oubliettes de l’histoire bien que quelques uns s’accrochent encore, comme la SNCF, Air France, le CNC, l’audiovisuel public (monopole de la redevance), etc..

        • 28 Juin 2013 à 9h40

          saintex dit

          Oh la la, je suis perdu. Je croyais t’avoir vu une érection, même furtive, pour Dati. Data error et saintex error !!
          OK pour Ruby qui elle-même doit se situer entre Russ Meyer et Fellini. T’as un côté écolo mamère.

        • 28 Juin 2013 à 9h42

          Eugène Lampiste dit

          dati…
          non mais je vous jure…

          tu vas finir dans ma rizière, si tu continues… 

        • 28 Juin 2013 à 9h56

          saintex dit

          Merci Thalcave pour ces intéressantes précisions sur l’Imprimerie Nationale et ses règles.

          L’Europe. Elle permet donc à l’ensemble de la nation de faire des économies en faisant travailler des compagnies étrangères afin de payer des chômeurs français. Elle fait ainsi passer un équilibre de budgets interne au pays, vers un déséquilibre de notre balance du commerce extérieur. Au lieu de payer x charges sociales, nous en payons donc xxx. Et comme le gain de l’état est inférieur au surcoût du social, l’état compense. Moins riche, il s’endette et nous devons payer en plus les intérêts de la dette.
          Pour le plus grand bonheur des organismes financiers qui prêtent et conseillent nos Princes.
          Là où je vous rejoins est que c’est effectivement une des vertus de l’Europe et de son système ultra-libéral. L’autre étant de vouloir ripoliner les caves de mon Saint Nectaire pour qu’il n’ait plus de goût.

    • 28 Juin 2013 à 6h42

      L'Ours dit

      Grand merci ami Saintex, me voilà rasséréné! 
       

    • 28 Juin 2013 à 2h57

      Ahriman dit

      Pauvres gentils veilleurs qui s’opposent juste a ces méchants homosexuels qui ont le culot de réclamer l’égalité des droits (l’égalité pourtant principe républicain inscrit sur le fronton des mairies) ! Si on a plus le droit (car c’est un droit pour les veilleurs) de discriminer les homosexuels ou va t’ont ? tout se perd.

      • 28 Juin 2013 à 8h55

        ben dit

        M. Ahriman, ”surtout si vous n’êtes pas d’accord”, vous vous souviendrez peut-être que nous avons le droit de n’être pas d’accord. Et puisque je vois que l’ami Lampiste est sur le fil, sans passer nécessairement pour des factieux homophobes.

        • 28 Juin 2013 à 8h57

          Eugène Lampiste dit

          les factieux homophobes sont uniquement ceux qui continuent à manifester (ou ceux qui refusent de célébrer des mariages homos) alors que la loi est passée et appliquée, ben. 

        • 28 Juin 2013 à 10h04

          saintex dit

          FACTIEUX, A.− [En parlant d'un groupe de pers.] Qui exerce ou tente d’exercer contre un gouvernement légalement établi une action violente visant à provoquer des troubles (source, CNTRL).
          La manifestation étant légale, et le pacifisme aussi…

          EN REVANCHE, LES CEUSSES DU SUD DE LA GARONNE, CES GENS QUI REFUSENT D’APPLIQUER LES LOIS SCELERATES ET DE SE SOUMETTRE A PARIS LA GRANDE (25 Juin 2013 à 21h13, Eugène Lampiste dit, la loi des ministres ne s’appliquent pas au sud de la garonne) DOIVENT ÊTRE ENVOYES DANS LES RIZIERES DE REEDUCATION.

        • 28 Juin 2013 à 10h11

          Eugène Lampiste dit

          mais j’y suis, dans ma rizière, puisque je suis le proprio.

          et le sud de la garonne, c’est la gaulle, pas la france. 

        • 28 Juin 2013 à 10h14

          saintex dit

          Pas de problo, tu changes seulement de costume et de place. De toutes façons, le sud de l’Adour vient de se soumettre. Dati donc plus la gaulle ?

        • 28 Juin 2013 à 10h16

          Eugène Lampiste dit

          le sud de l’adour s’est soumis à dati ?

        • 28 Juin 2013 à 12h49

          Eugène Lampiste dit

          ah mais c’est vrai que les touristes vont arriver sur nos plages

          ça va être la saison des fellations à deux chiffres 

      • 28 Juin 2013 à 8h58

        ben dit

        M. Ahriman, ”surtout si vous n’êtes pas d’accord”, vous vous souviendrez peut-être que nous avons le droit de n’être pas d’accord.
        Et puisque l’ami Lampiste est sur la brèche, sans passer nécessairement pour des factieux homophobes.

        • 28 Juin 2013 à 9h02

          Parseval dit

          en effet, par contre les gens-qui-ne-sont-pas-des-factieux-homophobes n’ont souvent pas d’arguments dignes de ce nom (les supposées lois de la Nature/Dieu, le sacré et “c’était comme ça avant” ne sont pas recevables). Essayez d’élever le débat…

        • 28 Juin 2013 à 9h11

          Pierre Jolibert dit

          Que faudrait-il répondre à vos arguments élevés et recevables des lois de la “culture”, du profane, et du c’est-bien-mieux-maintenant, pour être bien reçus ?

        • 28 Juin 2013 à 9h17

          Parseval dit

          Contre le mariage entre personnes de même sexe ? Je ne vois pas d’arguments valables.
          Contre l’adoption plénière pour tous les couples ? C’est une question largement ouverte à la discussion.
          Vous voudrez bien noter que je n’ai pas employé l’expression “c’était mieux avant” mais “c’était comme ça avant” du style Patrick “C’est comme de ça de toute éternité, on change pas”.

        • 28 Juin 2013 à 9h27

          Pierre Jolibert dit

          J’avais bien noté, je trouvais que “c’est comme ça maintenant” manquait légèrement d’élévation.
          En effet remettre globalement sur le tapis l’idée même d’adoption plénière serait pas mal.
          Mais quant à l’ensemble du tout pour tous, je sais bien depuis le tout début qu’il ne peut pas y avoir de débat dessus, ni d’arguments dessus : il semble que le pour, comme le contre, s’imposent d’une telle évidence aux esprits de chaque camp que ceux-ci ne trouvent aucun moyen d’articuler leur conviction dans des développements détaillés. Je n’ai jamais braillé des slogans du genre : le gouvernement empêche le débat, car débat il ne peut pas y avoir.

        • 28 Juin 2013 à 10h12

          saintex dit

          Vous avez peut-être raison, M. Jolibert, mais j’espère raison aujourd’hui seulement. L’homme n’est peut-être pas intrinsèquement si fier qu’il refuse en son essence de baisser la tête et d’ouvrir ses oreilles.
          Je crois que si la confiance lui était accordée, il pourrait s’en montrer digne. C’est ce qu’a dit Jésus et qu’a tu l’Eglise d’abord, puis les dogmes laïcs ensuite. Mais peut-être qu’un jour.

    • 28 Juin 2013 à 1h20

      saintex dit

      Mon pote l’Ours, (1)

      “Si” est une conjonction de coordination qui ne peut être suivie du conditionnel ni du futur.
      “Même” est ici un adverbe qui peut être suivi par ce qui lui plaît.

      La question est alors de savoir si “même si” devient une locution adverbiale, et peut être suivie du conditionnel, ou bien si la condition portée par le mot “si” l’emporte.

      La grammaire n’est pas aussi exacte qu’on le suppose souvent (2), et les deux options sont envisageables (3).

      En effet, on peut envisager que c’est soit le mot “si”, soit le mot “même” qui sont pivots de la locution.
      C’est à dire affirmer que le “si” est dominant puisque le sens de la locution est conditionnel
      Ou bien au contraire estimer que le mot “même” est primordial, puisque la locution équivalente, “quand bien même”, peut être suivie du conditionnel et porte le même sens sans le mot “si”.

      Reste la vox populi qui est vox dei, et il y a bien longtemps qu’elle te donne raison.
      Bref, comme dirait l’aut’, ça se discute !

      Pourtant, quand je lis que certains supposent que M. Leroy fait des fautes dans un article sur la défense du Français, je me demande s’il est bien raisonnable de discuter de ceci. Car nous ne sommes pas au niveau de maîtrise de M. Leroy sur les différents aspects du langage, et de façon indiscutable.
      Bon dieu (sans majuscule, le chrétien que je suis le fait toujours ainsi… pff, faut tout justifier), une langue, quand on l’aime, quand on la connaît, quand on la pratique, quand on l’a dans le coeur, dans l’âme et sur le bout de la langue depuis la naissance, quand on bande pour elle, pourquoi ne la retournarait-on pas pour la baiser à convenance !!!

      (1) Je fais exception à deux autres règles qui sont de te nommer Maître l’Ours, et de te vouvoyer ici, contrairement à ce que je fais dans la vraie vie. La raison est que tu es en train de t’en prendre plein le museau, de partout, et de façon totalement injuste. De la sorte, j’exprime mon soutien total à ton égard, pour tes interventions et pour ce que tu es.
      C’est d’ailleurs la seule chose que j’ai envie de dire en ce moment, quand je vois l’ambiance de pugilas sur Causeur
      .
      (2) La légende prétend que Vaugelas serait mort en disant cette phrase. Je m’en vais ou je m’en vas, l’un est l’autre se dit, ou se disent.
      Faut quand même être un chieur pour se faire prêter de tels propos à l’article de la mort. Même moi qui vient encore de descendre de 100 points avec cette intervention, j’ose espérer que personne n’osera m’accabler de la sorte.

      (3) Enfin, c’est ce que j’en pense, et je suis ouvert à une autre vision.

      • 28 Juin 2013 à 8h53

        Pampam dit

        Saintex, si c’est pour nous proposer une telle prose, vous pouvez écrire du mal de moi tous les jours. Vous pouvez écrire n’importe quoi, je me régale juste à vous lire.

    • 27 Juin 2013 à 20h40

      lapaladine dit

      Aujourd’hui j’étais à Bayonne pour “les mères veilleuses”, mouvement qui est dans le même esprit que les “veilleurs”a pour objectif d’organiser une semaine de “veiller” dans la paix autour des droits de l’enfant dans un endroit public, c’était sur la place de la mairie. Cette semaine de veille tourne dans toutes les villes de France, et même dans plusieurs villes simultanément.
      Les veilleurs comme les mères veilleuses déclarent leur manifestation à la préfecture. Pour le groupe des merveilleuses de cette semaine à Bayonne, nous avons été agréssées verbalement et physiquement par des personnes de LGBT qui s’appellent les bascos à Bayonne, les RG sont venus immédiatement pour nous protéger.
      La police joue plusieurs jeux, tantôt elle arrête sans raison tantôt elle protège, cela dépend beaucoup des convictions intimes des policiers ou des RG. 

    • 27 Juin 2013 à 19h36

      kersablen dit

      D’après le Grévisse ( Le Bon Usage (dit « Le Grevisse ») est une grammaire descriptive du français) Si plus conditionnel n’existe pas en Français . Si je vous ai félicité, c’est pour votre emploi de la langue telle k’ on la cause a la télé . Orwell l’avait prédit .

      • 27 Juin 2013 à 19h49

        L'Ours dit

        Et bien ce n’est pas compliqué, dîtes moi quel temps j’aurais dû employer pour que ma phrase ait le même sens.

    • 27 Juin 2013 à 19h22

      otowig dit

      Et aujourd’hui comme hier Place Vendôme la Police fait sa ronde d’intimidation 
      A l’attention des progressistes humanistes
       Extrait de la constitution Française 
       Article 7. – Le droit de manifester sa pensée et ses opinions, soit par la vole de la presse, soit de toute autre manière, le droit de s’assembler paisiblement, (..), ne peuvent être interdits. – La nécessité d’énoncer ces droits suppose ou la présence ou le souvenir récent du despotisme.

      http://www.youtube.com/watch?v=TNyv_R3Zh-I