La France n’est pas un open space | Causeur

La France n’est pas un open space

Macron nous a-t-il (vraiment) compris?

Auteur

Alain Finkielkraut

Alain Finkielkraut
est philosophe et écrivain.

Publié le 03 mars 2017 / Politique

Mots-clés : , , , , , ,

Le moins qu'on puisse attendre d'un candidat à la magistrature suprême, c'est la cohérence, la responsabilité et le respect dû à la vérité historique. Emmanuel Macron, qui est pourtant un intellectuel, vient de manquer à ces trois exigences.
Emmanuel Macron Houria Bouteldjia colonisation de Gaulle Algérie identité

Conférence d'Emmanuel Macron à la New York University, 5 décembre 2016

Macron et la culture

Emmanuel Macron veut en finir avec le vieux clivage droite/gauche et rassembler autour de lui les progressistes, à quelque camp qu’ils appartiennent, contre les conservateurs de tous bords. Qu’est-ce que le progrès pour l’homme qu’Alain Minc, Pierre Bergé, Jacques Attali et Xavier Niel voudraient nous voir élire ? C’est multiplier les start-up, ubériser le marché du travail, faciliter les trajets en autocar, développer dans les banlieues le désir d’être milliardaire et autoriser, pour stimuler la consommation, la pose de panneaux publicitaires dans les villes de moins de 10 000 habitants.

Il y a quelques jours à Lyon, ce progressisme s’est enrichi d’une dimension culturelle. Macron a dit ceci : « Et notre culture ne peut plus être une assignation à résidence identitaire : il n’y a pas la culture des uns et la culture des autres. Il n’y aurait pas cette formidable richesse française qui est là, dont on devrait renier une partie. Il n’y a d’ailleurs pas une culture française, il y a une culture en France. Elle est diverse, elle est multiple. Et je ne veux pas sortir du champ de cette culture certains auteurs, musiciens, artistes, sous prétexte qu’ils viennent d’ailleurs. » Les conservateurs défendent la culture française, les progressistes célèbrent la culture en France. Autrement dit, pour ceux qui se retrouvent sous cette bannière, la France n’est plus une histoire, la France n’est plus même un pays, c’est un pur espace. L’espace-France accueille la diversité et sur cette diversité des goûts, des pratiques, des musiques, des origines, nulle antériorité ne saurait prévaloir, nulle hiérarchie n’est en droit de s’exercer. Tout est égal et puisque tout est différent, tout est pareil.

A lire aussi >> Macron, prophète de bonheur: l’homme qui voulait plaire à tout le monde

De « français » à « en France », il y a la distance qui sépare une nation d’une société multiculturelle. Au nom du progrès, Emmanuel Macron nous invite à franchir ce pas. Au lieu de s’inquiéter de la désintégration française qui se produit sous nos yeux, il l’accompagne, il la conceptualise, il en

[...]

  • causeur.#44.bd.couv

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 103 - Mars 2017

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur.#44.bd.couv
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 8 Mars 2017 à 22h23

      lumièr dit

      Macron ne propose que la pure instrumentalisation du pays. Pour la France, il lui réserve un destin de grand hôtel voué comme toute domesticité à accueillir précisément la crème des parasites mondiaux de la finance. Le patrimoine culturel ne subsistant non par sa valeur historique et affective, seulement pour le marché touristique mondial qu’il apporte. Le patrimoine de Notre Dame de Paris sauvé par sa valeur marchande. La haine du pays, de soi transpire de Macron et des élites qui sont en arrière.

      La résistance en politique dépasse l’occupation de
      40-45 d’autant qu’une nouvelle occupation prive la France de sa souveraineté.

      Qui a dit que l’histoire était finie? Il n’est pas dit que Macron qui est un Giscard multiplié par 10 l’emporte ou qu’au pouvoir, on restera inertes devant le démolisseur qu’il est.

    • 8 Mars 2017 à 14h57

      rolberg dit

      Que les possédants sont chanceux d’avoir à leur service, pour quelques miettes, des Macron qui vantent l’extermination des cultures nationales. Enfin tous des numéros !

    • 8 Mars 2017 à 10h03

      Lector dit

      Macron a tout compris, il a compris les salariés d’Ecopla, ce sont eux qui ne l’ont pas compris, il a compris les salariées de Gad, ce sont elles qui ne l’ont pas compris, il a compris les harkis, les pieds noirs, ce sont eux qui ne l’ont pas compris, il a compris les agriculteurs qui ne l’ont pas compris non plus. Macron vous aime ! Alors pourquoi est-il tant chahuté ?

      https://www.youtube.com/results?search_query=macron+chahut%C3%A9

    • 5 Mars 2017 à 10h46

      accenteur dit

      “Assignation à résidence identitaire ?” le type qui dit ça mérite des baffes.

      • 5 Mars 2017 à 12h20

        Laurence dit

        Cette assertion putassière est pourtant dans la lignée des précédents de haute volée de ses soutiens :
        Bergé entre autres « louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence »
        Attali entre autres « dès qu’il dépasse 60-65 ans l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte cher à la société. La vieillesse est actuellement un marché, mais il n’est pas solvable. Je suis pour ma part en tant que socialiste contre l’allongement de la vie. L’euthanasie sera un des instruments essentiels de nos sociétés futures ». Imaginez que MPL ait dit cela… mais inch’allah les euthanasiés seront remplacés par de fougueux incultes venus de loin et parfaitement ubérisables qui sauront remettre les femelles à leur juste place, pour le plus grand bonheur de Minc…
        Il n’y a pas à dire les happy few de la mondialisation savent faire rêver.
        Belle brochette de raclures ultra-mondialistes fin de race, mais voyez-vous Accenteur, ce n’est pas tout à fait la baffe qui me viendrait à l’esprit pour apaiser ma rage.

    • 4 Mars 2017 à 16h52

      Tonio dit

      J’ignore les détails de la loi, au contraire de tous les Fouquier-Tinville et autres Vychinski qui reprennent du service pour ‘examiner l’affaire Fillon’ à la lumière de leurs compétences.

      Il semble pourtant que les arguments juridiques à l’appui de Fillon sont mieux étayés que les délires des procureurs du dimanche, arguties suspendues dans le vide; ceux qui soutiennent les dévoiements du socialisme aux abois font manifestement flèche de tout bois, tout azimut, en désespoir de cause: cela compromet fâcheusement leur thèse, au moins.