La méritocratie contre le mérite | Causeur

La méritocratie contre le mérite

Emmanuel Macron, incarnation de l’oligarchie

Auteur

Jean-Paul Brighelli

Jean-Paul Brighelli
Enseignant et essayiste, anime le blog "Bonnet d'âne" hébergé par Causeur.

Publié le 24 janvier 2017 / Politique

Mots-clés : , , ,

Emmanuel Macron lors d'un meeting de "En Marche" à Clermont-Ferrand, janvier 2017. SIPA. 00787596_000006

Il y a quelques jours, le New York Times a publié un intelligent article sur « The rise and fall of European meritocraty ». Ivan Krastev y dresse un parallèle entre l’effondrement (si seulement c’était vrai !) des pseudo-élites auto-proclamées mondialisées et la montée des populismes, notant que « l’élite méritocratique est une élite mercenaire, qui n’est pas sans rapport avec la façon dont les clubs de foot les plus compétitifs s’échangent les meilleurs joueurs ». Et de préciser que « les banquiers hollandais heureux vont à Londres, pendant que les bureaucrates allemands compétents occupent Bruxelles ». Ces gens-là n’ont pas de frontières, ils n’ont plus de nation.

D’où l’incompréhension desdits banquiers londoniens d’adoption lorsque le peuple anglais a voté le BrexitNot in my name ! se sont-ils exclamés ! D’où l’ahurissement des bureaucrates bruxellois devant les votes eurosceptiques, qu’ils ont contournés grâce à la complicité active d’autres bureaucrates associés à quelques politiques intéressés. D’où la sidération des médias à l’élection de Trump ! Ce tout petit monde, comme dirait David Lodge, va de stupéfaction en stupéfaction. Vite, s’inventer un pare-feu !

Vite, inventez-moi un petit Macron!

Un parti populiste pourrait briller aux prochaines élections ? Vite, inventez-moi un petit Macron, puisque Hollande ne peut plus fournir. Les fonds ne manquent pas à Emmanuel Macron pour monter des meetings. On y vend aux foules un bonheur parfaitement imaginaire. Parce que l’Europe telle qu’elle s’est construite, l’Europe de la finance, de la City et de Goldmann Sachs — parlez-en aux Grecs, de Goldmann Sachs —, cette Europe qui choisit de parler anglais — non pas la langue de Shakespeare, mais celle des épiciers du Stock Exchange —, cette Europe-là n’a rien à voir avec le bonheur. Au moins, pour européen qu’il soit, François Fillon ne promet que du sang, de la sueur et des larmes.

Le bonheur, ce ne sont pas ces tomates standardisées, dépourvues de goût, mais conformes à un idéal européen décidé à Bruxelles, où d’ailleurs on n’en cultive pas. Ni ces normes alimentaires qui nous empêchent de manger des fromages non pasteurisés et du lait frais non UHT. Le bonheur, ce ne sont pas ces écoles où l’on enseigne le français tel qu’il se parle mal — baragouinez, mes enfants, Bruxelles s’occupe du reste. Un sabir dans lequel se dissolvent peu à peu les langues nationales, mais qui…

Lisez la suite de l’article sur le blog de Jean-Paul Brighelli

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 25 Janvier 2017 à 17h39

      rolberg dit

      “« l’élite méritocratie est une élite mercenaire »” Ça devrait être une évidence mais les médias vivent de l’éloge qu’ils font de ses membres. Et qui peut vivre sans l’entertainment des médias ?

    • 25 Janvier 2017 à 16h19

      MGB dit

      FILLON a ma sympathie, mais il est quand même un produit du système et il a été aux commandes pendant 5 ans avec le succès que l’on a vu. Certes il était sous les ordres de Sarkozy, mais tout de même, il s’est accommodé de la situation, comme Ayrault au quinquennat suivant. Fera t-il le poids s’il est élu en mai ?
      Et puis arrive cette histoire de népotisme avec sa femme censée avoir été son assistante parlementaire. Il en avait le droit et il l’a rémunérée sur son traitement de député, mais était-ce un emploi réel et non fictif ?
      C’est un mauvais coup qui lui est porté, une saloperie de plus de la gauche qui va sans doute les multiplier, mais n’en est-il pas responsable ?
      Comme ce crétin de GUEANT qui s’est servi dans la caisse ! Pour lui ou au bénéfice de qui ? Son âme damnée ?

      • 25 Janvier 2017 à 16h42

        i-diogene dit

        .. Sauf que ce n’ est pas un “coup” de la gauche, mais du Canard Enchaîné, le seul journal indépendant français qui perdure depuis la révolution française..

        .. Quand le Canard dénonce, il a TOUJOURS des dossiers pour valider ses accusations..

        .. D’où proviennent ces dossiers..?:

        - Dans la grande majorité des cas, des propres collaborateurs de la victime qui a des comptes à régler avec son ex-patron..!^^

        … Une seule certitude: que la victime soit de gauche ou de droite, si les dossiers tiennent la route, le Canard publie et protège son informateur..!^^

        • 25 Janvier 2017 à 16h51

          Villaterne dit

          « Le Canard Enchaîné, le seul journal indépendant français qui perdure depuis la révolution française. «
          Vous vous emballez jeune homme ! Depuis la première guerre mondiale suffira et c’est déjà pas mal !

    • 25 Janvier 2017 à 15h30

      adadaf dit

      “…qui connaissait De Gaulle avant le 18 juin ?…”
      Réponse : personne. Il est d’ailleurs vraisemblable que sans la 2ème guerre mondiale, il eût terminé sa carrière colonel dans l’anonymat le plus complet. Idem pour Napoléon sans la révolution.
      Le renouvellement des élites, ou de la méritocratie comme A.B en fait la subtile différence, a toujours tendance à s’appuyer sur une sélection élaborée par les mêmes élites. C’était le cas autrefois avec l’aristocratie et c’est vrai aujourd’hui avec les classes prépa et l’ENA.
      C’est une tendance naturelle parfaitement illustrée par 2 auteurs :
      Le docteur Laurence Johnston Peter dans son célèbre ouvrage “Le principe de Peter” où il explique avec malice que le népotisme est un excellent moyen de briser la spirale de l’incompétence des élites en apportant du sang neuf (voir l’exemple de D. Trump).
      Jack Vance dans la nouvelle “Maitre de la galaxie” qui montre un candidat à sa propre succession comme dirigeant de la galaxie réussit brillamment au test de sélection qu’il a lui-même élaboré en toute innocence. Il est finalement recalé par le comité de sélection au profit d’un candidat ayant misérablement échoué à son test. Les critères du comité diffèrent simplement des siens.
      De là à penser comme A.B que c’est au F.N qu’il faut chercher les hommes ou femmes d’État dont nous avons besoin, il y a un abîme que je ne franchis pas.
      https://www.youtube.com/watch?v=HWg7wRWdUWs

      • 25 Janvier 2017 à 16h06

        durru dit

        C’est qui, “A. B”?

        • 25 Janvier 2017 à 19h54

          adadaf dit

          Anatole Brighelli, le frère caché de JP, celui qui a pris le maquis après son master 2 en trous de mémoire de l’université de Corte.

    • 25 Janvier 2017 à 14h59

      laborie dit

      Si t’es con vote Macron!…je le vois bien à la tribune de lonu…
      http://video-streaming.orange.fr/tv/macron-vs-dicaprio-qui-criera-le-plus-fort-video-VID0000002ggPp.html

    • 25 Janvier 2017 à 13h26

      Warboi dit

      Le succès de MAcron se mesure à la subite palanquée sur Causeur d’articles tous plus ou moins vengeurs ou méprisants pour les moins bons.
      Après s’être répétés comme un mantra “c’est une bulle c’est une bulle”, voyant avec désespoir qu’elle est plus que jamais là et que ce n’est qu’un début vu le boulevard qui se dessine, nos excellent chroniqueurs tournent casague et sortent le lance-flammes !
      Continuez, continuez, apportez vos tributs au seul candidat qui suscite de l’entousiasme !
      Allez y Brighelli, montrez vous tel que vous êtes, vieux, laid et très aigri -;))

      • 25 Janvier 2017 à 13h38

        mogul dit

        Tiens tiens, le ton jusque là tranquillement triomphant commence à prendre une petite note hystérique…

        • 25 Janvier 2017 à 13h47

          durru dit

          C’est que l’analyse est difficilement attaquable…

        • 25 Janvier 2017 à 13h55

          mogul dit

          Et surtout,  les premiers nuages apparaissent à l’horizon…

        • 25 Janvier 2017 à 14h35

          Warboi dit

          En réponse à la grande contribution de Penny Fillon aux travaux parlementaires de son époux pour 5200 euros par mois ??
          En ce moment précis, c’est lui qui est in the panade….

        • 28 Janvier 2017 à 12h50

          un éléphant dit

          Ma télé est en panne. Depuis ce matin, j’ai BFM au mur, rien sur Macron. Que se passe-t-il ?

      • 25 Janvier 2017 à 15h00

        laborie dit

        Envoie-nous ta photo con rigole!….

    • 25 Janvier 2017 à 11h48

      Marco29 dit

      “lorsque le peuple anglais a voté le Brexit ” Quel peuple ?
      LE “peuple” n’existe pas, ou rarement et pas forcément pour le meilleur :
      - le peuple sait, voir clair lui, la preuve il a élu Hitler et même Trump (avec 2.8 millions de voix de moins que Clinton…).
      - après leur victoire sur la France on pouvait parler du “peuple allemand”, tous unis, tous contents.
      - en avril 1944 les parisiens ovationnaient Pétain (idem à Saint-Étienne) et quelques mois plus tard de Gaulle… et ne parlons pas de la révolution française qui finit en terreur !
      Il y a à l’intérieur d’un pays, d’une région, des intérêts, des cultures…. très divers et souvent contradictoires.
      C’est particulièrement flagrant pour le RU où en plus d’une division géographique (Écosse, Irlande du Nord, la région de Londres et la City étaient et sont toujours contre le Brexit) il y a une énorme fracture entre les très riches et les très modestes.
      Le cœur du style populiste/fascistoïde/semi-totalitaire est l’appel direct au “peuple”, mais un peuple PUR, idéalisé, présenté comme un TOUT.
      Les populistes comme Mélenchon et MLP prospèrent sur cet antagonisme simpliste “élite-peuple”.
      Ils y ajoutent souvent une dimension xénophobe (germanophobe pour Mélenchon).
      Quant au “peuple de gauche” il se réduit aux frondeurs/basheurs/pleureurs/sinistrosés : Mélenchon, Duflot (out), Montebourg (out), Piketty, les apparat-chics syndicaux… et leurs supporters.

      • 25 Janvier 2017 à 11h50

        steed59 dit

        faute d’arguments, les points Godwin ça sert toujours …

        • 25 Janvier 2017 à 12h02

          Marco29 dit

          Le point Godwin est un concept stupide qui se mord la queue…
          En Allemagne il n’y a de référendum possible que local. Leur Histoire leur a appris qu’il faut se méfier de se truc qui a vu les 2 extrêmes abattre la fragile République de Weimar.

        • 25 Janvier 2017 à 12h10

          durru dit

          C’est le point Godwin qui est stupide, ou celui qui l’emploie?

      • 25 Janvier 2017 à 13h36

        mogul dit

        Ah oui, là, c’est du lourd…

      • 25 Janvier 2017 à 14h50

        Lector dit

        Faux ! Hitler n’a jamais été élu par le peuple mais nommé chancelier par Hindenburg, monarchiste alors président du Reich. Ensuite il obtient la dissolution du Reichstag, puis élimine physiquement ses opposants (nuit des longs couteaux), en surfant tjrs sur la crainte d’un élargissement de la révolution bolchevique à l’Allemagne et profite de l’incendie du Reichstag qui tombe à pic (à qui cela profite…), s’empare du pouvoir par la force dans les landers (grâce encore aux milices SA) jusqu’à ce que le Reichstag vote la loi des pleins pouvoirs sous le 3ème Reich qu’il vient d’instaurer.

      • 25 Janvier 2017 à 15h04

        laborie dit

        Reprends-donc tes cours d’Histoire, mon chéri!

      • 25 Janvier 2017 à 15h13

        Rattachiste dit

        Sauf qu’Hitler est arrivé au pouvoir dans le cadre d’un système parlementaire, en coalition avec la droite et nanti seulement d’une majorité relative…

        Hitler est arrivé au pouvoir dans un système qui n’avait guère moins de garde-fous que l’actuel système allemand. Alors quant au référendum, je ne vois vraiment pas quel est le problème. C’est lui qui a sorti la France de la mouise avec De gaulle, qui a viré Pinochet au Chili, qui a fait de l’Italie une République, de la Suisse une démocratie réelle,… En revanche l’Histoire n’est pas avare de référendums ignorés…pour éviter d’autres Hitler sans doute ?

    • 25 Janvier 2017 à 11h44

      Marco29 dit

      Rien ne s’est encore produit officiellement et déjà la £ s’est dépréciée de près de 20% depuis le referendum du 23 juin. Leur pouvoir d’achat est au tapis. Imaginez ce qui nous arriverait si nous revenions au franc avec MLP. C’est 50% de perte du pouvoir d’achat que nous aurions et plein d’autres joyeusetés…
      Theresa May est dans une situation inextricable :
      - soit elle négocie pendant 2 à 3 ans un faux Brexit (presque tout comme avant en définitive) et les anglais écœurés par la perte de pouvoir d’achat sont d’accord pour mettre fin à cette farce “Faragineuse”…
      - soit il y a vraiment un Brexit dur et le RU explose (Écosse et Irlande du nord veulent rester dans l’UE), la City perd le quart de ses sociétés qui partent vers Francfort et Paris.
      - soit elle arrive à trouver un compromis tordu qui mécontente tout le monde et ne satisfait vraiment personne. Tout ça pour en arriver là !
      La France en tout cas n’a rien à gagner au Brexit car notre balance commerciale avec eux est excédentaire.
      Déjà nos exportations en pâtissent. A l’inverse leurs exportations ne vont guère mieux…
      La résistance va venir des Polonais, des Lituaniens, des Bulgares etc. qui veulent que leurs ressortissants puissent continuer à aller travailler au RU.
      C’est seulement ça que voulaient certains Anglais.
      Mais s’il n’y a pas de libre circulation des personnes, il n’y aura pas de libre circulation de biens (donc droits de douane massifs)

    • 25 Janvier 2017 à 11h41

      Marco29 dit

      Le Brexit ? Une vaste fumisterie !
      Le recours au référendum est faussement démocratique, les votants répondant quasiment toujours à une autre question qu’à celle posée… C’est l’argument bateau de nos 2 Frontistes semi-totalitaires !
      Dans le cas particulier du RU, l’Écosse, l’Irlande, la région de Londres et surtout la City (12 % de leur PIB) étaient et sont toujours pour le maintien dans l’UE.
      Sauf à maquiller une fausse sortie, May ne fera pas sortir le RU de l’UE sans casse, le pire étant l’explosion du pays façon puzzle ! .
      Trop d’Anglais ont écouté les sornettes de Farage, Johnson… qui ne croyaient même pas à leurs fadaises.
      - 24 06 16 Le chef du UKIP (Nigel Farage ) admet que l’un des arguments phares des pro-« Brexit » était faux
      L’un des arguments-clés de la campagne des partisans du « Brexit » était de donner à la sécurité sociale britannique les 350 millions de £ (435 millions d’€) versées à l’UE chaque semaine.
      http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/06/24/le-chef-du-ukip-admet-que-l-un-des-arguments-phares-des-pro-brexit-etait-faux_4957662_4355770.html

      • 25 Janvier 2017 à 11h43

        steed59 dit

        - A quelle question ont donc répondu les électeurs ?

        - Le traité de maastricht (approuvé par référendum) est donc caduc

        - Les décodeurs du Monde sont en fait des propagandeurs

        • 25 Janvier 2017 à 12h00

          Marco29 dit

          Certains Anglais ont voulu dire qu’ils ne voulaient plus d’immigration européenne (à défaut de faire partir ceux Polonais, Lituaniens… qui pendant plus de 10 ans les ont enrichis).
          Mais pour obtenir ça il faudra rompre et ça ils risquent de le payer extrêmement cher.
          Certains ont aussi protesté contre Cameron et sa politique très inégalitaire. La même chose s’était produit en France en 2005 où la principale raison invoquée par 52% de ceux ayant voté « non » était la “DÉGRADATION des conditions de vie ACTUELLE”.
          Vous ajoutez à ça les sornettes de Farage, Johnson… auxquelles eux-mêmes ne croyaient pas, plus les atermoiements de Jeremy Corbyn et vous obtenez facilement ce qui à fait le Oui majoritaire.

        • 25 Janvier 2017 à 12h12

          Marco29 dit

          “Le traité de maastricht (approuvé par référendum) est donc caduc ?”
          Non, et je ne dis pas que le référendum anglais est caduc, je dis qu’il était stupide de le faire.
          Cameron, pour gagner les législatives, avait fait cette promesse folle de référendum.
          Un bouc émissaire c’est toujours tellement commode pour ne pas avoir à répondre de sa catastrophique politique anti-sociale et des gigantesques inégalités qu’il y a dans leur pays.
          Il a gagné mais s’est tiré un balle dans le pied et une autre dans le RU…

    • 24 Janvier 2017 à 20h20

      malinamodra dit

      http://www.atlantico.fr/decryptage/emmanuel-macron-alain-minc-primaire-gauche-en-marche-ou-revolution-elites-2942924.html/page/0/1

      Il faut croire que les “grands esprits” se rencontrent mais la copie de Brighelli est quand même meilleure

    • 24 Janvier 2017 à 18h10

      malinamodra dit

      Et comme “peste soit de l’avarice et des avares vicieux”, la douzieme en l’honneur de la marquise et en pâtée pour le Duc
      http://kelenborn.e-monsite.com/pages/nouvelles-1/nouvelles/causeur-ou-le-royaume-de-zazubie/douzieme-lettre-de-zazubie-a-la-marquise.html

    • 24 Janvier 2017 à 18h08

      malinamodra dit

      Ah oui!!! comme chose promise est aussi chose due, un peu de musique!!! Certains vont se reconnaître
      http://kelenborn.e-monsite.com/pages/nouvelles-1/nouvelles/causeur-ou-le-royaume-de-zazubie/treizieme-lettre-de-zazubie-allons-tous-chez-elisabeth-1.html

    • 24 Janvier 2017 à 18h05

      malinamodra dit

      copie du commentaire laissé sur le blog de JPB)
      Ah très bien, Brighelli
      Personnellement, j’avais appelé ce monstre le Minotaure et je m’interrogeais sur la nature de ce systeme, assez résistant à toutes les grilles analytiques connues, qu’elles soient libérales, marxistes bien sûr ou autres. Ce système n’est pas lié à la domination d’une classe sociale comme dans la vulgate marxiste, il reste formellement démocratique mais est une forme de totalitarisme mou dans la mesure où il obtient les mêmes résultats que le système soviétique mais sans le Goulag.
      Mon hypothèse est, entre autre, qu’il faut rechercher son arrivée dans le fait qu’au milieu des années 80 , le nombre de diplômés dépasse pour la première fois le nombre des postes intéressants dans la société (argent, pouvoir …) Pour ceux qui le détiennent, il faut casser l’ascenseur social. Les discriminations positives et en première ligne la parité en seront les moyens. La victimisation devient une arme pour maintenir idéologiquement l’Homme blanc là où il est ( comme dit ce connard d’Axel Kahn, l’Homme blanc c’est la chasseur qui se plaint de la cruauté du gibier) . Il faudra aussi le recours à la culpabilité mais Dieu mort, la culture judéo chrétienne peut être recyclée!
      Je m’arrête la

    • 24 Janvier 2017 à 17h51

      mogul dit

      Bel et bon article, vraiment…
      L’analyse de la méritocratie, à trvers le cas Macron, est d’une troublante actualité.
      Je vois déjà nos distributeur.e.s de brevets de conduite fourbir le procès en lepénisation à venir. C’est qu’on ne secoue pas la paillasse du petit marquis impunément.
      Entre une gauche qui applique le programme auquel même la droite n’aurait osé rêver, et une droite qui ne sait plus quelle patte blanche montrer pour être dans les rails fixés par les chiens de garde, difficile de ne pas se perdre.
      Gauche et droite n’ont plus aucun sens en politique, et Macron est aussi le symbole de ça.

    • 24 Janvier 2017 à 16h41

      beubeuh dit

      C’est bien connu qu’en dehors de l’UE, les tomates ont du goût.

      • 24 Janvier 2017 à 16h45

        durru dit

        A l’intérieur de l’UE aussi, mais pas celles qu’on peut trouver en magasin. Et là, les “normes” ont bien fait leur travail pour favoriser un capitalisme de connivence et les “gros bras”. De ce point de vue (bureaucratie), l’URSS aurait eu des choses à apprendre…

        • 25 Janvier 2017 à 9h25

          beubeuh dit

          Donc le problème c’est les normes ou les magasins? Personnellement j’ai ma petite idée.
          En fait la difficulté c’est que les normes, c’est l’UE, c’est Bruxelles, et donc c’est caca, alors que les magasins (Carouf, Auchan, Casino etc.) c’est français, monsieur, c’est notre génie national. Alors pas touche

        • 25 Janvier 2017 à 12h08

          durru dit

          Vous ne voulez donc pas comprendre. Les “magasins” (on peut évoquer ici également les producteurs de voitures, les géants des télécoms, etc – et LIDL, c’est français?) font du lobbying auprès des législateurs (UE, dans notre cas, mais les Français ne sont pas mal non plus) pour multiplier les normes. D’une, ça va dans leur sens (ce qui est facile à obtenir, manipuler et mettre en avant dans une production/distribution industrielle de tomates est la forme, pas le goût), de deux, supporter le poids d’une avalanche de normes est plus facile pour une structure énorme que pour un petit producteur/commerçant.
          De l’autre côté, la bureaucratie se trouve du boulot et de l’importance par cette multiplication de normes, qui doivent être élaborées, publiées, vérifiées, mises à jours, etc.
          Autre chose?

        • 25 Janvier 2017 à 17h06

          beubeuh dit

          Pourtant les tomates avec du goût et une forme bizarre, onéreuses, souvent bio, vendues par un petit producteur en vente directe au marché du centre ville subissent exactement les mêmes normes que celles que vous trouvez dans les hyper, calibrées et insipides mais à un prix nettement plus démocratique.
          Que je sache les bobos n’achètent pas leurs légumes dans des circuits illégaux.
          Le problème n’a ici rigoureusement rien à voir avec la norme, mais avec les standards de consommation élaborés par les grands groupes de distribution, qui ont habitué les Français à manger de la tomate toute l’année et à en utiliser partout et à toutes les sauces, littéralement. S’il y a un lobbying à incriminer, ce seraient plutôt celui auprès des élus locaux depuis depuis les années 60, puisque c’est eux qui ont développé les grandes ZAC en périphérie des villes, avec leurs hypermarchés qui gèrent l’essentiel du volume de consommation des Français. En même temps ces élus ne faisaient que répondre à des demandes claires en matière d’emploi et de pouvoir d’achat.

          Il faut être naïf comme un électeur de Trump pour croire que les normes ne sont que des lubies de bureaucrates. Les normes sont avant tout une demande du consommateur qui veut réduire l’incertitude (le jouet que j’achète va-t-il péter à la gueule de mon gamin? Le train d’atterrissage de l’avion que je prends est-il assez solide pour poser un engin de 50 tonnes à 250 km/h pour la 3000e fois?) et des producteurs qui veulent assurer la compatibilité de leur production dans une chaîne de valeur. Les normes ISO, par exemple sont totalement facultatives, mais vous avez interêt à vous faire certifier (ce qui est une sacré galère) si vous voulez vendre quelque chose en dehors de votre village.

        • 25 Janvier 2017 à 20h28

          durru dit

          C’est une blague, c’est ça? “Le principe de précaution”, c’est le consommateur qui l’a imposé? Ou on le lui a fortement “suggéré”?
          J’ai un ami dont les parents sont apiculteurs. Il me vend à l’occasion du miel. Je lui ai proposé de lui rendre les pots en verre vides pour être réutilisés, il m’a dit qu’il y a interdiction formelle, à cause des “normes”. Même s’il me fait totale confiance. Je suis désolé, mais je ne dois pas être le seul consommateur à être totalement opposé à une telle aberration.
          ISO? Mais c’est exactement ce dont je vous parle, mon cher. Je connais le concept, j’en ai certifié des boîtes et des produits, ne me prenez pas de haut. C’est une usine à gaz, faite par les gros pour les gros. Pour se protéger contre les petits, qui n’ont pas forcément les ressources pour prouver qu’ils font bien ce qu’ils font. Pour éviter de prendre des risques ou, le cas échéant, de vérifier ce qu’ils achètent.
          Et, pour revenir aux tomates, les petits producteurs doivent passer les mêmes contrôles et répondre aux mêmes normes que les gros, d’où des coûts énormes (à l’unité de tomate) et donc des prix peu compétitifs, même pour des ventes en circuit court. Pour des produits et circuits “légaux”, bien sûr.
          En conclusion, il y a pire que “naïf comme un électeur de Trump”. C’est “naïf comme un formaté de l’Etat-providence”: “la bureaucratie c’est bien, c’est l’Etat qui le dit” (ou l’UE, enfin, peu importe, ça revient au même).

    • 24 Janvier 2017 à 16h27

      g.pendaries@orange.fr dit

      Merci monsieur Brighelli ça fait du bien… D’ailleurs les chiffres sont là : La balance commerciale des Etats-Unis est en déficit de 370 milliards de dollars avec la Chine, 80 avec l’Allemagne, 60 avec le Mexique. La Chine quant à elle, fait 510 mds d’excédents commerciaux et l’Allemagne 300. Tout comme la France et le Royaume-Uni l’Amérique est un pays déficitaire. La dette américaine qui frôle les 20.000 milliards a presque doublé sous Obama. Si une telle situation convient très bien aux élites, (les classes hautes sont de plus en plus riches) elle n’en pénalise pas moins les moyennes dont les compétences sont disputées à bas prix par des pays moins développés. Avec la poussée des robots, les ouvriers, quant à eux, subissent la double peine. Alors que Detroit se meurt, Shenzen, grâce aux investissements étrangers, développe une croissance moyenne de plus de 25% par an. Comment se pourrait-il qu’un tel dérèglement soit sans effet ?

      • 24 Janvier 2017 à 18h01

        i-diogene dit

        Détroit n’ a pas sû s’ adapter à l’ évolution mondiale, exactement comme les constructeurs automobiles anglais..!^^

        Oui, les robots, l’ automation, l’ informatique et le net ont mangé des emplois..

        Doit-on faire marche arrière (donc régresser) ou répartir le bénéfice de l’ évolution plus équitablement..?

        Le protectionnisme n’ a jamais sauvé le moindre emploi: ce qui n’ est pas viable disparaît irrémédiablement (les lois de l’ évolution sont encore plus dures en matière d’ économie)..

        • 24 Janvier 2017 à 18h06

          durru dit

          “ce qui n’ est pas viable disparaît irrémédiablement”
          Alors pourquoi crois-tu que lezaquis (à lire, des bons vieux privilèges) seraient éternels? Pourquoi l’assistanat ne te révolte pas, quand il rend les gens incapables de s’adapter aux changements?

        • 24 Janvier 2017 à 20h39

          malinamodra dit

          Oh Durru!
          Si tout ce qui n’est pas viable disparaissait,l’auteur de cette sentence ne serait plus de ce monde

        • 25 Janvier 2017 à 4h58

          i-diogene dit

          Durru,

          L’ assista

        • 25 Janvier 2017 à 5h15

          i-diogene dit

          Durru,

          L’ assistanat..? Quel assistanat..?

          Moi je ne vois qu’une solidarité humaine, un mécanisme contre les aléas de la vie qui fonctionne de façon pérenne..

          Tu vas m’objecter que certains trichent et je te répondrais que c’ est une minorité et qu’il y a des contrôles..

          Dans tout les cas, ça coûte nettement moins cher que l’ évasion fiscale de capitaux..!^^

          Mélinamodra, si-si, ça fonctionne bien, la sélection naturelle dans l’ économie..

          La preuve: t’étais pas utile dans ton poste et tu t’es fait pelleter..!^^

        • 25 Janvier 2017 à 6h22

          radagast dit

          Votre plus grande faute , je l’ai déjà écrit est de croire que la loi de la sélection naturelle dans son acception la plus pure et la plus “idéalisée” si j’ose dire est LA loi universelle de l’évolution.
          Cela fait de vous un Darwiniste canal historique pur sang.
          Je pense quant à moi que les choses sont un peu plus nuancées.

        • 25 Janvier 2017 à 12h19

          durru dit

          Radagast, mes meilleurs voeux! Et je crois que même Darwin serait d’accord avec vous, “les choses sont un peu plus nuancées” ;)
          Diogène, t’est complètement bouché. On parle de générations entières qui ne sont même plus capables de se prendre en main. Qui ne savent plus ce que c’est la responsabilité, le risque, l’initiative. Je ne parle pas seulement de l’assistanat financier à proprement parler, mais d’un phénomène de société bien plus vaste. Certes, il existe encore des exceptions, et heureusement, c’est ce qui fait que ce pays fonctionne encore. Mais pour combien de temps encore?

    • 24 Janvier 2017 à 16h20

      durru dit

      Quand il reste dans son domaine de compétence, il peut être brillant, le Jean-Paul :)

    • 24 Janvier 2017 à 15h20

      gerard jourdain dit

      ce constat est pertinent.
      mais cela reste un constat.
      pour Macron, on ne peut être que ok; c’est un produit marketing .
      le pauvre va s’en rendre compte.
      concernant le bonheur, ce n’est pas la faute de l’ Europe; mais le formatage de 4 décennies des cerveaux Français. assistanat, assistanat, assistanat.
      résultat; le Français se fait bouffer par manque de compétences et de raisonnements réalistes. et la peur du lendemain.
      fermer le banc.

      • 24 Janvier 2017 à 15h30

        Archebert Plochon dit

        Et pendant ce temps, Benzema cire le ban.

        • 24 Janvier 2017 à 22h12

          alain delon dit

          Le dossier Balotelli me paraît bien plus brûlant

      • 24 Janvier 2017 à 15h39

        i-diogene dit

        Mon analyse est légèrement différente:

        - Depuis 4 décennies, on nous vend la “crise”..
        - or une crise, c’ est, par définition un passa

        • 24 Janvier 2017 à 15h43

          durru dit

          On s’en fout de la “crise” dont tu parles. La vraie, elle est là:
          “le formatage de 4 décennies des cerveaux Français. assistanat, assistanat, assistanat.”
          Elle est où, ton analyse différente?

        • 24 Janvier 2017 à 15h46

          steed59 dit

          la crise du moyen-age a duré 2 siècles

        • 24 Janvier 2017 à 16h09

          i-diogene dit

          Mon analyse est légèrement différente:

          - Depuis 4 décennies, on nous vend la “crise”..

          - or une crise, c’ est, par définition un passage difficile à négocier..

          - donc, une crise qui dure 40 ans, c’ est UN SYSTEME ETABLI..!^^

          - Un système établi culpabilisant les “laissés pour compte” pour abroger des avantages sociaux acquis et faire basculer les caisse sociales au profit du grand capital..

          - logiquement, ce ne sont pas les acquis sociaux qui ont déclenché la crise mondiale boursière, ni les précédentes, mais bien les excès spéculatifs sur des valeurs boursières toxiques, conçues pour escroquer les banques du monde entier..

          - a qui profite le crime: ces subprimes ont été conçues aux USA, et les concepteurs les ont vendues aux banques de toute la planète.. Lorsque les banques se sont aperçues qu’ elles étaient bidon et sans valeur réelles, les vendeurs avaient déjà encaissé le montant de l’ escroquerie..

          - QUi a demandé des comptes aux banques-crapuleuses américaines..?

          - personne..!

          -C’ est nettement plus simple de rejeter la faute sur les plus démunis que d’ avouer les mauvais placements très risqués, donc engagement de la responsabilité des traders locaux et de leurs banques..

          - et ça permet de ventiler les pertes abyssales à toutes les populations de chaque nation..!

          … Ceux qui accusent les acquis sociaux pour expliquer la situation actuelle, sont soit des abrutis finis, soit des rentiers du CAC 40..!^^

        • 24 Janvier 2017 à 16h14

          steed59 dit

          ça dépend ce qu’on appelle “acquis social”. Les congés payés sont un acquis social qu’a priori personne ne remet en cause. Dans le mot “acquis” se perpétue une notion de permanence, définitive. Clairement, ce n’est pas en supprimant les congés payés qu’on va contribuer à créer 5 millions d’emplois. A titre de comparaison, les 35h et la retraite à 60 ans n’est pas un acquis social – du moins à mon sens.

        • 24 Janvier 2017 à 16h19

          durru dit

          L’emploi à vie des fonctionnaires, par exemple, fait partie des “acquis” dont parle Diogène. Leurs retraites payées avec de la dette itou.

        • 24 Janvier 2017 à 16h21

          steed59 dit

          un acquis social est censé s’appliquer à tous. Ne confond pas acquis social et privilège

        • 24 Janvier 2017 à 16h25

          durru dit

          Je traduis, je ne confonds pas!

        • 24 Janvier 2017 à 16h26

          i-diogene dit

          Steed, déjà, la crise du Moyen âge a été déclenchée par les usuriers lombards..!^^

          Rien de nouveau..!

          Durru, la validation automatique fait que tu as réagi sur 3 lignes de mon propos..

          Lis-donc le reste et tu pourras me dire si tu fais partie des grands spéculateurs boursier ou simplement des abrutis qui gobent toutes les couleuvres..!^^

        • 24 Janvier 2017 à 16h40

          steed59 dit

          Rien à voir, l’italie est le seul pays d’Europe à avoir “amorti” la crise grâce justement à son réseau bancaire qui en faisait une des économies les plus avancées d’Europe, âge d’or du “quattrocento”.

        • 24 Janvier 2017 à 16h42

          durru dit

          Essaie de comprendre ce qu’on te répond, Diogène.

        • 24 Janvier 2017 à 16h56

          i-diogene dit

          Steed,

          Sauf que l’ Italie a ventilé les pertes et les placements à risque sur 10 ans.. Une bombe à retardement qui peut péter à tout moment..!^^

          Ce ne sont pas les banques qui vont morfler, mais TOUT les italiens… Et pendant 10 ans..:

          http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2015/08/12/31002-20150812ARTFIG00188-dette-la-bombe-a-retardement-italienne.php

        • 24 Janvier 2017 à 17h00

          steed59 dit

          Ah les subprimes existaient au XIVème siècle ?