Législatives: votez pour mes amis! | Causeur

Législatives: votez pour mes amis!

Ils vous le rendront bien

Auteur

Luc Rosenzweig

Luc Rosenzweig
Journaliste.

Publié le 24 mai 2017 / Politique

Mots-clés : , , ,

L'hémicycle de l'Assemblée nationale, Paris, octobre 2016. SIPA. 00775456_000012

Je me garderai bien de donner une consigne de vote nationale à tous les lecteurs de Causeur pour les élections législatives des 11 et 18 juin prochains. Ce serait totalement présomptueux, et chacun est à même de choisir – ou ne pas choisir – parmi les candidats qui briguent leurs suffrages dans les 577 circonscriptions de la Métropole, des DOM-TOM et de l’étranger. L’équation politique est relativement simple: donner, ou non, une majorité solide au nouveau président et à son gouvernement, en fonction de l’idée que l’on se fait de l’intérêt général et de l’avenir souhaitable pour notre pays.

En revanche, je n’ai aucun scrupule, bien au contraire, à signaler ici l’amitié, le respect ou l’estime que j’éprouve pour quelques candidats qui me font l’honneur de me compter parmi leurs amis, même si certains d’entre eux ne partagent pas les analyses politiques que je développe dans ces colonnes depuis maintenant plus de dix ans. Ce sont mes amis, c’est tout, et je souhaite de tout cœur que leur engagement dans la vie publique nationale reçoive des électeurs un accueil favorable. Je n’attends d’eux aucune faveur, aucun passe-droit, aucun privilège, et le seul bénéfice que j’espère de leur élection à l’Assemblée sera de les voir régulièrement assis dans l’hémicycle lors des traditionnelles questions au gouvernement du mercredi après-midi. Et celui d’être fier d’eux lorsqu’il révéleront au grand public les qualités que j’ai été à même d’apprécier depuis que nous nous sommes connus.

André Kaspi, le doyen flamboyant

Le premier d’entre eux, au bénéfice de l’âge, est André Kaspi, 80 ans aux vendanges, investi comme candidat des Républicains à Saint-Maur-des-Fossés, dans le Val de Marne. Il brigue la succession du député sortant, Sylvain Berrios (LR), maire de cette ville, touché par le cumul des mandats. Une candidature atypique, on en conviendra, dans l’ouragan de jeunisme qui est la marque de la nouvelle ère politique ouverte par accession à l’Elysée d’un gamin surdoué ! André Kaspi est entré en politique après une longue et brillante carrière universitaire comme professeur d’histoire américaine à la Sorbonne et à Sciences po, en devenant, en 2008, adjoint au maire chargé de l’action culturelle de Saint-Maur-des-Fossés. Son expertise de l’histoire et de la vie politique des Etats-Unis n’est pas restée limitée aux cénacles universitaires: il est intervenu régulièrement dans les médias nationaux pour en expliquer avec clarté et précision les arcanes et les enjeux, sans tomber dans les modes et les engouements passionnés de nombre de ses collègues. Cet esprit libéral, plutôt favorable au parti Démocrate, ne s’est pas laissé aller à la délirante « Obamania », des Durpaire, Bacharan et consorts, et s’est efforcé de présenter un bilan réfléchi et contrasté des succès et des échecs du premier président noir des Etats-Unis. Résultat: on l’a moins invité à France Inter et France Culture, mais qu’importe. S’il ne se sentait aucune affinité pour Donald Trump, et qu’il penchait plutôt pour Hillary Clinton lors de l’élection de novembre 2016, il ne s’est pas laissé aller non plus à l’hystérie anti-Trump qui s’est alors déchaînée en France.

>> A lire aussi: Législatives: «NKM n’est plus moralement légitime à représenter LR»

Dans une classe politique française dont l’ignorance des problématiques internationales est abyssale, son érudition et sa connaissance approfondie de l’histoire et de la sociologie de la première puissance mondiale serait la bienvenue. Doté d’une ironie mordante, il pourrait avec élégance remettre à leur place ceux de ses collègues qui se laisseraient aller à l’exercice favori des démagogues, de droite comme de gauche, l’anti-américanisme de comptoir. Et pourquoi ne pas le dire: André Kaspi ferait un magnifique doyen de l’Assemblée nationale, celui qui ouvre par un grand discours la première session du parlement nouvellement élu. On en a eu de toutes sortes, des gâteux, des falots et des excentriques. On se souvient du patriarche stalinien Marcel Cachin, du bouillant chanoine Kir pérorant en soutane, de l’imprévisible Marcel Dassault… Un discours d’André Kaspi ouvrirait avec brio et panache un quinquennat parlementaire qui s’annonce passionnant.  Electeurs de Saint-Maur-des-Fossés, Champigny, Bonneuil, votez pour lui!

Ilana Cicurel, la République en héritage

Ma seconde recommandation concerne Ilana Cicurel, 45 ans, candidate de La République en marche (LREM) à Paris, dans la 4ème circonscription (16ème arrondissement nord et 17ème arrondissement ouest). Elle brigue la succession de Bernard Debré (LR), qui a mis fin à sa longue carrière politique. Dans cette circonscription fortement ancrée à droite, elle sera opposée à Brigitte Kuster, maire (LR) du 17ème arrondissement depuis des lustres… Même si, au second tour, Emmanuel Macron a obtenu près de 90% des suffrages dans cette circonscription, la tâche de sa représentante locale Ilana Cicurel s’annonce rude, mais on ne sait jamais… Ilana Cicurel est issue d’une célèbre famille originaire du Caire, fondatrice, au début du siècle dernier des « Grands magasins Cicurel », les Galeries Lafayette de la capitale égyptienne, qui furent nationalisées par Nasser en 1956, entrainant l’exil de toute la famille vers la France… Ilana est la nièce de Lily Cicurel (1911-1967), la première épouse de Pierre Mendès France, et la sœur de Michel Cicurel, ancien inspecteur des Finances, économiste réputé reconverti dans la haute banque… Chez les Cicurel, dans toutes les générations, la réussite sociale et financière oblige : en Egypte, puis en France, l’engagement de ses membres dans des actions caritatives et éducatives au profit des défavorisés a toujours été la règle.

Ilana n’y déroge pas : professeur de droit public, avocate, journaliste, cinéaste, cette femme aux multiples talents est devenue, en 2015, la directrice générale de l’Alliance israélite universelle, la plus ancienne institution sociale et culturelle du judaïsme français, fondée au XIXème siècle par les notables juifs de France, dont le plus connu est Adolphe Crémieux, ministre de la IIème République et auteur du décret d’intégration des Juifs d’Algérie dans la nationalité française. Grâce au réseau d’écoles de l’Alliance, la culture française a rayonné, et rayonne encore, hier dans l’Orient arabe et ottoman, aujourd’hui en Israël et au Canada. Ilana a, de plus, animé pendant des années, sur la radio juive de Paris, l’émission « Qui vive », avec Alain Finkielkraut, dont «  L’esprit de l’escalier », notre drogue dominicale à tous est aujourd’hui la digne héritière. On peut être sûr, qu’une fois élue députée, Ilan Cicurel veillera à l’exigence en matière d’éducation, de laïcité et de défense planétaire de la francophonie : c’est inscrit dans ses gènes ! Gens de Chaillot, des Ternes, de la plaine Monceau, donnez-lui sa chance ! Elle le mérite.

Philippe Karsenty, au nom de la vérité

Franchissons maintenant le périphérique, tout près de là, à Neuilly-Courbevoie théâtre d’une mêlée confuse à droite dont cette circonscription a le secret. Comme le danger de gauche y est inexistant, et le FN marginal, le bal des ambitions LR et assimilés bat son plein. Le député sortant Jean-Christophe  Fromantin (UDI), préfère son fauteuil de maire à son siège au Palais Bourbon. La direction nationale des Républicains investit une députée européenne. Jean-Christophe Fromantin soutient l’une de ses adjointes, mais un autre adjoint Philippe Karsenty (divers droite) se lance dans la  bataille… C’est lui que j’aimerais, gens de Neuilly et alentours, recommander à vos suffrages. Cet homme a du courage, de la persévérance. Grâce à lui, et a son long combat judiciaire et médiatique, il a établi que le plus grand « fake news » des deux dernières décennies, diffusé par France 2 et son correspondant en Israël Charles Enderlin était une mise en scène délibérée… Grâce à lui, et aux termes du jugement de dernière instance, je peux aujourd’hui affirmer, sans risque de poursuites, que Charles Enderlin n’est pas un serviteur de l’information, même s’il a pu échapper à l’indignité publique par un artifice juridique, et la complicité corporatiste de l’éditocratie française.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 28 Mai 2017 à 14h02

      AGF dit

      A propos de l’ AIU (l’Alliance),elle a continué à former au Maroc des élèves musulmans et juifs qui passés par le lycée et lauréats des Grandes Ecoles françaises ont constitué la haute administration marocaine qui permet aujourd’hui d’âtre le seul pays du Maghreb (et de bien au delà) de décoller. L’ AIU a surtout eu ce mérite d’éduquer des enfants (juifs et musulmans)issus du lumpenprolétariat qui n’auraient jamais eu aucune chance d’être éduqués. Son rôle d’ailleurs ne se bornait pas à l’éducation mais aussi prenait en cha

      • 28 Mai 2017 à 14h07

        AGF dit

        (suite) mais aussi prenait en charge l’hygiène ,la santé et bien souvent le complément alimentaire. La France des bobos excentriques et bourdieusiens devrait s’inspirer de ses méthodes pour enseigner le français et sa culture . Hélas pour beaucoup d’esprits tortueux formés à l’indigence de la “pensée” marxiste mal digérée cette AIU n’est que le prolongement de l’impérialisme sioniste.

    • 26 Mai 2017 à 16h56

      Terminator dit

      Si vous voulez stopper l’invasion de la France, ne votez ni pour les sortants qui ont prouvé leur nullité sur cette question primordiale, ni pour les “marcheurs” de la mondialisation heureuse qui n’ont pas fini de nous baiser la gueule dans tous les domaines…

    • 26 Mai 2017 à 14h28

      Broquere dit

      Horreur,Hollande aurait pu se désister pour SEGO!

    • 26 Mai 2017 à 14h03

      aurore dit

      Manque de bol je voterai pour Brigitte Kuster que je connais ….Merci du conseil 

      • 28 Mai 2017 à 14h12

        AGF dit

        Brigitte et Philippe s’embrassent quand ils se rencontrent. Le problème de ce type de concurrence c’est que ce qui les sépare est plus mince qu’une feuille de papier à cigarette.

    • 26 Mai 2017 à 11h59

      AliceB dit

      Que l’auteur exprime ses préférences personnelles et les justifie est courageux. Tous les journalistes n’en font pas autant même s’il est aisé de deviner leurs sympathies politiques. Ramener cela à du communautarisme est bas de vue. Cela n’a rien à voir avec le communautarisme musulman fondé sur une idéologie totalitaire et aveugle qui va jusqu’à justifier les attentats et louer leurs auteurs. Si vous n’appréciez pas Kaspi, Cicurel et Karsenty au seul motif qu’ils sont juifs….ça a un nom….

      • 26 Mai 2017 à 19h41

        steed59 dit

        en quoi c’est courageux de faire de la pub pour ses potes ? N’y-a-t-il pas d’enjeux plus importants dans cette élection ? Et si on raisonne d’un point de vue communautaire (ce qui ne me gêne pas outre-mesure) pourquoi M. Rosenzweig ne défend-il pas ceux qui ont pris des risques personnels pour dénoncer l’antisémitisme islamique (rappellez-vous le dessin immonde de valls avec une étoile de david dans le cul) et s’en prenne plein la tronche aujourd’hui ?

      • 26 Mai 2017 à 19h50

        steed59 dit

        Le père Luc commence avec l’âge à prendre un tournant communautariste de plus en plus affirmé. ça me rappelle un article du même LR paru en 2012 au moment des législatives qui regrettait la disparition de candidats PS juifs de l’est et du nord parisien (Blisko, Aidenbaum, tony dreyfus) pour d’autres issus de la diversité (dagoma, pau-lagevin) reflettant les modifications ethno-sociologiques de cette partie de la capitale, et la disparition des communautés de “petits juifs” installés dans ces quartiers depuis plusieurs générations. Quel foutage de gueule quand même, luc maudissait les conséquences des causes qu’il a longtemps chéri. Ainsi quand les français prolos votent avec leur pieds en quittant leurs quartiers devenus invivables, c’est la belle france diverse et métissée qui s’affirme, quand il s’agit de petits juifs, c’est tout un pan de notre culture populaire qui disparait.

    • 26 Mai 2017 à 9h45

      Theodora dit

      C’est quoi cette propagande perso en faveur de vos potes ?
      On s’en tape de vos amis.  

    • 25 Mai 2017 à 10h43

      Liamone dit

      Voila que le vieux Ps des notables suffisants remporte les scrutins de 2012 et les citoyens assistent médusés au traficotage de la papesse du conservatisme gauchiste qui allume le feu contre le président bricoleur, qui a force de contorsions, l’avait battue aux primaires du PS. Soucieuse de mener à bien sa petite vendetta personnelle, elle met en place la combine pugnace des frondeurs qui empêchera le Hollande bricoleur de gouverner. La vieille dame rêve. Elle fait un songe avant l’aurore des législatives qui la conduit à penser que comme le Hollande bricoleur, le nouveau président doit avoir lui aussi ses frondeurs dont elle même serait la papesse. Ce projet nous ramène au joyeux temps de son papa qui n’avait pas eu le courage d’affronter Chirac uniquement par poltronnerie. Au bon vieux temps de la quatrième moisie qui empêchait l’état de fonctionner, de se réformer et d’avancer. Le quinquennat de Hollande bricoleur a été un désastre pour la république et l’état qui est là pour la servir. La papesse du gauchisme n’a aucune pudeur et parle encore avec la suffisance de la fausse cuistre qu’elle est, mais toujours avec son ego démesuré qui la conduit à admirer son nombril, sans se soucier de l’état du pays dont elle se tamponne allègrement.

      • 27 Mai 2017 à 12h33

        Hannibal-lecteur dit

        Fausse cuistre? Pourquoi fausse ?

    • 24 Mai 2017 à 16h31

      steed59 dit

      bon et à part ça des bons candidats goys susceptibles de bénéficier du soutien de M. Rosenzweig c’est faisable ? J’aurais aimé comme l’a fait Finkielkraut qu’il ait une pensée pour Valls ou Boutih faut croire qu’en politique seul l’amitié/copinage compte.

      • 25 Mai 2017 à 0h04

        ji dit

        Bon, ça fait vraiment site communautaire.

        • 25 Mai 2017 à 0h08

          ji dit

          Et restreint, il faut habiter le 4ième 16ième, on passe le périph pour Neuilly, exceptionnellement Saint Maur.

    • 24 Mai 2017 à 15h48

      Habemousse dit

      Voilà de la belle amitié couchée sur papier, qui défie les âges et les partis, bravo ; dans le Poitou on essaiera de ne pas miser sur les baudets, qui pullulent, mais qu’on reconnaît de loin, à leurs poils d’une longueur peu commune.

    • 24 Mai 2017 à 15h24

      A mon humble avis dit

      Le message de l’article est donc -sauf erreur de ma part- de voter pour des “gens biens”, peu importe le parti qu’ils représentent.
      On pourrait évidemment se dire que des “gens biens” doivent pouvoir s’entendre sur la meilleure politique possible pour la France: une véritable aristocratie méritante, intègre, désintéressée, proche du peuple, et tout et tout.
      On pourrait se dire que le vrai renouveau, ce ne peut être que ça; que c’est sans doute la seule façon d’être au-dessus des partis. C’est-à-dire sans eux.
      N’est-ce pas de la naïveté? Le simple fait de poser cette question, c’est y répondre.
      Voter pour quelqu’un de bien, certes, mais j’en attends plus: ce quelqu’un de bien doit aussi se positionner politiquement, et appartenir à un mouvement sinon majoritaire, du moins influent. Sinon, il ne pourrait que prêcher dans le désert.
      Par appartenir à un mouvement, je ne veux pas dire lui être soumis en tout, mais être d’accord sur les grands principes avec d’autres.
      Sans être misanthrope (pas trop, du moins), on peut aussi se dire qu’on n’a aucune chance de trouver 577 bonnes personnes… Tiens! N’est-ce pas là un argument supplémentaire -et de poids!- pour diminuer le nombre de députés?
      Combien de gens biens en France (parmi les politiciens, s’entend)? Pas plus de 300, à mon avis.

    • 24 Mai 2017 à 14h49

      poupoune dit

      Un peu communautaristes, tout de même, les préférences de Luc. Non, ça doit être moi qui suit antisémite à avoir cette mauvaise pensée…