Législatives: En Marche! vers une large majorité | Causeur

Législatives: En Marche! vers une large majorité

EM 32%, LR 21%, FN 14% (estimations)

Auteur

AFP

Publié le 11 juin 2017 / Politique

Mots-clés : , , , , , , ,

Emmanuel Macron a voté au Touquet, juin 2017. SIPA. AP22064185_000051

Paris (AFP) – Le parti centriste du nouveau président français Emmanuel Macron se dirige vers une victoire écrasante aux législatives, après avoir pulvérisé les partis traditionnels au premier tour de dimanche marqué par une abstention record.

Le mouvement présidentiel, La République En Marche (LREM) et ses alliés centristes, forts de 32,2 à 32,9% des voix, raviraient au second tour dimanche prochain entre 390 et 445 des 577 sièges de l’Assemblée nationale, très nettement au-dessus de la majorité absolue (289 élus), selon les premières estimations par sièges des instituts de sondage à 18H00 GMT.

Un score retentissant pour ce mouvement qui n’existait pas il y a encore un an et a réussi à laminer les partis traditionnels de gauche et de droite se partageant le pouvoir en France depuis 60 ans.

La droite (entre 20,9 et 21,5% des voix), qui espérait en début de campagne priver le président Macron de majorité et le forcer à la cohabitation, terminerait avec 80 à 132 élus. Un score “décevant pour notre famille politique”, a convenu l’ancien président de l’Assemblée Bernard Accoyer.

Législatives : estimations du 1er tour © AFP Thomas SAINT-CRICQ

A gauche, le Parti socialiste du président sortant François Hollande, qui contrôlait la moitié de l’Assemblée sortante, s’effondrerait autour de 15 à 40 sièges, “un recul sans précédent”, a reconnu le chef de file du PS Jean-Christophe Cambadélis.

Camouflet également pour le parti d’extrême droite Front national (FN), dont la patronne Marine Le Pen s’était hissée il y a un mois au second tour de la présidentielle contre Emmanuel Macron: les projections donnent seulement 1 à 10 sièges au FN au sein de la nouvelle Assemblée.

Pour le FN, c’est “une déception”, a reconnu son vice-président Florian Philippot. Ce chiffre n’est pas suffisant pour constituer un groupe parlementaire et avoir une influence réelle au sein de l’Assemblée. En 2012, le parti anti-immigration et europhobe avait obtenu 2 sièges.

Abstention record

Mme Le Pen, arrivée “largement en tête” dans sa circonscription du nord de la France, a centré sa riposte sur le “taux d’abstention catastrophique” et appelé les “électeurs patriotes” à une “forte mobilisation” au second tour.

A l’autre extrême, la gauche radicale de Jean-Luc Mélenchon obtiendrait, elle, 10 à 23 fauteuils bien en-deça de ses espoirs après sa percée au premier tour de la présidentielle.

Ces élections n’ont pas réussi à mobiliser les Français. Pour la première fois depuis près de 60 ans, l’abstention dépasserait la barre des 50% au premier tour des législatives.

L'abstention aux législatives © AFP Laurence SAUBADU, Thomas SAINT-CRICQ

“Les électeurs ont le sentiment que les jeux sont faits après la présidentielle, et se disent +à quoi bon aller voter+”, selon Frédéric Dabi, directeur adjoint de l’institut de sondage Ifop.

“Malgré l’abstention, le message des Français est sans ambiguïté”, s’est félicité le Premier ministre français Edouard Philippe. “Vous avez été des millions à confirmer votre attachement au projet de renouvellement, de rassemblement et de reconquête du président de la République”, a-t-il dit.

Renouvellement historique en vue

La déferlante en vue du camp de M. Macron vient confirmer la soif de renouvellement politique des Français, qui ont éliminé à l’élection présidentielle les ténors des partis traditionnels au profit d’un homme de 39 ans encore inconnu de tous il y a quelques années, qui a formé un gouvernement mêlant personnalités de droite, de gauche et de la société civile.

L’Assemblée nationale sera en tout état de cause profondément renouvelée à l’issue du second tour dimanche prochain: quelque 224 députés sortants ne se représentaient pas.

En outre, parmi les 530 candidats investis par La République en Marche, un grand nombre sont des citoyens jamais élus et originaires d’horizons variés : torera, mathématicien, pilote de chasse, etc.

Leur manque de notoriété ou d’expérience ne les empêche pas d’avoir le vent en poupe, portés par la popularité du nouveau chef de l’Etat français, qui connaît un indéniable état de grâce en ce début de quinquennat.

Premiers pas jugés réussis sur la scène internationale face aux poids lourds Donald Trump, Angela Merkel et Vladimir Poutine, confiance des investisseurs, cote au beau fixe auprès des Français… Le président pro-européen bénéficie d’une véritable “Macronmania”.

Fort d’une probable solide majorité à l’Assemblée, Emmanuel Macron aura les mains libres pour appliquer son programme de réformes sociales-libérales : moralisation d’une vie politique minée par les affaires, assouplissement du droit du travail – au risque de s’attirer les foudres des syndicats – ou encore réduction des déficits publics, pour se conformer aux règles européennes.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 14 Juin 2017 à 1h10

      Liamone dit

      La Quatrième République, Bayrou et les héritiers de Pétain
      Macron rigole doucement lorsqu’il voit Bayrou le “centriste”, qui dirige une confrérie qui n’a jamais eu d’élus, sauf depuis que Macron l’a embarqué. Bayrou le simpliste clame depuis toujours l’intérêt qu’il porte au scrutin proportionnel. Il n’a jamais pu lui même se faire élire qu’avec le soutien de la Droite. Il n’a aucune vision politique car ce qui l’intéresse c’est son nombril. Les partis qui gouvernent depuis 1958 savent eux que la quatrième république fonctionnait avec des Bayrou. Ils savent aussi que la Proportionnelle va ramener au parlement les héritiers de Pétain.
      L’animatrice de super marché qui les représente et qui à tenu tête à Macron au deuxième tour, en débitant des âneries et du charabia sur la monnaie, prêche comme Bayrou pour la proportionnelle car depuis la Libération les héritiers de Pétain avaient pu se recycler chez les démocrates chrétiens au MRP (Mouvement pour Recycler les Pétainistes). Est ce encore le projet de Bayrou le démocrate Chrétien de vouloir recycler les Pétainistes. C’est ce qui arrivera si ce projet est accepté et nous reviendrons à la quatrième république

    • 12 Juin 2017 à 21h59

      JB78 dit

      J’habite les Yvelines et on va avoir un député “en marche” qui a vécu jusqu’à maintenant en Haute Loire, Génial !!! ça n’a pas l’air de perturber le 1/3 des yvelinois ayant voté pour lui …. un peu comme si on votait pour un Italien pour l’élection présidentielle française (et j’aime bien les Italiens).

    • 12 Juin 2017 à 15h07

      lafronde dit

      La majorité – plus de 50% des citoyens – a renoncé à s’exprimer lors de l’élection nationale majeure : celle qui donne la Majorité politique apte à valider ou censurer le gouvernement, voter budgets et lois. L’Assemblée nationale c’est le pouvoir réel : les alternances de 1986, 1993 et 1997 l’ont prouvé.

      Le pouvoir du Président s’il est réel dans l’ordre militaire, pour des nominations dans l’Etat, et hors la dissolution – fusil à un coup (1997) largement symbolique.

      Toute l’astuce du “système” depuis l’inversion du calendrier électoral en 2002 est de faire passer le pouvoir symbolique pour le pouvoir réel ! Et le plus beau c’est que ça marche ! Les citoyens sont mystifiés et aliénés au présidentialisme !

      Or ce présidentialisme est contraire à leurs intérêts. Donner autant de pouvoir à un seul parti est avantureux. Et on connait moins Macron que Mme Le Pen, et pas plus les candidats d’En Marche que ceux du FN ! Brouillard sur le vrai programme de Macron !

      Le Progressisme c’est le changement par l’Etat, mais vous ne savez pas encore vers quoi ! Sans doute la Société multi-culturelle ! En avez-vous envie ?

      Un mot sur la déroute législative du FN. Lorsqu’on veut représenter le Peuple, au sens des gens modestes, le lien social est fort utile, ce que font toujours les communistes et les islamistes. C’est évidemment plus facile lorsque l’on contrôle des collectivités locales, mais même sans, créer du lien est possible. Ne compter que sur le vote lors des échéances est hasardeux, telle cette Législative abstentioniste.

      Mon classement des perdants : 1er les français patriotes, conservateurs, les libéraux qui défendent la Liberté) 2e nos libertés publiques et nos libertés locales, 3e le FN, 4e LR.

    • 12 Juin 2017 à 13h24

      isa dit

      Pourvu que cela mène aussi à la pelle du 18 juin pour la Cgt et Sud( nouveau nom?).

    • 12 Juin 2017 à 9h39

      ruanluis dit

      En complément: frappant les sourires jusqu’aux oreilles des journalistes, on dirait que ce sont eux qui ont été élus… un peu les jeux du cirque maintenant la politique à la télé.

    • 12 Juin 2017 à 7h53

      ruanluis dit

      60% d’abstention aux etats-unis à chaque scrutin. La-bas faire de la politique c’est aller voter. Seulement, ils ont eu la sagesse de limiter le nb de parti. Chez nous, on a le pouvoir absolu avec 10% des électeurs convaincus, un peu stupide comme méthode “démocratique”.

    • 12 Juin 2017 à 5h27

      lumièr dit

      3-

      La France qui a trop pensé l’universel depuis 1789 et non suffisamment l’État-nation paye le prix de sa prétention historique à sa grande vertu contre l’Allemagne méprisée qui par son romantisme, sa dialectique hégélio-marxiste et le nazisme sur fond de l’art de Wagner, aurait tout fait cette Allemagne par le nationalisme historicisé
      pour se faire écraser en 1945. L’excès nationaliste allemand n’annule pas l’excès universaliste français de fait.

      Or, par le manque de patriotisme comme marque culturelle selon le structuralisme ou l’inconscient collectif de Jung, la France s’ouvre à se noyer dans l’Europe fédérale inégalitaire et dans la revanche européiste des Allemands contre elle qui dans l’U.E reste le seul pays souverain.

      On l’a vu ce déficit de patriotisme français (je suis du Québec) par le peu d’intérêt des Français historiquement pour leur ancienne colonie du Canada à Montréal et Québec depuis la conquête anglaise de 1760. De Gaulle président ayant tout fait sur le plan du patriotisme incluant les liens diplomatiques créés avec le Québec entre 1963 et 1970.

      De Gaulle avec ses manques et surtout sa grandeur sous l’angle politique actuel apparaît comme un marginal en devenir. Pour moi, la France là est un pays suicide.

      Les Français de longue durée générationnelle auraient intérêts a redécouvrir le Québec en tant que nouvelle vie possible s’ils refusent l’Europe bureaucratique, le multiculturalisme de masse plus qu’au Canada actuellement.

      Rien ne garantit que la France ait un sursaut gaulliste en elle.

      Quant à la gauche, elle est le cimetière qui enterre la France dans sa longue durée. C’est un constat, la gauche est devenue morbide, elle n’est qu’un cimetière qui détruit par le vide.