L’étrange silence autour de la mort de Lucie Halimi | Causeur

L’étrange silence autour de la mort de Lucie Halimi

Toutes les victimes se valent-elles?

Publié le 14 avril 2017 / Société

Mots-clés : , , , , ,

Manifestation de soutien aux victimes des attentats de janvier 2015 en France. SIPA. AP21675165_000185

Si l’affaire Al-Dura a marqué une étape importante dans la fabrication par les médias français d’un récit mythique du conflit israélo-arabe, dans le cadre duquel les Palestiniens ont été érigés en victimes absolues, l’affaire Lucie Halimi marquera peut-être une étape supplémentaire dans l’exclusion concomitante des Juifs (et plus seulement des Israéliens) du statut de victimes par ce même récit médiatique.

Dans l’affaire Al-Dura, rappelons-le, un enfant palestinien soi-disant tué par des balles de soldats israéliens, mourrait « en direct » devant les yeux des téléspectateurs français du Journal de 20 heures, convoqués par Charles Enderlin et par France 2 à assister à ce spectacle diffusé en boucle, offert par la suite aux téléspectateurs du monde entier, puis recyclé par la propagande arabo-musulmane et palestinienne à travers d’innombrables discours et sous-produits de ce récit, servant de prétexte et de justification à des attentats, des manifestations anti-juives, etc. Il a fallu l’opiniâtreté de Philippe Karsenty et de quelques autres pour établir que ce « reportage » était une manipulation, voire une pure et simple mise en scène.

Doublement victime

Quinze ans plus tard, l’assassinat de Lucie (Sarah) Halimi atteste que la situation des Juifs en France, qui avait commencé à se dégrader de manière significative à l’époque de la « Deuxième Intifada » – les images de l’agonie de Mohamed Al-Dura ayant largement contribué à importer dans les banlieues françaises le conflit entre Israël et les Palestiniens – a atteint un nouveau stade. Cette femme juive, défenestrée par un voisin musulman après des années de persécutions antisémites à l’encontre de sa famille de la part de son assassin, est en effet doublement victime. Non seulement elle est assassinée de manière particulièrement horrible, mais on lui refuse ensuite le statut de victime, sa mort étant reléguée, comme celle du jeune Sébastien Sellam il y a quelques années, au rang de fait divers ou plutôt de non-événement.

Le procureur de la République déclare immédiatement que les mobiles du crime ne sont apparemment pas antisémites, en contradiction avec les témoignages explicites de membres de la famille de la victime, déclaration répercutée par les institutions juives officielles pour « calmer l’atmosphère ». L’attitude des institutions juives, dans le contexte pré-électoral potentiellement explosif que traverse la France, alors que les candidats des deux extrêmes ont de bonnes chances d’arriver au second tour, s’explique par la volonté de « ne pas jeter de l’huile sur le feu » et de ne pas introduire dans la campagne électorale un élément juif qui la rendrait encore plus explosive (élément qui a été entretemps apporté par la candidate Marine Le Pen, en utilisant la question de la responsabilité de la France dans la déportation des Juifs à des fins politiciennes).

Mais la réalité est plus profonde et plus dramatique encore : dans la nouvelle configuration médiatique créée depuis le début des années 2000, dont l’affaire Al-Dura a été le point culminant, les Juifs n’ont quasiment plus droit au statut de victimes, sauf lorsque ce statut est conforme à l’idéologie dominante partagée par la plupart des grands médias. On imagine aisément quelle place l’affaire Lucie Halimi aurait pu occuper dans les médias si l’assassin, au lieu d’être un musulman « radicalisé », avait été un militant d’extrême-droite. On aurait alors assisté à une manifestation comme à l’époque de Carpentras, tous les candidats de la gauche à l’extrême-gauche défilant en tête de cortège, de la Nation à République…

Un tabou électoral?

Ce qui est en jeu dans l’affaire (ou la non-affaire) Halimi, c’est évidemment l’antisémitisme musulman, nouveau grand tabou de la société et de la politique française. Il n’est pas anodin à cet égard que la sortie de Marine Le Pen sur le Vel’ d’Hiv surgisse précisément au moment où les médias français refusent de parler de l’assassinat de Lucie Halimi. Le message est clair : alors que l’antisémitisme nazi et ses collaborateurs en France font aujourd’hui l’objet d’un consensus, grâce aux efforts de nombreux historiens, militants de la mémoire et au revirement opéré par le président Chirac, rompant avec la tradition instaurée par De Gaulle et perpétuée jusqu’à Mitterrand, l’antisémitisme musulman, lui, demeure un sujet tabou.

Le récent procès intenté à l’historien Georges Bensoussan, spécialiste reconnu de la Shoah, a illustré de manière éclatante l’existence de ce tabou, au moins aussi prégnant – et plus lourd de conséquences – que ne l’a été autrefois celui de la collaboration des gendarmes de Vichy à la déportation des Juifs de France. Si le procureur (c’est-à-dire le représentant de l’Etat) a jugé utile de traîner en justice un historien respecté, avec le soutien des associations antiracistes, c’était tout autant pour punir des propos considérés comme « coupables », que pour dissuader d’autres historiens d’aborder le sujet de l’antisémitisme musulman… Dans le procès Bensoussan, comme dans l’assassinat de Lucie Halimi, les médias et la justice ont consacré, chacun à sa manière et dans son ressort de compétence, l’existence de ce nouveau tabou de la vie politique française.

La boucle est ainsi bouclée. Après avoir construit un récit mythique du Palestinien victime et d’un Israël toujours coupable, récit dont Mohamed Al-Dura était une des icônes les plus visibles, les médias français ont progressivement et totalement exclu les Juifs du statut de victimes. Le jeune Al-Dura, mort à Gaza dans des circonstances non élucidées, est devenu la victime par excellence, figure mythique et quasiment christique de la « Nouvelle Passion » racontée par France 2 et par son apôtre Charles Enderlin. Lucie Halimi, assassinée par un voisin musulman au cœur de Paris, est une victime inexistante, comme les Juifs expulsés des pays arabes. Elle a été tuée deux fois : la première par son voisin, la seconde, lorsque les médias ont recouvert ce crime d’une chape de silence.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 18 Avril 2017 à 22h05

      solitude dit

      priorité : éviter les plus dangereux : Mélenchon, Macron

    • 18 Avril 2017 à 21h36

      solitude dit

      D’accord avec l’article mais il y a une erreur:

      “Marine Le Pen, en utilisant la question de la responsabilité de la France dans la déportation des Juifs à des fins politiciennes”

      non ! elle a répondu au journaliste

    • 17 Avril 2017 à 22h00

      Livio del Quenale dit

      La droite ne vaut pas grand chose,
      mais ce n’est rien à coté de la gauche
      dont le seul pouvoir est celui de nuisance.

    • 17 Avril 2017 à 18h27

      Terminator dit

      Non seulement les “institutions juives” sont en dessous de tout mais elle trahissent littéralement la cause qu’elles sont censées défendre : celle des citoyens français de confession juive qui n’aspirent qu’à vivre en bonne intelligence avec leurs compatriotes.
      La France va mourir du cancer musulman si rien n’est fait pour enrayer sa progression…

      • 17 Avril 2017 à 19h22

        AGF dit

        Tous ces mecs sont des braves types, médecins ou avocats qui croient à l’état de droit et n’ont pas compris que les Sarko, Hollande, Valls et autres se sont foutus de leur gueule et les payent de mots. Que voulez-vous ce sont des notables qui ne comprennent pas que l’argent des arabes tienne lieu de morale pour l’immense majorité de ces hommes politiques dégénérés tenants de la politique arabe de la France : autrement dit la soumission totale mais tarifée aux potentats arabes et à DAESH.
        A mon sens en ce moment MLP vaut mieux pour les Juifs que tous les fourriers de l’Islam radical et sans doute infiniment mieux qu’ Abou Mélenchon.

    • 17 Avril 2017 à 16h35

      ludi66 dit

      Je suis 100% d’accord avec Causeur. Que se passe-t-il en France en ce moment? Rien de bon.

    • 17 Avril 2017 à 15h33

      vieuxchameau dit

      Très clairement je ne voterai pas MLP à cause de son programme économique de gauche, voire pire et de son programme sociétal centriste, MAIS il faut bien admettre qu’elle a eu totalement raison concernant le Vald’Hiv et les médias sont responsables et coupables de la campagne qu’ils ont lancé contre elle sur cette déclaration. Donc: Boycott des médias……
      Par ailleurs, il est tout à fait clair pour moi que le nouveau Veau d’Or en France est le Musulman…que l’UOIF cette organisation terroriste s’est implantée (avec l’aide d’associations pseudo humanitaires)sérieusement sur le territoire en vue de faciliter le grand remplacement théorie que MLP rejette, refuse et qui est vraiment réelle
      Quant au silence des journaux et des politicards sur l’assassinat de cette médecin Juive, il est proprement scandaleux!
      C’est pourquoi, ne pouvant pas voter MLP, je boycotterai toutes les élections de 2017 avec l’espoir que nous serons plusieurs millions de Français dans ce cas!

      • 17 Avril 2017 à 16h16

        eclair dit

        l’uoif n’existe plus c’est “les musulmans de france” désormais

        • 17 Avril 2017 à 18h26

          AGF dit

          Ca change tout ,bien sûr. Après tout mieux vaut connaître le nom de cette association de malfaiteurs.

      • 17 Avril 2017 à 18h34

        Terminator dit

        Si vous voulez vraiment sauver la France, c’est maintenant : votez, votez Marine Le Pen et vous verrez que sa gouvernance sera beaucoup moins à gauche que ce que vous redoutez…
        Entre conquérir le pouvoir et gouverner la France, il y a de la place pour la nuance, n’en doutez pas un instant !

      • 18 Avril 2017 à 8h39

        Hannibal-lecteur dit

        Vieux chameau, ça va être dur de ne plus poster dans Causeur ! Car si vous êtes logique, refuser de donner votre opinion dans les urnes c’est considérer votre opinion comme inutile, alors pourquoi nous la faire connaître ?

    • 17 Avril 2017 à 12h53

      José Bobo dit

      Les médias n’occultent pas seulement les victimes de l’antisémitisme musulman, ils occultent aussi les dizaines ou centaines de milliers de victimes annuelles de vols, viols, agressions, meurtres… commis par des personnes d’origine africaine et de culture musulmane. Il occultent le fait que cette population génère représentent plus de 80% des détenus de nos prisons alors qu’elle ne représente qu’un sixième de la population globale française soit un facteur ce criminalité 24 fois plus important que le reste de la population !
      Longtemps les juifs (et tout particulièrement les intellectuels juifs de gauche) ont massivement soutenu le vivre-ensemble, ils étaient le fer de lance du politiquement correct et de l’”antiracisme”, le sort des pauvres Français coincés dans leurs banlieues pauvres et soumis à une violence quotidienne ne les intéressait pas. Si ces pauvres se plaignaient ils se faisaient traiter de racistes et l’élite médiatique juive n’était pas la dernière à le faire. Il a fallu que l’antisémitisme musulman prenne de la puissance pour que certains juifs commencent à critiquer l’immigration et cessent de stigmatiser les gens qui criaient “au loup” depuis déjà longtemps. Mais c’était sans doute trop tard… ils sont maintenant pris dans le piège du “multiculturalisme à la française” et du “politiquement correct” que la”communauté juive” a puissamment contribué à installer.

      • 17 Avril 2017 à 16h13

        Schlemihl dit

        Les juifs ?

        Parler des intellectuels juifs de gauche est admissible , encore que ça manque beaucoup de rigueur et de précision . Parler des juifs n’a aucun sens .

        A propos , un grand nombre de juifs venus d’ Afrique du nord , et tout particulièrement les plus pauvres , vivaient dans des quartiers sensibles , comme on cause , et souffraient beaucoup de l’ insécurité . Ils sont en train de s’ enfuir , surtout à cause de leurs enfants qui n’ étaient plus en sécurité à l’ école . Ils n’ ont rien soutenu du tout . 

        • 17 Avril 2017 à 20h07

          José Bobo dit

          Comment parler d’antisémitisme sans parler des juifs ? Même si, bien sûr, cette catégorisation est imprécise et recouvre un grand nombre de personnes et de situations très différentes. Je parle ici des juifs car ils sont le sujet de l’article que je commente (le sous-titre en est :”Toutes les victimes se valent-elles ?”). Par ailleurs j’admets volontiers que de très nombreux juifs pauvres (souvent originaires d’Afrique du Nord) vivant dans les quartiers défavorisées ont dû souffrir depuis longtemps de ce totalitarisme musulman (qui ne touche pas que les juifs) et ont, eux aussi, dû se faire traiter de racistes lorsqu’ils essayaient de titrer la sonnette d’alarme.

    • 17 Avril 2017 à 11h19

      RAMUNCHO dit

      Force est de constater que la France s’enfonce de plus en plus dans un antisémitisme absolu. Avec cette élection plus ou moins truquée, il ne faut surtout pas révéler des comportement qui risque de choquer les électeurs. C’est dramatique pour ce pays qui était une lumière dans le monde et qui devient lentement une république bananière.

      • 17 Avril 2017 à 15h37

        vieuxchameau dit

        L’antisémitisme n’est absolument pas le fait de Vrais Français mais de musulmans….et seule MMLP fait des analyses intelligentes sur cette question. Hélas MMLP ne se présente pas à l’Elysée et donc: je boycotterai comme des millions de Français cette élection…..

    • 16 Avril 2017 à 23h56

      Bibi dit

      Pauvre France.
      Réduite par la seule volonté de ses dirigeants plus ou moins élus au désert des idées. Et aux haines importées bi-millén

    • 16 Avril 2017 à 18h00

      AGF dit

      Aujourd’hui notre cible, celui dont il faut dénoncer l’antisémitisme, le “populisme”, c’est le planqué Mélenchon. Chien de DAESH et des Frères Musulmans il fait son trou face à des adversaires qui n’osent pas le dénoncer de peur de se couper de l’électorat de la 5ème colonne musulmane dont Mélenchon est le toutou.