Macron: le mirage, jusqu’à quand? | Causeur

Macron: le mirage, jusqu’à quand?

Il est encore temps d’ouvrir les yeux

Auteur

Gérard Blua
est écrivain et éditeur.

Publié le 10 avril 2017 / Politique

Mots-clés : ,

Emmanuel Macron maquillé sur le plateau de L'Emission politique de France 2, avril 2017. SIPA. 00801361_000004

Sorti de nulle part, Emmanuel Macron y retournera-t-il aussi vite ? La France entière – et pour des raisons diamétralement opposées – retient son souffle devant cet avatar de François Hollande : serait-il consistant ou bien ne serait-il qu’un courant d’air ? Est-il notre futur cauchemar présidentiel ou bien l’un de nos rêves puérils et fugaces ? Il faut dire que le spectacle est bien monté, l’acteur de bonne volonté dans son jeu, le public parfaitement préparé à l’applaudimètre par des commentateurs unanimes à suivre les ordres d’un dramaturge masqué. Bref, une représentation théâtrale fournie clés en main, avec deux dates exclusives de représentations nationales, les 23 avril et 7 mai prochains. Et en prime, la certitude d’une remise d’un César exceptionnel au héros. Un César qui n’aura jamais autant mérité son nom, vu le nombre de Brutus désormais en présence.

Une candidature marquée par la trahison

Car il n’aura échappé à personne que ce qui marque profondément cette candidature tombée du décor céleste, c’est la trahison. De toutes parts. De gauche comme de droite. Sans oublier le centre. Chacun fourbissant les pires ruses, déloyautés et traîtrises. Comme si Emmanuel Macron représentait avant toute chose, un dernier espoir de recyclage pour les seconds couteaux vieillis et les oubliés chroniques de la politique, c’est-à-dire tous ces néo-Judas fabriqués depuis des décennies par un système qui n’arrive plus à maîtriser la médiocrité. Ceux-là même qui, dans les Républiques troisième et quatrième, eussent fait et défait tous les gouvernements. Mais sont réduits depuis de Gaulle à suivre pour survivre, à se fondre dans l’anonymat d’un parti pour exister. Girouettes à l’arrêt sur le bord du chemin du pouvoir, attendant, souvent vainement dans le désert de Buzzati, qu’un Eole présidentiel veuille bien passer par là et leur donner un peu de vie.

Mais à quel Molière adepte des petites combinaisons et des sordides agencements côté cour et côté jardin, doit-on cette tragique comédie qui ramène une élection présidentielle à la pantalonnade la plus mortelle et notre pays au rang des pouvoirs bananiers ? Car il ne faut pas être expert en logique pour déceler dans le déroulement d’horlogerie suisse des événements que nous vivons depuis trois mois, une construction de longue date. Qui peut encore croire que le chœur des « Il est né le divin Macron » ne battrait que d’un élan religieux reconnaissant un esprit supérieur qui, selon Raphaël Stainville dans Valeurs actuelles, « marcherait sur l’eau » ?

Serait alors supérieur celui qui jette son pays dans les mains du Tribunal international pour « crimes contre l’humanité » commis en Algérie. Oublieux du calvaire et du massacre des Pieds-Noirs et des Harkis.

Serait alors supérieur celui qui, récemment, voit la Guyane comme une île dérivant on ne sait où. Peut-être entre l’Atlantique et l’Oural.

Serait alors supérieur celui qui peuple le département de Guadeloupe d’expatriés. Et pourquoi pas de colonisateurs.

Serait alors supérieur celui qui affirme sans rire qu’il n’y a pas de culture française. Notre héros serait-il inculte ou bien aurait-il honte de ses fondations et de son éducation ?

Serait alors supérieur celui qui, dans un récent débat télévisé présidentiel, comme on chasse le papillon, ramasse avec aplomb, chez ses adversaires de droite comme de gauche, les idées les plus consensuelles pour en faire, d’un tour de passe-passe, son programme. S’empêtrant dans les 35 heures, supprimées sans qu’on les supprime, conservées sans qu’on les conserve. Et surtout, qu’on ne l’ennuie plus avec ces petits détails vulgaires ! L’acteur reprend sans cesse le dessus sur le penseur !

Une image virtuelle flottant dans le néant

Car c’est cela Emmanuel Macron : une image virtuelle flottant dans le néant. Certains parlent de télé-réalité. D’autres font référence à un télé-évangéliste. Mais ce qui a prévalu à mon sens dans la délivrance des rôles, c’est son aplomb et son ambition. Le vide ambiant importe peu puisque le texte lui est fourni. C’est uniquement pour cela qu’il fut choisi et choyé dans les langes élyséens. Puis envoyé dans l’urgence d’un délitement quinquennal sur les routes du pouvoir. Mais l’élocution – dont, comme Démosthène, il fut instruit – n’est pas l’éloquence, et le sophisme n’est pas la philosophie. Ce qui tend à démontrer que le théâtre n’est pas la vie. Enfin, la vie quotidienne de tous nos concitoyens. Pas celle qui illumine les magazines people où, il faut le reconnaître, notre candidat-comédien excelle. Comment s’étonner dès lors  du puzzle d’affirmations qui marque ses interventions agitées et criardes : « On se fout des programmes ! » « Je revendique l’immaturité en politique ! » « Il faut penser printemps ! » « Je ne suis pas socialiste ! », ce parti dont il fut, pour bien engager sa course à l’échalote. Le meilleur est pour la fin. Ecoutez-le dérouler son véritable programme à Marseille : « Je soutiens l’OM ! » Ah bon. Quid de son prochain meeting à Paris ?

Ce qui m’inquiète le plus en l’occurrence, ce n’est donc pas le personnage lui-même, mais ceux qui se rallient à son panache d’accessoires de théâtre. Il y a, bien sûr, l’ensemble des assoiffés qui suivraient Panurge jusqu’au fond des océans pour un petit éclat politicien, juste leur nom une dernière fois sur une liste. Certes, il y a un peu de dégoût à voir ces encartés antagonistes se presser au guichet et démontrer ainsi au « Un pour tous, tous pourris » de Coluche qu’il était tout simplement visionnaire. Mais il y a tous les autres, nos voisins de palier, de bureau, les anonymes de la rue, qui n’ont pas encore compris que derrière le spectacle brillant de l’artiste, il faudra gouverner un pays, le sixième mondial, avec une majorité qui devra prendre des décisions, laquelle ? Majorité qui aura  alors le doigt sur le bouton atomique. Grands dieux ! Donne-t-on des allumettes à un enfant si près d’un dépôt d’essence ? Le général de la gendarmerie Bertrand Soubelet, avec beaucoup de sagesse, vient de dire : « Sans moi » et quitte l’esquif d’Emmanuel Macron. Une décision qui rassure l’intelligence et remet un peu d’ordre dans l’incroyable foutoir qui guide nos pas depuis des mois. Mais les autres ? Ceux qui de droite à gauche tendent leur sébile pour recueillir l’onction du prophète, comment pourront-ils accepter de faire ce qu’ils refusaient dans leurs partis originels ? Et ceux qui se pressent sur les gradins pour se nourrir des mots du prédicateur, quelle sera leur réaction lorsqu’ils vérifieront qu’ils ne recouvrent rien ? Il reste deux semaines devant nous pour voir la réalité et non les sept voiles qui la vêtent. Il reste deux semaines devant nous pour ne pas donner le coup de pied de l’âne au lion France, bien malade il est vrai.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 16 Avril 2017 à 2h54

      Pol&Mic dit

      MACRON… HAMON…. MELENCHON… etc… quasiment le même combat (à peu de chose près), car le mensonge est à tous les étages!
      …..
      si Macron arrive au pouvoir :nous en aurons pour CINQ ANS…. (les autres aussi)

    • 15 Avril 2017 à 16h16

      aurore dit

      Ce n’est pas un doublon

    • 15 Avril 2017 à 16h15

      aurore dit

      EXCELLENT ARTICLE ..SUPERBE ECRITURE

    • 13 Avril 2017 à 9h25

      Pol&Mic dit

      “quelle différence avec un pigeon” ? ‘Coluche)

    • 12 Avril 2017 à 16h43

      lafronde dit

      Cessons un peu les casseroles. Le bilan de quinquennat n’est pas présentable, sinon son responsable l’aurait présenté lui même. Concernant la politique économique et fiscale et ses résultats sur l’emploi rappelons que le Ministre il y a peu s’appelait E. Macron. Il a donc une part de responsabilité dans l’échec présidentiel sur la résorbsion du chômage, ne serait-ce que de n’avoir pas obtenu les arbitrages nécessaires.

      A dix jours du vote, il est temps de comparer les programme euro-compatibles. Macron-Fillon.

      Chers causeurs et causeuses, à vos claviers !

      Mesdames, Messieurs le macronistes, tirez les premiers !

      Lafronde, filloniste trocadérien, tendance Sens Commun, ou Anarcap, selon la météo. ;-)

    • 11 Avril 2017 à 14h26

      arbrecentenaire dit

      Honni-balourd, ben nous sommes d’acord…?!

    • 11 Avril 2017 à 11h30

      Guy Gatignol dit

      Depuis 40 ans à Droite et je voterai pour Emmanuel Macron.
      Regardez ma page FB, campagne pour F Fillon aux primaires et avant campagne pour L Wauquiez aux régionales et encore avant campagne pour C Serre candidat de la Droite aux départementales.
      Je suis libre, je ne suis pas encarté. Depuis ses affaires, ayant basé son programme radical sur la probité, la morale, l’éthique, l’exemplarité, virant NS et AJ sur ces thèmes, FF a perdu toute légitimité et crédibilité et ne pourra pas appliquer son programme en demandant des sacrifices aux Français avec ce boulet qu’il va traîner. J’ai la sensation que la Droite s’est vraiment durcie avec lui et son matraquage sur le Hollandisme de Macron ne porte ses fruits pour les convaincus LR. Pas sûr que sa stratégie soit la bonne pour les indécis.
      FF c’est l’assurance d’une France en bouillonnement. Nous avons besoin d’un président rassembleur avec un programme réaliste et équilibré et le renouvellement de la classe politique. Comme le disait de Gaulle “La France, c’est tout à la fois. C’est tous les Français. C’est pas la gauche, la France, c’est pas la droite, la France…… Et prétendre représenter la France au nom d’une fraction, cela, c’est une erreur nationale impardonnable.”

      • 11 Avril 2017 à 15h36

        C. Canse dit

        À Guy Gatignol

        Je vous rapporte la une du Monde de ce jour :
        - camp de migrants de Grande -Synthe ravagé par un incendie
        - Corée du Nord prête à réagir “quel que soit le type de guerre voulu par les États-Unis”
        - Référendum en Turquie : quels sont les enjeux de la réforme constitutionnelle ?
        (L’Express évoque l’obtention des “pleins pouvoirs” pour Erdogan) 
        Le monde semble bien instable, pensez-vous réellement que M. Macron ait la carrure de gérer toutes ces crises ? (Si le ralliement de J.-Y. Le Drian vous suffit, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.). 

        • 12 Avril 2017 à 7h50

          lafronde dit

          @Guy Gatignol
          Puisque vous votez à Droite depuis 40 ans, vous vous souvenez du scandale du Crédit Lyonnais, qui était en faillite. Hé bien il a fallut une alternance politique pour le découvrir. Pareil pour le Carrefour du développement.

          Voter Macron qui a été Ministre sous ce quinquennat, ce n’est pas voter pour l’alternance. Ce qui signifie que les scandales du quinquennat resteront caché et impunis.
          - le scandale de la BNP France taxée par l’extra-territorialité de la Justice US : neuf milliards d’euros ! qu’a fait le Gouvernement français, et Macron comme Ministre de l’économie ?
          - la vente au rabais aux américains de la haute technologie française d’Alstom
          - la gestion désastreuse d’Areva, patrimoine public !
          combien de milliards gaspillés ?
          - la vente de l’aéroport de Toulouse aux chinois
          - la gestion de la BPI, quel résultats ? que venait y faire Mme Royal ? en qualité de banquière ou de mère des enfants présidentiels ?
          - la gestion calamiteuse de Paris, de la Seine St Denis, de la Corrèze, qui enquêtera sans alternance ?

          Mr Gatignol, l’alternance a une vertu, celui d’avoir des points de vue contradictoire sur la gestion publique. Toutes les mandatures socialistes ont laissés des scandales. C’est logique le socialisme demande beaucoup d’argent pour payer le clientélisme, raison pour laquelle vous avez voté à Droite depuis 40 ans.

          Hé bien persistez dans cette bonne disposition pour découvrir les gabegies du quinquennat !

          Attention à votre patrimoine, Mr Gatignol, à votre age on est propriétaire, et avec Macron vous devrez payer le loyer fictif, et les taxes d’habitations à la place des 80% de foyers qui en seront dispensés.

          Question honnêteté, Mr Gatignol, cela ne vous gêne pas qu’un politicien, même novice, se fasse élire en promettant l’argent des autres ?

      • 12 Avril 2017 à 10h08

        Hannibal-lecteur dit

        Ce n’est pas le Hollandisme de Macron, le pire, c’est son équipe pour gouverner : des hollandistes bon teint plus des ralliés à qui on a fait des promesses intenables : satisfaire tout ce beau monde c’est l’impuissance annoncée, l’obligation de ne rien faire pour ne fâcher personne…

      • 12 Avril 2017 à 17h54

        i-diogene dit

        AREVA, EDF, Alstom, SNCF, Aéroport de Toulouse, Crédit Lyonnais, etc… Ce sont des nids du syndicalisme de privilèges qui rackettent régulièrement l’ Etat, pour cause de mauvaise gestion interne..

        … Bon débarras..!^^

        Sinon, l’ alternance est une escroquerie.. Autant de scandales à gauche qu’ à droite..!^^

        Le programme de Macron n’ a rien à voir avec le hollandisme, c’ est juste un projet logique pour faire progresser la France..

        Macron est un pragmatique.. Donc en cas de menaces de guerres, il réfléchira sûrement mieux qu’un renégat curaillon qui trimballe des casseroles et se réfugie régulièrement dans le déni..!^^

        • 12 Avril 2017 à 18h07

          Prince Murat dit

          Întéressant de voir jusqu’où peut aller la haine de son pays, venant d’un retraité vivant en Thaïlande !

        • 12 Avril 2017 à 18h28

          i-diogene dit

          La haine de mon pays, ou bien la haine d’ une bande mafieuse de syndicats qui rackettent la France au nom de leurs privilèges..?

      • 12 Avril 2017 à 10h03

        Hannibal-lecteur dit

        Amaury, mon peton, je ne regarde jamais les références que donnent les incapables comme vous de les exposer eux-mêmes, de les résumer ou de les expliciter selon leur propre compréhension et qui s’abritent ainsi derrière autrui pour n’avoir pas le courage de s’exprimer eux-mêmes.

        • 15 Avril 2017 à 12h29

          José Bobo dit

          Et comme vous avez tort, on en apprend beaucoup en suivant ces pages Web postées par d’autres internautes…

        • 15 Avril 2017 à 19h18

          Hannibal-lecteur dit

          JB, on apprend beaucoup …de sources fiables et beaucoup de sottises aussi de choses inutiles etc. de la plupart. Et quand c’est Amaury mon peton qui suggère une référence, dites-vous qu’elle est autant dénuée de pertinence que ce qu’il écrit lui-même.

    • 11 Avril 2017 à 8h49

      Colonel DAX dit

      MACREUX est le candidat idéal pour les Français.
      Ils reprendront ainsi pour 5 ans de hollandisme et seront ravis de râler (c’est toute leur conscience politique).

      Voter Mélenchon, Fillon, Le Pen ou Hamon, ça demande de l’estomac.
      Or le Français n’a de l’autruche que sa propension à l’évitement.

      “Ouvrir les yeux”, Monsieur Blua ?!
      Mais le marchand de sable MICRON est en train d’en remettre des couches et des couches sur des têtes (vides) déjà salutairement ensevelies…

    • 11 Avril 2017 à 8h46

      Leboulonnais1 dit

      L’émergence d’ En Marche a été accompagnée par la sortie de dossiers contre ses 2 adversaires principaux. Ce n’est pas ni un hasard ni le fruit d’un travail journalistique : les journalistes se poussent du col dans des révélations où ils ne sont que des agents de transmission. Le danger de cette élection c’est la manipulation de l’opinion publique par des “services”. Si la presse doit enquêter, C’est bien sur le Big Brother anti démocratique derrière ces révélations. Mais ça elle ne le voit pas…

      • 12 Avril 2017 à 7h30

        lafronde dit

        Vous avez raison. Dès que Hollande a renoncé à se présenter avec son bilan devant les français, il n’a plus garanti les institutions – ce pourquoi il est grassement payé – en particulier sous sa présidence, l’Etat a cessé d’être impartial. Surtout envers l’Oppositon et spécialement pendant la campagne électorale. Tout citoyen soucieux de ses droits et sa liberté politique devrait sanctionner ces manoeuvres.

    • 11 Avril 2017 à 8h22

      bon sens dit

      écoeuré par le “matraquage” des “médias” bien-pensants financés et aidés par la “haute-finance”internationale(banques Rothschild,Lazar,Goldman-satchs etc etc ) qui le soutiennent !je considère que Macron est un “Imposteur en Posture Permanente” D’ailleurs,si,par “malheur” il venait à être “élu” par “imposture”,le pays irait,à mon sens directement à la “révolte” annoncée Il n’est pas possible en effet,de retrouver pendant 5 ans le hollandisme,grimé en macaronisme) qui a ravagé NOTRE pays ! Relisez le “discours” convenu de macaron,à Marseille ,et vous serez édifié sur ce “type” qui n’a rien à faire des français et de la France ,etc de ……l’Ile de guyane !! !

    • 10 Avril 2017 à 20h21

      walkyrie dit

      Le pantin des banques et de l’Europe ne devrait pas faire longtemps illusion. Il est le sous-marin de hollande. Et qui veut un retour de Hollande ?

      • 13 Avril 2017 à 17h01

        i-diogene dit

        Walkiki,

        Ton com est particulièrement logique:

        - Macron pantin des banques,
        - Macron sous-marin de Hollande… Pour qui l’ ennemi c’est la finance..!^^

        … A force de réciter les tabloïds, on finit par affirmer des conneries impensables…!^^