Législatives: le vrai visage de l’Assemblée nationale | Causeur

Législatives: le vrai visage de l’Assemblée nationale

Ce que représenteront vraiment nos élus

Auteur

André Sénik
Professeur agrégé de philosophie

Publié le 15 juin 2017 / Politique

Mots-clés : ,

L'Assemblée nationale à la proportionnelle intégrale ("parti" de l'abstention compris) sur la base des résultats du 1er tour des législatives 2017 - Avec Infogram

Quelle est la représentativité du gouvernement et des députés siégeant à  l’Assemblée nationale ?

C’est le rapport entre d’une part le nombre des voix que leurs partis ont obtenues au 1er tour des élections législatives (un total de 22.654 164) et d’autre part le nombre total des citoyens français (56 millions).

L’écart entre ces deux nombres prouve que le parlement et le gouvernement qui sortiront du deuxième tour des législatives auront un problème de représentativité.

Mais en réalité, c’est tout le système de la démocratie représentative qui est miné par l’écart entre ceux qui jouent le jeu et ceux qui ne le jouent pas, parce qu’ils estiment qu’ils ne sont pas représentés, pas défendus, pas pris en compte, qu’ils sont les citoyens oubliés ou de trop.

Une solution symbolique

Comment répondre à cette crise de représentativité du système démocratique ?

Voici un moyen symbolique de rappeler sans cesse aux gouvernants et aux élus la part du peuple qui n’est pas représentée au Parlement, ou qui l’est d’une façon disproportionnée.

C’est aussi un moyen de prouver à ce peuple absent ou minoré que les élus l’ont sans cesse devant leurs yeux.

Ce moyen consisterait à placer un tableau représentant ce que serait l’hémicycle du Parlement si ses 577 sièges étaient occupés d’une façon intégralement proportionnelle par toutes les composantes du peuple.

Les députés et les ministres auraient constamment sous les yeux la part des sièges qui reviennent aux non-inscrits ou aux mal-inscrits, puis aux abstentionnistes, puis aux votes blanc et nuls, puis, sur la partie restante  de l’hémicycle, la part proportionnelle des formations politiques qui ont recueilli des voix au 1er tour des législatives.

Ce face à face prouverait que la démocratie représentative a connaissance et conscience des limites de sa représentativité, et que la classe politique se tient pour responsable de tous les citoyens, sans oublier ceux qui ne croient pas en elle et dont elle doit reconquérir la confiance.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 19 Juin 2017 à 10h38

      Hannibal-lecteur dit

      Sénik sénile, dans votre tableau vous attribuez des sièges …à ceux qui les refusent en refusant de voter : quel sorte de tyran êtes-vous? Ou simple sottise ? Votre exercice ne rime à rien.
      Une meilleure analyse du phénomène de l’abstention aurait pu vous amener à remarquer que dans certaines circonscriptions ce sont les abstentions qui ont élu le candidat, en refusant de voter pour son adversaire : une confirmation de l’immense bêtise de l’abstention, et le constat que le choix d’eunuque électoral est une stupidité.
      Dernière remarque : l’accusation par bien des déçus d’illégitimité des élus : soi-disant parce que leurs partisans sont minoritaires : justement c’est le contraire : ce sont les abstentionnistes qui par leur choix ont positivement élu cette assemblée , lui ont donné la majorité. Ils en sont les électeurs actifs bien que leur intention ait été contraire : stupides. ArchibêtePolochon, expliquez-nous que c’est faux …

    • 18 Juin 2017 à 8h33

      alainet dit

      Oui mais… Contrepoints souligne justement que pour ces Législatives ; avec une représentativité effective auprès des inscrits inférieure de 30% à celle de la droite parlementaire en 1997, En Marche obtiendra le double de sièges. Cherchez l’erreur ! Si l’on cherche à étudier le coefficient multiplicateur des institutions (autrement dit le rapport entre le nombre de voix obtenues au premier tour et le nombre de sièges), on s’aperçoit là aussi qu’En Marche atteint des records historiques, dignes de la multiplication des pains par le Christ.

      D’ordinaire, il y a un rapport de 5 à 12 entre le taux d’inscrits obtenus au premier tour et le nombre de sièges décrochés à l’Assemblée Nationale. Ainsi, en 1981, les 30% d’inscrits obtenus par l’UDF et le RPR au premier tour se sont transformés en 150 sièges…En Marche décroche le taux de conversion record de 32 : 1 % de suffrages obtenus parmi les inscrits donne droit à 32 sièges à l’Assemblée Nationale.C’est évidemment extravagant, et sans commune mesure avec la réalité politique de l’opinion… la victoire d’Emmanuel Macron porte donc les ferments d’une profonde crise de régime. Celle d’une République qui voulait sortir du régime parlementaire et qui mourra, soixante ans plus tard, par l’excès inverse : celui d’une hyper-présidentialisation.
      https://www.contrepoints.org/2017/06/14/292078-apres-limposture-marche-finir-ve-republique
      Devant de tels excès ; 71% des Français, contre 26%, d’après 1 sondage BVA, réclament le retour à la Proportionnelle ! Les partis installés (LREM, LR, voir PS) sont contre tandis que le FN, FI, et tous les petits partis sont pour !
      https://www.contrepoints.org/2017/06/15/292186-legislatives-ce-que-voit-pas
      L’abstention risque d’approcher 55% -il n’y a pas de quorum exigé comme dans les autres élections européennes – donc il y a usurpation du Pouvoir. Moi, j’ai préparé 1 bulletin blanc car dans ma circonscription ; on me laisse le choix entre 1 LREM inconnu et 1 PS hollandiste à la ramasse…

    • 17 Juin 2017 à 11h18

      marcopes dit

      le vrai visage est celui d’une majorité à l’assemblée obtenue de fait mais qui n’aura aucune représentativité avec un chiffre de 13 % au premier tour ; si l’opposition n’a pas lieu dans l’hémicycle elle n’en sera que plus violente dans la rue

    • 16 Juin 2017 à 20h35

      caffer dit

      La manip, c’est toujours le système électoral, manipulé et re-manipulé par la classe politique pour conserver une oligarchie qui adoptée ainsi la “multiplication asexuée”, ou comment se reproduire sans se mélanger.
      Traditionnellement, seuls les deux grands partis majoritaires raflent le mise au terme des élections parlementaires, et surtout à l’Assemblée Nationale.
      C’est très prégnant mais discret aux sénatoriales. Par exemple au élections des conseils généraux, le FN, majoritairement en tête en nombre de voix, est finalement laminé.
      Oui, mais pour ces élections à l’Assemblée Nationale ?
      Là, il y a quelque chose de nouveau ; le LREM semble devoir tout gagner.
      Sauf que le recyclage génial du PS, imaginé par Emmanuel Macron, saignera d’abord l’électorat PS aux présidentielles. Ensuite, via le réflexe légitimiste des Français, Macron et son mouvement/parti vont achever le processus.

    • 16 Juin 2017 à 16h46

      Hannibal-lecteur dit

      Quand je vois Sénik je pense sénile. Encore vrai ce coup-ci!
      Car, M. Sénik, quelle utilité a votre analyse, dont je ne conteste pas un seul mot ? Aucune ! Toutes vos conclusions sont inutiles, inexistantes, inefficaces face à la seule vraie conclusion : c’est avec cette répartition que LREM se paie (ra) un pouvoir quasi absolu et à tous les grincheux comme vous et à leurs analyses LREM répond simplement : tu l’as dans le …! Cause toujours…
      Alors limitons ça tant qu’on peut, votons LR , c’est le seul ( dérisoire ) moyen qui reste. 

      • 16 Juin 2017 à 17h53

        Mazagan dit

        LR ? Vous avez dit LR ? Comme c’est bizarre. C’est bien ce parti dont le représentant n’a attendu que deux minutes après l’annonce de son score désastreux au premier tour des présidentielles pour appeler à voter Macron ? C’est bien ce parti qui fait campagne “pour la majorité présidentielle”, tout comme LREM ? Et en votant pour lui, on le l’aurait pas dans le cul ? Qu’exprimerait-on de différent de ce qu’exprimerait le vote pour LREM ?

        • 16 Juin 2017 à 18h26

          Hannibal-lecteur dit

          Ben oui, évidemment y a tous les LR déjà vendus … Bon, …y reste les autres…

    • 16 Juin 2017 à 15h21

      Lothar Calion dit

      “Ce face à face prouverait que la démocratie représentative a connaissance et conscience des limites de sa représentativité”

      Malheureusement, nous vivons dans une oligarchie élective.

    • 16 Juin 2017 à 14h58

      Pyrrhon dit

      Les abstentionnistes, s’abstiennent, les votants blanc ou nul, votent n’importe quoi. Leur ensemble entend rappeler que personne ne pourra prétendre les représenter.
      C’est ainsi depuis un certain nombre d’années, et ce n’est plus l’ignorance qui est en cause. 

    • 16 Juin 2017 à 14h11

      DomdeLap dit

      Et les “blancs et nuls”, ils ont où sur le graphique ?

    • 16 Juin 2017 à 13h29

      Brad dit

      Vos remarques sur l’actuelle non-représentativité de l’assemblée (voire mm du président) sont très justes…
      Pour diminuer l’abstention on pourrait développer sérieusement le vote électronique… à l’heure ou la moindre épicerie se doit d’avoir un site et où nous déclarons et payons nos impôts sur Internet de manière “sécurisée”, je pense que cela favoriserait la participation des jeunes et des très vieux.
      Bien sûr cela n’empêche pas de s’attaquer au fond …mais c’est un début et c’est facile…