Mail Facebook Twitter RSS

Inscrivez-vous à la Newsletter

Recevez chaque lundi la synthèse de l'actualité de toute la semaine



X

Le chaos syrien s’invite au Liban

Du rêve de la grande Syrie au cauchemar du grand Liban

Publié le 14 mai 2012 à 16:15 dans Monde

Mots-clés : , , , , ,

A intervalles réguliers, Damas se rappelle au bon souvenir de Beyrouth. Depuis la mort de Rafic Hariri en 2005, le champ politique libanais se scinde en deux camps antagoniques structurés autour du rapport à la Syrie : la coalition « antisyrienne » du 14 mars (constituée autour de Saad Hariri et ses alliés chrétiens : Forces Libanaises de Samir Geagea, Phalanges de la famille Gemayel, etc.) s’oppose au groupe « pro-syrien » du 8 mars (bâti autour de l’axe christiano-chiite Hezbollah-Courant Patriotique Libre de Michel Aoun, élargi au Baath libanais et au Parti Social-Nationaliste Syrien). Et les multiples revirements du très velléitaire chef druze Walid Joumblatt (Parti Socialiste Progressiste) confirment cette bipolarisation en défaisant régulièrement des gouvernements qui additionnent les intérêts claniques. Le temps où les cabinets ministériels se formaient dans les ambassades n’est pas si loin : dans chaque camp, les ingérences étrangères vont bon train, le 14 mars bénéficiant de l’appui « occidental » et du soutien de l’Arabie Saoudite, très liée à la famille Hariri tandis que le 8 mars s’appuie sur le patronage de la Syrie et de l’Iran.

Mais depuis mai 2008 et l’éphémère « conquête » de Beyrouth-Est par le Hezbollah, à la moindre escarmouche interconfessionnelle, l’ensemble des forces politiques craint la résurgence de la guerre civile qui a ensanglanté le pays quinze ans durant. Aussi, les différentes parties en présence manient à la fois des slogans belliqueux et une rhétorique artificielle de l’apaisement, se disant « unitaires pour deux » pour conjurer le spectre de la discorde interconfessionnelle.

Fondamentalement, au-delà des rivalités de personnes, de clans, d’alliances et d’intérêts, qui ne sont pas à sous-estimer, 14 mars et 8 mars défendent deux visions opposées de la nation. Pour le libéral Saad Hariri, le « pragmatisme » mercantiliste est de mise. Il s’agit avant tout de reconstruire une économie prospère sur les décombres de l’ancienne « Suisse du monde arabe » tout en assurant la sécurité des deux frontières sensibles (avec la Syrie et Israël). La paix par le doux commerce et le doux commerce par la paix : voilà qui correspond assez bien aux vœux des grandes institutions internationales. En face, l’alliance du général Aoun avec le Hezbollah ne se cantonne pas à la claire désignation d’un ennemi (Israël) comme ciment de l’unité nationale. Plus profondément, Aoun, qui se réclame un peu abusivement de l’homme du 18 juin, a toujours prôné le dépassement du confessionnalisme au nom d’une haute vision de l’intérêt national. Celui qui organisait des régiments mixtes islamo-chrétiens lorsqu’il commandait l’état-major de l’armée, a scellé une « entente » avec le parti de Dieu chiite pour bâtir une nation arabe fière et indépendante. L’idée d’une nation en armes se rapproche de la Syrie baathiste dont l’unité réside sur deux pôles infrangibles : l’arabité et l’opposition à Israël.

C’est dans ce contexte qu’il faut appréhender les violents affrontements de Tripoli, au nord du Liban. Sans sombrer dans l’essentialisme, on peut néanmoins calquer un schéma politique sur les échauffourées qui opposent régulièrement deux communautés tripolitaines : sunnites et alaouites1. Côté face, les premiers affirment leur allégeance à la famille Hariri mais côté face, une frange non négligeable d’entre eux manifeste sa solidarité avec des groupes terroristes jihadistes qui officient des deux côtés de la frontière. D’après le quotidien An-Nahar, les émeutes qui ont fait trois mots à Tripoli font suite à l’arrestation d’un jeune jihadiste. Sous l’étendard noir des salafistes, des groupes sunnites ont bloqué plusieurs routes et essayé d’attaquer le siège local du Parti Social-Nationaliste Syrien (PSNS) pour protester contre l’inculpation d’un des leurs.

Et les tensions ne s’arrêtent pas là. Au sein même du gouvernement, le ministre sunnite des Finances Mohamed Safadi, issu du Bloc Tripolitain, dénonce carrément un « leurre » des services de sécurité, voyant dans l’arrestation du jeune homme une manœuvre dilatoire de l’appareil d’Etat en direction de son ancien parrain syrien. En appelant à la libération immédiate du suspect, il fragilise un gouvernement miné par les divisions à force de ménager la chèvre et le chou. Depuis le déclenchement de la révolte syrienne, le cabinet Mikati – à dominante prosyrienne- multiplie en effet les gestes contradictoires pour ne pas s’aliéner l’ancien allié syrien tout en ménageant les susceptibilités occidentales.

Ainsi, il y a deux semaines, l’arraisonnement d’un navire transportant des armes destinées aux rebelles syriens, n’a fait qu’accroître les débats quant à la politique à suivre vis-à-vis de Damas. Il semblerait que les appels à la neutralité cachent mal l’érosion des institutions nationales, à commencer par le président de consensus Michel Sleiman lassé des querelles politiciennes nourries par les attaques incessantes de Michel Aoun contre sa personne. Les événements de Tripoli révèlent aussi les dissensions entre des services de sécurité sans doute infiltrés par des agents syriens et des forces armées en quête d’un impossible intérêt national.

Hélas, l’éclatement larvé de la Syrie actuelle contamine chaque jour un peu plus un Liban déjà affaibli par les différends interconfessionnels. Dans la ville frontière de Zeita, où la contrebande d’armes bat son plein, un groupe syrien anti-Assad aurait récemment enlevé cinq citoyens Libanais qui s’opposaient à leurs agissements. En guise de rétorsion, les familles libanaises ont capturé une quinzaine de leurs voisins syriens, mettant un peu plus d’huile sur le feu de cette vendetta transfrontalière.

Avec des élections législatives l’an prochain à Beyrouth, on peut raisonnablement craindre la déflagration de la mosaïque religieuse qui unit Syrie et Liban. Sans jouer les Cassandre, comment ignorer que le vieux rêve d’une Grande Syrie cède progressivement la place au cauchemar balkanisé d’un immense Liban régional ?

  1. Concentrés dans le Jebel Mohsen
Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !
Participez au développement de Causeur, faites un don !

voir les commentaires / réagir         envoyer
 

A lire sur Causeur.fr

La rédaction de commentaires nécessite d'être inscrit

48

Déjà inscrit, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 
  • 16 Mai 2012 à 9h09

    Bibi dit

    Solo mio,

    C’est gentil de vouloir défaire les frontières et les accords d’il y a près d’un siècle, quand bien même certaines idées d’alors se sont avérées très naïves (cf. ex-Yougoslavie). 
    Et ce n’est pas tant une question confessionnelle (observez par ex. les comportements Druzes) que d’une culture qui ne se prête pas très bien à une structure d’état, et encore moins à celle d’un état démocratique.
      

    • 16 Mai 2012 à 13h12

      Saul dit

      ah mais je suis d’accord, surtout la culture ne se prêtant pas aux structures d’un état démocratique, justement le Liban ne semble pas non plus s’y prêter vu qu’ils n’arrêtent pas de se mettre sur la tronche (Sur la Yougo, bien que ce soit les même peuples à l’origine, le processus de construction nationale de chaque partie n’a pas été prise en compte. On n’a pas vu, ou voulu voir, qu’au moins deux nations s’étaient constituées)

  • 15 Mai 2012 à 18h25

    kacyj dit

    “ben tout simplement parce que c’est les mêmes peuples, c’est ausi con que ça. et puis si on prend en compte les confessions religieuses, ce qui est tout de même assez débile, vu que la majorité des populations sont musulmanes,”

    Un peu faiblard votre argument Saul
    Réunissons dans ce cas la Wallonie, la Suisse romande et une partie du Luxembourg à la France…
    Je sais que certains ne seraient pas contre mais bon 

    • 15 Mai 2012 à 18h42

      Saul dit

      ben je ne trouverais pas ça si stupide, vu que ce sont tous des “Français”… (mettons fin une bonne fois pour toutes à ces absurdités historiques ! ;-)
      après tout on l’a bien fait pour les Allemands

      (vous avez oublié le Val d’Aoste…)

      • 15 Mai 2012 à 19h01

        kacyj dit

        Oh, c’est fini le Val d’Aoste. Les petits jeunes parlent plus beaucoup le français.  
        Mais on peut prendre Monaco :)

      • 15 Mai 2012 à 19h24

        Fiorino dit

        Kacji,
        Ils parlent l’italien comme langue véhiculaire, mais ils conaissent parfaitement le français.

      • 15 Mai 2012 à 19h26

        Fiorino dit

        En peu comme en corse si vous voulez.

      • 15 Mai 2012 à 20h06

        Saul dit

        ah oui c’est vrai Monaco, bien vu .
        normalement c’est prévu si le prince régnant n’a pas de successeurs, la principauté redevient française.
        je ne connais pas les lois de successions monégasques, mais si c’est la primogéniture mâle, l’a interet à se depecher le Albert…. (d’un coté, nos gouvernants trouveront bien une solution pour empecher ça, c’est si pratique un paradis fiscal rien qu’à nous :-)

      • 15 Mai 2012 à 20h12

        Fiorino dit

        Mais c’est pas pour les français le paradis fiscal. C’est pour les italiens, les anglos etc. Je ne me rappele plus mais il y a des accrods fiscaux entre la France et Monaco. C’est plutôt que ça absorbe pas mal de main d’oeuvre française qui a la priorité avant les italiens (qui de toute façon sont souvent dans des tâches de nettoyage). Sans compter les pompiers francçais, la police recturer majoritairement dans la région de toulouse, en revanche pour les vigiles je croit qu’une partie doit être italienne.

      • 16 Mai 2012 à 13h08

        Saul dit

        Fiorino,
        justement ces accords fiscaux rapportent pas mal à la France, je n’ai plus le détail en tête, mais une partie des revenus fiscaux de la principauté reviennent à la France, d’où l’interet qu’il y ait une zone “riche” enclavée et officiellement non régie par les lois françaises. En réalité Monaco est surtout une sorte de protectorat français, leur premier ministre est en général un Français choisi par le gouvernement français (la plupart du temps c’est un ancien préfet des Alpes Maritimes ou du Var).
        je ne savais pas pour les pompiers et les flics, j’ai connu un gars qui bossait là bas dans l’hotellerie, et il disait que l’emploi était réservé en priorité aux Monégasques, ce qui fait que c’est eux qui avaient les postes les plus prestigieux et les mieux rémunérés (par exemple les directeurs d’hotels, même s’ils n’ont aucune compétence dans ce domaine).
        Sur la sécurité et la police, il parait que ça ne rigole pas vraiment là bas (un autre pote me racontant comment il s’était fait courser par des vigiles, parce qu’il avait pissé dans la rue, et ces derniers frappant à coups de matraques la porte d’un hall derrière laquelle il s’était réfugié….tendus les gonzes)

      • 16 Mai 2012 à 13h21

        Fiorino dit

        Saul pour le premier ministre je ne savais pas, en revanche le ministère du travail est rattaché au ministère français. Non les monégasques n’ont pas forcement les meilleurs emplois, il y en a pas mal qui travaillent comme ouvriers ou serveurs, et bcp sont modestes et sont même obligé d’aller habiter ailleurs vu les prix des loyers. La police est presque entièrement toulousaine je ne sais pas s’il y a un accord la dessous. Après si le monégasque a fait des études supérieurs bien sûr les postes dans l’administration et dans la santé lui sont reservés en priorité, je crois même que dans les banques on peut travailler mais pas avec un CDI si on n’est pas monégasque. C’est un Etat libérale sur le plan économique (ultraflexibilité dans l’emploi) mais la sécu monégasque rembourse à 100%, la France paye tout de même l’assedic aux chômeurs. La Police bien sûr sa rigole pas, en tout cas les français qui sont à monaco détestent en général la France. Mon patron disait souvent au clients: madame on n’est pas en France…

  • 15 Mai 2012 à 1h25

    DaoudBoughezala dit

    Bibi : c’est la mosquée des Omeyyades, bâtie sur une église, elle-même édifiée à l’emplacement de l’ancien temple de Jupiter. La tête de Saint-Jean y serait toujours enfouie, c’est aujourd’hui un sanctuaire dans lequel les pèlerins, souvent chiites, glissent des billets qui vont dans la poche du ministère des affaires religieuses. 

    • 15 Mai 2012 à 11h52

      Bibi dit

      Merci Daoud. Avant encore c’était un temple araméen dédié au dieu Haddad.
       

      • 15 Mai 2012 à 14h59

        Saul dit

        c’est bien ce que je disais, juste une vague confessionnelle parmi tant d’autres

      • 15 Mai 2012 à 15h25

        Fiorino dit

        Qui est tout de même antécedent eà celle de l’islam donc on ne voit pas très bien pourquoi le liban devrait être annexé à la Syrie pour vivre en un Etat totalitaire. D’autant plus que le secteur du tourisme contrairement à ce que tu dis se porte tojours très bien:
        http://www.lecommercedulevant.com/node/20348

      • 15 Mai 2012 à 16h24

        Saul dit

        ben tout simplement parce que c’est les mêmes peuples, c’est ausi con que ça. et puis si on prend en compte les confessions religieuses, ce qui est tout de même assez débile, vu que la majorité des populations sont musulmanes, alors….

        quant au tourisme, renseigne toi sur ce qu’il était avant la guerre civile…10% du PIB c’est bien, mais ça représentait plus que ça naguère.
        ah la culture internet…

      • 15 Mai 2012 à 16h32

        Fiorino dit

        Tiens je ne savait pas que les sciites du liban était des alawites et puis tu me parle de culture internet? Desolé, mais le Liban reste une destination touristique et commercial très prisé, et il y a une vivacité culturelle qui n’existe absolument pas dans les autres pays arabes. Quand au sunnites libanais ils ont très peu de choses en commun avec les sunnistes syriens, car ils ont fait le choix de la culture occidentale. Les élites sunnites ont été souvent éduqué chez les gesuites et ils sont bcp plus proches des chrétiens aujourd’hui que des sciites ou pire des sunnites syriens. Sans compter qu’au liban 10% de la population est palestinienne et qui ne s’est pas intégrée. Non saul le liban n’a rien à voir avec la Syrie.

      • 15 Mai 2012 à 16h51

        Saul dit

        je vois que tu ne connais pas vraiment les Syriens….

      • 15 Mai 2012 à 16h59

        Saul dit

        quant aux alaouites (qui empreinte pas mal au chiisme efectivement…) ce n’est qu’une minorité parmi tant d’autres en “Syrie”. pays dans lequel l’on retrouve aussi des Druzes, tout comme au Liban.
        l’on retrouve dans la société libanaise les mêmes structures claniques et familiales qu’en Syrie.
        sans compter la proximité linguistique et culturelle (c’est quasiment la même langue, la même bouffe etc)

      • 15 Mai 2012 à 17h07

        Fiorino dit

        Les alawites ont été accepté au forceps comme sciites mais ils sont considéré comme une secte dans l’immaginarie commun. Dire qu’ils sont une minorité parmi d’autres alors qu’ils representent 80% de l’armée c’est tout de même assez étrange pour qulqu’un qui prétend bien connaître la Syrie. Je ne comprend pas comment on peut considerer que des gens qui ont vecu sous un régime totalitaire puissent aujourd’hui avoir la même mentalité des libanais qui ont vecu dans un Etat certes bordélique mais ou il y a aussi bcp de libertés.

      • 15 Mai 2012 à 17h19

        Saul dit

        qu’est ce que tu ne comprends pas dans
        “ce n’est qu’une minorité parmi tant d’autres en “Syrie” ?

        que c’est justement une minorité, et pas une majorité ?

        ils ne représentent pas 80 % de l’armée (mais où vas tu chercher tout ça ?) mais les unités d’élite de l’armée, c’est légèrement différent (d’ailleurs pour ça que ce sont surtout elles qui dirigent la répréssion, les autres unités étant mises à l’écart).
        mais les alaouites ne dirigent pas tout : l’armée de l’air par exemple est dirigée (ce qui est parait il traditionnel là bas, dans une optique de partage des pouvoirs un truc comme ça…très libanais comme système ! ;-) ) par des sunnites qui composent l’état major et la plupart du corps des officiers de cette arme….
        en Syrie, en grossissant le trait, les minorités, dont les chrétiens, soutiennent le pouvoir, par crainte de la majorité sunnite (en grossissant le trait :par exemple les Kurdes sont plutôt anti Assad, et l’on trouve pas mal de sunnites du coté du pouvoir)

        de plus ce n’est pas le fait de vivre sous une dictature ou un régime de “liberté” (ce qui n’est pas faux, mais assez” comique pour le Liban, c’est une république bananière, les élites sont corrompues comme c’est pas possible.. c’est du aussi à une sorte de spécificité locale, pour le coup, tout le monde magouille plus ou moins) qui suffit pour decreter que ça fait automatiquement 2 nations.
        à ce compte là, la RDA n’aurait jamais du être réunifiée avec la RFA….

      • 15 Mai 2012 à 17h31

        Fiorino dit

        C’est vraiment n’importe quoi saul, l’armée syrienne est bien composé à 80% d’alawites, et bien sûr en Syrie la corruption n’existe pas Quan à la comparaison avec l’Allemagne elle est ridicule pourquoi l’Autriche aussi devrait être réunifié avec l’Allemagne? Le libanais ont aujourd’hui une histoire et une culture différent des syriens. Les Kurdes au liban n’existent pas et pour l’instant ils ont viré plutôt pour assad dans la mésure ou assad leur permet des actions de retorsion contre la Turquie (même si bien evidemment ne sont pas des citoyens à part entière il n’existent même pas sur le papier) Franchement avec ces genres de commentaires tu montre bien ton côté alliance des emergents contre l’occident, toujours au côté de chavez de la russie qui a une base en Syrie ce qui n’est pas le cas au liban. A la limite c’est putôt la Syrie qui devrait être demembrée pour pouvoir permettre la constitution d’un etat alawite et chrétien, et laisser les sunnites à leur délirs islamistes. A ce propos mis à part chez les palestiniens au liban l’islamisme n’a aucune emprise sur la population sunnite.

      • 15 Mai 2012 à 18h00

        Saul dit

        bon on va reprendre :
        l’armée syrienne est une armée de conscription, c’est à dire que dans ce pays il y a un service militaire obligatoire.
        sachant que les Alaouites doivent représenter dans les 10% de la population, sauras tu ami lecteur deviner la tendance à la proportion d’Alaouites dans l’armée syrienne ?
        oui là bas au fond ? 80 % tu dis ? alors tu as de sérieuses lacunes en mathématiques ami lecteur…

        ce qui n’empeche pas, comme déja dit, que les Alaouites sont concentrées dans les unités d’élite, c’est à dire les plus entrainées et les mieux équipées…..et que les Sunnites sont plutôt affectés à des unités sous équipés et avec un armement de merde…
        sauras tu ami lecteur quelle type d’unités sera choisi pour mener la répression ?
        sachant aussi que l’habitude a été mise dans la plupart des unités terrestres de mettre un chef de corps alaouite et un adjoint sunnite, ou vice et versa (comment ça,ça te fait penser au Liban ?).
        mais il est vrai que les Alaouites sont sureprésentés dans le corps des officiers par rapport à leur poids démographique.

        Quant aux Kurdes qui seraient alliés à Assad, contre la Turquie c’est vrai, mais dans le pays le même pouvoir leur en met plein la tronche pour éviter quils leur prennent des idées saugrenues type revendications nationales etc…
        c’est compliqué l’Orient…

        ne va jamais là bas Fio, ton cerveau si manichéen n’y résisterait pas face à un apparent illogisme qui impregne toute cette région
        “Quan à la comparaison avec l’Allemagne elle est ridicule ”

        oh ça explose juste l’argument des différences crées entre population vivant sous dictature et une autre sous démocratie….l’aurait fallu démontrer en quoi c’était ridicule…

        “pourquoi l’Autriche aussi devrait être réunifié avec l’Allemagne?”

        ça aurait du.. c’est des Allemands, et beaucoup se considèrent comme tel… regarde dans le Trentin Haut adige, on parle bien d’une minorité allemande, et non autrichienne…

        “Franchement avec ces genres de commentaires tu montre bien ton côté alliance des emergents contre l’occident, toujours au côté de chavez de la russie qui a une base en Syrie ce qui n’est pas le cas au liban”

        là c’est “je part en live tout azimuth” en mode on

        “A la limite c’est putôt la Syrie qui devrait être demembrée pour pouvoir permettre la constitution d’un etat alawite et chrétien, et laisser les sunnites à leur délirs islamistes.”

        le démembrement a déja été éffectué sous le mandat (le seul résultat qui a perduré c’est le Liban justement), la Syrie actuelle était divisée en plusieurs états

      • 15 Mai 2012 à 18h12

        Fiorino dit

        Saul je pas le temps de repondre à un aussi long message. J’ai des amis qui vont regulièrement au Liban et une cousine fiancé avec un libanais. Le liban a tissé des liens avec les pays européens, bien sûr la France mais aussi l’Italie sans parler des USA que les syriens expatriés n’ont pas pu tisser à cause du regime. C’est justement parce que mon cerveaux n’est pas manichéen que je pense que les différences entre un sunnite et un chrétien libanais sont vraiment mince, d’une certain façon même avec un chiite libanais de l’élite. Or au liban ce sont les chiites qui forment le proletariat pauvre en Syrie les sunnites! Si on raisonne comme toi sur l’allemagne à ce moment là il faudrait unifier tout le monde arabe je te rapelle que la langue officielle de la mauritanie jusqu’à l’Iraq est l’arabe. Le liban pouvait devenir l’Etat des chrétiens d’orient s’il avait été soutenu des chrétiens d’occident de la même façon que les juifs ont soutenu Israël, mais le pape JP2 pour des raisons inconnus à toujorus préféré s’en prendre à Israël plutôt qu’au monde musulman.

      • 15 Mai 2012 à 18h29

        Saul dit

        “la langue officielle de la mauritanie jusqu’à l’Iraq est l’arabe.”

        ouais enfin c’est pas vraiment le même…un Libanais (et j’en connaissais aussi…) aura du mal à piger ce que lui jacte un Mauritanien.

        le problème du Liban en tant qu’Etat Chrétien aurait pu être faisable, mais comme je le disais plus bas, il aurait alors du être plus petit et réduit sur les territoires majoritairement et massivement chrétiens….ce qui du coup ne l’aurait pas rendu viable !
        le problème est un cercle vicieux. Les Français avait agrandi le pays en lui avait adjoignant des territoires à majorité musulmane (comme la Beeka et certaines villes du littoral) pour en faire un Etat potable. Agrandissement fait au maximum tout en faisant gaffe que les chrétiens restent majoritaires. Ils ont donc fait un Etat tout juste majoritairement chrétien. Ce qui ne pouvait qu’être source de problèmes futurs vu la démographie musulmane plus dynamique que les chrétiens. Ce dont chrétiens et Français avaient parfaitement conscience, aussi ils ont fait des institutions sur mesure du genre le président élu est toujours un chrétien, le premier ministre un sunnite, et pour les chiites, je ne sais plus quel poste.
        sur le papier, ça le fait, mais dans la réalité ça ne pouvait que susciter des rancoeurs de part et d’autres.

        tu as raison sur le peu de différences entre les différentes composantes du Liban, mais on retrouve aussi ce peu de différence avec les “Syriens” (qui est aussi un merdier pas possible question composition).
        le problème est est ce qu’il y a une nation libanaise ? à mon avis oui, mais là aussi ça n’a pas l’air d’être si franc que ça, la population semblant divisée entre pro et anti syriens (car il existe une très forte proportion de Libanais qui verraient d’un très bon oeil de se faire annexer par la Syrie)

      • 15 Mai 2012 à 18h37

        Fiorino dit

        Bien sûr qu’un libanais ne comprend pas ce que racconte un marocain, on en a fait l’experience, mais à l’écrit c’est tout de même l’arabe classique puis au moyen orient je pense que mis à par l’iraq et le kuwait ils se comprennent très bien entre eux. Sur la mauritanie j’ai en doute dans la mésure ou cet état ou on la France apparament soutient la minorité arabe tout de même le français à l’air de se développer bcp plus comme langue véhiculaire de la majorité noire ou métisse.

      • 15 Mai 2012 à 18h45

        Saul dit

        sur l’arabe classique, je ne suis pas sur.
        j’avais un ami libanais au collège (un ancien combattant maronite…13 ans !).
        il prenait des cours d’arabe classique, et il me disait qu’il ne comprenait rien
        (d’autres me disaient que l’arabe classique, c’est en gros l’équivalent de notre latin)

      • 15 Mai 2012 à 18h50

        Fiorino dit

        En tout cas la chaîne al jazeera pour la comprendre il faut bien comprendre cet arabe là classique ou pas. Parce que les maghrébins français généralement n’y comprennent rien donc si les maghrébins du maghréb se tournent vers cette chaîne ça veut dire qu’à l’école ils ont eu une instruction conséquente.

      • 15 Mai 2012 à 18h55

        Saul dit

        tout à fait, comme tu dis l’instruction a du jouer.

  • 14 Mai 2012 à 22h45

    Bibi dit

    Solo mio,

    L’exemple libanais est riche d’enseignements sur une société multi-culti.  
     

    • 15 Mai 2012 à 14h57

      Saul dit

      justement…

      • 15 Mai 2012 à 15h28

        Fiorino dit

        Justement quoi? ça ne justifie pas l’annexion à la Syrie qui est un autre société multiculturelle qui ne se porte guère mieux si non pire.

  • 14 Mai 2012 à 21h30

    Bibi dit

    En Syrie: “les chrétiens au Liban, les alawites au cercueil” 
    http://content.usatoday.com/dist/custom/gci/InsidePage.aspx?cId=delawareonline&sParam=54888144.story
     

  • 14 Mai 2012 à 20h59

    Fiorino dit

    Saul et bibi, si non on devrait s’occuper de ce qui se passe à toulouse… plus qu’aux liban
    http://www.youtube.com/watch?v=BknI0dz26sU

    • 14 Mai 2012 à 22h00

      Bibi dit

      C’est plus pacifique que les manifs hebdomadaires à Bilin. Ou les rages incontrôlées à Silwan ou à Kalandiya, pour les objectifs des crédules et complaisants membres de la Paresse (pourquoi partent-ils si loin? ils peuvent avoir les mêmes excitations tout près). 
       

    • 14 Mai 2012 à 22h04

      Bibi dit

  • 14 Mai 2012 à 19h07

    Patrick dit

    Le Liban est balkanisé depuis longtemps !
    Sur un autre fil, j’avais l’occasion de dire que dans les années 1960, il y avait 80 % de chrétiens, il n’en reste probablement même plus 20 % aujourd’hui.
    Si l’occident n’avait pas laissé tomber le Liban dans les années 1980, on n’en serait probablement pas là.

    • 14 Mai 2012 à 19h50

      Marie dit

      C’était biena avant qu’on a laissé tomber le Liban. J’avais en cours un copain libanais , c’était en 70. Il rentrait souvent au pays à cause des troubles qui s’y passaient. En 80 il n’y avait plus un sou au Liban. Ce copain se plaignait d’^tre abandonné par la France , i nous expliquait que son pays était un lieu potentiel de conflit entre l’URSS et les US que d’autre part les libanais avaient laissés s’épanouir dans les camps de réfugiés palestiniens des milices armées , que ces palestiniens ils auraient dû les intégrer. On sait ce qu’il en est advenu . Je n’ai revu ce copain qu’une fois avec son épouse je le sais vivant chez lui mais pour combien de temps?

    • 14 Mai 2012 à 20h09

      Saul dit

      ce pays a toujours été balkanisé et ce depuis sa création, et à l’interieur même de chaque confession.
      par contre je suis un peu surpris de ce chiffre de 80 % de chrétiens dans les années 60.
      de mémoire sous le mandat français, les chrétiens étaient tout juste minoritaires (de l’ordre de 52/53% un truc comme ça) sur le territoire libanais (ce qu’on appelle le Liban actuel était en fait le Grand Liban. Les Chrétiens étaient principalement concentré dans la région du Mont Liban,mais faire un Etat indépendant avec cette seule zone, ça faisait un peu ridicule, alors on lui a rajouté des territoires, principalement musulmans, histoire que ce soit plus viable, tout en s’assurant que les Chrétiens restent majoritaires).
      pourriez vous en dire plus Patrick ?

      • 14 Mai 2012 à 20h10

        Saul dit

        lire…”les chrétiens étaient tout juste majoritaires” of course, et non minoritaires

  • 14 Mai 2012 à 17h06

    Saul dit

    pour résumer, le Liban ça reste toujours un bordel pas possible auquel on ne comprend pas grand chose.
    finalement c’est à se demander pourquoi c’est indépendant..on aurait du laisser le à la Syrie

    • 14 Mai 2012 à 19h56

      Fiorino dit

      Sympa ça, comme ça ils auraient vecu sous assad père et fils.

      • 14 Mai 2012 à 20h16

        Saul dit

        bah peut être auraient ils vécu de plus longues périodes de paix qu’avec l’indépendance ?
        ses habitants se sont toujours foutus sur la tronche, non seulement dans la guerre civile citée par cet article, mais aussi dans les années 50 (qui amena un intervention des marines US pour calmer tout le monde).
        et actuellement….
        de toute façon, ce pays est une construction artificielle de la part des Français qui voulaient établir un Etat chrétien allié dans le coin.
        Historiquement et culturellement, c’est une région “syrienne”

      • 14 Mai 2012 à 20h19

        Fiorino dit

        Historiquement toute cette région était chrétienne… pour le reste le liban est tout de même un pays qui attire des touristes nonobstant les difficultés et qui à un niveau de vie et d’instruction que la Syrie n’a pas.

      • 14 Mai 2012 à 22h02

        Saul dit

        historiquement les chrétiens ne sont que parmi les nombreuses confessions qui se sont succédé dans le coin, du coup ils n’ont pas plus de légitimités que tous les autres.
        quant aux touristes, je ne suis pas sur que cela le soit encore autant.

      • 14 Mai 2012 à 22h23

        Saul dit

        sans compter que le christianisme en Orient a représenté un phénomène d’une complexité telle qu’il est difficile d’y voir une caractéristique homogène. ce n’est pas un orient chrétien qu’il y a eu mais des Orients chrétiens qui se sont succédé et aussi coexisté, affronté, interpénétré…

      • 14 Mai 2012 à 22h40

        Bibi dit

        Sans doute, Solo mio.
        Elle s’appelle comment déjà cette mosquée de Damas qui fut jadis une église?