Macron, candidat des milliardaires et des sous-prolétaires | Causeur

Macron, candidat des milliardaires et des sous-prolétaires

La pure logique de la mondialisation

Auteur

Jean-Luc Gréau

Jean-Luc Gréau
Economiste français

Publié le 09 mars 2017 / Politique

Mots-clés : , , , ,

Le candidat préféré des businessmen dans le vent multiplie les appels du pied aux assistés des banlieues sensibles. Il n'y a là aucune contradiction, c'est la pure logique de la mondialisation.

Emmanuel Macron sert des mains dans un restaurant des Mureaux, mars 2017. SIPA. AP22024106_000005

Emmanuel Macron n’avait pas plutôt installé son bureau de ministre de l’Économie à Bercy que les médias faisaient son éloge préalable. La France était bénie des dieux. Elle disposait d’un homme providentiel, de grande capacité économique, capable de surmonter les difficultés accumulées au long de quarante années de déboires économiques, de déficits et de chômage. Emmanuel Macron nous était présenté comme un Bonaparte économique.

Que cet homme ait fait l’objet de dithyrambes de la part de médias aussi différents en apparence que Les Échos ou Challenges aurait dû nous faire comprendre d’emblée qu’il représentait une nouvelle carte sortie de la manche des organes du système néolibéral pour confirmer les choix de l’euro, de l’Europe, de la globalisation. À partir d’un postulat : les choix stratégiques que nous avons faits avec les deux compères Mitterrand et Chirac ne sont pas en cause dans nos échecs. Nous manquons cependant d’hommes de l’art capables de mettre en œuvre les réformes salvatrices auxquelles le bon peuple ignorant répugne. Mais, enfin Macron vint, et avec lui, l’espoir revint.

A lire aussi >> “Macron: au secours, Hollande revient!”, notre dossier spécial est en kiosques

Comme Philippe Cohen nous manque ! Il avait été le premier à diagnostiquer le « parti des médias » comme un parti caché qui gouverne les consciences des dirigeants politiques et formate l’opinion publique. Il aurait vu immédiatement dans Emmanuel Macron le serviteur du système parrainé par les médias pour imposer la continuité de nos choix stratégiques. Il nous aurait appelés à la vigilance face à la mise en scène médiatique et politique du personnage. Et il insisterait sur le fait, inédit, que ce n’est pas seulement dans les médias bien-pensants de la bourgeoisie hexagonale que la promotion du Macron se déploie, mais aussi dans le Financial Times, le Wall Street Journal, le New York Times. Emmanuel Macron y est présenté comme l’antidote français au virus qui a ravagé l’Angleterre du Brexit et l’Amérique de Trump. On le voit, dans les caricatures des médias concernés, mener la contre-offensive idéologique, armé d’un drapeau tricolore ! What a surprise !

On aurait tort, cependant, de croire que le candidat du système néolibéral n’en est que le dernier avatar politique. Il est novateur dans son genre. C’est ce qu’un journaliste du Figaro, Jean-Pierre Robin, nous révèle dans un article informé sur le vrai programme du candidat.

Le programme de France Stratégie

Jean-Pierre Robin nous dit que, loin d’être dissimulé, le programme d’Emmanuel Macron est, comme la lettre volée de Poe, « exposé aux yeux de tous ». Il a été rédigé sous la houlette de Jean Pisani-Ferry par les équipes de France Stratégie, un organisme officiel mais étrange, qui est une sorte de think tank financé par l’argent public. France Stratégie est installé cité Martignac, dans les locaux de l’ancien Commissariat au Plan, en plein cœur du VIIe arrondissement. On ne saurait incarner mieux l’abandon de l’ambition d’après-guerre d’un développement maîtrisé avec l’aide de l’État, au profit d’une prospérité acquise dans le cadre du libre-échange global1.

Jean Pisani-Ferry a quitté la cité Martignac pour se mettre au service de l’ambition présidentielle de notre Bonaparte en complet d’énarque2. Mais il a emporté dans ses bagages

[...]

  1. Comme nous y exhorte Élie Cohen à chacune de ses interventions médiatiques : « Il faut relever les défis et saisir les opportunités de la mondialisation. »
  2. Après avoir été à la tête de l’institut Bruegel, think tank dédié à l’Europe. Il est aussi membre du Cercle des économistes, qui réunit chaque année la tribu des économistes néolibéraux à l’université d’Aix-en-Provence, et membre du Conseil d’analyse économique.
  3. Comme toujours, il faut renvoyer à La France périphérique de Christophe Guilluy, éditions Flammarion, 2014.
  4. Sauver l’Europe, éditions Liana Levi, 2016.

  • causeur.#44.bd.couv

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 103 - Mars 2017

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur.#44.bd.couv
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 12 Mars 2017 à 10h54

      IMHO dit

      Nous savons depuis hier, ce qu’il est : le suppôt des Juifs et des Ploutocrates,
      un agent du judéo-capitalisme, un ennemi de la France et des Français .
      Nous savons aussi comment nous en défaire, n’est-ce pas?

      • 12 Mars 2017 à 21h21

        AGF dit

        En définitive avec l’extrême gauche qui camoufle son antisémitisme viscéral sous un antisionisme largement en accord avec le nazislamisme, avec la gôôôche bobo qui ne sait plus où elle habite mais n’en pense pas moins et organise les meetings des “pauvres palestiniens” dans les universités françaises pour fustiger “l’apartheid” en Israël et qui à part les discours pleurnichards s’habille avec des pantalons que Boris Vian imaginaient avec la braguette derrière, la droite qui a retrouvé dans les archives de la collaboration (comme le canard) les traits du “gross-humour” de l’exposition Berlitz, il ne reste plus aux Français de confession juive qu’à voter pour MLP.Rien ne peut leur arriver de pire que ce qu’ils sont en train de subir.
        On ne peut reprocher au parti de celle-ci ni les assassinats d’enfants juifs par un jeune musulman, ni la froide exécution des otages de l’hypercasher par un musulman noir, ni la chasse aux élèves juifs dans les écoles de la république,chasse dont le bien fondé est attesté, couvert et encouragé par les syndicats d’enseignants surtout compréhensifs à l’égard des petits musulmans qui leur tape sur la gueule, ni les explications fumeuses des “sociologues” à la noix qui nous expliquent combien les victimes des racailles sont coupables …de quoi au fait ?
        Alors attention à ce bellâtre attrape tout lèche botte d’un électorat qui en fera son otage sous la pression de Plenell/Ramadan.

    • 11 Mars 2017 à 11h29

      Charles Lefranc dit

      La classe moyenne , et les petits bourgeois sont situés exactement la ou se rejoignent le marteau capitaliste mondialiste et l’ enclume prolétarienne. Nul part ou fuir ils sont cernés :la classe moyenne est cernée par le chomage , la délocalisation des entreprises , la fuite des diplomés et des entrepreneurs ; les petits bourgeois rentiers-proprietaires sont cernés par l’ érosion de leur rente de propriété ( locataires precaires – centre ville laminés par le commerce en-ligne – cout de l’ innovation technologique de plus en plus cher ). Les politiques ont pris soin de disséminer les centres de décisions , il y a au moins trois grilles en apparence distantes aux palais des décideurs ; Bruxelles ( UE) Francfort ( BCE) Geneve ( OMC ) . Or il est devenu democratiquement impossible de forcer les occupants de ces trois palais a respecter le bien-être et l’ avenir des peuples ; D’ ou la revolte contre les élites . Et même parvenu sous la poussée de la colére au pouvoir , les Tsipras-Varoufakis retournent leur veste en un tour de main . Que feront Hamon-Melanchon ou Le Pen au pouvoir ?

    • 10 Mars 2017 à 16h51

      lafronde dit

      Le politicien peut s’adresser à la raison (les intérêts personnels, de groupe, ou les idéaux) à la passion, (l’idolâtrie de l’Egalité,de la pureté, de la Nation, de l’idéologie ou encore au nihilisme) ou à l’émotion (jalousie, peur, colère).

      Tous ces registres sont possibles, et c’est pour cette raison, depuis 1981 que la démagogie est entrée dans la présidentielle, cette élection est la plus grosse arnaque de la République. De cette course à la promesse électorale nous avons retiré des dettes sans investissements, des impôts de plus en plus lourds, de moins en moins d’entreprises viables et d’emplois dans le secteur marchand. Pour fini un Etat tutélaire qui a abandonné sa mission première de protection contre le crime pour sa mission partisane de redistribution aux uns de ce que son autorité a pris aux autres.

      Mais pour cacher cette démagogie triviale donc visible, certains partis qui veulent l’emporter à tout prix, ont recours à la jalousie et à la calomnie (affaires des diamants, de l’assistante parlementaire), ou à peur (Front républicain) fondée sur des amalgames historiques trafiqués. (lire “Historiquement correct” ou “Le terrorisme intellectuel” de Jean Sévilla)

      Le pire c’est que le citoyen opposé au système socialiste-progressiste est privé de TV de Radio (hormis Radio Courtoisie, mais qui a ses limites) alors que l’opposant socialiste même sous Sarkozy ou Chirac avait accès à une information critique du Gouvernement. Mitterrand y avait veillé avec Canal+ . Sarkozy n’a rien anticipé, rien prévu si l’UMP passait dans l’Opposition. piètre général ! dont LR fait encore les frais.

      • 10 Mars 2017 à 21h46

        aregundis dit

        « Sévillia ». Avec deux ailes, ça plane pour moi. Vous avez d’excellentes lectures, l’ami. Congrats.

    • 10 Mars 2017 à 16h22

      marie210917 dit

      Faux et usage de faux à tous les étages avec ce monsieur mais là comme par hasard, ce que nous devons encore appeler “justice”, ne bouge pas ses fesses !

      Courage plus que quelques semaines et nous serons libérés !

    • 10 Mars 2017 à 14h23

      Amaury-Grandgil dit

      D’autres sont les candidats préférés des assureurs pourrait-on rétorquer à l’auteur

    • 10 Mars 2017 à 10h31

      Fixpir dit

      De l’article : “la proposition émane-t-elle (…) de titulaires d’appartements de fonction ou d’appartements à bas prix tels que ceux obligeamment fournis par la mairie de Paris ?”
      Il me semblerait juste d’établir le loyer fictif des logements sociaux et de l’intégrer dans les revenus, comme pour les propriétaires. Plus précisément, le différentiel entre loyer fictif au prix du marché et loyer social.

      Un logement social, c’est une richesse dont une personne bénéficie sans en payer le prix de marché. Plus encore que pour les propriétaires, il semblerait juste de taxer le gain, qui n’a rien de fictif, donné aux personnes qui y logent.

      Cela ne changera pas grand-chose pour les bénéficiaires qui en ont réellement besoin. Par contre, cela poussera peut-être un peu plus à la mobilité ceux qui n’ont plus rien à y faire.

      • 10 Mars 2017 à 14h24

        Amaury-Grandgil dit

        Y’a du boulot, c’est tellement métastasé par le clientélisme que ça semble compliqué d’en sortir

      • 10 Mars 2017 à 17h05

        lafronde dit

        Dans le registre “taxer les revenus réels
        et les avantages non monétaires” ne pas oublier :
        Les politiciens, Les défiscalisés, Les fraudeurs, Les subventionnés,
        Les insurgés, Les procéduriers, Les fonctionnaires, Les assistés.
        Bien des choses peuvent être analysées comme un bien, un avantage sur lequel l’Etat pourrait nous demander une taxe. ça s’appelle le fiscalisme.

        C’est une tendance irrépressible d’un Etat centralisé vers la démagogie absolue et tyrannique. Ce pour(quoi nous avons vraiement intérêt à fédéraliser la France avant que cette république progressiste ne nous ruine, et nous vende à l’étranger petro-islamique !

    • 10 Mars 2017 à 10h01

      kriktus dit

      ils scandent “l’Europe ou la mort” devant le peuple mais derrière ils psalmodient “l’Europe et la mort”

    • 9 Mars 2017 à 22h19

      gnu dit

      Vous n’avez pas bien lu l’article du figaro, le sujet central est Macron, pas Juppé.
      Lisez bien la fin de l’article.

      • 9 Mars 2017 à 22h21

        gnu dit

        Oups désolé, redite, bug du site

      • 9 Mars 2017 à 21h27

        Aristote dit

        C’est bien pour cela que Juppé a perdu les primaires ! Les fans de Juppé ont déjà chez Macron. Je crains fort que Macron ne gagne pas grand chose à droite à ce petit jeu là, mais qu’il perde sur sa gauche.

        • 9 Mars 2017 à 22h20

          gnu dit

          Vous n’avez pas bien lu l’article du figaro, le sujet central est Macron, pas Juppé.
          Lisez bien la fin de l’article.

        • 10 Mars 2017 à 9h11

          Aristote dit

          @ gnu

          Et c’est bien de Macron dont je parle… 
           

    • 9 Mars 2017 à 17h55

      Aristote dit

      On peut discuter de qui Macron est le candidat, mais il est clairement la bouée de sauvetage des hollandais.

      On peut espérer qu’un jour ou l’autre suffisamment de Français le comprendront.

      • 9 Mars 2017 à 18h40

        Sancho Pensum dit

        En résumé, tous des cons sauf vous ?! Et toc !

      • 9 Mars 2017 à 19h08

        steed59 dit

        aujourd’hui je serais électeur de gauche à la primaire j’aurais les boules de m’être fait arnaqué

        • 9 Mars 2017 à 19h19

          Sancho Pensum dit

          Ah bon, alors que devrait dire l’électeur de droite qui a dû payer le double pour participer au même truc ?!

        • 9 Mars 2017 à 19h25

          steed59 dit

          pour l’instant fillon reste le candidat de toute la droite, hamon que de la moitié du PS, du moins ce qu’il en reste

        • 9 Mars 2017 à 20h28

          Wil dit

          steed59 dit”aujourd’hui je serais électeur de gauche à la primaire j’aurais les boules de m’être fait arnaqué”.
          Pourquoi aujourd’hui et pour la primaire?
          Ca fait depuis 81 que les électeurs de gauche se font arnaquer.
          Ceux qui votent encore pour elle ont juste le cerveau beaucoup plus lent que les autres ou sont jeunes et ne connaissent rien à la politique et comme l’ignorance n’est pas une excuse…

        • 9 Mars 2017 à 20h29

          gnu dit

          Faux, demandez à de Villepin, Debré, etc si Fillon est leur candidat. Demandez leur s’ils n’ont pas le sentiment que Fillon leur a volé la primaire.

        • 9 Mars 2017 à 21h18

          durru dit

          Gnu, les noms que vous citez n’ont pas grand chose à voir avec la droite. Il s’agit de chiraquiens, des gauchistes honteux. La question n’est, de toute façon, pas au niveau des notables, mais au niveau des électeurs. Les électeurs de droite ne se sentent pas, globalement, floués.

        • 9 Mars 2017 à 21h30

          steed59 dit

          Fillon a volé quoi ? Il a fait 70 % contre juppé, 80 % si on enlève les voix de gauche. Au rencard les dinosaures

      • 9 Mars 2017 à 20h47

        gnu dit

        C’est une évidence ce que vous dites.
        Je n’aime pas le ps, je n’ai jamais aimé hollande, je n’aime pas le ralliement de Delanoé.
        La bouée dont vous parlez ne vaut apparemment que pour l’ “aile droite” du ps. Ok on peut se dire que c’est la lignée Valls, no comment …
        Ensuite pour rassembler droite et gauche, vous voudriez que macron refuse toute personnalité du ps ? Délicat… 

        • 10 Mars 2017 à 9h27

          Flo dit

          Et le ralliement de Bartolone, vous aimez ? 

    • 9 Mars 2017 à 17h45

      modramalina dit

      Après les juges, les ambassadeurs
      http://www.atlantico.fr/breves/ambassadeur-france-washington-redoute-victoire-pen-2986453.html

      Ce serait une bonne idée que ce sac à merde qui a tenu des propos scandaleux à propos de Trump s’en aille faire trempette dans le Potomac!

    • 9 Mars 2017 à 17h38

      munstead dit

      Je me plaignais ce matin qu’il n’y ait pas d’article contre MAcron… le voilà. Signé d’un économiste français, si’il vous plait, à ne pas confondre avec un économiste cosmopolite, apatride et interlope, . Beaucoup à dire, trop. Juste le point sur l’exonérations de charges sociales patronales entre 0,5 et 1,3 Smic ne devrait pas contribuer pour cet économiste franchouillard à la baisse du coût du travail. Comprenne qui pourra. J’y renonce.

      • 9 Mars 2017 à 21h21

        durru dit

        L’exonération de charges pour les bas salaires va contribuer à encourager les employeurs à privilégier les bas salaires, donc la paupérisation du salariat. Une baisse du coût du travail? Peut-être, sur le papier. Mais avec du personnel moins qualifié et moins compétent, rien n’est moins sûr…