Le vrai bug d’Orange | Causeur

Le vrai bug d’Orange

Didier Lombard, l’ancien PDG, mis en examen pour harcèlement moral

Auteur

Jérôme Leroy

Jérôme Leroy
est écrivain.

Publié le 18 juillet 2012 / Société

Mots-clés : , , ,

Il y a une dizaine de jours, un formidable bug privait de téléphone portable les clients d’Orange pendant quelques heures. Trente millions de personnes ont alors ressenti à des degrés divers leur dépendance à une technologie qui est devenue indispensable en créant elle-même les besoins. Ce fut l’occasion de graves méditations de la part de la presse sur la vulnérabilité de nos sociétés, de nos économies et plusieurs ministres sont même montés au front, ce qui fut pour le public l’occasion de découvrir la tête bien faite de Fleur Pellerin, chargée entre autres de l’économie numérique. Orange, une fois la panne surmontée, assez vite au demeurant, a promis de gentilles indemnisations à ses clients, comme une journée gratuite de forfait ou même une place de cinéma. Pour aller voir quoi ? Sept morts sur ordonnance ? Faut pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages ? Ou peut-être Le silence des agneaux ?

Du coup, on a un peu oublié un autre bug d’Orange, assez meurtrier, et qui est à l’origine d’un fait assez rare pour être signalé : la mise en examen mercredi 4 juillet pour harcèlement moral de Didier Lombard, ex-pédégé d’Orange, en raison sa responsabilité directe dans la « crise des suicides ». Arrivé en 2005 à la tête de l’entreprise, Didier Lombard avait aussitôt annoncé un plan de restructuration appelé Next. Il a été mené à la hussarde les deux années suivantes : entre 2006 et 2008, 22 000 postes sont supprimés et 10 000 personnes changent de métier au sein de l’entreprise. Jusque-là, rien que de tristement normal dans le monde de l’adaptation forcenée aux exigences du marché. Le problème est qu’il y a eu manifestement un peu plus que du management à la schlague : 35 salariés se suicident en deux ans. Mais, dans un déni de réel typique d’une certaine doxa inversée qui ne veut reconnaître aucune tare aux patrons de droit divin, les beaux esprits avaient éditorialisé de manière assez indécente sur le fait que le nombre de ces suicides n’avaient rien d’anormal. Que finalement, on se suicidait autant chez les profs et chez les clowns. Cette indécence ne fut rien d’ailleurs rien par rapport à celle de Didier Lombard  qui osa parler en septembre 2009 d’une « mode des suicides ».

La justice en a décidé autrement. Le juge d’instruction Pascal Gand est même d’une étonnante fermeté. Didier Lombard a été placé sous contrôle judiciaire avec une caution de 100 000 euros. L’ex PDG n’a évidemment eu aucun mal à la payer puisqu’il a quitté le groupe Orange le 2 mars 2011 avec une retraite de 325 000 euros par an.
Sur quoi se fonde ce juge probablement rouge pour oser ainsi persécuter un dirigeant du Cac 40 qui n’aura jamais que supprimé un emploi sur 4 en cinq ans ? Sur les faits, rien que les faits qui sont têtus. Dès 2005, le rapport d’une inspectrice du travail l’alertait sur « l’existence de risques psychosociaux pouvant être graves. »

Effectivement, après la première vague des 35 suicides, une seconde tout aussi inquiétante arrivait en 2010 et faisait 26 victimes. Un second rapport de l’Inspection du Travail en 2009 avait pourtant déjà tracé les contours d’une politique délibérée dans le traitement du matériel humain. On s’était particulièrement acharné sur ceux, près de 60% au sein de l’entreprise, qui avaient voulu garder leur statut de fonctionnaire, ce qui avait été pourtant parfaitement autorisé lors de la privatisation de France-Telecom. Le rapport concluait que la direction avait mis en œuvre « des méthodes de gestion du personnel qui ont eu pour effet de fragiliser psychologiquement les salariés ». Tout cela avait décidé dès avril 2010 le syndicat Sud-PTT à porter plainte, entraînant l’ouverture d’une information judiciaire au TGI de Paris. Cette procédure a donc abouti deux ans plus tard à cette mise en examen de Didier Lombard. Celui-ci s’est défendu dans une tribune du Monde et a tout nié en bloc, ce qui a achevé d’exaspérer les syndicats. Sud et la CFE-CGC/UNSA (ces derniers n’étant pas considérés comme d’affreux gauchistes), co-fondateurs d’un observatoire des mobilités forcées, demandent pour leur part une requalification beaucoup plus lourde en mise en danger de la vie d’autrui voire en homicide involontaire.

Peu importe finalement. L’essentiel est qu’un procès ait lieu afin de juger un système qui privilégie, à Orange et ailleurs, la progression des marges bénéficiaires contre le service rendu, quitte à sacrifier des individus qui ne trouvent plus de sens à leur travail, jusqu’à en mourir.
Allo, Didier Lombard ? C’est Antigone au téléphone…

*Photo : Mathieu Thouvenin

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 23 Juillet 2012 à 10h06

      Patrick dit

      Pourquoi cet article n’est-il pas publié sur ce site ?
      J’aurais compris que Georges Kaplan réponde ici à Jérôme Leroy.

      • 23 Juillet 2012 à 10h14

        isa dit

        Merci patrick, cet article indique parfaitement en quoi la vie au travail est devenue terrible pour les salariés de FT, en fait cela se résume tout simplement par l’expression triviale “avoir le cul entre deux chaises.

    • 21 Juillet 2012 à 8h36

      eclair dit

      @thacalve
      100 000 employés chez orange et 10 000 chez free.
      ais bouyguestelecom 76 000 , SFR 10  000 .

      Mais ça c’est l’effectif interne. Il faut tenir compte du nombre prestataires employés et des socités externes.Là c’est plus difficilement quantifiable. 

      La vision du privé plus performant que le public cela est une idée reçue.
      Le privé souffre des mêmes tares que le public. C’est la complexification des relations au sein d’une entreprise qu’elle soit public ou privée qui est surtout la perte d’efficacité.

    • 21 Juillet 2012 à 7h16

      JMS dit

      Il est clair que la mode, parce que là on peut parler de mode de “gestion par le stress”, de mode de management transverse, de bureaux paysagers, voire de poste de travail flottant en fonction de son arrivée quotidienne, de recours systématique aux prestataires extérieurs (qui parle encore de collègues de nos jours ?), l’informatique à tout va, les mails, le portable, le travail à domicile, l’individualisation de la rémunération etc…sont des réalités managériales.
      Chacun individuellement ne prête pas à conséquence.
      L’ensemble est ravageur. 
      Et ça on ne peut pas dire qu’on ne sait pas et qu’on n’est responsable de rien. 

      • 21 Juillet 2012 à 8h20

        eclair dit

        @JMS
        Le management transverse c’est l’arlésienne. En réalité le management transverse consiste juste à complexifier la structure de l’entreprise au final au lieu d’avoir un interlocuteur identifié il y a une foule d’interlocuteurs qui se renvoie la balle.

    • 19 Juillet 2012 à 14h59

      isa dit

      Je connais beaucoup de gens qui viennent pour lire Thalcave, beaucoup plus que pour lire Leroy, en fait.

      C’est dingue, même si je suis d’accord avec ici l’idée que défend Leroy, à savoir la pression qui s’exerce sur les salariés d’une TGE(et aussi d’accord avec les autres: anciens fonctionnaires, ils ne sont pas “formés” pour subir cette pression ), je ne peux que dire ma désaprobation à sa participation sous multipseuso ou sous son vrai nom, à la conversation sur des fils, même issus de ses articles.
      il ne répond jamais sur le fond, et il insulte ses interlocuteurs.

      c’est vraiment de la débilité profonde que de jouer ainsi à pipi caca avec Thalcave qui nous apporte des connaissances économiques comme peu de monde.

      Mais c’est vrai que Leroy est responsable “CULTURE” mouarf…

      • 19 Juillet 2012 à 18h21

        Jérôme Leroy dit

        Vichinski, c’est quoi? Un câlin?

        Ouarfffff! (je sais faire aussi)

      • 21 Juillet 2012 à 8h14

        eclair dit

        @isa
        Thacalve amene des idées reçues libérales rien d’autres. Cela n’est souvent pas la réalité! 

    • 19 Juillet 2012 à 11h28

      Impat1 dit

      Deux remarques.
      Le juge a très opportunément abandonné le chef d’accusations « suicides » pour ne retenir que le harcèlement. Avec le premier les syndicats étaient sûrs de perdre puisque le taux de suicides chez FT fut le même que dans l’ensemble de la population (et même un peu moins). Avec le second, le flou de la définition du harcèlement leur laisse une chance.
      Par ailleurs l’inspection du travail a perdu son rôle d’arbitre. À juste titre ou non elle ne défend que les salariés contre les entreprises. Le fort taux de syndicalisation des inspecteurs eux-mêmes appuie encore plus dans ce sens. D’arbitre elle est devenue avocat de l’accusation. Pour l’instant il n’en est pas de même des prud’hommes.

      • 19 Juillet 2012 à 11h49

        Jérôme Leroy dit

        L’inspection du travail est constitué de fonctionnaires honnêtes. Mettre leur réputation en doute pour appuyer une démonstration est indigne. D’ailleurs, parfois, ils paient de leur sang (plusieurs faits divers tragiques de meurtres et d’agressions ces dernières années) leur mission dans un contexte de haine libérale contre tous ceux qui ne font que faire respecter le code du travail. C’est une imputation très grave.
        Ensuite, il semblerait qu’on avance à grand pas vers une requalification, comme je le dis dans l’article, soit de mise en danger de la vie d’autrui, soit en homicide involontaire.
        Décidément, vous n’avez pas peur des fantômes pour proférer de telles horreurs sous un air patelin, ni des inspecteurs du travail assassinés, ni des sacrifiés de FT.
        Plutôt que d’espérer un procès exemplaire qui permettrait enfin de mettre les choses à plat pour les deux camps, vous éludez, cherchez des excuses! On dirait que la vérité du management par la terreur , à FT et ailleurs, vous fait peur…

        • 19 Juillet 2012 à 13h36

          Thalcave dit

          Ce fut le serpent qui creva.

        • 19 Juillet 2012 à 16h18

          luculus69 dit

          “c’est les choses dont on est le moins sûr que l’on affirme avec le plus de convication”..alors remballez vos “lauriers” aux inspecteurs du tarvail..pour les avoir subit souvent je peux vous dire que ceux que j’ai connus etaient des “staliniens” de la pire éspece pour qui les patrons “tous pourris..qu’ils crèevent”

        • 19 Juillet 2012 à 18h49

          Jérôme Leroy dit

          Lucullus, on a jamais vu un inspecteur du travail tuer un patron.
          Le contraire si.
          Je laisse les lienophiles chercher.

        • 19 Juillet 2012 à 22h57

          viaval dit

          On n’a jamais vu un inspecteur du travail se tuer à la tâche, un patron si.

    • 19 Juillet 2012 à 10h54

      Alain Briens dit

      Comment faire la part des choses ?

      S’il est vrai que le taux de suicide chez FT ne dépasse pas la moyenne nationale, il semble tout de même que le nombre de suicides corrélés de près ou de loin aux pressions au travail soit important. Ceci est attesté par des écrits laissés avant de passer à l’acte mais aussi par le choix de se suicider sur son lieu de travail dont il est difficile de penser qu’il soit anodin.

      Je me sens beaucoup plus proche des idées de GK que de celles de Jérôme, mais ayant été 20 ans cadre salarié avant de monter ma boutique, j’ai pu constater par moi-même que le harcèlement moral et la déstabilisation permanente des employés pouvaient être dans certaines sociétés des outils de management ou ressortir de la culture d’entreprise (je ne parle même pas des petits chefs sadiques, ça existe aussi).

      Dans le cas de FT, il semble que la profonde restructuration ait été menée à la hussarde, sans trop se soucier des aspects humains, et que la mise en insécurité des employés ait été utilisées sciemment pour accélérer le mouvement. Tout le monde n’a pas l’étoffe d’un superman au travail et il faut en tenir compte si l’on veut que l’économie reste au service de l’homme.

      Ce qui a aggravé les choses chez FT est la confrontation brutale de salariés de la France protégée aux us et coutumes du privé. Car il existe une fracture France protégée / France exposée dont on parle peu, mais qui pourtant se creuse. Il ne semble pas facile en tout cas de passer de l’une à l’autre.

    • 19 Juillet 2012 à 10h46

      Thalcave dit

      Orange utilise 100.000 employés pour faire ce que fait Free avec 10.000!
      Quel est le taux de suicide chez Free, probablement très inférieur.
      Et même chez SFR et Bouygues qui ont organisé un oligopole avec Orange, créant une situation protégée qui n’a pas suffi à perpétuer la situation de fonctionnaire qui était celle des PTT.
      C’est d’ailleurs un syndicaliste CFDT, Hubert Prévot qui sous Rocard en coopération avec le ministre Quilès , est à l’origine de la réforme des PTT initiée en 1990. Il a montré que la modernisation de leur service public ne peut se faire sans changer le statut de leur administration, ni sans son éclatement en deux entreprises, en donnant la parole aux agents sans passer par le filtre syndical. Il ainsi permis qu’un consensus se fasse, malgré l’opposition de la première force syndicale des PTT, la CGT-PTT, et malgré les volontés initiales de la fédération FO-PTT.
      Toutes les anciennes entreprises publiques privatisées, et sorties du confort douillet de monopoles à l’encontre de l’intérêt général, se trouvent jetées dans la compétition à laquelle elles ne sont pas préparées. On ne change pas l’ADN d’un éléphant vivant dans la forêt pour en faire une gazelle de savane. Voyez les affres d’Air France en ce moment à qui on a quand même donné gratuitement (foin de la dette publique) 80% des nouveaux créneaux horaires crées à Roissy par le doublement des pistes C’est pourtant Jospin qui a le plus privatisé des entreprises publiques ce que Juppé lui-même n’avait pas osé faire. Les juges vont-ils mettre en examen Mr Jospin? Certainement pas! Comme nos juges sont partisans à l’image des journalistes, ils ont relaxé Strauss-Kahn et Le Guen dans le scandale de la MNEF et ils poursuivent avec des arguments fallacieux les chefs d’entreprise, issus du Public comme Didier Lombard qui n’a rien d’un capitaliste, à qui on a demandé l’impossible : ne pas faire de France Télécom le gouffre financier qu’en avait fait Jospin (faillite de 2002).
      Je lis peu le chroniqueur Jérôme Leroy dont on comprend vite que c’est un avatar du Père Duchesne et de Hébert, la préfiguration de Vichynski. Il est très prolixe car comme Vichynski ses procès sont vite instruits et expédiés.
      J’apprécie la diversité d’opinions de Causeur mais j’aurai préféré des opinions à valeur ajoutée. Sinon, une fois de plus, à l’image du nouveau pouvoir monopoliste d’Etat, c’est de la Com’, de la mise en scène.
      Et ma crainte est que tout cela ne finisse mal.

      • 19 Juillet 2012 à 11h11

        Jérôme Leroy dit

        Vichinski, rien que ça…
        Le Droitard après, il vient se plaindre des reductio ad Petainum. Il ferait mieux de regarder dans sonjardin, le droitard insultant.
        Ce n’est pa smoi, je vous rassure, qui ai mis Lombard en examen.
        C’est un juge après deux ans d’instruction.
        Comme le dit d’ailleurs Alain Briens, il y a corrélation entre les suicides et le management de FT. Ca ne vous plait pas, c’est le même prix.
        “La valeur ajoutée d’une opinion…” Je rêve, le droitard vaguement libéral confond le débat d’idées et une salle des marchés… c’est dire le niveau de la droite française. Les centristes actuellement au pouvoir en ont pour vingt ans…

      • 19 Juillet 2012 à 11h20

        Jérôme Leroy dit

        Je lis peu vos commentaires. Je les survole. Vichinski. Rien que ça. Après, le droitard vient piauler à la moindre réduction ad petainum. Il ferait mieux de regarder dans son jardin, le droitard.
        Ce n’est pas moi qui ai mis Lombard en examen après deux ans d’instruction, au cas où ca vous aurait échappé. Alain Briens remarque l’évident corrélation entre les suicides et la politique de Lombard. C’est qui lui. Fouquier Tinville?
        Sinon, j’adore “opinion à valeur ajoutée”. Le droitard confond le débat et une salle des marchés. Cela explique pourquoi les socialistes au pouvoir (les centristes en fait) en ont pour vingt ans!

        • 19 Juillet 2012 à 14h25

          Thalcave dit

          L’autre jour au flanc d’un beau bois,
          Un serpent piqua pov’ Leroy;
          Que croyez-vous qu’il arriva ?
          Ce fut le serpent qui creva.

    • 19 Juillet 2012 à 9h53

      viaval dit

      Vos sources, dont vous dites être sûr, précisent-elles combien de suicidés en sont arrivés là suite au refus de FT des les embaucher, malgré sa “mauvaise réputation” ?

    • 19 Juillet 2012 à 8h56

      mifou dit

      C’est comme ça. Le libéralisme tue. Et contrairement au communisme disparu,lui, il tue aujourd’hui, ici et maintenant.

      On peut ajouter parmi les tueurs:que traverser la rue,se baigner dans une piscine ,avec ou sans vague.partir en croisière chez costa machin ou encore manger des pousses bio,tiens on n’en parle plus de celle là.
      zut c’est dangereux de vivre.
      le règne de la terreur chez les fonctionnaires tu parles j’ai été fonctionnaire pendant 32 ans,je ne crois pas que leur mort ait à voir avec le harcellement.

    • 18 Juillet 2012 à 23h10

      Georges_Kaplan dit

      Je ne sais pas ce qui est le plus indécent :
      (i) Celui qui utilise la mort de ces pauvres gens pour faire valoir un argument tout en présentant les faits de manière malhonnête pour mieux appuyer son discours ;
      (ii) Celui qui dénonce la manœuvre du premier. 

      • 18 Juillet 2012 à 23h58

        Jérôme Leroy dit

        Pur procès d’intention, GK, qui me touche une orange sans me bouger l’autre. Je suis sûr de mes sources. Mais apparemment, la justice française, elle, veut faire à Lombard un procès tout court. C’est comme ça. Le libéralisme tue. Et contrairement au communisme disparu,lui, il tue aujourd’hui, ici et maintenant.

    • 18 Juillet 2012 à 19h16

      mictor dit

      Apparemment notre  époque qui est supérieure aux autres, a découvert,  après des millénaires d’incertitudes et de questionnement face au suicide, la solution :c’est le méchant patron qui est responsable .Et quand c’est le patron qui se suicide c’est la faute à qui?
      Et si tout était si logique ,pourquoi les allemands continuent -ils à se suicider plus que les Grecs? 

    • 18 Juillet 2012 à 18h42

      mictor dit

      les chiffres sont pourtant vérifiables et vérifiés .le taux de suicide chez france -telecom ne dépasse en rien les données habituelles .

    • 18 Juillet 2012 à 14h48

      isa dit

      Pas besoin d’être un rouge pour condamner ce pourri!

      J’ai une ami intime qui s’est tellement rongé pendant ces histoires de “restructuration” (on l’ mis dansun département où tout était à réapprendre à 50balais et elle était trop chère pour être virer), elle s’en ait fait tellement de cheveux qu’elle les a tous perdus suite à une fracassante chimio;

      et ils sont trèsnombreux à avoir déclanché des cancers depuis l’année derniere chez Orange, c’est en train d’être recensé, parce que sans rentrer dans la psy sanvage, la nouvelle “mode ” du cancer Orange , les syndicats aimeraient bien que l’on pointe si cela ne serait ps dû au travail complètement déstructurant que ce type a mis en oeuvre.

      • 18 Juillet 2012 à 22h16

        luculus69 dit

        Patience dans 2 ans..tous le ” personnel” d’Orange sera soit Marocain..soit Sénégalais..et les cancers continueront a être Francais..Le problème majeur dans notre pays c’est qu’il est impossible de passer d’un status (avec tout ce que cela comporte…) de “fonctionaire” a celui d’employé d’une entreprise publique !!..et c’est certainement pas les “syndicats” qui vont aider le personnel a accomplir ces changement..bien au contraire..Allez isa..ils sont tous pourris ces “patrons”..dailleurs a quoi servent ils je vous le demande !! dans le monde a Normal 1er et sa clique de bras cassés plus besoins de patrons , écoutez et admirez donc “Montbourd le glandeur” et voux comprendrez mieux ou est le probleme…..Ah oui au fait je suis “un” de ces pourris….

        • 18 Juillet 2012 à 22h17

          luculus69 dit

          je voulais dire “entreprise privée” bien sur!!