1. Thomas Bernhard ou le syndrome du pilier de café. Le conseil avisé que donne Thomas Bernhard, Jonathan Taylor ne l’a pas suivi. Quel est ce conseil ? « Gardez-vous de visiter les lieux des écrivains, des poètes et des philosophes, après cela vous ne les comprendrez absolument plus. » Qui est Jonathan Taylor ? Un écrivain américain qui admire Thomas Bernhard au point d’organiser un voyage dans son village natal d’Ohlsdorf, en Haute-Autriche.

Un voyage d’admiration… Quelle ineptie ! se serait exclamé Thomas Bernhard. La véritable intelligence ne connaît pas l’admiration. « Les gens vont comme avec un sac à dos dans toutes les églises et dans tous les musées, et c’est pourquoi ils ont toujours ce maintien courbé, répugnant, qu’ils ont bien tous dans les églises et les musées » , a-t-il encore dit.

Revue Believer, éditions Inculte, printemps 2012.
Eva Miranda, Giardino et Barbieri, bande dessinée chez Casterman.
em>Histoire de la folie à l’âge classique, Michel Foucault, Gallimard.
Fabriquer la folie, Thomas Szasz, Payot.
Suicide Prohibition : the Shame of Medicine, Thomas Szasz, Syracuse University Press.
Démons me turlupinant, Patrick Declerck, Gallimard.
Les Naufragés, Patrick Declerck, collection Terre humaine, Plon.

*Photo : Abode of Chaos

Lire la suite