Mélenchon: l’anti-libéralisme ne passera pas! | Causeur

Mélenchon: l’anti-libéralisme ne passera pas!

Face à lui, Macron doit rassembler les libéraux

Auteur

Hervé Algalarrondo
Journaliste et essayiste,

Publié le 02 juin 2017 / Politique

Mots-clés : , , , , ,

Alors que le national-populisme de Jean-Luc Mélenchon se rapproche toujours plus de celui de Marine Le Pen, le président Macron se doit d'unifier autour de lui l'ensemble du camp libéral-mondialiste en le libérant du carcan des vieux partis.

Jean-Luc Mélenchon. Crédit photo : Philippe DESMAZES.

La recomposition du paysage politique français est en voie d’achèvement : le clivage droite-gauche se voit remplacé par le clivage mondialistes de tous poils contre nationaux de toutes obédiences, des nostalgiques de Jeanne d’Arc à ceux de Robespierre. Le premier à s’être assis sur le clivage droite-gauche est naturellement Macron : d’emblée, il a entendu rassembler les « progressistes » de gauche, de droite et du centre, tous ceux qui sont prêts à adapter le « cher et vieux pays » du général de Gaulle à la modernité libérale.

Mais on n’a pas assez relevé la métamorphose de Jean-Luc Mélenchon. Derrière son nouveau masque humaniste, le chantre de la « France insoumise » s’est livré à une délocalisation hardie : la sienne ! Fini le temps où il prétendait « fédérer la gauche ». Fini le temps où il chantait L’Internationale ! Cela l’avait conduit à une impasse, à un score faiblard en 2012, loin derrière Marine Le Pen. Désormais, il entend « rassembler le peuple ». Désormais, il n’entonne plus que La Marseillaise. Osons la formule : Mélenchon a rejoint le front national. Pas le parti fondé par Jean-Marie Le Pen, bien sûr, mais la cohorte des antimondialistes.

La reconversion des antifafs en antilibs

En 2012, Mélenchon s’était conduit comme le premier adversaire de Marine Le Pen, allant jusqu’à la défier aux élections législatives, dans le Pas-de-Calais. C’était le temps où la gauche radicale se voulait d’abord une gauche « antifaf ». Quelle différence avec 2017 ! Le leader de La France insoumise a certes demandé à ses troupes de ne pas donner une seule voix à la représentante du FN. Mais il a favorisé l’explosion du vote blanc et signifié que son adversaire principal s’appelait désormais Macron. Tout faire pour l’empêcher d’appliquer son programme : voilà désormais la mission que s’assigne Mélenchon.

>> A lire aussi: Du libéralisme en gauchisme culturel: histoire d’une dérive

C’est sur cette base qu’il a failli être présent au second tour de la présidentielle : la reconversion des antifafs en antilibs… « Le libéralisme ne passera pas » a remplacé « le fascisme ne passera pas ». Non seulement Mélenchon a changé de partition, mais il peut espérer prendre le leadership du

[...]

 

  • couv.46

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 105 - Mai 2017

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    couv.46
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 5 Juin 2017 à 20h44

      alainet dit

      - Mélenchon est comme MLP resté au milieu du gué, au point de vue du Frexit, sans oser aller au bout de sa logique ( https://www.youtube.com/watch?v=1c_vEDH_xnA )c’est pour cela que son plan B n’est pas réaliste. Pour sa réforme de la Constitution; pourquoi ne pas chercher à revenir en l’adaptant au modèle passé de la 3e République qui a fonctionné pendant longtemps ( mais les Traités UE qu’on a signé pour nous nous empêchent de retrouver notre souveraineté : celle de la e République a été maintes fois remaniée pour l’adapter à ces Traités ). Ses positions sur les migrants sont controversées. Par rapport au PS et au PCF ; des fauxcialistes qui se sont + ou – vendus au macronisme ; il reste la référence de Gauche et il survivra aux Législatives.. Certains l’accusent de faire du Syrika ou du bolivarisme voire de l’internationalisme socialiste.. mais ce sont de mauvais procès. La Gauche n’est pas morte dans l’esprit des gens bien que tout va se jouer entre euro-libéralisme et retour au souverainisme et tous ne l’ont pas compris ou ont peur pour leurs économies avec le retour au Franc alors que la zone € est au bord de l’éclatement…

    • 4 Juin 2017 à 23h59

      Warboi dit

      Là par contre on est en plein dans l’article.
      http://people.bfmtv.com/actualite-people/laurent-ruquier-regrette-d-avoir-vote-pour-jean-luc-melenchon-je-me-suis-senti-cocufie-et-trahi-1179218.html

      Il est gentil le gentil Ruquier mais que croyait-il ??
      Il a voté Mélenchon pour les pauvres ?? Comme si un programme d’extrême-gauche avait jamais aidé les pauvres ! Mais qu’il aille voir du côté de Caracas ce que les pauvres pensent des mélenchonnistes version bolivarienne !
      On ne l’y reprendra plus ? Il était temps de s’en rendre compte. Le nini narcissique indigne du va de la gueule en a déçu plus d’un et l’insoumis est en chute libre. Il retourne tranquillement à son score de 2012. 11%, c’est déjà énorme pour un tocard pareil.