Vous avez parfois un pincement au cœur quand vous voyez passer une R16 dans la rue, vous regardez, la nuit, en secret, des films sur le câble avec Véronique Jannot et Claude Brasseur où vous surprenez, le temps d’un plan trop rapide, cette Atlantide perdue : un pubis de fille non épilé. Vous feuilletez mélancoliquement, dans les caisses des bouquinistes, les livres de poche qui montrent Annie Girardot en couverture de Docteur Françoise Gaillard ou les Paris Match qui annoncent le mariage de Caroline de Monaco. Plus grave : le papier à grosses fleurs jaunes de cette chambre, que tout le monde trouve ignoble, vous le contemplez longuement et vous revient le goût des premiers baisers avec la langue et malabar rose incorporé. On vous aurait même vu écraser une larme discrète alors que vous fredonniez Ma Vie, d’Alain Barrière.

Rassurez-vous, vous n’êtes pas seul, vous n’êtes plus seul. La revue Schnock va vous sauver. Elle a beau se sous-titrer « la revue des vieux de 27 à 87 ans », Schnock s’adresse d’abord à vous, enfant naufragé des seventies tout surpris de vous retrouver dans un monde de science-fiction qui ne ressemble pas à Cosmos 1999 mais davantage à un film-catastrophe dont le réalisateur en ferait un peu trop.

Cet article est issu de Causeur magazine n ° 41.

Pour acheter ce numéro, cliquez ici.
Pour s’abonner à Causeur, cliquez ici.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Jérôme Leroy
Écrivain et rédacteur en chef culture de Causeur. Derniers livres parus: Nager vers la Norvège (Table Ronde, 2019), La Petite Gauloise (Folio Policier, 2019)
Lire la suite