Législatives: pour une Assemblée (vraiment) nationale | Causeur

Législatives: pour une Assemblée (vraiment) nationale

S’il n’a pas de majorité, Macron devra tenir compte de l’opinion publique

Auteur

Gil Mihaely

Gil Mihaely
Historien et directeur de la publication de Causeur.

Publié le 09 juin 2017 / Politique

Mots-clés : , , , , ,

Les résultats de la présidentielle créent les conditions de l'émergence d'une Assemblée plus représentative de la diversité politique du pays. Si tel est le cas, et en l'absence possible d'une majorité aux ordres de l'Elysée, le président sera forcé de gouverner en tenant compte de l'opinion publique.

Assemblée nationale. Crédit photo : DeNoyelle/Godong/Leemage

Toutes les sociétés sont traversées par des conflits, et la mission de la politique consiste à les civiliser. Cette généralité vaut évidemment pour la France, même si, dans notre pays, la division a souvent pris des allures de guerre civile : entre « royalistes » et « républicains », « gauche » et « droite », « mondialistes » et « patriotes ». La cartographie électorale française dévoile d’ailleurs la persistance d’au-moins deux France : celles du Nord-Est et du Sud-Ouest, séparées par une frontière invisible allant de la Manche aux Alpes. Même Jules César, contemporain d’Astérix et Obélix, l’avait constaté, au point de commencer ses Commentaires sur la guerre des Gaules par ces mots : « Toute la Gaule est divisée… » Notre problème ne réside donc pas tant dans nos divergences d’intérêts et de points de vue que dans la manière dont s’organise la discorde. Or la discorde française est aujourd’hui très mal organisée.

Quoi qu’on pense du Front national et de Marine Le Pen, que leurs millions d’électeurs soient représentés par deux députés et deux sénateurs n’est pas seulement un scandale démocratique, c’est aussi un véritable handicap pour le pays. La surreprésentation des autres courants d’idées et de partis fantômes ne fait qu’aggraver la faible légitimité de la politique nationale. Ce manque de légitimité est sans doute le plus grave des déficits qui accablent la France. D’ailleurs, tous les autres déficits – dette publique, balance commerciale négative et budgets déséquilibrés de l’État – trouvent leur racine dans l’incapacité d’agir des gouvernants, elle-même liée à cette faiblesse démocratique.

Ni représentativité, ni efficacité

Le paradoxe, c’est que cette impuissance politique, qui est à l’origine de la faible légitimité de nos gouvernants, résulte d’une volonté de renforcer l’exécutif. En 1958, après une série de crises postcoloniales (Indochine, Suez et surtout Algérie), la France a fait appel à un grand homme. Il a exigé de pouvoir rogner sur la représentativité des institutions démocratiques afin de renforcer la stabilité et la capacité de gouverner de l’exécutif. Et le pays a accepté ce marché.

Après le départ de De Gaulle, ce nouveau système a fonctionné, bon an mal an, durant un petit quart de siècle, jusqu’à ce que

[...]

  • couv.46

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 105 - Mai 2017

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    couv.46
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 11 Juin 2017 à 15h15

      Bacara dit

      30 Km pour voter . Que dire de tous ceux qui n’ont pas encore compris la notion de république ?

    • 9 Juin 2017 à 22h25

      jetoc dit

      D’accord avec cette analyse. ON PEUT QUAND MÊME AJOUTER QUE NDA EST LE SEUL QUI A COMPRIS QUE PS/LR NE POUVAIENT INDEFINIMENT AGITER LE CHIFFON ROUGE DU FN POUR GARDER LE POUVOIR EN MÉPRISANT PLUS DE 10 MILLIONS DE Français qui se réfugient dans la contestation Frontiste permanente comme auparavant dans le PC.IL N’A PAS VOULU D’AILLEURS SE RALLIER AU FN MAIS SIMPLEMENT UN ACCORD DE GOUVERNEMENT POUR SORTIR DE LEUR ISOLEMENT CES MILLIONS DE GENS SOUS REPRÉSENTÉS A L’ASSEMBLÉE NATIONALE;

      • 10 Juin 2017 à 19h55

        Warboi dit

        ll s’est ridiculisé et il va le payer très bientôt dans les urnes.
        Oubliez le PS et LR, ils sont morts.

      • 11 Juin 2017 à 15h15

        rolberg dit

        Ne pas écrire en capitales est capital.

    • 9 Juin 2017 à 21h09

      Ar Braz dit

      “Après le départ de De Gaulle, ce nouveau système a fonctionné, bon an mal an, durant un petit quart de siècle, jusqu’à ce que les législatives de 1986 et la cohabitation qu’elles ont installée exposent ses faiblesses au grand jour.”
      En écrivant ces lignes il me semble que Gil Mihaely fait l’impasse sur une question de première importance : la question qui se pose est celle de savoir si l’esprit de la constitution de 1958, modifiée en 1962, est compatible avec ce que l’on a appelé “la cohabitation” et, à l’instar de ce qu’ont estimé de nombreux politologues et constitutionnalistes à l’époque, je pense que la réponse à cette question est clairement NON.
      Le président Mitterrand ayant été désavoué par le peuple, il aurait donc dû démissionner ; et c’est parce qu’il ne l’a pas fait (mais que pouvait-on attendre d’autre d’un tel personnage ?) que nous avons connu tous les avatars qui ont suivi    

    • 9 Juin 2017 à 20h32

      Vive la France libre! dit

      Il faut une démocratie pus participative, c’est-à-dire des référundums et la fin d’une UE anti-démocratique.

    • 9 Juin 2017 à 19h32

      temoin40 dit

      Scandale démocratique en France?
      Et aux Etats Unis?
      Pour n’en citer qu’un ?

    • 9 Juin 2017 à 19h04

      Letchetchene dit

      Pourquoi a t on fait voté 1 semaine avant “les Français de l’étranger”, pour pouvoir dire toute cette semaine :

      “les candidats des LREM ont dépassés les 50%” , mais sauf qu’ils on oublies de dire qu’il n’y a eu que 18% de votants !!!!

      Ils n’y avait que les personnes qui votés pour eux qui ont été prévenus car jusqu’à cette année et même pour la présidentielle le vote des Français de l’étranger votés la veille du scrutin , mais pas cette année pour le 1er tour des législatives c’était 1 semaine avant et nous n’avons entendu aucun parti de l’opposition qui non pipé mots !!! Extraordinaire non !!

      Aujourd’hui comment peuvent ils prévoir entre 20 et 30 députés PS+EELV quand ces trous du fion ne représentent au bas mot que 3,5 à 5% et que le Front National n’est crédité que de 5 à 15 députés alors qu’il est crédité d’au moins 19% ou si l’on se reporte au 2ème tour des Présidentielles c’est 35% est 11Millions d’électeurs !

      Comme dit la Martine “Quand il y a un flou c’est qu’il y a un loup?

    • 9 Juin 2017 à 17h41

      lafronde dit

      Au vu des sondages, ce n’est pas le pluralisme politique qui sera représenté à l’Assemblée, mais bien davantage le plébiscite présidentiel !

      Il est vrai que LR aide le pouvoir en promettant de le ralliant au 2e tour (front prétendu républicain, en fait front au choix : opportuniste ou progressiste). LR s’affaiblit aussi en changeant de programme pendant la campagne quinquennale. On ne sait plus ce qui les différencie d’En Marche au plan idéologique.

      Contrairement à l’auteur, je pense que la cohabitation était un risque préférable à celui d’une subordination de du scrutin Législatif au scrutin présidentiel. Satellisation prouvée de fait par le différentiel d’abstention, et l’appel aux citoyens pour une “Majorité présidentielle”.

      Avec le quinquennat les alternances de cohabitation comme en 1986,1993,1997 sont rendues impossibles. La pratique de l’alternance elle même est rendue plus difficile : décennie UMP puis décennie progressiste socialo-centriste 2012-2022 !

      Fait aggravant cette stabilité politique ne va pas dans le sens de plus de Liberté, bien au contraire c’est le clientélisme et le progressisme qui sont au rendez-vous. De Gaulle ne l’avait pas prévu, mais le Président de la République est devenu le 1er politicien clientéliste du pays, notre déficit budgétaire chronique en témoigne depuis 1981.

      Si le clientélisme envers l’Islam est dangereux pour les français, le clientélisme envers la Presse est dangereux pour leur Liberté. Preuve en est le blocage de l’alternance cette année, grâce à une Presse partisane.

      Le “deal” avec les Rédactions progressistes porte sur le désignation de responsables du PAF complaisants sur leur manquement à la Charte des journalistes, et laxistes sur les obligations contractuelles de pluralisme. Le “deal” avec la Presse des industriels porte sur les marchés publics.

      A quand une opposition anti-présidentielle, fédéraliste, anarcap et patriote ? (ne pas payer l’impôt qui paie l’Etat policier et ses juges rouges !)

    • 9 Juin 2017 à 17h39

      ruanluis dit

      Il y a un vrai defi maintenant. Ecrire des articles qui ne sont pas virtuels. “S’il n’a pas la majorite, Macron devra tenir compte du peuple”. Macron a été élu par 10% des electeurs, qui lui demandent juste de gouverner la province européenne France. Il n’a de comptes à rendre qu’à ceux là. Le peuple français pourra bien défiler, tempêter, il ne changera rien. Et comptez sur l’islam pour faire tenir tt le monde en haleine pendant 5 ans.

    • 9 Juin 2017 à 16h56

      steed59 dit

      Non mais de quoi je me mêle. Est-ce que je commente l’actualité politique israélienne ?

    • 9 Juin 2017 à 16h27

      tseunam dit

      cet article m’a vraiment éclairée quand à cette impuissance sourde et chronique, qui sévit depuis…..
      trop longtemps….
      cela ne pouvant pa durer sans provoquer le pire, nous devons nous attendre à un grand séisme social…. qui couve depuis des décennies mais, est pratiquement à terme!!!!

       

    • 9 Juin 2017 à 14h19

      Pyrrhon dit

      Cette présentation d’une représentation idéale de l’ensemble de la société française, aboutit à une somme plus souvent nulle que positive ou négative. C’est le portrait de la quatrième République. La cinquième était, effectivement, une tentative de la faire parvenir à la possibilité d’agir. Au détriment d’une représentation équilibrée, donc, immobile, des forces en présence. Cinquante ans plus tard, on en est au même point. Ou on cherche une représentation équilibrée, ont personne ne fait rien, ou on maintient une inégalité des forces, et la plus forte “peut” faire quelque chose. Mais seulement si “elle” le veut.

    • 9 Juin 2017 à 13h51

      Hannibal-lecteur dit

      ” Forcé de gouverner en tenant compte de l’opinion publique “. Un peu en marge du fond de l’article, cette remarque pose problème : elle se trouve limitée ou même interdite par les deux circonstances suivantes : 
      1/ il n’est pas du tout certain que le président connaisse l’opinion publique. Il connaît un peu mieux selon les votes ce que l’opinion publique refuse mais ne connaît pas ce qu’elle désire : il est trop hors-sol pour celà.
      2/ il est donc réduit à la connaissance de cette opinion qu’en ont ses conseillers et là c’est encore moins sûr qu’elle soit bonne. Tout dépendra donc de leur opinion sur …cette opinion publique.
      Autrement dit, la réalisation de la prédiction du sous-titre de l’auteur n’est sans doute pas possible sinon par le plus grand des hasards.

    • 9 Juin 2017 à 12h28

      madecalain dit

      Notre constitution, “l’habit” du Président de la République, a été taillée sur mesure pour le Général De Gaulle………………..”l’habit” s’avère beaucoup trop grand pour ses successeurs ! C’est tout !

      • 9 Juin 2017 à 13h11

        Philvar dit

        La constitution de la Vème a été concoctée non pour De Gaulle mais pour faire cesser le régime de partis et leurs petits arrangements et tenter de mieux diriger le pays avec un régime présidentiel. Mais les partis ont réussi, avec l’aide du bon peuple “autruche” à le détourner au profit d’une dictature d’état (des fonctionnaires) dans laquelle les ministres sont des fusibles, le président compris et aux les chambres sont des assemblées d’enregistrement des lois toutes rédigées par les hauts fonctionnaires; aucune par les députés, et encore moins par le peuple : exemple du referendum sur l’Europe !!! La phrase préférée des fonctionnaires : les ministres passent, nous on reste !

    • 9 Juin 2017 à 11h41

      Philvar dit

      Cet article est encore de l’enfumage; entre rêve et réalité il y a de nombreux actes, organisations et signes qui ne peuvent pas tromper un observateur sérieux. La mainmise sur tous les medias et leurs matraquages, les manipulations incessantes, les micro mesures réduisant comme peau de chagrin les libertés individuelles, les manipulations des circonscriptions, la justice tout sauf indépendante, la pression fiscale justifiée par des aides sociales innombrables qui font des citoyens dépendants donc incapable de vues objectives, le poids par le nombre et l’énorme volume des règles administratives et les strates administratives; tout cela fait non pas des citoyens mais des esclaves d’une dictature d’état. Dans ce cas seule une révolution peut mettre fin à cet ensemble ; mais que peut-on espérer d’une population vieillissante ; sinon attendre qu’il s’effondre sur lui-même ou encore que le pays soit repris pour les intérêts d’une cause étrangère religieuse.

      • 9 Juin 2017 à 12h20

        Habemousse dit

        Rien à redire : dans dix ans, quand les trois quarts des baby boomers auront plié leur bâche sur tout le territoire européen, plus rien ne s’opposera à l’hégémonie des esclavagistes, sauf sans doute certains pays de l’Est, déjà avertis du désastre programmé.

         Ce sera le chaos sans retour, alors que pour contredire M. Finkielkraut, il eut mieux valu un sursaut national avec effusion de sang plutôt que le grand bain qui nous est promis.

         Plus que jamais la Russie est le pays à abattre parce qu’il est notre seul salut.

         Même l’armée est vidée de son idéal et muselée par des traîtres en uniforme. 

        • 9 Juin 2017 à 13h19

          Philvar dit

          Finkielkraut est un bel exemple de la décadence de notre pays. Ici, le dimanche, il sert surtout de faire valoir à Elisabeth Levy dont j’aime le franc-parler et le verbe incisif. Et puis, un académicien ça fait bien autour d’une table !

        • 9 Juin 2017 à 13h26

          isa dit

          Habemus ést hystérique ment fasciste et il dépose sa crotte sous chaque article.

        • 9 Juin 2017 à 13h48

          Habemousse dit

          « Habemus ést hystériquement fasciste et il dépose sa crotte sous chaque article. »

          Comme Salmann Rushdie et les autres….

          Ce forum n’est pas fait pour invectiver mais pour réfléchir.

          Vous devriez écouter ce qu’il dit sur l’Occident la gauche et le reste, encore faut-il savoir lire.   

        • 9 Juin 2017 à 14h47

          isa dit

          Habemousse, vous qui souhaitez la guerre, allez vous faire mettre ailleurs.

        • 9 Juin 2017 à 17h29

          Habemousse dit

          « vous qui souhaitez la guerre, allez vous faire mettre ailleurs»

           Vous ne savez vraiment pas lire. 

        • 9 Juin 2017 à 17h39

          durru dit

          ))))))) Habemousse, vous découvrez?

        • 9 Juin 2017 à 17h42

          durru dit

          Sinon, j’ai quelques doutes sur la capacité de ceux qui ont construit la prison d’enlever les chaînes…

    • 9 Juin 2017 à 11h25

      Pol&Mic dit

      “S’il n’a pas de majorité, Macron devra tenir compte de l’opinion publique”!!!!…..
      Même s’il a la majorité ! ce serait la moindre des choses ! (inconnue jusqu’à présent)
      mais les politiciens (nes) étant ce qu’ils sont !….. (Macron y compris)

    • 9 Juin 2017 à 11h24

      ulis45@hotmail.fr dit

      Aucuns des hommes politiques de LRPSREM et Cie ne savent ou ne veulent pas savoir ce que veut dire le mot DEMOCRATIE. Ils se contentent de le mettre à leur sauce afin d’empêcher une représentation normale du peuple à l’Assemblée Nationale. Ils auront par contre tendance à privilégier l’entrée à cette même Assemblée aux barbue et aux voilées au non de la diversité.