Le marché libre ou bien la guerre | Causeur

Le marché libre ou bien la guerre

La seule crise, c’est celle de l’anticapitalisme

Auteur

Georges Kaplan

Georges Kaplan
est libéral.

Publié le 04 octobre 2011 / Économie

Mots-clés : , ,

« Les gouvernements et parlements européens se sont efforcés, depuis plus de soixante ans, de gêner le jeu du marché, d’intervenir dans la vie économique et de paralyser le capitalisme. […] Ils ont dressé des barrières douanières ; ils ont encouragé l’expansion de crédit et une politique d’argent facile ; ils ont eu recours au contrôle des prix, aux salaires minima et aux procédés subsidiaires. Ils ont transformé la fiscalité en confiscation et expropriation ; ils ont proclamé que les dépenses imprudentes étaient le meilleur moyen d’accroître richesse et bien-être. Mais quand les conséquences inévitables de telles politiques […] devinrent de plus en plus évidentes, l’opinion publique ne porta pas son blâme sur ces politiques chéries, elle accusa le capitalisme. Aux yeux du public, ce ne sont pas les politiques anticapitalistes mais le capitalisme qui est la cause profonde de la dépression économique, du chômage, de l’inflation et de la hausse des prix, du monopole et du gaspillage, du malaise social et de la guerre ».

Nous sommes en 1944. Lorsque Ludwig von Mises écrit ces quelques lignes qui introduisent son Omnipotent Government1 où il décrit les causes de la montée du national-socialisme en Allemagne et les politiques qui ont précipité le monde dans une des guerres les plus destructrices de l’Histoire, les gouvernements du monde libre s’apprêtent à parapher les accords de Bretton-Woods qui entreront en vigueur le 22 juillet et négocient les premiers accords de libre-échange − qui seront signés en 1947 à Genève sous le nom de GATT. Pour ceux qui ont vécu l’entre-deux-guerres, cela ne fait aucun doute : si on veut sauver la paix dans le monde, il faut à tout prix éviter un retour au nationalisme économique, au protectionnisme et aux politiques de dévaluations compétitives.

[...]

  1. Omnipotent Government : The Rise of the Total State and Total War ; une excellente traduction est disponible ici
  2. C’est dans ce contexte que Valéry Giscard d’Estaing a fait voter la fameuse loi n°73-7 du 3 janvier 1973 qui interdit au Trésor public de se financer directement auprès de la Banque de France, c’est-à-dire par émission monétaire.
  3. C’est une image ; la monnaie est aujourd’hui essentiellement électronique.
  4. Institut économique Molinari : « Fardeau fiscal de l’employé lambda au sein de l’UE » (juin 2011).
  5. « Tu ne cèderas pas au mal mais le combattras avec courage »

  • causeur 39

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 39 - Septembre 2011

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur 39
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 9 Octobre 2011 à 23h07

      skardanelli dit

      Mangouste, trop crevé ce soir, on aura l’occasion une autre fois, j’imagine. Je ne retrouve pas d’adresse où vous écrire. Vous pouvez m’écrire à skardanelli@gmail.com

    • 8 Octobre 2011 à 10h47

      girafe dit

      Mais c’est quoi Le Capitalisme ? Le marché libre comme le renard dans le poulailler ? Le capitalisme chinois qui se marie si bien avec le marché libre et la dictature héritée du parti Unique ?