Mail Facebook Twitter RSS

Inscrivez-vous à la Newsletter

et recevez la synthèse de l'actualité vue par Causeur.



X

Sauvons le patrimoine qui roule !

Mobilisation pour circuler en voitures anciennes à Paris

Publié le 02 février 2013 à 9:29 dans Société

Mots-clés : , ,

renault mairie paris

Hier, j’ai vu une Renault 5 qui traversait la Place d’Italie. Espiègle, mutine, pimpante quadra, resplendissante dans sa robe « orange andalou », elle traçait sa route. Indifférente à la circulation urbaine de fin de journée. Une vraie parigote, une fleur de bitume qui nous parle de nous, de notre histoire économique, sociale et culturelle, de notre pays en somme. La Renault 5, c’est la France dans ce qu’elle a de plus créatif, d’émouvant et de visionnaire. Elle nous rappelle que nos designers avaient, en ce temps-là, la grâce, le coup de crayon inspiré, que nos industriels voulaient le meilleur pour les ménages français, c’est-à-dire produire un véhicule simple, pratique, beau et qui allait, en plus, conquérir l’Europe entière. Et puis, à son volant, nos mères ressemblaient toutes à Annie Girardot. Elles étaient des femmes modernes, actives et désirables.

C’est à l’aune de ces souvenirs-là que notre déchéance nationale actuelle prend tout son sens tragique. Quand j’ai vu ce mirage des Trente Glorieuses, ce concentré de bonne humeur, mon cœur s’est serré. Qu’un nostalgique épidermique comme moi soit pris de bouffées mélancoliques, passe encore, mais je n’étais pas le seul à observer ce spectacle charmant avec un sourire attendrissant. Les taxis et les bus se faisaient des amabilités pour laisser passer cette icône des années 70. Les autres automobilistes se souvenaient de leurs premières vacances en Espagne à son bord ou de leurs premiers flirts…poussés. Cette R5 avait décidément le goût sucré de l’indépendance. Même les collégiens, habitués aux insipides monospaces et élevés dans le culte de la voiture low-cost, ont levé (un très court instant) les yeux de leur Smartphone pour scruter ce drôle d’engin. Ce miracle de cohésion nationale risque de prendre fin à partir de septembre 2014. La Mairie de Paris a émis en fin d’année dernière un projet d’interdiction de circulation qui « s’appliquerait aux véhicules particuliers et utilitaires de plus de 17 ans, conformément à la norme Euro 2 de 1997, et aux poids lourds de plus de 18 ans, selon la norme Euro 2 de 1996. Pour les deux roues motorisés, l’interdiction de circuler pourrait s’appliquer aux véhicules de plus de 10 ans,(avant 2004), qui sont les plus polluants et les plus bruyants ».

Clap de fin donc pour cette Renault de 40 ans d’âge qui n’a pourtant aucune intention de finir sa vie dans une sinistre casse de banlieue. Elle n’a pas d’envies suicidaires et elle rend certainement encore bien des services à son propriétaire. L’automobile de collection au garage et l’histoire vivante aux archives, est-ce bien là l’intention des édiles municipaux ? À la Mairie, on a pris soin de noter qu’il s’agissait, pour l’heure, de propositions qui devront s’adapter « en fonction des spécificités propres à chaque type de motorisation, notamment pour bien prendre en compte la dimension sociale du dispositif, ainsi que les émissions de gaz à effets de serre ». Les collectionneurs, les clubs, tous les amoureux des voitures anciennes ont pris les devants connaissant l’autophobie régnante dans les sphères dirigeantes. La FFVE (Fédération Française des Véhicules d’Epoque) a immédiatement réagi en demandant que les véhicules de collection de plus de 30 ans soient exemptés de cette mesure. La presse spécialisée a condamné en bloc « le plan antipollution Delanoë ».

Nos confrères de La Vie de la Moto, particulièrement soucieux du devenir de milliers de motards, ont quant à eux rencontré le 10 janvier Bertrand Delanoë qui leur a déclaré que « les véhicules liés au patrimoine ne seront pas négligés. Il n’est pas question de les interdire dans Paris. Que les collectionneurs, vos lecteurs, se rassurent, je vais prendre des mesures pour les apaiser ». Pourtant, les passionnés de belles mécaniques ne baissent pas la garde. Beaucoup de questions restent en suspens. Ils savent que le combat ne fait que commencer. Sous la bannière « les anciennes en ville, un patrimoine qui roule », ils défendent le droit de rouler différemment dans un pays qui n’a jamais vraiment reconnu l’extraordinaire richesse culturelle des automobiles du passé. Nous espérons voir encore longtemps des R5 dans les rues de Paris, mais aussi des DS, des 4CV, des 404, des Estafette, des Type H ou des Terrot afin que notre histoire de France des transports ne soit pas remisée au musée. Rendez-vous au salon Rétromobile qui se tiendra du 6 au 10 février à la Porte de Versailles, vous verrez que les autos et motos anciennes ont une âme.

*Photo : imcdb.org.

Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !
Cet article vous a plu, inscrivez-vous à notre Newsletter.

voir les commentaires / réagir         envoyer
 

A lire sur Causeur.fr

La rédaction de commentaires nécessite d'être inscrit

18

Déjà inscrit, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 
  • 4 Février 2013 à 14h30

    Temasek dit

    Les Ayatollahs de la mairie de Pairs ont encore frappé… 

  • 4 Février 2013 à 9h03

    JMS dit

    Ah la Mairie de Paris version Delanoë revisitée Duflot/Lamblin c’est une ville musée parcourue par des éphèbes bodybuildés juchés sur des Vélib.
    Alors les voitures, vous pensez… les vieux vous pensez ….
    les vieilles voitures…a-fortiori…!!!
    Sans parler de tout ce qui ne travaille pas dans la pub, dans la com, dans les médias…
    Vous ne voudriez pas en plus que cette gauche là s’intéresse aux prolos non ? 

  • 3 Février 2013 à 21h56

    néonéo dit

    Le cave se rebiffe  https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=vh2Rqt4Yj5w
     

  • 2 Février 2013 à 21h49

    enjoymylobo dit

    Je suis motard et roule en CBR 1000F de 1989, d’origine et en excellent état à Paris. Bref ma belle brelle est comme neuve. Ben je continuerai, n’en déplaise à ces bobos emmerdeurs, à traverser Paname. Qu’ils s’occupent du mariage gay et me foutent la paix.
    Bon par contre, faire un article sur une R5 et y coller une allemande en photo, c’est un peu léger côté rigueur journalistique…encore un stagiaire !??

  • 2 Février 2013 à 13h46

    kesaco dit

    Et la deuch !! Comment pourrait-on l’oublier ?

    • 2 Février 2013 à 13h52

      girafe234 dit

      Ah non pas elle ! Je viens de m étriper avec un de mes gosses qui veut utiliser celle de son père qui n à jamais voulu s en débarrasser !
      Elle pue, elle fait  bruit pas possible, on se prend les ressorts dans les reins et le changements de vitesses ou(accent ) je pense.

  • 2 Février 2013 à 12h34

    néonéo dit

    C’est très beau et très bien écrit tout ça. Mais, comme disait la grande Simone Signoret, la nostalgie n’est plus ce qu’elle était…
     
    “- Seriez vous insensible à la nostalgie, brigadier Dudu ?  
     - Non ! Mais j’aime pas pas penser à reculons. Je laisse ça aux lopes et aux écrevisses. ”
                     (Michel Audiard, Un taxi pour Tobrouk, 1961)
     

  • 2 Février 2013 à 12h28

    schaffausen dit

    Bel article, en effet.
    Les khmers verts n’ont qu’une obsession : bannir la voiture des centres villes, qui deviendront alors des espaces “piétonnisés” où les cyclistes pourront s’en donner à coeur joie dans des rues d’où les commerces auront disparu, à l’exception des grandes franchises ou des Mac Do, kebabs et autres.
    A Lyon, les deux grandes rues piétonnes (la rue de la République et la rue Victor Hugo) ont subi un déclassement commercial.

  • 2 Février 2013 à 11h47

    François Marchand dit

    Bel article.
    J’ajoute dans la liste la superbe BMW 2002, que je n’ai malheureusement pas vue à Paris depuis une dizaine d’années.

  • 2 Février 2013 à 11h02

    ReCH77 dit

    Une jolie chronique hélas assombrie par les commissaires khmers verts détachés – comme les pièces – à la conduite correcte.
    La R5 était une vraie starlette du bitume, la preuve: http://www.bide-et-musique.com/song/13907.html 

  • 2 Février 2013 à 11h01

    Quentin albert dit

    Eh bien moi je roule en Vespa Primavera 125 de 1976 et je ne compte pas abandonner ce petit morceau d’Italie pour un scoot fabriqué en Chine façon porte savonnette en plastique!

  • 2 Février 2013 à 10h32

    panpan2017 dit

    Dans la même veine, le rallye de Monte-Carlo historique se terminait hier, et les voiture de notre enfance/adolescence, enfin, d’hier génèrent beaucoup d’émotion. On avait trop vite oublie les fiat 125/131 et leurs clones de l’Est (Polski), la R12 Gordini, les Auto-Union, ou l’Opel Ascona. Et bien d’autres encore. Même si protéger l’air est important, attaquer le problème par un si petit bout est un peu ridicule. Et oui, ces anciennes voitures font partie de notre patrimoine culturel.
     Même si le proprio de la R5 a de la chance que ses ailes arrières ne se soient pas encore désagrégées sous l’effet de la rouille (due à la cavité à l’arrière des roues qui stockait généreusement l’eau).  On avait beau repeindre pour revendre la voiture….
    Et puis oui, généralement vieille auto veut dire pas de thune, et ce ne sont pas 3 tickets de bus qui vont remplacer la R5. 

    • 2 Février 2013 à 12h21

      schaffausen dit

      Auto-Union ce n’était pas DKW ?

  • 2 Février 2013 à 10h19

    onethemars31 dit

    onethemars31@free.fr
    bonjour , les constructeurs prefere faire des autos ” jetables ” de nos jours ! et bourrée d electronique qui empeche de faire soit meme sont entretien , et surtout des autos tres ( trop ) chere , 15000 € pour une banale clio ou 208 dit premier prix , ce qui fait ne pas oublier 100000 francs , a l epoque du bon vieux francs t avait une berline haut de gamme pour cette somme et en plus fabiquer en france et pas en ukraine , en chine etc…..

  • 2 Février 2013 à 10h19

    onethemars31 dit

    bonjour , les constructeurs prefere faire des autos ” jetables ” de nos jours ! et bourrée d electronique qui empeche de faire soit meme sont entretien , et surtout des autos tres ( trop ) chere , 15000 € pour une banale clio ou 208 dit premier prix , ce qui fait ne pas oublier 100000 francs , a l epoque du bon vieux francs t avait une berline haut de gamme pour cette somme et en plus fabiquer en france et pas en ukraine , en chine etc…..

  • 2 Février 2013 à 10h02

    girafe234 dit

    C

    Ce qui m intéresserait c’est une manif très très urgente “les quais pour tous”
    à Paris.