Mail Facebook Twitter RSS

Inscrivez-vous à la Newsletter

Recevez chaque lundi la synthèse de l'actualité de toute la semaine



X

Ma promenade dans l’esprit viennois

Le carnet de Roland Jaccard

Publié le 08 décembre 2012 à 12:00 dans Culture

Mots-clés : , , , ,

karl kraus vienne

1. ET BREUER A PLEURÉ

J’ignorais que Joseph Breuer et son jeune élève Sigmund Freud se promenaient volontiers au Prater pour converser en dégustant les saucisses de porc, juteuses et craquantes, dont ils étaient friands. Breuer était alors un des médecins les plus réputés de Vienne. Marié et père de trois enfants, il passait ses soirées à jouer aux échecs avec son beau-frère et, parfois, à arpenter la Kirstenstrasse où tapinaient des « Süsses Mädel ». Il n’ignorait pas que la plupart avaient la syphilis ou la blennorragie et, précautionneux, il hésitait à franchir le pas. « Aucune, confiait-il à Freud, n’est aussi jolie que Rachel. Si j’étais certain que personne ne me reconnaisse, j’oserais peut-être… On se lasse toujours du même plat… Pour chaque belle femme sur cette terre, il y a aussi un pauvre type qui en a marre de se la farcir. »

[...]

*Photo : luca.sartoni.

voir les commentaires / réagir         envoyer
 

Article publié dans Causeur et réservé à nos abonnés.
Pour le lire dans son intégralité...

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 

Nos offres

A lire sur Causeur.fr

Vous devez être inscrit pour commenter.

  • 20 Décembre 2012 à 11h54

    Jessy dit

    N’est-ce pas le propre de l’homme (et femme) de se lasser, en quête de nouvelles saveurs, de nouvelles sensations, par peur de s’enliser ? on pourrait développer longtemps sur ce sujet…

  • 8 Décembre 2012 à 17h26

    Impat1 dit

    Pas de commentaires, mais la belle photo de La Gloriette mérite l’ouverture du fil !