Mail Facebook Twitter RSS

Inscrivez-vous à la Newsletter

Recevez chaque lundi la synthèse de l'actualité de toute la semaine



X

Mariage gay : S’indigner n’est pas jouer

Les militants catholiques ne peuvent pas parler au nom de Dieu

Publié le 31 janvier 2013 à 9:28 dans Société

Mots-clés : , ,

mariage gay barjot

“Une paire de mères vaut mieux qu’un père de merde” pouvait-on lire sur l’une des pancartes qui s’agitaient au-dessus de la foule des manifestants. Tant de bon sens force l’approbation, si hétérosexuelle soit-elle. Dimanche dernier, un projet de loi dont on disait qu’il servait les intérêts d’une seule minorité a  pourtant réuni pour le défendre un nombre de manifestants qui dépassait largement les seuls représentants de cette minorité. Pourquoi des individus hétérosexuels, n’ayant a priori aucun intérêt corporatiste, sont-ils venus grossir les rangs de ce cortège ?

Si certains s’indignent de ce qu’on veuille donner une base légale à une union que Dieu, ou la Nature, ou le contrat social réprouveraient, on peut s’indigner en retour de cette indignation. Si deux homosexuels ont décidé de se jurer fidélité, quel mal cela peut-il bien faire ? Comment fait-on pour se sentir gêné par l’union d’individus que nous ne connaissons pas ? Comment la famille hétérosexuelle chrétienne, foyer de toutes les névroses, peut-elle se figurer que l’enfant ait besoin de “repères” ?

Mais la réponse, qu’on me pardonne, est évidente : ces sentiments d’indignation empruntés proviennent d’un faux savoir, d’une fausse connaissance a priori sur la société, la Nature, ou Dieu. Un individu qui prétend posséder une connaissance a priori sur ce que Dieu veut ou ne veut pas, cela s’appelle un pharisien. Un individu qui assigne des objectifs et des fins a priori à la Nature, cela s’appelle un charlatan. Un individu qui s’estime en mesure de décider a priori de ce qui est bon ou mauvais pour une société, cela s’appelle un fasciste. Pharisiens, charlatans, fascistes forment cette classe d’individus au sujet de laquelle Socrate s’étonnait qu’ils se figurent savoir quelque chose alors qu’ils ne savent rien. À défaut de pouvoir s’offrir le luxe d’un examen philosophique complet de ses préjugés, je recommande un peu de modestie dans ses opinions.

Ni les pharisiens, ni les charlatans, ni les fascistes ne prennent leur petit-déjeuner avec Dieu ou avec la Nature. Ce que Dieu veut ou ce que la nature poursuit, ils ne le savent pas davantage que vous et moi. Ceux qui prétendent que Dieu agrée ceci ou cela, ou que le but de la Nature est l’union du mâle et de la femelle, ou que la finalité de la sexualité est la reproduction, n’ont aucune idée de ce qu’ils avancent. Ils le sortent de leur chapeau, ou le tiennent d’individus qui le sortent eux-mêmes de leur chapeau. Ces assertions sont sans fondement : que la sexualité permette la reproduction, c’est une chose; que la reproduction en soit le but, c’en est une autre. Que la Nature permette l’union du mâle et de la femelle, c’est une chose; que l’union du mâle et de la femelle en soit le but, c’en est une autre. Qu’un vieux mythe raconte qu’au commencement il y avait un homme et une femme, c’est une chose; que Dieu réprouve des formes d’union différentes, c’en est une autre.

On peut lire que le fait pour l’union maritale de désigner celle d’un homme et d’une femme serait un méta-principe de notre Constitution. Pour ma part je me méfie de tout ce qui est “méta”. Quand à ce prétendu “contrat social” je ne l’ai jamais lu ni signé; l’avantage des contrats réels imprimés et signés est que les charlatans, ou les pharisiens, ou les fascistes, ne peuvent pas leur faire dire n’importe quoi.

Aussi rassurez-vous ! Vous n’avez pas loupé, comme un gros benêt, votre petit-déjeuner avec Dieu ou avec la Nature. Vous n’avez pas signé pour une société qui reposerait exclusivement sur le modèle de la famille hétérosexuelle. Il ne s’agit, une fois encore, que d’une abominable volonté de coercition, du plaisir pervers d’édicter des règles, de l’art raffiné de contrarier ses semblables.

Il est à déplorer qu’il n’y ait pas de vrai parti libéral en France. La droite est libérale en ce qui concerne l’économie, mais coercitive en ce qui concerne les moeurs et la morale publique. La gauche est libérale en matière de moeurs et de morale publique, mais coercitive en ce qui concerne l’économie. Nous n’avons pas de parti qui soit libéral à la fois sur l’économie et sur les moeurs. Résultat: on peut être libéral et hétérosexuel et manifester aux côtés de la gauche et des homosexuels.

*Photo : cbr_perso.

Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !
Participez au développement de Causeur, faites un don !

voir les commentaires / réagir         envoyer
 

A lire aussi

La rédaction de commentaires nécessite d'être inscrit

410

Déjà inscrit, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 
  • 6 Février 2013 à 14h15

    livia dit

    Saintex

    j’admire votre énergie à défendre le bon sens ,malheureusement vos arguments ne sont et ne peuvent etre entendus.

    “Egalité” le mot magique qui par tout un tas d’effets pervers fait que l’on arrive à l’inverse de l’égalité.

    Inscrire dans la loi le mariage pour tous va bien avec le reste de l’idéologie de gauche et c’est tout
    .
    A quand une loi qui déciderait que les personnes qui n’aiment et n’envisagent la vie qu’avec une personne du meme sexe excluent le reste de l’humanité ce qui est inadmissible au nom de l’égalité du droit à l’amour pour tous?

    • 6 Février 2013 à 14h56

      saintex dit

      Je ne suis pas sur que vous m’ayez plus entendu que les bisounours masqués et vengeurs.
      Je n’attache pas d’importance au mariage. Je ne suis pas marié moi-même parce que dans l’impossibilité de jurer une fidélité à laquelle je ne croyais pas. La vie m’a appris que j’avais raison. On jure, puis quand arrive le parjure tout s”effondre, et pas seulement le contrat. C’est la haine et la violence, voire l’auto-destruction.
      Donc, chacun son truc. Si d’aucuns y croient, qu’ils jurent, quel que soit le genre de leur partenaire. J’avais une libido qui m’apparentait plus à DSK qu’à l’Abbé Pierre et le soucis de cohérence et de vérité, je n’ai donc pas juré, ni même caché ce que j’étais.
      Je trouve effectivement le prétexte d’égalité totalement hors sujet et démagoque, mais cela ne me concerne pas. Je ne suis l’égal de personne, ni le supérieur, ni l’inférieur. C’est assez de travail d’être soi pour ne pas chercher à se comparer. D’autant que l’envie n’est jamais loin d’une telle démarche.
      Et comme je pense, je sais que le mensonge et l’envie sont les deux travers les plus destructeurs de l’humanité, le les évite.
      Mariage homosexuel, je m’en fous. Loi de mensonge (= 2 pères ou 2 mères)… autant ne plus avoir de loi. Ce n’est probablement pas la première, et une telle démarche n’est pas l’apanage de ce qu’ont été les gauches et les droites. Mais à ce point, à part la peine de mort qui dit, je te tue pour t’apprendre à ne pas tuer, je ne vois pas.

  • 6 Février 2013 à 10h27

    saintex dit

    6 Février 2013 à 6h17 Eugène Lampiste dit : ben voila !
    avoir un enfant n’est pas un droit. adoption simple pour tout le monde et qu’on n’en parle plus.

    Ben voilà ! Il suffisait et yakafocon !
    Je me demande alors pourquoi tu cherches systématiquement à ridiculiser ceux qui sont opposés à la loi Taubira, alors que cette loi dit exactement le contraire de ce à quoi tu arrives.
    Elle dit adoption plénière pour tous, nombre de ses supporters disent PMA et GPA pour tous, au nom de l’égalité et de l’amour qui n’en peuvent mais de se retrouver là.
    J’ai idée du pourquoi, mais ce qui m’intéresserait c’est ton explication de ce tour de passe-passe. Peu de chance de l’avoir, y’a qu’à manger du paradoxe.
    Tout de même, réfléchis bien. Tu as dis qu’il était con de ne pas féliciter Hollande pour le Mali, attitude de gens bornés qui refusent de voir le bien quand il vient de l’autre camp, ou le mal quand il vient du leur. Fort juste réflexion sur un épouvantable travers.
    Pourtant, personne n’est allé jusqu’à dire ceci. Je suis pour l’intervention au Mali, mais si cela doit servir les intérêts de Hollande ou du PS, je préfère m’y opposer ou sauhaiter une défaite.
    Je n’ai pas encore d’avis sur Hollande et n’aime vraiment pas le PS, ni pour le fond, ni pour la forme. Pourtant, j’ai obéis à ton injonction de félicitations. C’est très simple en fait. Beaucoup s’en font une montagne, mais la cohérence est une plaine sur laquelle sinuent les rivières.
    Alors ? Explication ? Rejet de la loi Taubira en sa forme actuelle ? Esquive ?

    • 6 Février 2013 à 18h37

      Eugène Lampiste dit

      et non, ce n’est pas un droit.

      ce à quoi j’arrive ? j’en suis jamais parti :

      suis contre la pma (avec don de sperme et/ou ovocytes), la gpa, l’adoption plénière, que ce soit pour les homos ou pour les hétéros car cela donne des actes de naissance qui racontent des fables.

      que certaines soient plus “plausibles” que d’autres, à mes yeux ça n’a aucune importance, ce sont quand même des fables 

      ridiculiser ?

      tu as lu certains arguments :

      fin de la civilisation (donc retour à la barbarie), mutation anthropologique majeure, invasion des cyborgs, pédophilie, zoophilie, l’homosexualité qui devient la norme et l’hétérosexualité qui devient une anormalité, camps de rééducation, staline, pol pot, le meilleur des mondes, 1984, etc etc

      rien de ridicule, en effet. 

    • 6 Février 2013 à 18h52

      saintex dit

      Donc, c’est acté. A la question : Alors ? Explication ? Rejet de la loi Taubira en sa forme actuelle ? Esquive ?

      La réponse est, esquive.

      Probablement pour le bonheur d’être contre ceux qui sont bien catalogués comme ennemis du peuple. Le bon peuple lui a des arguments. Mieux vaut une paire de mères qu’un père de merde. Moi ma femme elle n’aura jamais besoin de simuler, et la tienne ? Frigide, ton cul doit être jaloux de la merde qui sort de ta bouche. Si Hollande recule, on l’encule. J’ai 2 papas qui niquent sa mère. Lâchez-nous la chatte qu’on se lèche tranquille. Quand à Staline et Hitler, eux aussi avaient un père et une mère.

      Jeu intéressant. Tu n’en es effectivement jamais parti. Tu es contre un point fondamental, celui du coeur de la discussion, celui qui fait descendre la foule, mais jamais tu ne voudras le reconnaître parce que tu n’aimes pas cette foule, c’est ton a-priori, ta phobie. Ou peut-être que reconnaître le sens de ta position te troue le cul.
      Après toi le déluge, tu auras été constant dans l’incohérence.

      • 6 Février 2013 à 18h57

        Eugène Lampiste dit

        incohérence ?

        ça t’empêche de dormir, l’adoption plénière pour les hétéros, ou la pma, ou la gpa ?
        ça t’aurait troué le cul de descendre dans la rue pour en demander l’interdiction ?
         
        pourtant tu es contre

        je suis contre la loi taubira (hormis le mariage homo et l’adoption simple), mais si des couples homos font des adoptions plénières, des pma, des gpa, je dormirai tout aussi bien qu’avant.

      • 6 Février 2013 à 19h13

        saintex dit

        Comme répondu ailleurs, à l’instar de la majorité des français, je ne savais pas la loi. Pour être honnête, ça m’aurait probablement fort énervé de voir une loi de mensonge, mais pas fait descendre dans la rue. La différence n’est pas dans une graduation du mensonge, cela n’existe pas, mais dans le champ d’action de ce mensonge.

        Il faut remettre chaque situation à sa place. Je jure que si demain le Parlement décidait un moratoire sur l’adoption et la filiation, que d’aucuns décident de bloquer une loi sur le mariage homosexuel en lui-même, c’est à dire débarassé de ces éléments, je descendrais dans la rue pour défendre la loi.
        Pourtant je ne comprends pas cette volonté, mais son refus serait alors clairement connoté contre des gens pour ce qu’ils sont. Et arrivé à ce stade de la manip’, je m’y opposerais.
        Quant à savoir ce qui empêche tout un chacun de dormir, c’est tout de même un peu personnel. Chacun réagit selon son coeur et sa raison. Si tu dors bien, je ne peux que m’en réjouir et comme disait Barbara, laissez-moi mes insomnies.

        Tout ceci dit, merci d’avoir fait le pas.

      • 6 Février 2013 à 19h21

        Eugène Lampiste dit

        je n’ai fait aucun pas

        je dis et répète depuis le début que je ne suis que pour le mariage accompagné de l’adoption simple (que ce soit pour les hétéros ou pour les homos) 

  • 5 Février 2013 à 22h50

    saintex dit

    Fiorino,

    Donc…écrivez-vous pour commencer. Ce donc qui réduit une cinquantaine de lignes à cinq lignes d’exergue, doù le tenez-vous…donc ?.
    Hors le fait qu’il est toujours désagréable de voir sa pensée travestie, j’ai un peu du mal à voir ce que vous ne comprenez pas, éventuellement ce que vous ne voulez pas comprendre.
    Votre défaut d’approche est encore plus saillant lorsque vous pensez déduire de mon propos, la pensée de dame Guenièvre. Elle n’approuve pas ceci ou cela, encore moins votre donc,mais porte une appréciation sur ce qui est effectivement une synthèse.
    Puisque vous voulez réduire ma pensée à mon ressenti paternel, je vais quand même essayer d’être plus clair sur ce point précis.
    Si vous avez un reste de bonne foi, vous conviendrez que j’ai débuté le débat il y a quelques mois en reconnaissant l’aptitude d’un couple homosexuel à élever un enfant. Ceci en méditant sur mon expérience de père. Avez-vous cette bonne foi ?
    Ensuite, s’il faut répéter, ce que j’abhorre est le mensonge, car il met la tête d’une société aussi sûrement à l’envers que celle d’un individu.
    Il y a donc deux choses différentes. Je suis opposé à l’idée que l’on puisse écrire qu’un enfant est né de deux pères ou deux mères, non pas que deux hommes ou deux femmes élèvent un enfant.
    Le mensonge est la seule atteinte que je vois à l’intérêt de l’enfant, pas le moins du monde la sexualité de ses adoptants.
    La première dérive de ce mensonge, et de ce mensonge seul, me touche personnellement. Que ce soit du fait du prince, pour sauver les hirondelles en Basse-Egypte ou pour marier les homosexuels, je ne suis pas parent 2. Il n’est pas un état, pas une loi, pas une volonté qui changera le fait que je suis père. Peut-être ne comprenez-vous pas parce que vous ne l’êtes pas vous-même.

    Tant qu’à ne pas être compris, et puisque votre réponse doit forcément être, « donc vous êtes homophobe »,je vais aller plus loin. Peut-être même là où vous penserez que j’apporte de l’eau à votre moulin.

    Ecoutez Gibran :
    Vos enfants ne sont pas vos enfants. Ils sont les fils et les filles de l’appel de la Vie à elle-même, Ils viennent à travers vous mais non de vous. Et bien qu’ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas. Vous pouvez leur donner votre amour mais non point vos pensées, Car ils ont leurs propres pensées. Vous pouvez accueillir leurs corps mais pas leurs âmes. Car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter, pas même dans vos rêves. Vous pouvez vous efforcer d’être comme eux, mais ne tentez pas de les faire comme vous. Car la vie ne va pas en arrière, ni ne s’attarde avec hier.

    Pour moi, être père est d’avoir compris cela ET dans le même temps d’avoir participé à cet ordre naturel des choses. C’est donner la vie ET se contraindre à être plus ouvert, plus tolérant, plus compréhensif, plier sa pensée et son âme à ne pas se perpétuer en autre chose que la continuité de l’éclosion de la vie, ad vitam aeternam.
    Ce n’est dans le mensonge que l’on devient père ou que l’on apporte une pierre à la maison de demain. J’ai cette chance infinie d’être trois fois père, de l’avoir trois fois voulu, de ne jamais avoir perdu de l’esprit que la première chose que je donne et dois à mes enfants, est d’apprendre à se passer de moi, leur laisser moyens, reponsabilité et chance de perpétuer la vie à leur tour.
    Si vous choisissez d’adopter plutôt que d’enfanter, vous pourrez agir dans le même sens, avoir la fierté de faire au mieux dans le bon sens. Certes, il restera toujours un manque qui rendra la tâche plus ardue. Mais la possibilité de grandir vers ce but vous sera interdite par une loi inique.
    Quant à ma blessure, que j’avoue dans un soucis de sincérité, croyez-bien que je trouverai toujours un stylo pour la soigner d’un trait noir et de quatre lettres.

    Quant à la maternité, si vous pouvez en parler autrement qu’à genoux, n’en débattons pas.

    • 6 Février 2013 à 11h40

      Marie dit

      Bravo saintex. Mon trois fois père d’époux dirait la m^me chose.

  • 5 Février 2013 à 20h44

    Fiorino dit

    @ Saintex
    Donc ce qui vous intéresse et ce que guènievre approuve c’est pas du tout l’intérête de l’enfant (mais j’avais déjà compris) mais plutôt la reconaissance de la part de la société de votre rôle de père. Qu’on vous mette vulgairement sur le même plans de deux femmes qui élevent un enfant quel horrerur!!! Mais merci de le dire clairement car ce sont effectivement les motivations des opposants au mariage gay et à l’adoption. Leur reconaissance en tant que père et mère DOP. Mais j’avais déjà compris quand vous aviez dit je n’ai pas envie de “devenir parent1″. Tant pis, la France est aussi cela il faut l’accepter, on verra si elle va s’enfermer dans un protectionnimse procréatif facilement contournable et si cette lutte contre le mariage gay permettra à ce pays de rédevenir le phare de la civilisation occidentale. J’en doute fortement.

    • 6 Février 2013 à 11h42

      Marie dit

      Il faut justement qu’elle reste ce phare et non fasse du suivisme!