LR: Guaino face à son destin | Causeur

LR: Guaino face à son destin

Sa candidature est une bonne nouvelle pour le gaullisme

Auteur

David Desgouilles

David Desgouilles
Blogueur et romancier. Prochain roman à paraître : janvier 2017.

Publié le 16 juin 2016 / Politique

Mots-clés : , , , ,

Les favoris de la primaire, Sarkozy et Juppé, mais aussi Dupont-Aignan ont tout intérêt à favoriser la candidature de Guaino.
henri guaino sarkozy juppe

Henri Guaino. Sipa. Numéro de reportage : 00738538_00005.

Henri Guaino s’est lancé. Depuis des mois, il avait manifesté son incompréhension voire son irritation face à la dérive de sa famille politique. Qui supprimerait le plus de postes de fonctionnaires ? Qui taillerait le plus, à la serpe ou à la tronçonneuse, dans les services de l’Etat ? Les différents candidats à la primaire rivalisaient à coup de centaines de milliards d’économies, surenchérissaient sur la loi El Khomri, et appliquaient, sans bien entendu le reconnaître, les recommandations de Bruxelles.

Sarkozy énervé

Dans le même temps, le président de son parti politique, candidat sans toujours l’avoir annoncé, annonçait des propositions de la même eau, et soutenait à la présidence du Conseil national de LR, Luc Chatel, qui souhaite que son parti devienne celui « des gaz de schiste, des OGM et des biotechs » (oubliant malencontreusement les pesticides). Nicolas Sarkozy a fait le choix de ne pas être le candidat national-républicain du discours de Toulon, alors qu’il s’agissait de la seule voie lui permettant de pouvoir concurrencer son adversaire Alain Juppé. A ce large boulevard dans un espace politique complètement libéré, il a préféré une impasse, celle de faire du sous-Patrick Buisson, et pour cause : il a répudié Patrick Buisson.

Nicolas Sarkozy, murmurent des sources bien informées, est en colère. Il ne comprend pas que son conseiller spécial à l’Elysée ait fait le choix d’une candidature personnelle. Comment pouvait-il en être autrement, alors qu’Henri Guaino n’a cessé d’alerter depuis des mois sur l’inanité de sa stratégie et de sa ligne politique ? Qui l’avait prévenu sur le fait qu’il n’était pas dans le rôle d’un ancien président de la République de reprendre la tête d’un parti ? Qui expliquait qu’il ne servait à rien d’avoir un langage toujours aussi dur sur l’identité, quand on ne parvient pas à cacher qu’on finira toujours par obéir à Bruxelles ? On sait que Nicolas Sarkozy a cette conception de la vie politique : si on n’est pas avec lui, on est contre lui. Il va donc tout faire pour empêcher la candidature d’Henri Guaino. On se doute que la quête des parrainages sera rendue d’autant plus difficile pour celui qui a annoncé sa décision lundi matin. La pression sur les parlementaires et autres élus qui souhaiteraient parrainer Henri Guaino sera forte, à n’en pas douter.

Une chance pour les favoris

Ce dernier a bien fait d’annoncer que s’il ne pouvait pas concourir, il irait chercher chez les dizaines de milliers d’élus sans étiquette, pour se lancer dans candidature directe au premier tour de l’élection présidentielle. Cela fera-t-il réfléchir Nicolas Sarkozy ou le favori actuel de la primaire, Alain Juppé ? L’intérêt de celui qui sera finalement désigné (et donc des favoris) à l’issue de la primaire de la droite n’est-il pas que les candidatures du premier tour ne se multiplient pas ? Malheureusement, il est fort possible que la rancœur et le mépris soient plus forts que la prise en compte de leur intérêt propre. À suivre…

Nous l’avons déjà affirmé dans ces colonnes : la candidature d’Henri Guaino à cette élection primaire est nécessaire. Parce que la primaire est là, qu’on le veuille ou non, et que son vainqueur pourrait bien être le prochain président de la République, il est indispensable que le gaullisme y soit représenté.

Guaino rendra ainsi service à tous ceux qui, refusant le principe de la primaire et ayant décidé d’être directement candidat, portent des idées voisines. C’est pourquoi les militants de Debout La France, à commencer par le premier d’entre eux, ont tout intérêt à cette candidature, mais aussi à ce qu’Henri Guaino atteigne le score le plus haut. Il serait politiquement improductif de se draper dans une pureté surjouée, refusant de toucher un bulletin de vote de cette compétition. Comme il aurait été ridicule de refuser de présenter des listes aux élections européennes, sous le prétexte que le Général de Gaulle avait toujours refusé l’élection des députés européens au suffrage direct. L’important, c’est que le débat vive, que les thèmes infusent, que les idées se propagent.

Cette primaire peut enfin devenir intéressante. Elle peut enfin permettre d’être autre chose qu’un concours de marketing politique, de comparaisons de profils, de compétitions de tweets. Elle peut enfin être l’occasion d’un véritable débat politique, au sens le plus noble du terme. De cela, Henri Guaino, et tous ceux qui lui permettront de participer à cette élection, doivent être remerciés.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 21 Juin 2016 à 11h35

      radagast dit

      Enfin une heureuse nouvelle !!!

      Merci de votre courage Monsieur Guaino.

      Je suis très heureux de cette opportunité de voter pour un candidat qui me convient vraiment!

    • 21 Juin 2016 à 8h37

      isa dit

      Très bon Guaino ce matin sur ITele.
      Dommage que je ne sois pas d’accord avec ses idées, c’est vraiment un honnête homme d’après moi. 

    • 21 Juin 2016 à 2h53

      Livio del Quenale dit

      Si le personnage parait intéressant, d’aucuns diront séduisant malheureusement il manque de charisme pour prétendre à la place du chef et ce n’est pas tout, Gaullisme ne veut plus dire grand chose dans ce monde qui a tellement changé et surtout dans ses mentalités, une fermeté de forme ne veut pas dire fermeté de fond.
      Attendons son programme, sa page ne dit pas grand chose, il est encore dans l’ombre des autres, citant leurs idées avec lesquelles il est d’accord, sans montrer de lui-même et de ses réels projets pour lui et la France, s’il passe les primaires ou s’il se présente en candidat libre, plus simplement , que compte faire cet outsider possible.

    • 19 Juin 2016 à 16h05

      Abellyon dit

      Je suis très heureux de la candidature de Henti GUAINO qui represente un courant peu vu ou entendu dans le monde mediatico-politique.

    • 18 Juin 2016 à 15h46

      Cosmo dit

      Vraiment d’accord sur les réserves de Rico et Isa. HG est un candidat ambivalent. C’est un écrivain de discours, il aime la puissance des mots tél un acteur entre Shakespeare et Camus. Appelons pagnol en troisième patrimoine littéraire Et l’on ajoute le sentimental au tragique. J’aimerai croire Jacques des escrins et son programme. 2hardel et son enthousiasme. 

       Quant au débat debout la France /Guaino, le premier a  trop de certitude parce qu’il a choisi de ne pas se laisser corrompre par l’exercice du pouvoir et le second trop de doutes parce qu’il connaît déjà les corruptions de l’exercice du pouvoir.

      Donc une candidature Guaino est à soutenir sans illusions sur son ralliement ultime au deuxième tour. 

      • 19 Juin 2016 à 10h21

        2HARDEL dit

        Cosmo, bien sûr, je partage votre circonspection. Je ne suis pas, hélas, né de la dernière pluie. Assez fréquentes, par cheu nous…
        Et votre analyse des rapports NDA/HG pose bien le problème.
        Ci ces deux-là ne parviennent pas à s’entendre, je découperai moi même mes petits bulletins blancs.
        Et si votre hypothèse s’avérait, si Henri Guaino devait se retirer au béfice du pénultième président, dont le nom m’échappe à l’instant,
        j’irais moi-même l’entarter avec une TOURTE À L’ÉPOISSE !
        Qui n’est pourtant pas un fromage de cheu nous…
        En attendant, laissez moi, non pas rêver, mais retrousser mes manches… ☺

        • 19 Juin 2016 à 10h38

          2HARDEL dit

          Qui sait ?
          Je serai peut-être nommé à la tête du Ministère de l’Honnêteté Politique….

          VASTE SUJET !   °-)
           

      • 19 Juin 2016 à 11h07

        2HARDEL dit

        Il n’y a plus grand monde sur ce fil pour corriger mes erreurs…
        Tant pis. 
        Bien évidemment, la citation exacte du Grand Charles est VASTE PROGRAMME !

        Comme mes pour erreurs…   °v° 

      • 21 Juin 2016 à 3h17

        Livio del Quenale dit

        Oui on peut aussi dire ce que vous dites, j’ajouterais qu’il manque de charisme et d’énergie, sans doute trop littéraire et nostalgique, maintenant peut-on dire qu’il soit souverainiste?.. peut-être un peu quand même.
        Ce qui est sûr est qu’il relève assez bien les mécontentements d’une grosse partie de la population, saurait-il et trouverait-il les moyens de relever le défit de relever économiquement le pays et y mettre, avec fermeté, cet ordre qui sied aux pays en bonne santé … car, le malade est bien atteint.

    • 18 Juin 2016 à 8h11

      IMHO dit

      Le Guaino est un bel oiseau, mais son éducation exige de grands soins.
      On ne doit pas l’importer avant juin ou après septembre.
      En hiver, on aura soin de le tenir dans un endroit chaud, où il puisse couver ses petits. »

      • 20 Juin 2016 à 16h27

        IMHO dit

        C’est “Sissi face à son destin” le vrai titre, juste une remarque en passant .

    • 17 Juin 2016 à 22h16

      2HARDEL dit

      Isa, votre 17 Juin 2016 à 19h23

      Vous touchez du doigt le problème majeur d’Henri Guaino, isa.
      Et qui m’inquiète beaucoup, car contrairement à vous, je suis assez globalement d’accord avec la pensée de cet homme, pour ce que je crois en connaître, du moins.

      Pour une fois qu’un candidat se présente, à qui je donnerai mon suffrage sans réticence ni états d’âme, je souhaite évidemment qu’il ne montre, dans l’éventuel et, il faut bien l’avouer, improbable cas de son accession au pouvoir, aucune fragilité, ni hésitation, ni perte de sang froid dans son exercice.

      Or, Henri Guaino en est un habitué, du pouvoir. Mais en coulisses. Comme plume, comme conseiller spécial… Même ses interventions devant l’œil du cyclope médiatique avaient jusqu’à présent un côté informel. 

      Là, c’est autre chose. Il faut savoir séduire, convaincre, sans pour autant renoncer à l’Honnêteté. Sans renoncer à être  ”un homme honorable”, comme Antoine le dit de Brutus, perfidement, après l’assassinat de César ! (Antoine et Cléopâtre/W. S. dit le Grand Bill)

      Pardon, je m’égare. Quoique…

      Eh bien souhaitons lui de rester d’airain, attentif aux conseils, mais inflexible face aux crapules.
      Alors… Sir Winston, ou CDG …?   °-)

      Et bonsoir à vous, isa. (2H) 

    • 17 Juin 2016 à 16h34

      Rico dit

      Il a la prose a la fois rassurante,sympathique et convaincante de savoir surfer sur les réalités du déclin Français qu’il a lui même soutenu depuis toujours a l’ombre du RPR/UMP.  

      Le FN étant bien la,ce stratège politique avec son air de rien du sérail droite molle d’un point de vue officiel préfère manier l’ambiguïté face a sa famille politique dans l’espoir de retenir un électorat de plus en plus tentés par le discours droitiste et souverain du FN.

      D’un point de vu officieux,il joue au filtre anti-FN pour mieux redistribuer a Sarkosy,le gain même modeste acquis a sa cause au primaire.

      Affaire a suivre sur ce leurre d’espoir pour les déçus ne comprenant plus le terme de droite.

      Apres son choix copéistes a la Présidence UMP.

      Guaino:  
      “Ce n’est pas une question de ligne politique non plus. Nous en avons une, celle de la campagne de Nicolas Sarkozy, et je ne comprendrais pas qu’elle puisse être remise en cause.”

        Tout est dit et je ne vois vraiment pas ce que l’on peut attendre,encore une fois,de gens comme Guaino a qui l’ont doit la France d’aujourd’hui avec tout ce que cela incombe de difficulté comme de déficit si ce n’est d’une aliénation musulmane confondante,anxiogène et mortifère, qui ne peut que grossir avec le temps qui marche contre nous,Français,avec la main mise d’un binôme politique tel que l’UMPS aux manettes.
      A moins d’êtres maso… 

      le cas Guaino qui pleure et se plaint des erreurs de “la droite”, n’est en aucun cas venant de lui,une remise en cause de sa responsabilité et fidélité politique aux échecs du RPR/UMP,ni un aveu de faiblesse et encore moins une prise de conscience,mais simplement une stratégie de réunifier sa famille politique via ses électeurs a ne suivre qu’un seul homme qui sera sans aucun doute Sarkosy,plus que jamais inféodés a l’Europe anti-souverainiste et anti-Nations de Bruxelles.  

      Dire non a L’Europe pour reconduire l’Europe via l’élus,au pouvoir en France…n’est en rien un acte Gaulliste si ce n’est de crédibilité.

      • 17 Juin 2016 à 18h14

        2HARDEL dit

        @Rico
        Bonjour. 
        J’espère que vous vous trompez. Et je le crois.

        1/ Henri Guaino  n’a pas soutenu le déclin français.
        L’électorat Il n’a cessé, tout comme Séguin (et Pasqua aussi, personnage plus ambigu, j’en conviens), il n’a cessé de jouer les Cassandre et de mettre en garde les dirigeants élus de la droite dite classique, contre leur propension malsaine et quasiment génétique à soutenir, au bout du compte, le pouvoir des financiers.
        De Gaulle avait écrit (mais je ne sais plus où) :   
        « Je n’aime pas les communistes parce qu’ils sont communistes, je n’aime pas les socialistes parce qu’ils ne sont pas socialistes, et je n’aime pas les miens parce qu’ils aiment trop l’argent. »

        2/ L’électorat de droite tenté par le FN, j’écris cela sans mépris mais sans illusion, n’a jamais ne serait-ce qu’entendu parler d’Henri Guaino. 
        Il est temps que cela change.  

        3/ C’est, je trouve, un procès d’intention tout de même un peu infamant que d’accuser Guaino de faire l’éponge ramasse voix à la primaire pour les régurgiter après dans la cuvette de Sarkozy.

        4/ Pour moi, il n’y a qu’une seule droite qui vaille : la droite sociale.
        Une droite culturellement et moralement intransigeante  face aux mirages racoleurs, et délibérément trompeurs des phantasmes, parfois sordides, d’une gauche qui se croit progressiste, quand elle n’a de cesse de mener les individus vers un infantilisme régressif, pour les enfoncer dans ce bourbier mental très proche de que certains psychanalystes (Cf. Winnicott, par exemple) ont décrit comme
        la nullité omnipotente du nourrisson. Pour déboucher sur l’Homo festivus cher à Philippe Muray.

        MAIS AUSSI, et pour faire court, une droite qui se préoccupe du bien de la Nation et de ses citoyens ;  qui sait brider les appétits et les dividendes touchés par les actionnaires du CAC 40, et les rémunérations   extravagantes de leurs PDG.
        Car, comme disait l’autre, la Politique de la France ne se décide pas à la corbeille !
         
         

        • 17 Juin 2016 à 18h31

          2HARDEL dit

          Pffff…. Les guillemets m’ont tuer.

          5/ On ne peut pas reprocher à Guaino d’être resté fidèle à son engagement auprès de Sarkozy, quoi qu’il ait pu lui en coûter.
          À présent, sa décision le libère de tout engagement.
          D’ailleurs, le gnome bondissant doit trépigner de rage en ce moment.
          Accuser Henri Guaino d’être responsable de l’état de la France aujourd’hui, c’est assez balèze comme contorsion intellectuelle.
          Lui, en tout cas, n’est pas homme a trop se contorsionner, je crois. 

          Enfin, et je conclurai par là, comme on dit quand on sait qu’on a déjà été beaucoup trop long, Henri Guaino, ne pleure ni ne se plaint.
          Il récuse une politique contre laquelle il a mis en garde, en tant que conseiller, les décideurs QUE NOUS AVONS ÉLUS !
          (2H) 

        • 18 Juin 2016 à 14h01

          Rico dit

          @ 2HARDEL

          Bonjour.

          Bien sur que sa responsabilité politique comme morale est remise en cause au vu de son parcours tant au RPR avec le vendeur de l’huma qu’avec celui que vous nommez “gnome bondissant” de l’UMP.

          Celui qui a écrit les discours de Sarkozy et qui fut l’un des “conseiller spécial et principale” de celui ci ne peut évidemment pas êtres absous des résultats obtenus et qui n’ont rien a voir avec des contorsions pseudo-intellectuelle mais avec une honnêteté intellectuelle plus surement.

          La fidélité a un système ou un mouvement politique se paient aussi en bien comme en mal a moins que celui ci,2HARDEL,ne quitte le système ou sa famille politique qu’il ne reconnait plus pour créer son propre mouvement au cas ou a moins de se rapprocher d’un mouvement plus proches de ses ideaux,ce qui n’est le cas ni de Guaino ni de beaucoup d’autres.

          C’est un non-événement de plus et j’attend le moment ou Guaino comme Boutin (candidate a l’Elysée)et d’autres,se sont retirés au profit du “gnome” en échange de subsides pour celle ci après tant de virulence a l’encontre de Sarkozy.

          Comme tant de manipulateur ou professionnel de la politique tel que Guaino,a peu de chose près “Je veux être avec lui pour faire gagner la France” seront dans quelques temps a peu de chose près la formule d’adhésion au “nouveau Sarkosy”.

          Peut être rajoutera t’il…”le moins pire de tous” histoire de de se prémunir des échecs a venir.

          Rusé le Guaino avec son air de ne pas y toucher.

          Nous ne serons pas d’accord bien sur mais affaire a suivre.

          Cordialement.       

    • 16 Juin 2016 à 21h20

      2HARDEL dit

      Bon, c’est pal’ tout, maintenant, ça urge, il faut s’organiser.

      Je suggère que chacune et chacun d’entre nous, qui sommes favorables à la candidature de Henri Guaino, allions, dans les jours qui viennent, travailler au corps le maire de notre commune, notre député, la ribambelle des conseillers de tout poil , intercommunaux, départementaux, régionaux, et d’autres encore sans doute, bref, tous ces gens qui sont nos élus et qui disposent du pouvoir d’apposer leur signature pour valider la candidature d’un citoyen à l’élection présidentielle.
      Car — mais ce n’est que mon sentiment — ce serait bien que Guaino se présente sans passer par cette pénible primaire, et sans l’investiture d’un parti dont il aurait dû, je crois, s’éloigner depuis longtemps. Comme NDA.
      Ce qui nous épargnerait les grotesques cabrioles, prévisibles, mais retorses aussi, du Tournicoton du P.R.

      S’il y en a parmi nous qui sont membres ou sympathisants de Debout La France, essayer de soulever en réunion, au niveau local, la question très délicate de la pertinence d’un maintien de Nicolas Dupont-Aignan à cette élection.
      Sachant que, ne tournons pas autour du pot, Henry Guaino a plus de chance que lui de rassembler les suffrages de Français de tous bords, écœurés par la réalité cauchemardesque de notre vie politique depuis des décennies.
       
      Car, comme l’a écrit précédemment Radagast je crois, avant l’annonce d’Henri Guaino : 
      [...]Qui ? je ne sais pas….ce que je sais en revanche c’est que pour le voir apparaître il faut lui déblayer le terrain…   

      Je serais d’ailleurs personnellement très heureux d’avoir l’avis de David Desgouilles sur ce sujet.

      Voilà, Compagnons… ! Pardon Mesdames, mais je ne me vois pas écrire “compagnonnes.. On dira donc que c’est un substantif neutre. °-)

      Chaleureusement à toutes et tous.
      Étonnons le monde ! (2H)

      • 16 Juin 2016 à 21h35

        Jacques des Ecrins dit

        H.G va très certainement être mis au pilori au sein de “Les Républicains”. Et donc être empêché de se présenter à la primaire interne.

        Votre suggestion est la bonne 2Hardel : aidons le à être candidat en “candidat libre”.

        Il faut pour cela 500 signatures d’élus maires ou conseillers territoriaux.Dans 20 départements différents. Ce n’est pas une mince affaire !

        Pour le joindre, se connecter au site de l’Assemblée nationale qui donne tous les courriels.

        • 16 Juin 2016 à 22h38

          2HARDEL dit

          Merci. J’y vais de ce pas.

          Votre remarque sur la photo qui illustre l’article de David Desgouilles est très pertinente.

          Ça change des stars et starlettes politichiennes dont le(s !) dir’ com’ toujours bronzé(s) impose(nt) un axe de prise de vue  pour être sur le bon 3/4 face de leur employeur.

          POUEUUUUURK.

        • 17 Juin 2016 à 10h16

          2HARDEL dit

          @isa
          Bah ! C’est son côté Séguin… ;-)

        • 17 Juin 2016 à 14h16

          Jacques des Ecrins dit

          Oui. On peut préférer les gendres parfaits, façon Lemaire. Bien policés et tout.

          Au moins avec Guaino, le côté Séguin (comme dit 2Hardel) nous prémunit du ronron politicien.

        • 17 Juin 2016 à 19h23

          isa dit

          Hardel, je pense que Guaino est un homme bien et sincère.
          Toutefois je ne partage pas, loin s’en faut, un grand nombre de ses opinions.
          Je ne pense pas, en dehors de toute idéologie, qu’il ferait un bon président, il est trop soupe au lait ( cet article n’étant bien sûr qu’une satire), certainement trop honnête d’ailleurs pour être un homme politique. Pas assez calculateur, pas assez pragmatique: c’est triste mais ce sont des ” qualités” indispensables dans ce zoo qu’est le monde politique voire le monde tout court.
          Il est mal à l’aise toujours, déchire entre ses convictions profondes( il faut reconnaître qu’il en a effectivement) et la nécessité de la réal politique. Pour les années qui viennent je ne le sens pas assez maître de lui- même et assez tordu pour faire face au reste du monde. 

    • 16 Juin 2016 à 20h49

      Jacques des Ecrins dit

      Ajout à mon commentaire de 17h35.

      Le choix de la photo est très bon. Cet homme inquiet, marqué, préoccupé,angoissé presque, renvoie à la réalité de notre pays. A sa souffrance.A son désespoir, presque. Et demain à son vertige extrémiste ?

      On peut, c’est la moindre des choses, ne pas être d’accord avec Henri Guaino. On ne peut pas le soupçonner de penser médiocrement au sort de ses compatriotes. Au destin de notre collectivité nationale.