Mail Facebook Twitter RSS

Inscrivez-vous à la Newsletter

Recevez chaque lundi la synthèse de l'actualité de toute la semaine



X

Lance Armstrong : on achève bien les mythes

Christian Laborde se refuse à voir le dopage assombrir le Tour

Publié le 18 novembre 2012 à 17:30 dans Société

Mots-clés : , , ,

Laborde tour nostalgie armstrong

Pour Laborde, l’été, ce sont d’abord des héros hantant les départementales de notre « cher et vieux pays », s’envolant au plus dur des pentes de cols nommés Peyresourde, Aspin, Galibier ou encore  L’Alpe d’Huez. Le Tour de France a toujours passionné les écrivains – Jacques Perret, Roland Barthes, Curzio Malaparte,  Antoine Blondin, Louis Nucéra, entre autres − qui aiment les personnages de légende et les insoumis aux lois du temps. Les héros s’appellent aujourd’hui Wiggins, Contador, Valverde ou Evans.

[...]

Christian Laborde, Tour de France Nostalgie, éditions Hors-Collection, 2012, 126 pages, 24,90 €.

*Photo : Dave Lawrance Photography.

voir les commentaires / réagir         envoyer
 

Article publié dans Causeur et réservé à nos abonnés.
Pour le lire dans son intégralité...

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 

Nos offres

A lire aussi

La rédaction de commentaires nécessite d'être inscrit

14

Déjà inscrit, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 
  • 19 Novembre 2012 à 12h02

    saintex dit

    Il est un propos courant consistant à dire que tous les joueurs étant dopés, ce sont de toutes façons les meilleurs qui gagnent. Je ne sais pas si une telle approche est suffisante pour justifier le nombre de morts,Coppi ayant ouvert le bal il y a maintenant longtemps.

    Ce que je sais, pour l’avoir vu, c’est qu’avec Armstrong, cette assertion ne tient pas. Non pas qu’Armstrong n’ait pas été parmi les meilleurs, mais il était surtout le meilleur dopé, loin devant les autres, faisant perdre un des moteurs majeurs du Tour, la course.
    “Richard Virenque sous haute surveillance s’est échappé depuis longtemps et grimpe seul le Ventoux. Il est en danseuse, il sue sang et haut et comme un boeuf, écrasé par la chaleur que réverbère la pierre blanche. En bas, le groupe de tête, avec vingt minutes dans la vue, pédale d’un rythme soutenu avant d’attaquer la montée. Attaquer, il faut bien que Armstrong attaque. Non pas que son maillot soit menacé, mais il est le Boss. La méthode est simple. Puisqu’il faut aller vite, il passe un braquet plus long et appuie plus vite sur les pédales. Ce n’est pas un cycliste, c’est une Pacific 231 qui se met en route, directement à grande vitesse. Il lâche tout le monde, ne sent pas la chaleur, ne lève pas la tête, pédale avec la régularité de la machine à vapeur mais sans cracher, sans ahaner. A l’arrivée, il a repris 10 minutes à Virenque. La moitié du temps sur une ascension probablement faite par un cul-de-jatte puisque ne pouvant opposer que le record du nombre de maillots à pois (pas encore à cette époque) à Bioman.
    Voilà Armstrong ! Il n’y a pas besoin de tribunaux étoilés ou hexagonaux. Une telle prestation aurait du suffire à lui désigner la porte et à l’éloigner définitivement de tous les coeurs, je veux dire les coeurs vaillants.
    Mais ce serait sans compter sur le business, sur les envieux qui en ont fait leur champion, sur les sponsors et leur inconduite.
    Qu’il ait injustement agi ne fait aucun doute. Il n’en a pas moins consacré sa vie au cyclisme. Perdre ses sept Tours de France est une punition immense, la pire imaginable en ce que c’est sa vie qui est mise à terre, toute sa vie.
    C’est une équipe qui a agit, mais c’est un homme seul qui peut porter le poids d’une telle punition. Pour la moralisation du sport ? Allons, laissez-moi rire. Si Armstrong a pourri le Tour pendant des années, les sponsors et assureurs qui prétendent ajouter des “amendes” à la peine capitale, pourissent aussi le Tour, juste dans une nouvelle direction. “Mieux”, ils pourissent l’humanité avec un système fricard qui se planque derrière une moralisation de mes deux. Faisons les poches de l’ancien allié, aujourd’hui ennemi à terre. Vae Victis.

  • 19 Novembre 2012 à 7h17

    L'Ours dit

    Assez d’accord avec Eugène Lampiste.
     

  • 18 Novembre 2012 à 22h06

    Mangouste1 dit

    Eugène,

    “si un français fait la course en tête, je suis content, comme tout le monde, mais ça va pas plus loin que ça.”

    Moi je préfère les Belges. Allez savoir pourquoi. 

    • 18 Novembre 2012 à 22h10

      Eugène Lampiste dit

      c’est trop facile, ça !

      ils sont mieux dopés que les français !!! 

      rires 

    • 19 Novembre 2012 à 17h30

      saintex dit

      Les préférences sexuelles (pot belge), c’est sur d’autres fils.

  • 18 Novembre 2012 à 20h44

    borgoloff dit

    J’ai beaucoup de respect pour les coureurs cyclistes.
    Ce sont certainement les sportifs qui méritent le plus leur salaire.
    Qu’ils soient ou non dopés, je m’en tape ! 

  • 18 Novembre 2012 à 19h20

    Eugène Lampiste dit

    Mais non, Villaterne, le Tour de France ne mourra pas.

    avez vous déjà passé une journée au bord de la route, en attendant le tour ?
    si oui, je crois que vous serez d’accord avec ce que je vais vous dire, sinon, dites moi si vous ressentez la même chose.

    Le tour, c’est une grande fête nationale et populaire qui dure trois semaines.
    beaucoup de gens qui vont le voir ne s’intéressent même pas au vélo (ou si peu) en dehors du tour.
    beaucoup aussi s’en foutent bien un peu que tel ou tel soit dopé, de toute façon on le sait depuis des années.
     
    le tour, c’est arriver le matin (ou la veille voire plus, parfois), par familles entières, s’installer confortablement pour la journée, discuter, plaisanter, rire, passer un bon moment.

    quand on s’y rend, au bord de ses routes, on ne peut que penser à l’atmosphère des photos de doisneau prises lors des premiers congés payés, aux documentaires qu’on a pu voir à ce sujet. 

    les coureurs, c’est juste le prétexte.

    d’ailleurs, parfois, il m’est arrivé de louper le passage du peloton

    rires 

    • 18 Novembre 2012 à 19h25

      Villaterne dit

      Dites donc l’Eugène, vous me feriez pas une p’tite fièvre nostalgique là? ;)

      • 18 Novembre 2012 à 19h42

        Eugène Lampiste dit

        rires

        ben non, puisque j’y vais parfois encore (mais c’est très rare)

        j’y allais beaucoup plus souvent lorsque j’étais enfant.

        par contre, je le regarde tous les ans à la télé (je choisis même la date de mes vacances exprès pour ça). 

        je regarde les paysages, je retrouve (un peu, car à la télé ça “rend” moins, bien sûr), l’atmosphère dont je vous parlais

        et pour tout vous dire, la course en elle même, je m’en tape un peu. 
        si un français fait la course en tête, je suis content, comme tout le monde, mais ça va pas plus loin que ça. 

      • 18 Novembre 2012 à 19h44

        Eugène Lampiste dit

        le problème, c’est qu’en regardant le tour à la télé, il faut supporter les commentateurs sportif, leur hystérie, leur connerie…

  • 18 Novembre 2012 à 18h37

    Patrick dit

    L’Ours, vous voulez dire comme dans le foot, le hand, le tennis, le basket, le ….
    Je crois que la liste est très longue. On n’arrivera jamais à éradiquer le fléau du dopage, sauf… si 80 % des supporters de tous ces sports s’en détournent, faisant chuter drastiquement les profits que ces tricheries assurent.
    Imaginez un tour de France que personne ne regarde, des matches de foot boycottés, les chaines qui les transmettent, snobées etc.
    Mais voilà, ce n’est qu’un rêve !

    • 18 Novembre 2012 à 18h44

      Villaterne dit

      Le peuple n’a pas évolué depuis les jeux du cirque romain.
      Il aime les performances et se fichent bien du comment on les obtient!
      Aussi en cyclisme, cette lutte antidopage qui donne des satisfecit de haute moralité à leurs initiateurs, va certainement tuer le tour de France! On ne peut pas gagner sur tous les tableaux!

  • 18 Novembre 2012 à 18h28

    L'Ours dit

    Comme dans le foot, on veut donc continuer à fermer les yeux sur les tricheurs.
    C’est bizarre, dans les affaires si quelqu’un emporte un marché en trichant, il risque le tribunal puis la prison. Mais dans le sport, si en trichant un Armstrong raffle les primes et les millions de la pub, sans parler de la notoriété, à des suivants (sans doute loin dans le peloton vu le nombre de sur-gonflés) qui sans cette escroquerie seraient de riches et grands champions, on a l’air de trouver ça normal de les plumer et de voler leur avenir.
     

  • 18 Novembre 2012 à 18h20

    laborie dit

    “Que celui qui n’a jamais pêché lui jette la première pierre”
    Ils sont nombreux à l’avoir jetée mais ils n’iront pas au paradis…