Les vies d’André Malraux | Causeur

Les vies d’André Malraux

Un André, des Malraux.

Auteur

Manuel Moreau

Manuel Moreau
est journaliste et syndicaliste.

Publié le 07 novembre 2016 / Culture

Mots-clés : , , ,

Le regard d'André Malraux. @thierry ehrmann

A l’occasion des 40 ans de la disparition d’André Malraux, un débat sur « les vies » de l’écrivain, homme politique, aventurier est organisé par le Fonds social juif unifié (FSJU) à la Mairie du 5ème arrondissement de Paris, le mardi 8 novembre à 19h30.

La liste des participants :

- Alain Malraux, écrivain, auteur de L’homme des ruptures et Malraux et son temps (L’Archipel, 2016)

- Jean-Claude Perrier, écrivain, journaliste, auteur de André Malraux et la reine de Saba (Le Cerf, 2016)

- Michaël de Saint-Chéron, philosophe des religions, auteur de André Malraux et les Juifs (Desclée de Brouwer, 2008)

- Sophie Doudet, auteure de Albert Camus et André Malraux Correspondance,1941-1957, (Gallimard, 2016)

- Jean-Yves Tadié, professeur émérite à la Sorbonne, directeur de la réédition des œuvres de Malraux dans la Bibliothèque de La Pléiade, (sous réserve)

La conversation sera animée par Jonathan Siksou, journaliste à RCJ 94.8.

 

Tarif : 5 euros

Réservation obligatoire par mail à : actionculturelle@fsju.org

 

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 10 Novembre 2016 à 8h00

      Pol&Mic dit

      “MALRAUX”?????? =un ex-communiste intelligent. (mais il était un précurseur… dont la finale a été la déclaration d’un “Lacouture”)

    • 8 Novembre 2016 à 19h59

      Lector dit

      ‘tain Dédé a disparu ?! Prévenez-nous quand vous l’aurez retrouvé.

    • 8 Novembre 2016 à 7h47

      Jacques des Ecrins dit

      Une moue dédaigneuse accompagne le plus souvent la simple évocation du nom d’André Malraux chez ceux…qui( pour la plupart) ne l’ont jamais lu.

      A ceux qui, n’ayant rien lu de lui, n’ont pas de jugement pré-mâché, je recommande de commencer par la lecture de ce petit-Grand-Livre : “Les Chênes qu’on abat”.

      Et puis il y a “Lazare”, “La Corde et les souris”, “l’Espoir”, “les Oraisons funèbres”, les deux discours à Jeanne d’Arc, “L’Intemporel” etc etc.

      Sa perception du tragique de l’Histoire et de la condition des hommes ne dérange que les dogmatiques.

      • 8 Novembre 2016 à 20h00

        Lector dit

        et La Condition humaine…