Macron – Le Pen: deux France en chiens de faïence | Causeur

Macron – Le Pen: deux France en chiens de faïence

Pourquoi on ne se comprend plus…

Auteur

Pierre Joncquez

Pierre Joncquez
est architecte.

Publié le 26 avril 2017 / Politique

Mots-clés : , , , ,

macron lepen france identite

Sipa. Numéros de reportage : 00801964_000007 et 00800556_000039.

“La liberté n’existe pas ; toute rose pousse dans une prison”, disait Salvador Dali. Il entendait par là que pour faire une rose, il faut les conditions de la rose, uniquement les conditions de la rose, et exclure sans sommation toute autre condition que celle de la rose. La rose naît dans l’implacable prison de sa définition. C’est en quoi la rose est sublime.

Un peuple ou un contrat?

La France, libérée de cette “prison” au sens dalinien, est une entité sans contour commun. Dans quelle “prison” faisons-nous exister la France ? Ce second tour électoral est plus caricatural que jamais. Nous ne partageons même plus la même définition de la France. Pour les uns il s’agit d’adhérer à des valeurs et à un contrat (la précession du projet philosophique sur la nature du peuple), pour les autres il s’agit de continuer à exister en tant que peuple (la précession des usages culturels sur le projet politique). Pour forcer le trait : pour les uns c’est une âme, pour les autres c’est un corps.

>> A lire aussi : l’entretien sur la France d’Emmanuel Macron avec Causeur

La distinction “pays réel vs pays légal” est très intéressante mais elle entend que le pays légal ne serait pas du domaine de la réalité. Or il l’est. Car ce dont il faut se défier, c’est que le projet philosophique ne méprise la réalité incarnée de ses racines, parce que son universalité n’est que la traduction moderne de son baptême dans la religion universelle et que sa vocation privilégiée de “pays de Droits de l’Homme” n’est que la traduction moderne de sa vocation privilégiée de “fille aînée de l’Église”.

Ce dont il faut se défier aussi, c’est que l’attachement à la chair du peuple ne dispense pas de considérer aussi la vision et la vocation.

Âme et corps ont des existences réelles, quelle que soit la direction qu’ils prennent. Mais n’oublions pas que la fâcheuse opération de séparation du corps et de l’esprit s’appelle la mort.

“Mondialistes vs “racistes”, une caricature!

Le libre choix électoral ne fait qu’aggraver, à chaque fois plus profondément, ce grand divorce entre les Français du projet universel et les Français du projet particulier. Les positions se cristallisent, se radicalisent à chaque fois plus fermement. Quand les premiers réclament du “pour tous” et que les seconds réclament du “pour nous”, plus personne ne s’entend sur rien et l’implosion nationale fermente, résolument et tristement. Tant qu’on se traitera, selon son camp, de “mondialistes hors-sol” ou de “racistes refermés sur eux-mêmes”, on ne comprendra pas ce qui nous arrive.

>> A lire aussi : l’entretien sur la France de Marine Le Pen avec Causeur

Ce ne sont pas que les politiques ou les médias qui entretiennent ce grand malentendu français, ce sont les Français eux-mêmes qui le cultivent, avec de plus en plus d’ardeur et de militantisme. Et les réseaux sociaux ont un terrible effet de catalyseur : le citoyen devient un militant fervent, chacun de ses posts est un manifeste puissant comme du Zola, chaque débat sur la toile est un clash de titan. Mais qui sauvera les Français d’eux-mêmes, puisqu’ils sont incapables de vouloir leur concorde par les urnes ? Faudra-t-il donc en arriver à cette extrémité qui est de les pacifier par la force, des les réconcilier sans leur consentement ? Qui osera cet affront contre la démocratie ?

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 29 Avril 2017 à 9h48

      lafronde dit

      Ce bref article pointe juste sur la sécession metapolitique. Les concepts d’ancrage comme Nation, Peuple ou Histoire ne font plus consensus, la Déconstruction est passée par là. Les concepts politiques de République de Liberté, d’Egalité et de Droit ne font pas plus consensus, le Progressisme est en marche depuis 1968.

      Dans sa Contribution aux présidentielles “Décoloniser la Province” Michel Onfray nous dit : “le logiciel jacobin est mort”. Cette présidentielle le démontre assez : aucun débat de fond sur la compétitivité du site France, sur la cohésion nationale, sur l’assimilation ou l’intégration, sur la chaine sécuritaire, sur le terrorisme. Ceci est du à la centralisation du débat politique au plan national.

      Usuellement pour compenser l’éloignement du terrain, donc du réel, les politiciens les plus vendeurs promettaient plus (ça marche toujours, d’où notre dette). Mais si ça ne suffit pas une brève campagne de calomnie peut aider (au 1er tour pour sortir Fillon) ou une campagne d’exclusion ethique (au 2e tour pour MLP. Tel est le niveau de nos présidentielles devenues nuisibles, la Presse audiovisuelle y concourant puissamment.

      Les Législatives grâce à la décentralisation du scrutin et sa proximité avec l’électeur offrent un vrai pluralisme, une Liberté d’expression plus large, un débat plus riche, plus argumenté, de meilleur niveau.

      Si nous profitions des Législatives pour faire avancer le fédéralisme et la subsidiarité dans la République, nous rendrions servie à notre pays. Il est temps de renvoyer à l’échelon local et de confier à la Société civile tout ce qu’elle peut faire mieux, et que l’Etat fait mal, et fait selon la dictature de la majorité.

      Au moins si une collectivité locale mène une politique déplaisante, je pourrais déménager !

    • 29 Avril 2017 à 6h25

      Pol&Mic dit

      “Pourquoi on ne se comprend plus…”
      ………
      il n’y a pas pire sourds que ceux (ou celles) qui ne veulent pas entendre.

    • 28 Avril 2017 à 14h35

      2211 dit

      “Les deux France en chiens de faïence”. Vous oubliez la troisième, qui les hait. Et les tue.

    • 28 Avril 2017 à 11h04

      José Bobo dit

      Très mauvaise analyse, indigente en fait. Le problème est bien plus simple que décrit ci-dessus, d’un côté nous avons des Français qui souffrent de la mondialisation et de l’immigration sauvage et qui pensent(à juste titre) que leur seul recours est une nation forte débarrassée de l’EU. En face nous avons des Français qui gagnent bien leur vie et vivent dans des quartiers agréables et protégés. Ces derniers ne veulent pas entendre parler des problèmes que rencontrent les autres, les pauvres, tout ce qu’ils veulent c’est que les choses continuent à être ce qu’elles sont, avec pour eux des salaires encore un peu plus élevés si possible…
      Tout le reste n’est qu’écran de fumée et empapaoutage !

      • 28 Avril 2017 à 15h25

        rolberg dit

        Et comme le Jésus légendaire, Macron réconciliera, chacun à sa place.

      • 29 Avril 2017 à 16h31

        Hannibal-lecteur dit

        Le problème est bien là : une nation forte débarrassée de l’EU. Les pauvres gens se trompent, sans l’EU la nation sera encore plus faible, d’une part, et au lieu de compter sur eux par exemple de virer leurs syndicats consacrés exclusivement à la nuisance, ils comptent sur un deus ex machina et accordent foi à ceux qui le proposent, les faussaires. Pauvres gens.

    • 28 Avril 2017 à 7h36

      Pol&Mic dit

      “on” dit une chose un jour, le “contraire” le lendemain, et c’est toujours du BLA BLA BLA politicien!!!!

    • 28 Avril 2017 à 7h32

      QLURON dit

      très bien vu mais qui n’a imposé que le sectarisme, je dis bien le sectarisme et non le débat.

    • 27 Avril 2017 à 22h47

      Liamone dit

      Déclaration en 2002 du président par intérim du FN: ”
      Moi je dis qu’on doit pouvoir discuter même de ce problème [des chambres à gaz] », commence M. Jalkh, avant de faire la distinction entre les révisionnistes « timbrés » et « provocateurs », qui sont « des gens détestables », et les négationnistes « sérieux » comme Robert Faurisson (condamné à plusieurs reprises pour « contestation de crimes contre l’humanité »), dont il loue la « rigueur » de l’argumentation.

      « Il n’y a pas du tout de volonté délibérée de nuire à qui que ce soit », poursuit-il, en se défendant d’être négationniste, avant d’expliquer qu’il a interrogé un spécialiste de la chimie sur le Zyklon B, un gaz utilisé par les nazis dans leur industrie de l’extermination : « Moi, je considère que d’un point de vue technique il est impossible, je dis bien impossible de l’utiliser dans des (…) exterminations de masse. Pourquoi ? Parce qu’il faut plusieurs jours avant de décontaminer un local (…) où l’on a utilisé du Zyklon B. »

    • 27 Avril 2017 à 15h55

      Hannibal-lecteur dit

      L’auteur en est encore à la séparation du corps et de l’esprit. Il n’a pas vu que l’esprit est un organe du corps et n’est que celà. Et qu’ils meurent ensemble comme il se doit. Quel crédit accorder à quelqu’un aussi embourbé dans les schémas antiques…
      Et le sens ” dalinien ” de la rose qui pousse dans une prison ? Pourquoi pas dalien, plus simple, dalique, daliste, dalieux, daliesque… bref pour un sens , la rose en prison, variable à merci, il suffit au lieu de prison d’écrire un autre mot, n’importe quel autre mot, de fumier à jardin d’éden pour montrer que le sens “dalinien” est …un non-sens.

      • 28 Avril 2017 à 15h28

        rolberg dit

        Bien oui, la séparation ou la distinction du corps et de l’âme des chrétiens est devenue un postulat sur lequel toutes les merdes sont possibles.

    • 27 Avril 2017 à 15h47

      clorouk dit

      Bonne question. La chienlit qui gagne tous les jours du terrain en France appelle et appellera toujours plus fort un pouvoir autoritaire. Si ce pouvoir ne s’installe pas le 7 mai, il s’installera en 2022 (si l’ectoplasme Macron tient jusque là,ce qui n’est pas sûr) dans des conditions quasi désespérées. Une période difficile pour les libertés dont nous jouissons avec excès s’ensuivra. Puis refleurira la démocratie, qui débouchera sur la même chienlit, qui entrainera la nécessité d’un pouvoir fort, et ainsi de suite. Encore heureux si nous faisons l’économie de la guerre!

    • 27 Avril 2017 à 15h07

      Bibi dit

      Avec la rhinocérisation, l’écart entre las 2 candidats se resserre, selon les sondages.
      Le Figaro a un peu étoffé son dossier sur l’entourage de la blonde aux racines brunes.
      http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/04/26/35003-20170426ARTFIG00154-la-galaxie-le-pen-entre-changement-et-permanence.php

    • 27 Avril 2017 à 12h02

      marcopes dit

      une nouvelle France se dessine avec Macron dont le ministre du travail sera Gattaz , pour celui des finances il aura le choix parmi ses amis directeurs de banque ; un brillant avenir nous attends avec le nouvel hologramme présidentiel Macron

    • 27 Avril 2017 à 11h59

      C. Canse dit

      Pourvu que F. Hollande revienne morigéner son poulain afin de lui rappeler d’adopter la posture du sauveur de la France des griffes de la nazie en jupons au lieu d’aller au café du coin boire un coup avec ses potes.
      É. Macron ne croit pas une seconde que Marine Le Pen soit nazie ni fasciste, aussi oublie-t-il, parfois de prendre la tronche de circonstance.
      Cela fait désordre et son mentor, à l’Élysée, en prend ombrage, de belles places risquent de s’envoler.
      En tout cas, l’intox montée par Miterrand marche encore.
      La gauche s’allia tous les maoïstes, trotskistes, tous les soutiens de Lénine, Staline, Mao, Pol Pot, Castro tant admiré par Mme Royal ; le tout avec la complicité de la “droite républicaine”, ni droite ni gauche ne voulant  partager le gâteau “privilèges des élus”.
      Qui a entendu des propos ségrégationnistes, racistes ou antisémites dans la bouche de M. Le Pen ?
      Personne. Elle serait en tôle, sinon.
      Alors, M. Macron n’oubliez pas d’adopter la bonne posture : Barrage aux nazis, faites attention à vos manières de Goebbels, beaucoup de français les ont notées.
      Ceux-là ne voteront pas pour vous, c’est trop tard, c’est fait.   
      M. Le Pen, votre entourage est suspect donc moi, pour ma part, je m’abstiendrai à moins que vous ne fassiez le ménage.
      Comme quoi l’intox. fonctionne, malgré tout. Mais je n’ai jamais voté pour des gauchos, jamais. 

    • 27 Avril 2017 à 11h33

      jlboy62 dit

      ses deux france…oups !

    • 27 Avril 2017 à 10h15

      modramalina dit

      “Âme et corps ont des existences réelles, quelle que soit la direction qu’ils prennent. Mais n’oublions pas que la fâcheuse opération de séparation du corps et de l’esprit s’appelle la mort.”
      Oui…. quand on écrit cela et que l’on est architecte, alors on devrait se contenter de construire des maisons de guingois (comme la gueule de Françoise Degois)
      Cela serait somme toute, à défaut d’être esthétique, du moins lisible
      Et puis, Dali, si quittant son corps, il a gardé son esprit, il pourrait pas revenir dessiner dans Causeur! cela nous changerait! au moins la pensée Zombie serait assumée

      • 28 Avril 2017 à 15h35

        rolberg dit

        La France chrétienne qui craint une France islamiste pourrait commencer par se débarrasser de l’idée d’une séparation ou distinction entre le corps et l’âme. Mahomet aussi a construit sa patente sur ce concept. En vider la place serait couper l’herbe sous le pied des musulmans que leur religion oblige à s’emparer du pouvoir.