Je suis un peu perdu, Le Figaro vote Macron | Causeur

Je suis un peu perdu, Le Figaro vote Macron

Les ambiguïtés du libéral-conservatisme

Auteur

Thibaud Collin

Thibaud Collin
philosophe et auteur de Les lendemains du mariage gay

Publié le 27 avril 2017 / Politique

Mots-clés : , , , ,

Emmanuel Macron au siège du Medef, février 2016. SIPA. 00742927_000034

C’est peu dire que lundi matin j’ai été surpris par l’éditorial d’Alexis Brézet, patron du Figaro. Comment comprendre que quelqu’un qui a tenu une ligne si courageuse sur les questions dites « sociétales » notamment au moment de la loi Taubira, appelle à voter Macron, chantre de la PMA pour toutes et mol adversaire de la GPA, comme l’a rappelé l’autre jour Sylviane Agazinski dans ce même journal ? Comment peut-il refuser de voir que ce deuxième tour pose une question de civilisation et non pas d’abord de simple politique économique ? Ai-je mal lu ?

Les noces du Figaro

Je relis : « Bien sûr, entre la grippe et le choléra, entre la poursuite du déclin hollandais et la catastrophe immédiate – politique, sociale et financière – que serait une sortie unilatérale de l’euro, le choix va de soi. Le projet économique de Marine Le Pen est suffisamment insensé pour dissuader de voter pour elle quiconque serait tenté de le faire pour d’autres raisons.» Alexis Brézet étant certainement un homme d’honneur, doué d’honnêteté intellectuelle, il ne peut être déterminé par des intérêts de carrière. Alors, comment comprendre ce qui m’apparaît être une grave incohérence intellectuelle et morale ? Je continue à chercher. Est-il attaché à ce point à François Fillon qu’il veuille suivre à tout prix sa consigne de vote ?

Alexis Brézet tance pourtant sans ménagement le candidat défait qui s’est révélé, somme toute, un vrai chiraquien en appelant à voter pour son adversaire encore hier honni: « Ne nous y trompons pas : un homme a perdu, victime de ses propres faiblesses, de ses erreurs… » Et de poursuivre : « Mais ses idées n’ont pas été disqualifiées pour autant : c’est cette synthèse libérale-conservatrice qui en dépit de tout, et souvent en dépit de lui-même, a permis à Fillon de tenir dans la tempête ».

Le porte-feuille d’abord?

Ma surprise doit être le signe de ma grande naïveté. Ce que j’ai pris pour une incohérence n’est peut-être en réalité que le déploiement de la logique « libérale-conservatrice » chère à Alexis Brézet. Mais comment interpréter cette expression ? Est-ce un conservatisme libéral ou un libéralisme conservateur ? Et puis, que s’agit-il de conserver et selon quelle hiérarchie ? Manifestement, cette synthèse est ultimement mesurée par le critère économique puisque celui-ci a le pouvoir de disqualifier toutes les « autres raisons » de voter Le Pen ou même de s’abstenir. Je saisis enfin la cohérence qui m’avait dans un premier temps échappée. Il s’agit sans doute de conserver en priorité son patrimoine et ses intérêts économiques ; et si ceux-ci exigent de sacrifier telle ou telle raison « sociétale », nous savons désormais que le directeur du Figaro ne mégotera pas.

Ce deuxième tour est une expérience cruciale révélatrice des pensées profondes de nombre de personnalités dites de « droite » ou « conservatrices ». Le voile se déchire sous mes yeux effarés et décidément bien candides. Ce que je croyais être un engagement dans un combat civilisationnel n’est en réalité qu’une variable d’ajustement d’un combat beaucoup plus fondamental et impérieux, celui pour une libéralisation du marché, une relance de la croissance, la défense de la zone euro, etc. Et donc de son corollaire objectif : « l’individu total » du libéralisme enfin réconcilié dans ses deux versants, économique et sociétal. Si j’ai un dernier doute quant à la pertinence de ma découverte, la lecture du papier de Nicolas Baverez, juste en dessous me l’enlève définitivement. Les litanies hebdomadaires à la Sainte Dérégulation et à la Bienheureuse Transition numérique et robotique sont bien récitées. Comment ai-je pu être aussi aveugle et croire que Le Figaro allait poursuivre le combat de civilisation contre François Hollande, Emmanuel Macron et leurs officines ? L’âme de la France peut attendre ; pas les valeurs boursières.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 1 Mai 2017 à 11h42

      jcm dit

      La droite pense très simplement gagner les législatives une fois débarrassée du handicap Fillon/Pénélope : on va rire !

      Les irresponsables qui ont soutenu Fillon au lieu de voter Nicolas Dupont – Aignan en urgence vont ” pleurer leur mère” !
      Dire que j’ai voté Marine le Pen au lieu de NDA parce que j’avais peur que Marine Le Pen ne soit pas au second tour : je le regrette quand je vois les résultats , mais il est vrai que la réaction contre l’islam a failli être éliminée.

      je voterai Dupont-Aignan les yeux fermés, et j’espère bien qu’il franchira non pas les 5% mais les 10% aux législatives. Lassé de le voir végéter dans les sondages , je n’y croyais plus, et en plus il stigmatisait beaucoup trop Marine le Pen et Philipot dont on sous-estime considérablement la difficulté de la tâche pour affranchir le FN de ses éléments historiques indésirables. Mais cette fois la machine est lancée : si Marine le Pen fait un mauvais score à cause de la défection de l’extrême-droite qui boycotterai Marine Le Pen, il sera alors parfaitement placé pour lancé une OPA sur le FN vaincu.

      Dans un tel objectif , par calcul je pourrais voter Macron pour préparer l’avenir. Mais un mauvais score du FN me parait un danger bien plus important, je voterai donc MLP aux 2 ème tour, et NDA au premier tour des législatives.

      Le Figaro ? Il va perdre la moitié de ses lecteurs. Il va subir le sort du Nouvel Obs.

    • 30 Avril 2017 à 16h09

      araignéedumatin dit

      Du point de vue tactique, je me demande si la droite ne fait pas une autre erreur:
      - vu le peu de cas que font les “libéraux” de la France périphérique, la droite peut très bien se retrouver à appeler un vote Mélenchon contre MLP ou l’inverse dans 5 ans, bonjour la crédibilité
      - Une Marine élue devra très certainement cohabiter, ce qui – en plus de limiter les choix extrêmes avec lesquels on est d’accord ou pas – pourrait faire tanguer son parti (dont elle ne sera sans doute plus présidente) au point de redonner une place entière à la droite ensuite

    • 30 Avril 2017 à 12h22

      José Bobo dit

      Et nous n’avons pas encore tout vu. Depuis bien longtemps, sans doute depuis la création de son mouvement, la stratégie de Macron et de ses soutiens est d’organiser dès sa victoire au second tour une grande alliance composée des députés sortants “de droite ET de gauche” derrière le nouveau président. Ces députés devront abandonner leur anciennes étiquettes partisanes (sauf pour le Modem qui a négocié son accord en amont) pour se présenter sous les couleurs du mouvement “En Marche” et ainsi assurer une confortable majorité à la chambre à Chouchou. Ne soyons pas étonnés si nous voyons s’y précipiter tout ce que notre démocratie avancée compte de « Les Républicains » modérés arrivistes et carriéristes ainsi que toute la vieille garde du PS, sans parler de l’UDI et autres radicaux. Par ici la bonne soupe ! Macron est pour ces politiciens professionnels l’occasion inespérée de garder pendant encore au moins 5 ans leurs fonctions d’édiles et les privilèges qui les accompagnent. Et comme la plupart ne sont pas très jeunes, eh bien, après eux le déluge…
      On verra ainsi se rétrécir pitoyablement le nombre des candidats “issus de la société civile” qui devaient se présenter pour soutenir Macron et ils seront remplacés par de vieux routards patelins, véritables maquignons de la politique tripatouilleuse. Le tableau sera alors complet et l’entourloupette apparaîtra au grand jour : sous prétexte de renouvellement de la classe politique Macron aura bâti une “Arche de Noé” destinée à recueillir tous les politiciens rassis de notre beau pays. Le fameux UMPS aura enfin officiellement vu le jour sous le nom de “En Marche” ! Après la confusion et le brouillard viendra enfin le temps de la clarification.

      • 30 Avril 2017 à 17h37

        Blablioco dit

        Excellent bien que consternant tant cela préfigure les 5 prochaines années…

    • 29 Avril 2017 à 19h38

      drareg71 dit

      MEEUS et sa clique ont défendu MACRON et combattu FILLON durant toute la campagne, pourquoi ces enfoirés changeraient aujourd’hui.
      Ils sont JUPPE istes et donc aujourd’hui MACRON’istes….. Tous pourris et les journaleux encore plus que les autres…..

    • 29 Avril 2017 à 19h35

      Brice Briselances dit

      Selon la métaphore bernanosienne, en dernière instance, le Bourgeois -le progressiste comme le réac- défendra toujours ce qui brille dans les cimetières sous la lune : ses coffres où il aura placé les seules vraies valeurs qu’il soit en mesure de défendre. Cette élection est bien plus évidemment qu’une autre, une épreuve de vérité.

    • 29 Avril 2017 à 13h14

      isa dit

      Ben le Fig n’est pas Rivarol, oh!

    • 29 Avril 2017 à 12h06

      Pol&Mic dit

      hum….. en eût-il été autrement ???????

    • 29 Avril 2017 à 10h57

      Hannibal-lecteur dit

      Mais, mais…M. T. Collin, bravo, vous venez de comprendre quelque chose, c’est merveilleux d’accéder comme ça brutalement à une vérité qui vous échappait jusque là ! 
      Car jusque là, à vous lire, vous pensiez que le combat pour la “civilisation” comme vous dites passait avant le combat politique. C’est bien de reconnaître la stupidité d’une telle conception. Pour trouver de bonnes solutions aux problèmes de société il est essentiel, c’est une évidence qui n’aurait jamais dû vous échapper, essentiel que la société fonctionne normalement c’est -à-dire avec une économie prospère. Et ça c’est la politique qui le permet ou l’interdit comme sous Hollande, avec cette stupidité qui s’ajoute à la précédente que l’impuissance à bien gérer l’économie conduit à la gestion calamiteuse de la société, par compensation, hein, pour camoufler l’impuissance économique.
      Alors pas de regrèts, votez politique d’abord puis agissez sur vos élus pour la société qui vous convient, ce sera le bon moment.

    • 29 Avril 2017 à 9h36

      Carol Langloy dit

      Vous croyez que les habitants de la Syrie ou du Rwanda se soucient de la GPA ? Sans moyens, sans une économie florissante, le seul souci est de savoir si mes enfants vont manger demain. Il faut donc voter Macron pour conserver sinon améliorer la richesse que nous avons , mais qui s’envolerait très vite, si MLP était élue. Après, on pourra parler de GPA, PMA, mariage pour tous, réchauffement climatique, immigration , etc…Et avoir des soucis de riches !

      • 29 Avril 2017 à 9h47

        Laurence dit

        L’immigration… un souci de riches ? c’est vrai il faut se mettre à leur place, trouver des esclaves corvéables à merci, ce n’est pas toujours simple. Mais grâce à Macron, tout cela deviendra un jeu d’enfants trop bien nourris. Inch’allah.

      • 30 Avril 2017 à 12h30

        José Bobo dit

        Je vois d’ici vos enfants assis par-terre dans la poussière, le ventre gonflé et la peau qui se desquame par plaques à cause de la malnutrition et je ne peux retenir mes sanglots hoquetants… Vous avez raison Mme, il faut voter Macron, comme ils le font si sagement au Rwanda et en Syrie ! Ne serait-ce que pour sauver vos enfant d’une terrible mort par inanition !

    • 29 Avril 2017 à 9h15

      pekpat dit

      Le Figaro a bien raison de choisir Macron contre Le Pen ; c’est un choix de raison. Le Pen serait une catastrophe pour le pays tant sur le plan économique que sur le plan politique. A l’international ce serait la disqualification de le France pour des années! Le Figaro soutient une ligne économique libérale qu’incarne en plus modéré E.Macron. On est dans la cohérence pas dans la trahison!

      • 29 Avril 2017 à 14h17

        flophi dit

        Il n’est pas tolérable de prendre position pour une resucée de Hollande, qui n’a rien démontré pendant ces 5 dernières années, si ce n’est de l’incompétence.
        J’entends fort bien que le Figaro n’avait pas à soutenir Le Pen, et je comprends cela sans problème.
        Mais de là, à faire comme Fillon, merci bien.
        Il est un fait que ce journal, à l’instar de ses confrères a des subventions à conserver, et la gamelle est toujours bonne à avaler.
        Par ailleurs, et par bien des aspects, le journal en question (dont j’étais lectrice jusqu’à cet hiver depuis 1981) s’est lentement mais sûrement boboïsé, à l’exception des intervenants du Figaro Vox, mené par l’excellent Alexandre Devecchio.

      • 30 Avril 2017 à 12h50

        José Bobo dit

        Le Figaro a le droit de choisir de soutenir qui il lui plait. De même Fillon (pour lequel j’ai voté trois fois en six mois), Sarkozy, Juppé, Villepin, Barouin, Coppé, NKM, l’infâme Raffarin, l’immonde Debré… j’en passe et des centaines, ont parfaitement le droit de nous appeler à voter Macron. Il faut simplement qu’ils se rendent compte qu’en faisant cela ils nous démontrent une fois pour toute qu’ils considèrent non-seulement que les choix sociétaux de la droite comptent moins pour eux que la croissance économique mais surtout que leur carrière politique personnelle passe avant le choix de société auquel ce scrutin nous convie.
        Ils se révèlent ainsi encore une fois n’être que des politicards carriéristes qui ont choisi la droite de manière opportuniste, parce que lorsque l’on fait de la politique on doit bien choisir un camp ou un autre. Le parti “Les Républicains” n’était pas mort avant cette élection, il n’était même pas mort de la défaite de Fillon, ce qui le tuera est ce ralliement quasi-immédiat de tous ses caciques à Chouchou, leur adversaire.
        La décomposition politique à laquelle nous allons assister sous la présidence Macron sera celle de l’ère Hollande à la puissance 10, on peut toutefois espérer qu’elle nous amènera enfin la clarification dont notre pays a cruellement besoin !

      • 2 Mai 2017 à 10h50

        Laocoon1 dit

        Bien observé!
        Mme le Pen et son programme élastique, qui commet des erreurs ”volontaire”
        Mme Le Pen, candidate FN à la présidentielle française, dans l’émission «Elysée 2017» sur TF1 mardi
        Pour défendre son «protectionnisme intelligent», la candidate du Front national a martelé que le taux moyen de protection douanière pour les produits agricoles importés en Suisse était de 55%. Faux, répond l’OFAG!
        «La Suisse, par exemple, ses barrières douanières en matière d’agriculture sont de 55%.»
        Faux. «Marine Le Pen ne s’est pas bien informée et donne une impression complètement fausse» du système helvétique, a expliqué à la RTS Reto Strebel, de l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG). Il n’y a pas de droits de douane uniques et fixes en Suisse sur les produits agricoles. Ils sont établis par l’OFAG pour chaque produit agricole et varient en fonction des produits et du marché. Le principe est que si les agriculteurs suisses produisent assez pour couvrir la demande des consommateurs, l’importation va être très fortement taxée. A l’inverse, quand la production nationale n’est pas suffisante, les droits de douane sont faibles. Et selon les calculs de la RTS, le taux moyen pour l’ensemble des importations de produits agricoles a atteint 5,1% en 2016, un chiffre dix fois inférieur à celui invoqué par Marine Le Pen. (Tribune de Genève)

        http://www.tdg.ch/news/standard/Quand-Marine-Le-Pen-se-trompe-sur-les-chiffres-/story/31646008
        A cours d’idées, elle plagie les discours de F. Fillon. Elle brasse du vent , des slogans, des petites phrases ironiques . Le grand vide quoi!
        C’est pour E. Macron que je voterai même si ce n’est pas un choix de cœur, mais un choix de raison .
        La France mérite mieux que d’être gouvernée par des apprentis sorciers .

    • 29 Avril 2017 à 7h19

      Pol&Mic dit

      il est (ou sera) comme tous ceux qui l’ont précédé !

    • 28 Avril 2017 à 22h58

      Brice Briselances dit

      Eh oui, Monsieur Thibaud Collin, Le Figaro est le journal de la bourgeoisie, et les bourgeois de tous bords soucieux avant tout de leurs intérêts, rallient l’élu du trucage universel ! Est-ce vraiment étonnant ? Est-ce bien nouveau ?

    • 28 Avril 2017 à 21h51

      Lecoeuretlaraison dit

      Jean d’Ormesson vote Macron, le liquidateur de notre patrimoine, Jean-Marie Rouart (académicien) donnera aussi sa voix à celui qui ne connaît pas de culture française.
      Tout cela au nom des “valeurs” . Mais lesquelles bon Dieu ? 

      • 28 Avril 2017 à 21h59

        radagast dit

        Ormesson il ne faut pas lui en vouloir , il a épousé les sucres Beghin-Say et aspire à terminer ses jours tranquillement en rêvant de Venise .
        De plus ce descendant d’une illustre famille a toujours aimé la coquetterie de manifester contre ses origines.
        C’est un peu comme Castelneau mais plus à droite.

      • 2 Mai 2017 à 11h02

        Laocoon1 dit

        Vous avez certainement oubliez ce que l’on apprend en philosophie sur ”les valeurs ”. consultez les livrets sur le sujet: presses universitaires de France.
        bonne lecture.

    • 28 Avril 2017 à 20h06

      BonneCause dit

      C’est un peu comme avant la 2eme guerre mondiale, les Français ne voulaient pas la guerre et ils l’ont eu …
      A un moment si on ne s’occupe pas du peuple, il deviendra incontrolable.
      Et si on pense qu’un produit de l’ENA, Banque Rotschild est de nature à rassurer le peuple, Waouh !
      Pour qui roule Macron ?
      Est ce que le Figaro pourrait faire son travail ou il y a une “pause” éthique pendant encore 10 jours ?

    • 28 Avril 2017 à 19h06

      QLURON dit

      Eh Oui, même J d’Ormesson se prononce Pour Macron. C’est bien l’affaire des finances de chacun qui domine tous les éléments des enjeux.

      • 28 Avril 2017 à 20h07

        BonneCause dit

        Il faut bien financer “du pain et des jeux” ….
        Quelle belle démocratie !