Libéralisme, individualisme, communautarisme | Causeur

Libéralisme, individualisme, communautarisme

L’invention de l’individu conforme

Auteur

Jean-Paul Brighelli

Jean-Paul Brighelli
Enseignant et essayiste, anime le blog "Bonnet d'âne" hébergé par Causeur.

Publié le 24 octobre 2016 / Politique Société

Mots-clés : , , , , , , ,

libéralisme individualisme communautarisme

CC0 Public Domain

Ça a débuté comme ça. Moi, j’avais rien dit, et j’disais rien. D’ailleurs, ça ne me disait rien. Arthur Ganate regardait son bock vide comme si ça pouvait faire revenir la Kro qu’il venait de siffler. Jours tranquilles à Clichy. L’patron du rade a mis la radio. « Laisse béton », chantait Renaud. « T’as un blouson, mecton, l’est pas bidon… » La chanson avait déjà cinq ou six ans, elle venait de relancer le verlan. « J’vais acheter un Chevignon », m’a dit Arthur Ganate, désespérant de voir la bière remonter dans sa chope… Il s’est levé et la nuit de la Place Clichy l’a englouti.

Chevignon est créé en 1979, mais c’est Guy Azoulay qui quatre ou cinq ans plus tard lance le blouson « cuir vieilli » qui fait décoller la marque et lance l’ère du racket, à l’école. Au moment même où Mitterrand trahissait le socialisme, auquel il n’avait jamais cru, et d’opérer un virage sur l’aile vers le libéralisme. Ça ne me paraissait pas important, ce que j’avais sur le dos. J’étais déjà trop vieux. Mais ça commençait — les marques, la sape. Les gosses nikés des pieds à la tête. Les insignes et les logos cousus sur le cuir pseudo-aviateur — personnalisation uniforme. La fringue dans Paris rachetait doucement les vieilles épiceries. Dix ans auparavant, Michel Clouscard, relayé bientôt par Alain Soral, avait inventé le mot « bobo », bourgeois bohème, que Camille Peugny a magnifiquement défini en 2010 : « « Une personne qui a des revenus sans qu’ils soient faramineux, plutôt diplômée, qui profite des opportunités culturelles et vote à gauche ».
Vote à gauche ? Mais ni gauche, ni droite. Le Marché.

Lisez la suite de l’article sur le blog de Jean-Paul Brighelli

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 24 Octobre 2016 à 15h55

      QUIDAM II dit

      L’ex-empire austro-hongrois a été une société multiculurelle… de même que l’ex-empire ottoman ; l’ex-Yougoslavie ; le Liban ; l’ex-Tchecoslovaquie ; l’empire des Indes qui s’est séparé du Pakistan, lequel s’est séparé du Pakistan oriental (Bangladesh) en 1971) ; le Soudan ; la Grande-Bretagne et l’Irlande…
      Aujourd’hui : la Syrie, l’Irak…
      Même de vieux pays démocratiques connaissent de violentes forces centrifuges : l’Espagne (le pays basque et la Catalogne) ; la Grande-Bretagne (l’Ecosse) ; la Belgique (flamands et Wallons)
      Certains pensent vraiment que les sociétés multiculturelle sont paisibles et souhaitables ?

      • 24 Octobre 2016 à 16h15

        Rattachiste dit

        Sans parler de l’ex-Belgique.

      • 24 Octobre 2016 à 17h33

        Schlemihl dit

        Qui a entendu parler du Dr Zamenhof ?

        Dans sa ville ( Bialystok ) vivaient des Polonais catholiques romains parlant le polonais , des Lituaniens , catholiques romains eux aussi mais parlant le lituanien , des Russes catholiques grecs de langue russe , des Biélorusses catholiques grecs parlant biélorusse , des Ukrainiens parlant ukrainien , les uns catholiques grecs les autres uniates , des Juifs de religion juive parlant le yiddisch , des Allemands luthériens de langue allemande , et des gitans des tatares et d’autres peuples encore …. Tout le monde avait sa langue , tout le monde détestait tout le monde .

        Le brave homme a imaginé de créer une langue facile à apprendre , qui permettrait à tous de se comprendre : l’ Esperanto . Quel beau nom qui fait songer à l’ espérance , la foi et la charité !

        Staline s’ est intéressé à l’ esperanto . A Bialystok comme dans tous les pays libérés par l’ Armée rouge , en 1939 je précise , tous les espérantistes ( et tous les philatélistes et d’autres ) ont été mis en prison .

        Hitler s’ y est intéressé lui aussi . Il a fait mettre dès la même année le fils de Zamenhof dans un camp ( le docteur était mort ) . Zamenhof fils a du mourir en 1940 . Ses deux sœurs ont été galamment épargnées jusque en 1942 .

        Aujourd’ hui on ne parle ni allemand ni yiddisch ni rien d’autre que du polonais à Bialystok . Zamenhof y a sa statue , c’ est chic , très chic …..

        Je ne sais pas pourquoi je vous parle de ces vieilleries … ah oui , les sociétés multiculturelles , l’ enrichissement par la différence , la société ouverte , multicolore , joyeusement colorée , si chaude , un vrai cocktail Molotov ! eh bien ces sociétés , elles ne marchent pas très bien .

      • 24 Octobre 2016 à 22h24

        Loretta Strong dit

        @Quidam, vous avez raison, mais qui a dit que le but systémique était pacifique? C’est oublier la puissance dominante, ex-colonie, minoritariste, multiculturelle, communautariste et violente, qui a très bien réussi!

    • 24 Octobre 2016 à 15h15

      L'Ours dit

      Je ne dis vraiment pas ça par caprice ou par une espèce de “chantage” car j’ai bien conscience de avoir aucun droit et que c’est très bien ainsi. De surcroît, je ne suis pas sûr que cette façon de faire déplaise à tout le monde. Je dis juste cela pour moi et bien que ce “défaut” semble véniel. Mais ce “lire la suite…” me déconcentre et me coupe l’envie.
      Je crois donc que je ne me réabonnerai pas pour cette ridicule raison, j’en conviens. Mais je le répète, cela n’a rien d’agressif, et Causeur reste mon site d’opinions préféré, mais je n’y peux rien, ça m’exaspère!

      • 24 Octobre 2016 à 16h39

        Sancho Pensum dit

        Cette manie de rediriger vers les blogs des auteurs tient elle du crypto-libéralisme ou de l’individualisme soft ?
        Quoiqu’il en soit, le communautarisme causeurien risque d’en prendre un coup dans le buffet si tout le monde se désabonne…

        • 24 Octobre 2016 à 17h19

          L'Ours dit

          Surtout que je ne suis pas contre un lien vers le blog, je suis contre l’obligation d’y aller si on veut lire la suite.

        • 24 Octobre 2016 à 19h57

          kelenborn dit

          Remarque bien Sancho que bon nombre seraient peinés si tu te désabonnais!!! C’est comme l’Eugene, ça maintiens en forme
          “Qu serions nous sans toi qui l’exemple nous montre
          Que serions nous sans toi, de tristes ignorants
          Nous serions égarés sans réveil et sans montre
          Sans savoir la splendeur de tes moulins à vent”

        • 24 Octobre 2016 à 22h16

          Sancho Pensum dit

          Par pur altruisme, je me vois donc contraint de rester !

      • 24 Octobre 2016 à 18h51

        laborie dit

        Pas faire un caca nerveux, l’Ours, juste un petit clic de la main (droite de préférence) tout en sirotant un zéro dosage de la gauche. Pas plus compliqué que ça…

      • 24 Octobre 2016 à 22h26

        Wil dit

        Moi aussi l’ours ça me gonfle et dès que je vois le lien en bas de l’article je ne lis pas et je ne commente plus ce genre d’”article”.
        Si Causeur veut continuer dans cette voie c’est son droit mais ça ne me donne pas envie de me réabonner non plus.
        Pas grave je ne le suis pas.

      • 26 Octobre 2016 à 0h02

        kriktus dit

        ça m’exaspère aussi. D’autant plus que depuis, quand je clique sur une page qui dans le temps court, mais suffisant, de son ouverture complète m’amène d’abord en haut de la page mais à l’actualisation complète m’envoie en fin de page! Je suis bon pour un clic supplémentaire. je vais depuis moins souvent sur le site que j’abandonne tout doucement. hélas pour moi je viens de me réabonner.

      • 26 Octobre 2016 à 17h24

        Hannibal-lecteur dit

        Pas de ça, l’Ours, on a besoin de vous. Exaspéré? Bon…mais exaspéré à un simple clic-près, non, ne vous laissez pas aller. 
        Et puis il y a un facteur intėressant que vous pourriez considérer: la possibilité de deux territoires de commentaires sur Causeur et sur le blog, avec cet aspect étonnant qu’ils n’ont pas la même tonalité. C’est une circonstance qui vaut qu’on s’y arrête et qui pourrait activer chez vous un certain intérêt nouveau pour la formule…
        Alors, à vous revoir …encore longtemps!