Mail Facebook Twitter RSS

Inscrivez-vous à la Newsletter

et recevez la synthèse de l'actualité vue par Causeur.



X

Le pouvoir est aussi une histoire de fesses

Versailles en état de siège

Publié le 25 mars 2011 à 17:00 dans Culture

A Versailles s’ouvre une exposition dédiée aux trônes à travers le monde et les époques. Je trouve que c’est plus qu’opportun par les temps qui courent. Le trône est convoité, toujours. Au-delà de l’exposition, ce meuble pose de multiples questions à qui s’intéresse à la position en politique. Même si certains disent « Debout la République ! », à chaque fois qu’on se lève pour faire de la politique ou faire la révolution ou faire des réformes, c’est souvent pour mieux s’asseoir. Assise ! La République… S’asseoir sur des promesses ? Peut-être…

Quant à la politique moderne, elle regorge d’expressions où le cul n’est jamais très loin du pouvoir et de ses symboles. Ne dit-on pas qu’un député sauve son siège ? Que tel autre a été élu dans un fauteuil ? Aux Nations Unies, certains ont par le passé pratiqué la politique de la chaise vide. Sans oublier nos ministres qui sont sur un siège éjectable (a fortiori s’ils ont hérité d’un strapontin) et le Pape qui lui trône sur un Saint-Siège.
La politique est une histoire de fesses et ce ne sont pas les sénateurs qui diront le contraire puisqu’on adapte la largeur de leur fauteuil rouge à celle de leur popotin. Trôner c’est déjà commander, c’est s’imposer, c’est glander pendant que les autres poireautent debout. Trôner c’est aussi se couvrir de ridicule devant le peuple qui se méfie des puissants trop bien assis. Le trône est ainsi une chaise percée sur laquelle le roi chie tout en redoutant la chienlit, et ça, comme me l’a rappelé Marc, lecteur attentif de mon blog, Montaigne l’avait dit avant moi, dans ses Essais : « Aussi élevé soit un trône, nous n’y sommes assis que sur notre cul ».

Cela vaut aussi dans la vie économique: les conseils d’administration du CAC font parfois l’objet de jeux de chaises musicales. Plus généralement, être assis, c’est avoir le temps pour soi et laisser venir. Pour autant, combien de gouvernants bien calés dans leur siège ont fait de lits? Je veux parler du lit de l’extrême droite ou de la révolution. C’est bien normal que le trône fasse par définition le lit des extrêmes puis qu’on l’installe toujours au centre, dans une position statique. Le trône est fixe et même quand il se balade, il donne l’impression d’être immobile ; voyez les Rois fainéants. Bref, il y a là un sujet qu’il faut creuser, l’exposition de Versailles l’a royalement commencé.

Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !
Cet article vous a plu, inscrivez-vous à notre Newsletter.

voir les commentaires / réagir         envoyer
 

A lire sur Causeur.fr

La rédaction de commentaires nécessite d'être inscrit

9

Déjà inscrit, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 
  • 26 Mars 2011 à 1h10

    pirate dit

    En attendant il est excellent ce trône nègre… sur Causeur on ne choisi pas ses iconographie au hasard. Clap, clap.

    • 26 Mars 2011 à 12h11

      Sophie dit

      Bonjour Pirate. Vous vous faisiez rare.

      • 27 Mars 2011 à 3h18

        pirate dit

        C’est à dire que j’en suis à la semaine des 46 heures… donc j’étais pas très disponible… eh oui me voilà chef dans un semi gastro franco chinois (sans le moindre bagage)… c’est pas des vacances et c’est passionant. Mais j’ai des valises sous les yeux.
        Et puis l’ambiance méphitique que faisait partager certain dans l’ancienne formule commençait à me peser.

  • 26 Mars 2011 à 0h01

    GPS dit

    Un article, il faut bien le dire, d’une rare médiocrité. Son auteur aurait mieux fait de rester couché. (Comme vous voyez par cette saillie, pour ce genre de jeux de mots vaseux pour discours de mariage et de fins de banquet, il n’est nul besoin de carte de presse. La paresse suffit, car la suffisance rend paresseux.)

    • 26 Mars 2011 à 1h08

      pirate dit

      Mais non, mais non mon ami le radar en orbite, il n’est pas médiocre, il est impertinent, gentiment, on est sur Causeur. Que vous ne sachiez faire la différence entre la médiocrité et l’impertinence c’est finalement qu’une affaire de conformisme. Vous l’êtes cet article vous échappe, de fait. Mais l’article je vous l’accorde ne conclu pas, je partage. Le pouvoir est toujours une affaire de boule. C’est le principe, c’est sexuel le pouvoir.

      • 26 Mars 2011 à 8h52

        GPS dit

        Je préfère la pertinence à l’impertinence : car il ne faut pas confondre impertinent et intempestif, ni le verbalisme avec le paradoxe. Ces distinctions sont précieuses. Au reste, l’article ne vaut pas un tel débat : il se contente d’aligner les à-peu-près sur le thème du siège, du fauteuil, et ainsi de suite. Il est gentiment creux et banal. 

  • 25 Mars 2011 à 18h21

    Naif dit

    Tiens David Abiker sur Causeur !
    C’est fini ASI ?
    C’est dommage on ne connait que peu de chose sur les “désaccords” entre journalistes, à croire qu’ils sont classés : secret defense. Qui sait… peut être que dans 30 ans nos enfants saurons ?  

  • 25 Mars 2011 à 18h13

    Impat1 dit

    La même expo à la Foire de Trône, aurait été mieux à sa place, non ?

  • 25 Mars 2011 à 17h35

    L'Ours dit

    Voilà qui va alimenter le moulin du mouvement de Nicolas Dupont-Aignan!