Macron, un paradoxe français | Causeur

Macron, un paradoxe français

L’homme plaît mais ses idées ne sont pas celles des Français

Publié le 24 janvier 2017 / Politique

Mots-clés : , , , ,

Tracts de campagne d'Emmanuel Macron, janvier 2017. SIPA. AP22001933_000001

Il est ce que d’aucuns dans le milieu pourraient appeler un « OPNI », objet politique non identifié, dont la trajectoire fulgurante pourrait faire penser à celle d’un météore, tant l’ancien ministre de l’Economie a su capter sur lui l’éclat médiatique dans le ciel politique français. Une lumière qui lui confère aujourd’hui une légitimité et une crédibilité sans précédent dans l’histoire de la Vème République, pour un candidat à l’élection présidentielle inconnu du grand public il y a encore 3 ans.

Servan-Schreiber ou Félix Gaillard ?

Pour autant, Emmanuel Macron n’est pas le premier libéral agitateur d’idées voulant sortir la France d’une certaine sclérose grâce à une bonne dose de sociale-libéralisme. Longtemps, certains ont vu en l’ancien assistant éditorial de Paul Ricœur une réminiscence de Jean-Jacques Servan-Schreiber (JJSS), « notre Kennedillon » selon les bons mots de François Mauriac.

Initialement hommes de lettres brillants, médiatiques, porteurs de projets qu’ils prétendent novateurs pour la France, Emmanuel Macron et JJSS présentent de nombreuses similitudes. Toutefois, c’est peut-être Guillaume Larrivé, député LR, qui dressa la meilleure comparaison politico-historique en ce qui concerne le fondateur d’En Marche, en l’assimilant la semaine dernière à Félix Gaillard, plus jeune président du Conseil de la IVème République. A la tête d’un gouvernement de modérés, fédérant autour de lui plusieurs chapelles centristes, mais aussi indépendants et socialistes mesurés, celui qui n’avait pas encore franchi le cap de la quarantaine ne manquait pas d’idées solides pour notre pays, ni de qualités de technicien modernisateur.

La France n’a pas besoin d’un gestionnaire

Mais l’histoire comporte une dose de tragique face à laquelle le dynamisme et l’intelligence ne suffisent pas pour assumer la charge régalienne de l’Etat. Si, à l’instar de Félix Gaillard – qui prit des mesures économiques courageuses en accord avec son temps – Emmanuel Macron sut désenclaver l’activité de certains secteurs en France avec sa loi éponyme, l’époque actuelle et surtout les Français demandent autre chose qu’un simple gestionnaire comme chef d’Etat.

Car si l’ancien pensionnaire de Bercy a le vent en poupe dans les sondages, bénéficiant en ce sens d’une fenêtre de tir médiatique favorable eu égard du calendrier, force est de constater cependant que son discours centré sur les thématiques économiques ne parle pas ou très peu à l’ensemble des Français. Dans une étude publiée par l’institut de sondages Elabe il y a deux mois, le terrorisme (46%) et l’immigration (35%) apparaissaient ainsi comme deux des trois sujets les plus importants auxquels notre pays était confronté, tandis que le manque d’activité économique n’arrivait qu’en sixième position (21%), bénéficiant de seulement trois points de plus que la place de l’islam en France (18%). Un constat d’autant plus implacable que selon la même étude, 56% des Français estiment qu’il faut renforcer les moyens des forces de police et militaires quitte à renoncer à d’autres dépenses, tandis que près de la moitié d’entre eux se prononcent en faveur du renforcement du code pénal (48%).

Autant de positions sur lesquelles Emmanuel Macron apparaît en décalage complet avec la volonté de ses concitoyens et qui font écho à ses prises de distance avec l’exécutif au moment du débat sur la déchéance de nationalité. C’est d’ailleurs à cette époque qu’il appelait à prendre en cause les origines sociales du terrorisme et à s’interroger sur la part de responsabilité de la France, versant en ce sens dans un moralisme culpabilisateur à l’égard de la République. Un contre-pied parfait à l’égard du sursaut conservateur qui traverse l’hexagone depuis le début des années 2010 et d’une façon générale, l’ensemble des sociétés occidentales.

De qui/quoi Macron est-il le nom ?

De fait, au moment où le concept d’Etat-nation que l’on croyait tombé en même temps que le mur de Berlin fait son grand retour sur fond de crispations identitaires et de montée du terrorisme islamique en Occident, au moment où le Royaume-Uni et les Etats-Unis, chantres du néo-libéralisme  de la fin du XXème renouent avec le protectionnisme en réactivant la fibre patriotique, au moment où le mythe de la « mondialisation heureuse » s’écroule sous le poids des délocalisations et de la paupérisation de la classe moyenne périurbaine, Emmanuel Macron déboule avec un programme libéral-libertaire teinté d’europhilie hexagonale, négligeant jusqu’à présent les sujets régaliens, symboles d’une autorité de l’Etat que les Français aspirent à retrouver.

En 1992, James Carville, conseiller de Bill Clinton, alors candidat à la Maison Blanche, avait fait afficher dans le QG de campagne démocrate la devise «The economy, stupid!», afin de mieux illustrer la nécessaire focalisation sur les enjeux économiques auprès des électeurs. Une génération plus tard, le constat n’est plus valable et se fracasse sur le mur des réalités dont Patrick Buisson avait deviné les fondations dès les années 1980. Une époque où siégeaient au gouvernement en France des ministres communistes alors même que triomphaient en Europe et aux Etats-Unis les idées de Milton Friedman. Singularité française paraît-il.

Ainsi, alors que nombreux observateurs se demandent aujourd’hui de qui/quoi Emmanuel Macron est-il le nom, une première ébauche de réponse pourrait se dessiner. Et si ce n’était pas tout simplement du « paradoxe français » ?

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 29 Janvier 2017 à 9h44

      Pyrrhon dit

      Les idées d’Emmanuel Macron en matière d’économie ne sont pas partagées par les français. Celles des autres pas davantage, car ce n’est pas leur boisson préférée. C’est quand même un chapitre important de la politique, et plus que jamais, la remise en route de la machine économique est la condition de la réussite d’un quinquennat. La méthode de Robert Dhery (dans le film “La belle américaine”) n’est pas conseillée bien qu’elle en tente beaucoup.
      Les idées d’Emmanuel Macron me semblent très valables. 

      • 29 Janvier 2017 à 9h57

        durru dit

        “Les idées d’Emmanuel Macron me semblent très valables.”
        Lesquelles? Vous pouvez détailler, car lui il a visiblement du mal.

    • 28 Janvier 2017 à 21h56

      radagast dit

      Contacté, Laurent Bigorgne, passablement agacé, met en garde contre les amalgames : «Il se trouve qu’Emmanuel Macron est un ami de très longue date», justifie-t-il. «Nous nous sommes rencontrés il y a dix-sept ans à Sciences-Po, où je travaillais auprès de Richard Descoings. C’était bien avant que je ne rejoigne l’Institut Montaigne. J’ai accepté de donner un coup de main à Emmanuel pour loger son association à titre purement privé. Sous-entendre que l’Institut Montaigne ait pu être mobilisé ou fournir un soutien logistique à cette occasion, c’est honteux”
      http://www.liberation.fr/france/2016/04/07/en-marche-macron-dans-son-fauteuil-club_1444723

    • 28 Janvier 2017 à 21h49

      radagast dit

      Macron c’est la France de Richard Descouings , de Minc ,d’Attali , pas celle de Monsieur tout le Monde .

    • 28 Janvier 2017 à 19h34

      Chr martel dit

      Le programme de Macron, n’est toujours pas encore sorti à ce jour.
      Mais si on est perpicace, on le retrouvera dans le roman politique-fiction( (premonitoire?) “Soumission» de Michel Houellebecq.

      C’est pas ma tasse de thé. Pas le roman, le programme .

    • 28 Janvier 2017 à 16h19

      YRA dit

      Je suis assez d’accord avec JOLI DIT, mais je n’avais jamais imaginé sa dernière phrase sur “l’épouse sibylline”. Bien sûr cela ne veut pas dire qu’il est incapable, disons qu’il fait,qu’on le veuille ou non,parti du système. Mondialisation, ouverture des frontières à la manière Merkel, soutiens d’ Attali,Bergé, Kouchner, Minc, des vieux de la vieille le finançant ? …mais maintenant le bon peuple sous la coupe de la bien-pensance. MACRON,une erreur ? l’avenir nous le dira (à lire l’excellent article d’Yvan RIOUFFOL dans le figaro de ce samedi 28/01/2017, tout est dit..en terme de politique, bien sûr

    • 28 Janvier 2017 à 15h45

      birdie92 dit

      Votre éditorial est très éclairant. Permettez moi d’y ajouter que demain ( même aujourd’hui ) le marché du travail va faire que la norme sera Bac + 5 et que les classes moyennes risquent de basculer dans la classe “pauvres” Seuls quelques secteurs y échapperont : Santé et hôpitaux, hôtellerie, les artisans notamment, non dé-localisables. Donc la formation sera un enjeu considérable pour les français En bref il ne s’agit pas répondre a ce que demandent les français mais à ce dont ils “ont besoin” . Certes on peut comprendre aisément que les politiques s’en tiennent à la doxa officielle pour ne pas faire peur et se faire élire.
      Osons dire que les jeunes dont les parents sont aisés partent déjà à l’étranger pour se former. Les diplômes français sont très mal classés ( voir étude PISA) parce qu’ils sont centrés sur “la vie notée” et non sur “la vraie vie” en particulier le manque de travail en groupe avec un coefficient élevé! Bien sûr les enjeux mentionnés dans votre éditorial sont réels et significatifs mais limités

      Sur un tout autre plan il faut rappeler que le patrimoine des français est de 10 000 milliards ! de quoi “éponger” notre dette.
      Quant aux riches, je suggère avec modestie de lire mon blog : editoriauxinterdits.blog.lemonde.fr.
      Enfin mon choix pour la présidence n’est pas encore fait. J’attendrai la dernière semaine avant l’élection pour choisir, non pas un parti, mais un homme d’état

    • 28 Janvier 2017 à 11h59

      José Bobo dit

      Effectivement, la grande limitation intellectuelle et politique de Macron est son incapacité à penser autre chose que l’économie. Mais comment le pourrait-il ? la science infuse n’existe pas. Il a sans doute passé sa vie dans un univers riche et protégé qui ne lui a pas permis de comprendre les problèmes identitaires qui secouent notre pays. Il promet du pouvoir d’achat à tout le monde grâce à des réformes économiques de bon sens mais il ne voit pas que le principal problème des gens des classes moyennes et inférieures sont d’ordre moral et sécuritaire. Les riches sont protégés grâce à leur argent qui leur permet de vivre et de partir en vacances dans des ghettos de l’entre-soi. Et c’est tellement plus sexy d’aimer l’étranger et d’avoir l’esprit ouvert sur la diversité du monde !

    • 28 Janvier 2017 à 11h50

      joli dit

      Fillon reste ,et de loin, le meilleur et le plus crédible des candidats des LR pour cette élection.
      Et les nombreux jaloux de sa classe politique feront tout pour le dégommer, apportant la preuve de leur indifférence totale au sort du pays, et de leur pourriture totale, tels que Dati, Estrosi et quelques autres nullissimes.
      Ce débat sur Pénélope Fillon, exacerbé par des media plus pourris que jamais, c’est l’écume sans intérêt de cette campagne.
      Voter Macron c’est s’aventurer sur un territoire semé d’embûches en raison de l’inexpérience avérée de cet inconnu. Sans parler des rumeurs d’homosexualité masquée et des problèmes d’argent dénoncés lors de son passage à Bercy. Qu’on soit homo, çà ne pose aucun problème sauf si on s’en cache derrière une union sibylline avec une “épouse” plus âgée d’un quart de siècle.

    • 27 Janvier 2017 à 20h45

      radagast dit

      J’ai entendu M Macron ce matin sur France Culture .
      Il me semble un homme cultivé à l’esprit bien construit .
      De plus , et ça ne gâte rien , il s’exprime très bien et même avec une certaine élégance ( sauf dans les meetings ou pour s’adresser à ses partisans il est bien obligé d’employer un langage qu’ils puissent comprendre… ).
      Le problème c’est que voilà un candidat antisystème qui est un pur produit du système , archétypique même.
      Le problème c’est que c’est bien gentil de dire que l’on est ni de droite ni de gauche comme on dit qu’ on est pour l’air pur et les petits oiseaux mais il y a des moments , des sujets ou il faut choisir …
      Et surtout le problème le plus grave ce sont ceux qui le soutiennent , les Drahi , les Minc etc.
      Nul doute que s’il était élu ils viendraient lui présenter la note .
      Et cette note là , comme celle dit on de ses frais de bouche , ce sont les Français qui la paieront.
      Je m’apprêtais à voter Fillon , sans passion ,en me disant qu’au moins les sacrifices serviraient peut être à restaurer la crédibilité de la France .
      Il semble que sa candidature ait du plomb dans l’aile.
      Je ne voterai jamais pour Macron car je ne veux pas que les sacrifices profitent à la finance mondialiste .

      • 29 Janvier 2017 à 9h54

        Pyrrhon dit

        Moi aussi, j’ai entendu les propos de Macron sur France-Culture. Ses idées sur le sujet sont aussi brillantes que les autres. Si Fillon est empêché, par malheur, je n’hésiterai pas à voter pour Macron. Il sera le “moins pire”. 

        • 29 Janvier 2017 à 9h59

          durru dit

          “Il sera le “moins pire”. ”
          Certes. Mais ça dépend pour qui.

    • 25 Janvier 2017 à 15h19

      Martini Henry dit

      Soutien financier de l’Elysée, réseaux de banquiers, journalistes dévoués (Emmanuel Chain, Laurence Haïm, etc), Minc, Corinne Lepage, Jean-Paul Huchon, Jean-Marie Cavada, Kouchner… Autant de vieux chevaux de retour qui ont mangé à tous les râteliers, tapé à toutes les portes, grenouillé dans toputes les magouilles centristes… C’est sûr, ça sent le neuf!
      Un peu d’air frais, comme dirait Orwell!
      http://lvsl.fr/exclusif-lelysee-a-organise-main-venue-de-macron-liban

      • 25 Janvier 2017 à 15h26

        mogul dit

        C’est vrai que tout ça sent bon le frais et les idées neuves… 

      • 25 Janvier 2017 à 15h27

        Flo dit

        Vous oubliez Royal, dernière en date.
        Le renouveau de Macron ? C’est le réceptacle de tous les bras cassés de la politicaille.

    • 25 Janvier 2017 à 14h22

      Martini Henry dit

      Ségolène Royal, ce qu’on peut imaginer de plus bête dans tout le personnel politique français, admiratrice du démocrate Castro, qui ne va pas tarder à rejoindre ravi de la crêche! Des leçons à donner sur les droits de l’homme, les macronistes?
      http://video-streaming.orange.fr/tv/macron-vs-dicaprio-qui-criera-le-plus-fort-video-VID0000002ggPp.html
      Non mais, sans déconner? C’est quoi ce crucifié de podium? On peut voter pour ça?

      • 25 Janvier 2017 à 16h20

        i-diogene dit

        … Et pendant que Macron galvanise des foules, Tartine le Pouët s’ acharne sur les immigrés illégaux: un projet majeur pour l’ économie et l’ avenir du… FN.. !^^ .. Hahahaha..

        • 28 Janvier 2017 à 12h05

          José Bobo dit

          Terminer un post par “Hahahaha” ne le rend pas drôle pour autant vous savez.

    • 25 Janvier 2017 à 13h17

      mogul dit

      Macron a utilisé à lui tout seul 120 000 euros de frais de bouche, en 8 mois, lorsqu’il était à Bercy, soit 80% de l’enveloppe annuelle allouée à son ministère par le budget. “À ce train là, on ne sait pas comment il aurait terminé l’année !” dit une des gorges chaudes du ministère du budget.
      Eh bin, voilà, le mystère est levé, on connaît une des sources de financement de sa campagne. C’était pas bien compliqué :-)) 

    • 25 Janvier 2017 à 12h52

      Warboi dit

      Laissons tranquillement s’installer l’idée d’un second tour Macron/Le pen !!

      • 25 Janvier 2017 à 13h02

        durru dit

        Finalement, c’est le seul argument concret de la campagne Macron.

    • 25 Janvier 2017 à 11h29

      golvan dit

      D’une certaine façon, il suffit de savoir que Macron est un favori d’Attali pour comprendre qu’il n’est pas forcément “raccord” avec le bon sens qui définit une culture nationale, et la notion de nation française.
      Ca ne serait pas un problème s’il ne prétendait pas diriger la France et devenir président de la République sans jamais avoir été élu de quoi que ce soit.
      On peut considérer que les partis politiques dits traditionnels ne proposent pas une offre séduisante sans pour autant se pâmer devant un représentant de
      la finance, car son parcours ne laisse planer aucun doute à ce sujet, sorti de nul part. Par “nul part” je veux dire un endroit où il aurait pris conscience des conséquences de ses choix de vie personnels ( c’est-à-dire l’enrichissement facile lors de fusion-acquisition par exemple ) sur le chômage et les délocalisations éventuelles, et donc les conséquences sur la vie réelle des gens dont il prétend réclamer les suffrages.
      Au lieu de ça il traite les gens du nord d’alcooliques, les Bretonnes d’analphabètes, et ose dire à un ouvrier que s’il travaillait plus il pourrait s’acheter un costume…
      Et que propose-t-il comme programme ? Les recommandations des vassaux de Goldman et Sachs qui pullulent à Bruxelles. Ni plus, ni moins.
      Les élections vont être déterminées par les propositions claires des candidats sur la sécurité intérieure et extérieure, et donc de l’opinion clairement exprimée du candidat sur ce que signifie réellement pour lui la notion de nationalité, donc sur l’immigration débridée proposée par l’UE.
      Et bien sûr sur l’acceptation, ou non, du chômage de masse, conséquence évidente des délocalisations massives qui continuent, clairement accepté par ce crétin de Hamon et son revenu universel.
      Identité bafouée et chômage de masse, deux conséquences d’un monde adulé par Macron le mondialiste convaincu, et deux sujets sur lesquels il prend bien garde de ne pas s’exprimer concrètement.

      • 25 Janvier 2017 à 12h21

        Warboi dit

        Les vassaux de Goldman Sachs ils sont dans le gouvernement de Trump et vous adorez, alors un peu de cohérence.
        Votre frontisme assumé (au moins c’est déjà ça) qui remet notre sécurité extéeieure entre les mains de Poutine fait 30%, il ne parle pas au reste de l’opinion qui veut surtout du boulot. L’économie mondiale est en voie de totale réorganisation, ce n’est pas en figeant notre économie entre ses petites frontières que vous lui ferez prendre le tournant de toutes les transitions en… marche. Votre logiciel a 50 ans, il est mort !

        • 25 Janvier 2017 à 13h31

          mogul dit

          L’économie mondiale est en voie de totale réorganisation…
          Le genre de formule creuse comme celle qui émaillent le discours de votre micheton.
          On voit que le protectionnisme fait un retour en force partout dans le monde, que du coup les Chinois (une référence) se font les nouveaux chantres de la mondialisation dont ils été les plus grands gagnants. Bref, réorganisation il y a bien, mais peut être pas dans le sens où vous l’entendez. Encore un train que nos génies de Bruxelles vont sûrement manquer…
          “L’opinion veut du boulot…”, bin tiens. Le problème c’est qu’il continue de filer vers où vous savez, et c’est la politique que vous défendez qui en est la cause. Alors quand vous donnez des leçons de cohérence..
          Depuis le début,  je dis que le discours de Macron est vieux comme la lune. À propos de logiciel, le vôtre commence à tomber en morceaux à force de vétusté, et votre mignon n’y réchappera pas. Ses joues roses et ses emportements puériles ne seront que de peu de poids…

        • 25 Janvier 2017 à 13h32

          mogul dit

          celles qui émaillent

        • 25 Janvier 2017 à 14h01

          golvan dit

          @ warboi à12h21
          Ce qu’il y a d’amusant avec vous, c’est que vous faites les questions et les réponses selon le sens qui vous arrange.
          Ainsi je suis un partisan de Trump, c’est intéressant alors que le seul qualificatif que je lui ai attribué est l’adjectif “baroque”. Mais cela fait sans doute de moi un partisan du nouveau président des USA.
          Et puis il y a mon “frontisme assumé”, amusant également dès lors que je ne vote pas pour le FN mais cela semblant être votre seul argument il faut bien le sortir.
          C’est d’ailleurs courant chez les idiots qui se pâment devant la mondialisation de traiter leurs opposants de poujadistes, d’autarciques, de fachos ou bien, nouveauté, de parler d’un “logiciel de 50 ans et forcément mort”.
          Le côté amusant de l’histoire est de rencontrer des petits fonctionnaires français qui se font les hérauts de la mondialisation au nom du modernisme, en oubliant que leur statut personnel est le fruit des amours singulières entre De Gaulle et le PC, et qu’il a 72 ans.
          Lorsque tous ces farceurs, dont vous, seront d’accord pour travailler sans la sécurité éternelle et leurs avantages divers et variés, alors peut-être les écouterai-je d’un derrière distrait.
          En attendant vous me faites doucement rigoler.
          Quant à Poutine, qui semble vous obséder, je pense effectivement comme Trump qu’en s’en faisant un allié et non un ennemi en le provoquant, comme l’a fait Obama, en réalisant avec la Cia un coup d’Etat en Ukraine et en le provoquant dans les Etats baltes, ce sera infiniment mieux pour la paix en Europe.
          Mais j’ai bien dans votre post la formule “l’économie mondiale est en voie de totale réorganisation”, alors que précisément la mondialisation n’est jamais que le refus par les puissances financières et les multinationales de toute forme d’organisation qui puisse leur faire obstacle.
          Vous n’avez décidément rien compris.

        • 25 Janvier 2017 à 14h25

          Martini Henry dit

          Ah Warboi! Voilà maintenant que vous prétendez que le FN ne parle qu’à 30% des français après avoir affirmé qu’il disait ce que les français voulaient entendre… Faudrait savoir! Souvent femme varie,etc…

        • 25 Janvier 2017 à 15h17

          i-diogene dit

          Golvan, Mogul and Co,

          Cette histoire de mondialisation n’ est pas un argument valable:

          - La mondialisation est une réalité mise en place par le pouvoir financier international..

          - Or la finance est un pouvoir qui dicte les règles du jeu, bien au-dessus du pouvoir politique:

          - Tout les partis devront faire avec cette contrainte, même le FN..!^^

          - Aucun parti ne parle d’ abolir l’ argent, ils sont TOUS tributaire de la finance..

          - la seule méthode qui pourrait lutter efficacement contre la haute finance internationale, c’ est que tout le monde retire son argent des banques et paient en espèces..

          - Moins de 10 % des transactions mondiales se font en espèces, et principalement sur des petites sommes.. A peine 3 % en France..

          - La finance capte l’ argent en vous imposant des moyens de paiements virtuels et scripturaux, censés représenter votre argent: chèques, cartes bancaires, virements, prêts, assurances, etc… Vous n’ avez donc plus accès à votre argent en espèces, les retraits étant limités, même avec une carte platine..!^^

          - les espèces vont disparaître, même la petite monnaie, avec les mini moyens de paiements virtuels (Monéo, paiement par portable, etc)..

          - Or, AUCUN parti politique, AUCUNE idéologie ne vous incitent à payer en espèces pour reprendre du pouvoir sur les banques… Ce qui démontre qu’ elles sont TOUTES dépendantes de la finance..

          Alors, cessez-donc de délirer avec la mondialisation, elle n’ est pas gérable par des méthodes électorales..

          Quitte à faire, autant donner du pouvoir à un spécialiste de la finance internationale qui saura mieux défendre les intérêts de la France et de l’ UE que les démagogues, politiciens de métier, avocaillons et autres bavards..!^^

    • 25 Janvier 2017 à 11h00

      marie210917 dit

      Macron est une bulle merdiatique point barre.

      Hier sondeurs et merdias voulaient nous vendre ali jupette, aujourd’hui ils veulent nous vendre macron : cela sera comme à l’accoutumé un gros flop !

      • 25 Janvier 2017 à 11h05

        Warboi dit

        tmtc -;))))))

      • 25 Janvier 2017 à 12h43

        beubeuh dit

        Merdias, Ali Juppé…il manque les journalopes et on a presque un bingo.

        Je me demande si ce genre de post est créé par des êtres humains en chair et en os ou si on a déjà des scripts pour réagir automatiquement aux articles.
        Encore les ravages de la révolution numérique, les trolls sont en voie d’ubérisation.

      • 28 Janvier 2017 à 11h59

        joli dit

        Fillon reste ,et de loin, le meilleur et le plus crédible des candidats des LR pour cette élection.
        Et les nombreux jaloux de sa classe politique feront tout pour le dégommer, apportant la preuve de leur indifférence totale au sort du pays, et de leur pourriture totale, tels que Dati, Estrosi et quelques autres nullissimes.
        Ce débat sur Pénélope Fillon, exacerbé par des media plus pourris que jamais, c’est l’écume sans intérêt de cette campagne.
        Voter Macron c’est s’aventurer sur un territoire semé d’embûches en raison de l’inexpérience avérée de cet inconnu. Sans parler des rumeurs d’homosexualité masquée et des problèmes d’argent dénoncés lors de son passage à Bercy. Qu’on soit homo, çà ne pose aucun problème sauf si on s’en cache derrière une union sibylline avec une “épouse” plus âgée d’un quart de siècle.

        • 28 Janvier 2017 à 12h17

          José Bobo dit

          Cette affaire de rémunération de sa femme ne présente tout de même pas Fillon sous un jour très flatteur, vous en conviendrez. Peut-être ses options politiques restent-elles les meilleures pour gouverner notre pays mais la l’image de probité de l’homme en prend un sacré coup dans l’aile…
          Pas terrible pour gagner une élection !

    • 25 Janvier 2017 à 10h19

      laborie dit

      120000 euros de “frais de bouche” de son ministère pour aider le début de sa campagne, c’est le signe de quoi, à votre avis?

      • 25 Janvier 2017 à 11h04

        Warboi dit

        D’une réponse hâtive au SCUD contre Penny, l’attachée parlementaire bidon aux 500 000 euros…

        • 25 Janvier 2017 à 12h27

          Warboi dit

          Fillon il paye les Français 35 heures pour 39 heures de travail et sa meuf 500 000 pour zero ! J’aime cet homme. Encore !!!

        • 25 Janvier 2017 à 12h34

          durru dit

          D’abord, vous n’en savez rien. Puis, c’est pas Fillon qui paie (ou qui va payer) les Français, on est pas (encore) dans l’URSS de Staline ou au Cuba avec Castro. Même si c’est clairement votre rêve.

        • 25 Janvier 2017 à 12h51

          steed59 dit

          visiblement nadia a décidé de se parfumer du même fumet que les boules du palmipède

        • 25 Janvier 2017 à 16h09

          i-diogene dit

          Quelle défense de Fillon sur ce sujet d’ emploi fictif..?:

          - Boules puantes,
          - les Canard est misogyne (…!^^)..
          - acharnement médiatique..!

          … Sauf que, quand le Canard affirme, il a toujours des preuves juridiques:
          - quelques-uns sont en taule et d’ autres sur le toboggan judiciaire pour avoir sous-estimé la validité des ses dossiers..!^^

          … Quand je vous disais que Fillon, c’ est du Sarko bas de gamme…!^^

    • 25 Janvier 2017 à 8h25

      Broquere dit

      Eviter de penser, de réfléchir et surtout éviter d’agir sont les moteurs de la décadence française que Macron sert avec talent en se présentant hors establishment.
      Imposteur immature adulé par les Nuls! Jusqu’à quand?

    • 25 Janvier 2017 à 0h20

      Hannibal-lecteur dit

      “ses idées ne sont pas celles des Français” dites-donc, M. Picard, ça suffit pas de le prėtendre, il faudrait aussi le démontrer un minimum, ce que vous oubliez de faire…
      En fait, le vrai paradoxe Macron , c’est qu’il n’a pas besoin de dire qqchose, il suffit qu’il ne dise PAS ce que tous les autres disent, dont tout le monde est fatigué. Une aubaine ! Même en ne disant rien ( son programme? ) il gagne encore! 

      • 25 Janvier 2017 à 0h27

        Martini Henry dit

        Ben c’est là : “Dans une étude publiée par l’institut de sondages Elabe il y a deux mois, le terrorisme (46%) et l’immigration (35%) apparaissaient ainsi comme deux des trois sujets les plus importants auxquels notre pays était confronté, tandis que le manque d’activité économique n’arrivait qu’en sixième position (21%), bénéficiant de seulement trois points de plus que la place de l’islam en France (18%). Un constat d’autant plus implacable que selon la même étude, 56% des Français estiment qu’il faut renforcer les moyens des forces de police et militaires quitte à renoncer à d’autres dépenses, tandis que près de la moitié d’entre eux se prononcent en faveur du renforcement du code pénal (48%).”
        L’auteur n’oublie pas de démonter ce qu’il avance. Il s’appuie sur un sondage (et bien d’autres) qui fait état des priorités des français. Elles ne semblent pas tout-à-fait coller avec le programme façon Attali de l’extatique de tribunes…

        • 25 Janvier 2017 à 0h46

          Warboi dit

          Oui mais Macron n’est pas démagogue et ne dit pas aux Français ce qu’ils ont envie d’entendre…. c’est sûr que ça doit vous changer.

        • 25 Janvier 2017 à 0h55

          Lector dit

          haha, oh ben non hein, il ne dit pas à son fan-club, pardon à ses électeurs^^, ce qu’il/s a/ont envie d’entendre… wéwéwé… ça change !

        • 25 Janvier 2017 à 1h15

          Martini Henry dit

          Bof, argument en bois Warboi! Comme d’hab. Marine Le Pen est rejetée par 70% des français et son programme avec. Y’a des façons plus malines de leur dire ce qu’ils pensent, non? Qui dit au français ce qu’ils ont envie d’entendre? À quels français? Contre Macron MLP ferait 35% au second tour! Qui est démago?
          Quand au programme de l’éjaculateur d’estrade, les français ne doivent pas en connaître grand chose… Ils voient une espèce de ludion nain s’agiter en tous sens et regardent ça de l’œil blasé de celui à qui on ne la fait plus…

      • 25 Janvier 2017 à 8h29

        durru dit

        Avez-vous jamais vu un éléphant dans un cerisier, HL?

        • 26 Janvier 2017 à 18h04

          Hannibal-lecteur dit

          Ben, heu, …non?

        • 26 Janvier 2017 à 18h11

          durru dit

          Il se cache bien, n’est-ce pas?