Le régime Juncker contre la mauvaise Grèce | Causeur

Le régime Juncker contre la mauvaise Grèce

Les cabris fédéralistes sont devenus carnassiers

Auteur

Jérôme Leroy

Jérôme Leroy
est écrivain.

Publié le 07 juillet 2011 / Monde

Mots-clés : , ,

photo : epa

Il aura vraiment fallu les rebondissements à tiroirs de l’affaire DSK pour que la déclaration de Jean-Claude Juncker sur la Grèce soit passée inaperçue. Voilà ce qu’a déclaré le président de l’Eurogroupe au magazine allemand Focus : « La souveraineté de la Grèce sera énormément restreinte », avant de comparer le pays de naissance de notre civilisation à l’Allemagne de l’Est après la réunification.

Il est dommage, d’ailleurs, que personne, ou presque, n’ait pu voir monsieur Juncker au moment où son masque tombait. Une certaine parole européiste se libère avec un mélange d’arrogance et de cynisme, décidément caractéristique, sauf pour ceux qui ne veulent pas voir, de la façon dont l’Union, depuis le traité de Rome et surtout depuis l’Acte unique de 1990, s’est construite non pas à l’écart des peuples mais contre eux, au nom d’un fédéralisme fantasmé qui devait nous faire sortir de l’Histoire pour mille ans de bonheur dans la concurrence libre et non-faussée, quitte à nous mettre à la remorque des Etats-Unis sur le plan géopolitique.

La construction européenne aurait, nous dit-on, l’immense vertu d’avoir durablement préservé la paix sur le Continent. Les Serbes ont dû apprécier, en 1999, quand ils ont été bombardés par l’OTAN avec la bénédiction de l’Union qui avait ainsi déjà ainsi montré comment elle respectait la souveraineté d’un Etat indépendant. Elle était intervenue, nous dira-t-on, pour la bonne cause. La fameuse ingérence humanitaire du bon docteur Kouchner, dont on a vu depuis qu’elle était souvent un faux-nez permettant de légitimer de banales opérations de guerre visant à s’assurer de nouveaux marchés et un approvisionnement sans risque en matières premières. Dans le temps, on appelait ça l’impérialisme mais c’est un mot tellement démodé que plus personne n’ose le prononcer.

D’ailleurs, les Serbes sont aujourd’hui normalisés. Ils ont attendu que leur principal criminel de guerre, Mladic, soit mourant pour en faire cadeau au TPI. Comme ça, le déshonneur est sauf pour tout le monde et la Serbie sera bientôt membre du club. Ainsi une commission de technocrates parviendra-t-elle, en cinq ans, à faire ce que ni les Turcs, ni les Autrichiens, ni les Allemands n’avaient pu réaliser au cours des siècles : en finir avec une indépendance ombrageuse.

Ce désir européen, junckerien, d’en finir avec les nations passe habituellement par des moyens plus doux. Il suffit d’écrire à intervalles réguliers des traités ratifiés en catimini. Parfois, un chef d’Etat se rappelle qu’il est chef d’Etat et demande directement, par référendum, l’avis aux premiers concernés, c’est-à-dire à ses concitoyens. Sont-ils d’accord pour être gouvernés par des textes qui inscrivent dans le marbre qu’une seule politique économique est possible, exploit que seule la défunte URSS avait réussi ? Si par hasard, le peuple dit non, ce n’est pas grave. On vote, on revote, on rerevote comme en Irlande ou au Danemark. En France, on se contente de refaire passer un texte refusé à 55% devant un Congrès à la botte et l’affaire est dans le sac.

Mais enfin, tout cela se faisait avec une hypocrisie et un sens certain de la manipulation. Là, monsieur Juncker, peut-être paniqué par la fin programmée de l’euro qui sanctionnera définitivement l’échec de cet Europe-là, a perdu son surmoi de haut fonctionnaire bruxellois et accessoirement de premier ministre du Luxembourg. On rappellera au passage que son pays est un paradis fiscal au cœur de l’Europe où l’on blanchit en toute impunité l’argent de la drogue, du commerce des armes et autres joyeusetés dont on aura du mal à faire croire que ce sont des activités moins immorales et moins mortifères que ce qui est reproché aux Grecs actuellement saignés à blanc et vivant un climat constant d’émeutes où le désespoir1 le dispute à l’humiliation.

Mais répétons-nous encore la phrase de Jean-Claude Junker pour en mesurer l’énormité: « La souveraineté de la Grèce sera considérablement restreinte ». On a presque l’impression d’entendre Mac Arthur parlant du Japon, les Alliés de l’Allemagne de 45, voire Paul Bremer de l’Irak en 2003. Restreindre la souveraineté d’un Etat, en général, la communauté internationale se le permet quand celui-ci a perdu une guerre dans laquelle il a commis des atrocités.

Elles consistent en quoi les atrocités grecques ? Avoir trafiqué des comptes et masqué des déficits ? Avoir laissé la fraude fiscale s’instaurer comme un sport national ? Avoir financé un Etat-providence alors que le pays n’en avait pas les moyens, tout au moins dans une logique libérale puisque d’autres économistes estiment que les dépenses de santé, d’éducation, de police, de défense ne devraient pas être prises en compte dans le calcul du déficit ?
C’est tout ? Vraiment ? Pas la moindre épuration ethnique d’une minorité, pas de déclaration de guerre unilatérale à la Turquie, pas de prisonniers politiques torturés comme au temps de la dictature des Colonels ?

Les événements historiques passent souvent inaperçus au moment où ils se produisent. La déclaration de Junker en fait partie. On découvrira plus tard ses implications. Ce jour apparaîtra comme celui où, pour la première fois, un haut responsable aura affirmé clairement que le pouvoir politique ne pesait plus rien devant les exigences de la finance mondialisée, que le banquier avait plus de pouvoir que le ministre et une place boursière qu’un parlement élu. On s’en doutait un peu mais là, c’est merveilleusement explicite.

On pourrait conseiller à Juncker de relire Byron, de regarder les tableaux de Delacroix ou encore de se faire raconter, dans les bureaux climatisés de son grand-duché, l’histoire de Manolis Gleizos qui, une nuit de mai 1941, se faufilant avec quelques camarades communistes au milieu des sentinelles, descendit le drapeau à croix gammée qui flottait sur l’Acropole pour le remplacer par le drapeau national que tous les Athéniens virent pour quelques minutes flotter dans le soleil du matin.

Gleizos vit toujours, il est de toutes les manifestations de la place Syntagma. Et, paradoxe du combattant internationaliste, lui sait ce qu’est la souveraineté.

Apparemment, monsieur Juncker et l’Eurogroupe l’ont oublié comme ils ont oublié ce que signifie ce principe fondateur de la liberté : le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Alors, avec Hugo, je déclare à la face de monsieur Juncker :

« En Grèce ! En Grèce ! Adieu, vous tous ! Il faut partir !
Qu’enfin, après le sang de ce peuple martyr,
Le sang vil des bourreaux ruisselle !
En Grèce, ah mes amis ! Vengeance ! Liberté ! »

  1. Les statistiques les plus récentes indiquent une explosion du chiffre des suicides et des dépressions lourdes en Grèce depuis plusieurs mois

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 11 Juillet 2011 à 23h33

      eclair dit

      http://www.lepoint.fr/bourse/crise-de-la-dette-l-euro-rechute-sous-1-40-dollar-11-07-2011-1351737_81.php
      Cours de lundi Cours de vendredi
      21H00 GMT 21H00 GMT
      EUR/USD 1,4029 1,4258
      EUR/JPY 112,61 114,90
      EUR/CHF 1,1723 1,1932
      EUR/GBP 0,8820 0,8885
      USD/JPY 80,24 80,55
      USD/CHF 0,8355 0,8368
      GBP/USD 1,5905 1,6048

      à suivre avec interet si l’euro repasse en dessous de 1,2 dollar il y aura une grave crise aux USA.

    • 11 Juillet 2011 à 23h10

      eclair dit

      ça y est c’est parti.Tout vas se précipiter dans les mois à venir.
      fin d’année début 2012 la france sera touchée à son tour si rien n’enraye la course en avant.

      http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/07/11/04016-20110711ARTFIG00497-la-crise-de-la-dette-se-propage-au-sein-de-la-zone-euro.php

    • 10 Juillet 2011 à 15h23

      Impat1 dit

      Rackam…”je pourrais devenir fou”…
      Fou allié ? 

    • 10 Juillet 2011 à 14h28

      didier H dit

      @Angel
      rassurez-vous je ne vous soupçonnais pas de stalinisme :) Et je vous suis dans votre réponse.
      J’ai également une règle personnelle de base par rapport aux événements historiques: faire preuve d’humilité non seulement par rapport à leur complexité mais aussi par respect pour ces ombres du passé pour qui c’était du réel alors que pour nous il s’agit surtout d’une vision et d’une interprétation détachée. Même si nos proches parents – les vôtres comme les miens (Buchenwald,Poméranie, …)- en ont bavé au-delà de
      l’imaginable.  
      Vos propos sur la Yougoslavie me font par ailleurs repenser à “Dimitri” de l’Age d’Homme, dont le visage est encore présent sur la page de causeur mais dont la disparition n’a pas inspiré grand monde.

      • 10 Juillet 2011 à 16h40

        Angel dit

        Merci pour votre reponse. Je ne voulais pas vous agresser mais comme je suis au travail j ecris trop vite.
        Sachez que je respecte vos points de vue mais je suis fort irrite par cette insidieuse rehabiliation des nazies et de leurs criminels alliess sous couvert et dans une guerre tous se valent. Non la barbarie nazie a une specificite unique dans l odieux. Et cette UE a la botte de Frau Merkel indirectement va dans ce sens.
        Cela etant dit dans l horeur l’histoire de l’humanite a des exemples a foison . Et je ne vais pas en citer meme une partie pour ne pas ennuyer les autres causeurs. Mais j’insiste ce Mr Juncker fier d’etre le fils d’un Volksdeutscher (avec les SS ils faisaient eux aussi le sale boulot de la vermine nazi dans les champs ou dans les camps) ose parler ainsi de la souverainete d un pays est revoltant. Et le gauleiter du Lixembour l Obersturmfuhrer Juncker savait tres bien de quoi il voulait parler.

    • 10 Juillet 2011 à 13h34

      RotilBis dit

      “10 juillet 2011 à 10h54 samuel_ dit … On pourrait très bien imaginer une humanité qui formerait un unique peuple. Tous les hommes seraient frères, sans distinguer entre eux l’étranger du leur. Ce serait beau non ? Pourquoi donc vouloir aller à l’encontre de ce rêve en introduisant la notion de peuple ?

      Je pense pas que ce serait beau, mais plutôt informe, inodore et incolore.

      La notion de peuple existe, à travers l’Histoire, les langues, les cultures, et je pense que c’est cette diversité qui fait la beauté du monde.

      Et je pense aussi qu’être soi-même, au sein d’un peuple, n’empêche pas la notion de fraternité.  

      • 10 Juillet 2011 à 14h21

        samuel_ dit

        En fait je suis plutôt d’accord avec vous, mais pas tout à fait.

        Qu’importe à mes yeux qu’il y ait plusieurs peuples ou un seul. Ca ne rend pas un homme plus heureux de savoir qu’il n’y a pas d’autre peuple que celui des hommes, ou de savoir qu’il y a plusieurs peuples et d’appartenir a un seul d’entre eux. Je fais donc la un raisonnement de type utilitariste : je juge les choses uniquement par rapport au bonheur qu’elles apportent.

        Par contre, si le fait qu’il y ait plusieurs peuples n’est pas mieux que s’il n’y en avait qu’un seul, j’ai l’impression que ce serait très compliqué de fusionner tous les peuples, ou que ça fait un peu partie de la nature humaine qu’il y ait plusieurs peuples. Les groupes se construisent du bas vers le haut. Les gens se lient particulièrement avec leurs voisins, ils apprennent à vivre ensemble, ils se donnent les uns aux autres, ils se construisent une histoire et une culture commune. Bref, il y a plusieurs peuples : c’est comme ça, peut-on se dire tout simplement.

        • 10 Juillet 2011 à 14h50

          RotilBis dit

          Et cependant… Voyez avec quelle insistance enthousiaste l’homme recherche une autre intelligence dans les étoiles… 

          Je ne me prononcerai pas sur le bien fondé scientifique de cette recherche, mais n’est-ce pas l’indice que l’humanité aimerait bien copiner avec une intelligence autre que la nôtre ?  

        • 10 Juillet 2011 à 14h54

          pirate dit

          Eh oui, l’homme se sent seul avec lui-même. Cette solitude le rend fou.

        • 10 Juillet 2011 à 15h09

          rackam dit

          pirate, moi aussi, si je me retrouvais seul avec toi-même, je pourrais devenir fou

        • 10 Juillet 2011 à 23h12

          pirate dit

          Mais non, mais non, t’y perdrais ton latin tout au plus…

    • 10 Juillet 2011 à 11h27

      didier H dit

      @Angel

      communistes grecs, yougoslaves, etc…assez d’accord pour reconnaitre leur courage et on peut leur laisser le bénéfice du doute- pas encore au pouvoir a l’epoque. Mais pardonnez moi mais pour l’armée rouge, elle avait déjà a son actif plusieurs millions de morts et ses régiments ont commis les pires atrocités notamment à Berlin. plus la déportation de millions d’Allemands. Comme quoi vaut mieux pas distribuer des brevets d’héroïsme et de morale a gauche et a droite. 
      L’héroïsme et la barbarie furent une constante dans les deux camps. La spécificité nazie c’est le massacre industriel à un niveau de machiavélisme jamais égalé, le racisme comme moteur idéologique. Mais je remercie les dieux d’avoir fait en sorte que les tueurs communistes se soient arrêtes a Berlin.
      Sans délégitimer les résistants politiques, ceux et celles qui suscitent mon admiration, ce sont ces hommes et ses femmes qui ont héberge des juifs ou des résistants. Ou alors ces résistants malgré eux, tires de leur quotidien par l’humiliation de l’occupation et qui, du jour au lendemain, s’engagent, sans se préoccuper de la couleur du drapeau, et qui donnent leur vie et souvent leur âme et leur innocence a l’enfer polémique. Ce sont des figures éminemment tragiques, profondément humaines et surhumaines, qui font de leur vie une épopée qui en fait est a la portée de chacun de nous. Ils nous faut simplement écouter les élans de notre cœur, l’amour des nôtres et de notre pays. j,espère que demain nous aurons un courage identique.

      • 10 Juillet 2011 à 14h06

        Angel dit

        Bonjour Didier
        Lorsque les troupes societiques entrerent dans Berlin (certaines mauvaises langues disent que malgre Patton les britanniques et americains preferent que ce soit donne a l Armee Rouge la diffuclte de prendre des deux fleurons du nazisme Berlin et Vienne)Les marechaux Jokov et Tchouikov selectionnerent les soldats pour l’ultime assaut beerlionois. Le critere etait le suivant. Les soldats qui auraient perdus un memebre de leurs familles hors combats militaires devaient donner l assaut su Berlin. Et effectivement ils ne furent pas tendres.
        J ajouterai 2 commentaires.
        Les images des populations Viennoises et berlinoises en 1945 sont poignantes. Mais lorsqu on les compare avec les images des ces memes berlionois hysteriques en 1940 apres la defaite de la France ou de ces viennois hysteriques apres l Anscluss notre compassion doit toujours de mise mais un peu relativisee.
        Deuxiemement et Saul l a bien compris je ne defend pas l ideologie communiste et encore moins le stalinisme, Mon pere a ete emprisonne de 1945 a 1955 en ex Yougoslavie car il n etait pas communiste. Apres avoir passe 2 ans a Mauthausen en Autriche de 1943 a 1945. Donc je suis enerve par la diminution de l heroisme russe et ces larmes de crocodiles sur les pauvres nazis allemands, lettons, estoniens, lituaniens, croates, musulmans bosniaques, ukrainiens de l ouest.
        Sachez aussi que les massacres de Babi yar furent commis par des soldats de la wermacht avec l aide des einzagruppen ukrainiens uniates. Les 7 000 fusilles de Kragujevac en une journee d octobre et le sur lendemain 5000 personnes a Kraljevol le furent par l armee reguliere allemande. Le ghetto de Varsovie fut nettoye par la Wermacht et lde sympathiques vicitmes lettones. Par respect pour les victimes je ne vous decrirai pas comment ces nettoyage furent fait. Et Mr Juncker pour revenir a l article a un pere qui n avait pas de sympathie pour le grand duc luxembourgeois durant la guerre car il etait anti nazi mais il etait fier d etre luxembourgeois Volksdeutscher, Que ce qui connaisse ce que cela veut dire pourra vous expliquer vers quels chemins criminels nous mene cette UE la.

    • 10 Juillet 2011 à 6h08

      samuel_ dit

      Un texte magnifique ! Bravo Mr Leroy !

      Il y a quand même surement de communistes qui vous répondraient que votre notion de peuple est intrinsèquement mauvaise, car elle sépare l’humanité en peuples.

      Que leur répondriez-vous ?

      • 10 Juillet 2011 à 9h09

        RotilBis dit

        C’est comme la notion d’individu. C’est vrai, ça, quand même ! Cette notion d’individu est intrinsèquement mauvaise, car elle sépare l’humanité en individus. 
        J’veux plus être un individu ! J’veux faire partie de l’humanité unie, moi !
        A bas les zindividus, quoi ! 

        • 10 Juillet 2011 à 10h46

          samuel_ dit

          Pas mal trouvé.

          Mais je sens que ça ne suffirait pas à convaincre un communiste du genre de ceux que j’imagine.

          La distinction entre moi et les autres est naturelle, et nécessaire a l’existence des hommes.

          Par contre la distinction entre les miens et les étrangers ? Pourquoi ferais-je une distinction entre untel et untel autre, et dirais-je que untel fait partie des miens, et pas untel autre ? Quelle différence y-t-il a d’ailleurs ?

        • 10 Juillet 2011 à 10h54

          samuel_ dit

          … On pourrait très bien imaginer une humanité qui formerait un unique peuple. Tous les hommes seraient frères, sans distinguer entre eux l’étranger du leur. Ce serait beau non ? Pourquoi donc vouloir aller à l’encontre de ce rêve en introduisant la notion de peuple ?

      • 10 Juillet 2011 à 14h33

        Jérôme Leroy dit

        Samuel, étant donné que votre appréciation enthousiaste devient franchement rare dans la vallée de larmes que je dois traverser à chaque article, je vais tenter de vous répondre.
        Il n’y a rien de contradictoire entre nation et communisme. Entre nationalisme et communisme, bien sûr.
        Dans la mesure où les mots veulent dire quelque chose, vous remarquez d’ailleurs que l’internationalisme de par sa morphologie même suppose des nations.
        Ce qui n’est pas le cas de ma mondialisation qui veut leur fin pour ne plus avoir que des marchés à conquérir. Ce qui fait d’ailleurs que l’internationalisme est un rêve de fraternité (seulement un rêve) tandis que la concurrence mondialisée finit toujours par des guerres. Et pas des petites.

        • 10 Juillet 2011 à 20h45

          samuel_ dit

          Merci pour votre réponse.

          Je rajoute quand même un peu de vanité aux larmes.

          Même si on peut être très attaché à cette notion de peuple, c’est un vrai casse tête philosophique que de la légitimer, face à ceux qui disent qu’elle est mauvaise car elle sépare les hommes, et même si aussi elle en rapproche – c’est pourtant pour ça qu’on l’aime quand on l’aime, non ?

          Et je crois avoir trouvé une solution à ce casse tête, que j’ai mise dans un billet de blog :

          http://leretourdelantiqueespritdeclan.blogspot.com/2011/07/peut-on-sans-nationalisme-avoir-une.html

          Si cela vous intéresse, vous apprendrez donc quoi répondre à ceux qui vous traitent de nationaliste sous prétexte qu’il vous arrive de dire parfois “un” peuple, plutôt que toujours “le” peuple.

    • 9 Juillet 2011 à 0h50

      skardanelli dit

      Saul, bien d’accord à propos des Lettons ! 95% de la population lettonne liquidée avec l’aide active des nationalistes lettons. J’y suis allé une fois, rien sur le sujet, pas le moindre monument. Par contre, les effusions sur les persécutions soviétiques ne manquent pas. Et pour Thorez, pas de doute, douze balles dans la peau !  

      • 9 Juillet 2011 à 9h22

        eclair dit

        n’importe quoi.
        C’est 95% des juifs de lettonie liquidés pas 95% de la population lettone.

        en 1940 la lettonie est envahie par lURSS et annexée.
        Confiscation de bien, dévaluation de la monnaie lettone de 90%.
        En 1941 quand les allemands envahissent la lettonie, les lettons ont une revanche à prendre sur les russes.

        • 9 Juillet 2011 à 9h47

          Fiorino dit

          Oui et il faut pas non plus oublier le nombre de lettons envoyé dans le gulag sans aucune raison uniquement pour donner le logement aux russes qui forment aujourd’hui une minorité assez conséquente.

    • 8 Juillet 2011 à 21h59

      pirate dit

      Naïf, je m’en bat l’oeuf des allemands qui sont pas tous nazi et de vos théories sur le socio culturelle qui fait pas le rabbin. Déjà quand un ahuris me traite de raciste parce que je distingue un point de vue strictement juif j’ai envie de lui répondre ceci : dis moi mon petit poulet qui est-ce qui parle des juifs comme race ici ? Nonobstant que vous ne comprenez rien à rien en vous enflammant sur des lubies que vous fabriquez tout seul dans le petit rond qui vous sert de conviction. Nonobstant que vous ignorez si je ne suis pas juif moi-même, car bien entendu un youpin pourrait pas parler comme ça des autres youtres, vu que c’est une race à part apparement qui ne peut jeter un regard extérieur sur ce qu’il connait mieux qu’un non youpin (gentil pour le coup est bien porté). Nonobstant qu’en plus de tout ça vous me faites en guise de démonstration du vent qui vous sert de moyen de réflexion, un joli ramassis de perles sur les allemands qui sont pas tous nazis et je ne sais trop quoi encore, ça se lit aussi vite que ça s’oublie, vous m’obligez à répéter trois fois nonobstant ce qui perturbe mon goût pour la symétrie. Donc je ne vous dirais pas si mon gland se distingue mieux que le votre, ni que la preuve que je ne suis pas racistes, je mange de la carpe farçie, et des gateaux au pavot, je me contenterais de vous ajoindre à essayez d’aller tartiner quelqu’un d’autre avec vos fadaises. Par exemple essayez Eclair, c’est un bon client et en plus il fait très bien la tête à claque. C’est pas que je n’aime pas vous répondre, vous êtes le mon genre de pinia, mais vous allez encore passer pour un imbécile, ce qui serait injuste vu que vous en êtes vraiment un.

      • 8 Juillet 2011 à 22h10

        RRF-Peypinois dit

        @ pirate :
        Ah pirate !!! Pourquoi après nous avoir fait partagé avant-hier du si bon de vous, il faut que vous vous laissiez aller à du pire ?
        C’est tellement dommage !

        P-S: je ne sais pas si c’est une question d’humeur, alors au cas où, ne vous lâchez pas sur moi…j’ai commencé à vous apprécier davantage, ça m’embêterait de me fâcher ! Je fais dificilement marche arrière avec certaines mauvaises répétitions : mon côté psycho-rigide sans doute, mais j’ai des excuses…

        • 8 Juillet 2011 à 23h19

          pirate dit

          Oui et mon côté à moi-même vous répond, c’est pas parce que vous appréciez ma prose, ma poésie et que sais je que je ne suis pas autorisé à me moucher dans les rideaux et me torcher avec les napperons quand une tête d’oeuf vient me faire part de sa réflexion de coquetier sur la quadrature de la magen david. Je sais c’est perturbant de réaliser que la playmate du mois fait caca aussi mais c’est la vie, vous verrez avec l’âge vous apprendrez à vous y faire.

    • 8 Juillet 2011 à 20h51

      Angel dit

      Ce qui se passe avec la Grece est honteux. Et je partage le point de vue de Pirate, Saul et Jleroy.. Les bandits des commissions bruxelloises et ceux qui dirigent la BCE sont 10 fois plus responsable des situations greque, portugaise, espagnole etc…Par le mensonge, par le couchage devant les USA et l economie chinoise. Par l obsession de ne penser qu a faire plaisIR aux financiers (car le capitalisme en lui meme n est pas forcement mauvais) AVIDES ET INSCONSCIENTS. Les politicards des USA agissent de meme.
      Rpf peypinois je voudrais vous signaler que l on peut vomir Jacques Duclos et Maurice Thorez mais on ne peut qu etre admiratif des communistes francais tout comme de la droite patritique durant la seconde guerre mondiale. On peut detester le stalinisme mais admirer les communistes grecs, italiens, espagnols, yougoslaves dans leur heroique lutte contre la vermine nazie.
      On peut cracher sur Staline mais communier avec les combattants de Stalingrad, Koursk, Leningrad, Budapest et de ceux qui prirent Viennen et Berlin. Saviez vous cher monsieur que le 2 fevrier 1942 lorsque Von Paulus capitula a Stalingrad l Internationale fut joue la seule et unique fois dans les murs de Wall Street.

      Je ne suis ni de gauche ni de droite, Je suis plutot gaulliste, Seguiniste, Chevenementiste, Admiratif de Pierre Mendes France et de Clemenceau. De Danton et de Jeanne d Arc . Et oui aimer la souverainete n est pas une tare.

      • 8 Juillet 2011 à 22h36

        RRF-Peypinois dit

        @ Angel 20h51 :
        Oh là, tout ça !
        Je vais éviter pour ce soir de répondre à la première partie de votre post : je risquerais de vous faire du mauvais pirate en rogne.

        Pour le reste, c’est plus fort que moi alors voici :
        * “on ne peut qu etre admiratif des communistes francais (…) durant la seconde guerre mondiale.” Ah bon ? Pourquoi ? J’ai bien cherché dans des Dalloz, je n’y ai rien trouvé qui m’en empêche. Et désolé, mais je veux bien être admiratif et tout ce que vous voulez des résistants tous courants confondus pour leurs actes et leur démarche de résistance, mais pas en intégrant leur dimension, pour certains, de résistants communistes…pour les raisons déjà exposées à JL que vous avez dû lire puisque vous y faites référence.
        * Pour vos autres références à d’illustres communistes, je ne vous conteste pas le droit et le plaisir de vous pâmer d’admiration, mais vous me permettrez de ne pas la partager : je considère les mouvements d’opposition, les actes héroïques ou d’autres faits historiques marquants pas uniquement à l’aune de la filiation politique réelle ou supposée – surtout bizarrement quand ils sont entâché de communisme – de leurs auteurs… Chacun a ses défauts me direz-vous.
        * Une chose importante quand même – je ne pas vous laisser dire indéfiniment n’importe quoi sans réagir, quitte à gâcher votre béatitude – pour ce qui est de Berlin : d’autant que je suis très attaché à cette ville qui m’a vu grandir, pour votre gouverne, vos valeureux camarades n’ont libéré que la moitié Est (hélas pour elle !) de la ville. La moitié Ouest l’ayant été par les alliés, USA, R-U et France, d’où la répartition quadripartite de l’occupation de la ville jusqu’au début des années ’90.
        * Pour ce qui est, plus légèrement, de l’Internationale joué à Wall Street – la belle affaire ! – sachez que moi aussi, je pourrais vous dresser une liste de plein de saloperies inaudibles, diverses et variées, jouées dans plein d’endroits, symboliques ou non, et nous en serions bien avancé !
        * Pour finir, votre “Et oui aimer la souverainete n est pas une tare.” me laisse penser que vous n’avez pas bien compris ou trop vite lu mon post, faute de quoi vous n’auriez pas écrit cela…

        • 8 Juillet 2011 à 23h59

          Saul dit

          euh pardonnez moi je m’immisce
          RRF-Peypinois,
          je crois au contraire qu’Angel veut dire qu’on peut être admiratif de tel ou tel type de résistants en mettant de coté leur filiation politique justement : ainsi par exemple, moi même je ne cracherais pas sur le drapeau soviétique à l’occasion de célébrations du 8 mai, sous prétexte que ce drapeau était aussi celui d’une dictature (enfin c’est ce qu’on dit, de suite les mots qui fachent ! ;-), mais le saluerais volontiers en tant que celui d’un Etat et d’un peuple qui s’est tapé les 3/4 du boulot et des sacrifices humains dans la guerre contre l’Allemagne nazie (même si leurs dirigeants n’étaient pas mus de nobles intentions, sans eux tout de même il est à craindre que nous restions kaputt…).
          rappelez vous, je crois que c’était en 2005, toutes nos élites qui lançaient des louanges à je ne sais plus quel état balte (Lettonie je crois) qui avait déboulonné la statue soviétique, oubliant que ces états baltes ont été parmi les états les plus pourvoyeurs de volontaires SS en proportion de leur population, les plus actifs dans la collaboration à la Shoah par balles, oubliant qu’en Lettonie, on célèbre encore aujourd’hui, quasiment tout ce qu’il y a de plus officiel, la “journée du légionnaire”, c.a.d le souvenir des anciens volontaires SS.
          ou ces même élites médiatiques critiquaient le fait le fait que les Russes avaient commémoré la victoire du 8 mai cette même année, en faisant défiler leurs troupes avec l’uniforme de l’époque….
          pour Berlin, je crois que vous êtes victimes des 1ères hallucinations dues au sevrage tabagique ;-), ce sont bien les Sovietiques qui ont pris à eux seuls la ville, ce n’est qu’après qu’il a été décidé de la partager en 4.

          je précise, que même si j’éprouve une grande sympathie pour le PCF (on est de gauche ou pas hein :-D ), je n’en reste pas moins critique envers l’attitude de ses dirigeants en 39/40, et estime que Thorez aurait largement mérité le peloton d’exécution, à son retour de Moscou à la fin de la guerre, pour s’être rendu coupable de désertion, haute trahison, intelligence avec une puissance étrangère et tutti quanti

        • 9 Juillet 2011 à 0h09

          eclair dit

          comme saul vous l’a dis c’est les soviétiques qui ont pris berlin.
          D’ailleurs la frontière de l’allemagne de l’est avec l’allemagne de l’ouest correspondaient à l’vancée des troupes russes.
          Et regardez une carte berlin était en plein coeur de l’allemagne de l’est.

      • 9 Juillet 2011 à 0h25

        nadia comaneci dit

        Saint Just plus que Danton mon cher Angel ! Sinon, les autres de la bande passent haut la main.

      • 9 Juillet 2011 à 0h41

        skardanelli dit

        La devise des politechniciens donc, ni de gauche, ni de droite, mais dans l’axe !

    • 8 Juillet 2011 à 13h50

      RotilBis dit

      Cher Ours, 

      Je suis allé faire un tour sur l’autre fil et les commentaires précédents et n’ai pas trouvé où je donne des diplômes de bon juif à des coreligionnaires.  

      Cela étant, concernant les “alter-juifs”, expression qui semble déplaire à M. Leroy, je me demande si ce sont vraiment des coreligionnaires, dans la mesure où la plupart d’entre eux ne sont pas particulièrement religieux (- ce qui est leur droit le plus strict, et de cela, je ne leur en veux absolument pas, je précise pour que cela soit clair).

      Mais c’est plus comme israélien que je leur en veux, parce qu’ils jouent contre leur camp, c’est-à-dire le pays qui est le seul à s’être donné pour mission de les protéger.

      Maintenant, si certains d’entre eux venaient à résipiscence, je changerai d’opinion à leur sujet. Avec joie. 

      • 8 Juillet 2011 à 14h18

        Maquis_Art dit

        “Mais c’est plus comme israélien que je leur en veux, parce qu’ils jouent contre leur camp, c’est-à-dire le pays qui est le seul à s’être donné pour mission de les protéger. ”

        Oui, oui, et moi je vais me mettre à appeler les libéraux “alter-français” sous prétexte qu’ils s’en remettent à la Main invisible du Marché, à l’Union monétariste européenne, plutôt qu’à la République, “seule à s’être donné pour mission de les protéger”. 

        • 8 Juillet 2011 à 14h25

          RotilBis dit

          Sauf que l’expression n’est pas de moi. 

          Mais vous pouvez appelez qui vous voulez “alter-français”, cela ne me dérange pas.

          Faites donc ! 

        • 8 Juillet 2011 à 14h54

          RRF-Peypinois dit

          @ Rotil :
          J’aime beaucoup votre sens de la répartie..!
          ;-p

    • 8 Juillet 2011 à 11h30

      RRF-Peypinois dit

      @ JL :
      Après nos échanges d’hier sur la forme, je reste toujours sur ma faim : quid d’une réponse de votre part sur le fond, ie les motivations réelles des résistants communistes pendant la seconde-guerre mondiale ainsi sur mon invitation à aussi entendre une autre approche du problème grec, notamment du point de vue du généreux contribuable français.
      Figurez-vous que votre avis éclairé (ceci dit vraiment sans aucun ironie, je précise au cas où) en réponse m’intéresse, alors si vous voulez bien y consacré quelques minutes, je vous en saurais gré.
      Par avance merci.

    • 8 Juillet 2011 à 10h03

      RotilBis dit

      Essai

    • 8 Juillet 2011 à 9h53

      RotilBis dit

      Je ne savais pas où mettre ce lien qui a quelque chose à voir avec l’économie… Donc je le mets ici. 

      http://lessakele.over-blog.fr/article-guerre-contre-l-humanite-par-nathalie-elgrably-levy-78860418.html

      En revanche, je confesse le hors sujet partiel, car ça ne concerne pas la Grèce.