Petit manuel pour une laïcité bradée | Causeur

Petit manuel pour une laïcité bradée

L’irénisme de Baubérot & Co

Auteur

Thomas Clavel

Publié le 28 septembre 2016 / Politique Religion Société

Mots-clés : , , ,

Jean Baubérot, spécialiste de la sociologie des religions, et le Cercle des enseignant.e.s laïques publient un "Petit manuel de la laïcité apaisée". Au programme : une déconstruction de l'islam, ramené à une "diversité de pratiques", et une stigmatisation des principes laïques, accusés de stigmatiser des musulmans. Du grand classique.
bauberot islam laicite apaisee

Jean Baubérot. Sipa. Numéro de reportage : 00520401_000001.

Paru aux éditions La Découverte, le Petit manuel pour une laïcité apaisée est le fruit de la rencontre entre la science et le terrain: Jean Baubérot, spécialiste de la sociologie des religions, y dialogue avec le Cercle des enseignant.e.s laïques, constitué de professeurs en ZEP, afin d’imaginer des solutions concrètes pour soigner une laïcité qu’ils ont diagnostiquée doublement malade. D’une part instrumentalisée par la classe politique, elle dissimulerait une islamophobie virulente se drapant dans les “valeurs de la République” pour mieux stigmatiser les fidèles. D’autre part perçue comme une menace par la communauté musulmane, elle empêcherait l’épanouissement des élèves -et partant l’égalité des chances. Crispée, rétrograde, discriminante, notre laïcité serait en crise et responsable d’une nouvelle forme d’apartheid. Il était donc urgent de la pacifier par un arsenal de réponses pratiques à destination des professeurs mais aussi des parents et des élèves: que ce soit en cours d’EPS ou d’éducation morale et civique, la négociation et le dialogue doivent désormais régir les relations entre les différents acteurs afin que la question religieuse n’entrave jamais l’impératif éducatif. Souriant et bienveillant, ce Petit manuel est en réalité moins inoffensif qu’il en a l’air -et renferme, sous couvert de pédagogie et de pragmatisme, une idéologie militante.

Laïcité apaisée ou batailleuse?

Fustigeant une trop grande complaisance à l’égard de l’islamisme radical, Laurent Joffrin -lui-même!- a qualifié de guimauve cette laïcité apaisée. Pourtant, elle est plus militante qu’il ne parait.

Voilà en effet plusieurs années que le Cercle des enseignant.e.s laïques exige l’abrogation de la loi de 2004 sur le voile à l’école, contraire à leurs yeux à l’esprit sacré de 1905 qui ne cherchait pas à légiférer sur l’accoutrement des élèves. Dans une tribune parue en 2014 sur un blog Mediapart, le collectif s’interrogeait déjà: “Cette loi a-t-elle fait reculer ce qu’on appelle le communautarisme? A-t-elle favorisé l’accès des jeunes femmes à l’enseignement public? Et puis, a-t-on jamais gagné en émancipation en perdant le droit à l’éducation?» La démarche intellectuelle semble plutôt fallacieuse: au prétexte que certains élèves seraient en conflit avec l’institution, il faudrait de toute urgence réintroduire le voile dans les établissements afin de ne pas victimiser davantage les enfants des quartiers populaires déjà en proie aux difficultés sociales. La pénalisation du voile est à leurs yeux «un remède bien étrange qui éloigne les élèves de l’école pour ne pas qu’ils et elles tombent dans les griffes de mouvements radicaux”. Les filles seraient d’ailleurs victimes d’une double peine: «en dehors de l’école tu agiras selon la loi des pères; à l’intérieur, selon celle de la République. Mais quoi qu’il arrive, concernant ton propre corps, tu te soumettras».

Ainsi, la loi sur le voile braquerait les familles, opprimerait les jeunes filles jusqu’à les rendre absentéistes -et augmenterait les tensions sociales et identitaires.

En conséquence, le Petit manuel invite les enseignants, parents et élèves à ruser avec la législation -en somme, au nom de la sacrosainte pédagogie, à se montrer frondeurs vis-à-vis du droit français -au risque d’exciter de nouvelles revendications religieuses.

Au fond, pour les coauteurs de ce manuel, l’Egalité vaut bien un appel à la prière.

Mais pas une messe! Car le seul véritable ennemi est toujours le même qu’aux heures les plus féroces de la laïcité française: l’Église et les forces obscures de la réaction. Anaïs Flores et Jérôme Martin, coauteur.e.s du petit manuel, estiment en effet “qu’au nom de la lutte contre la «radicalisation», on suggère fortement l’idée d’une formation des imams aux valeurs de la République. Mais a-t-on suggéré une formation des curés à la lutte contre l’homophobie quand un très grand nombre d’entre eux se sont coordonnés pour tenir des prêches opposés au mariage pour tous?” L’obscurantisme catholique, tel est l’ennemi héréditaire! Et d’ajouter: “Au 19ème siècle des militants laïques tenaient le catholicisme comme plus incompatible avec la laïcité que l’islam, qui compte moins de dogmes”.

Cette laïcité apaisée ressemble à une mystique. Le collectif promeut d’ailleurs le concept plutôt New-age de “laïcité intérieure” -ou lorsque l’enseignant renonce à ses préjugés et se libère de ses convictions afin de mieux accueillir la parole de l’élève, sans jamais la blesser ni la contraindre.

Au cœur de cette mystique, un credo unique: la sécularisation de l’Islam est inexorable. Ce serait en effet le destin naturel de cette religion que de se fondre dans la société. Mais à la seule et unique condition qu’elle ne soit ni forcée ni frustrée! “Dans l’émission Hier, aujourd’hui, demain du 21 septembre Jean Baubérot soutient que “l’aggiornamento de l’islam appartient strictement aux musulmans”. Et la Nation n’a pas son mot à dire.

Le hijab prodigue

Ainsi, les coauteurs donnent l’exemple de deux collégiens qui ont refusé au nom de leur religion d’entrer dans la basilique de Saint-Denis avec leur classe. C’est finalement une dame voilée sur la voie publique qui a providentiellement volé au secours de leur enseignante et leur a expliqué que ce n’était pas contraire à leur foi. Et les coauteurs d’applaudir!

Ce credo de la sécularisation spontanée engendre plusieurs dogmes, comme la non-religiosité supposée du voile, aux « innombrables significations » -dont “l’effet de mode ou la volonté de se distinguer des parents ou d’une société raciste ». Ainsi, le manuel donne l’exemple d’une jeune fille violentée par l’institution qui l’a “poussée à démissionner” simplement parce qu’elle refusait de retirer son jilbeb qu’elle portait depuis plusieurs semaines “uniquement pour le deuil de son père”.

Les musulmans seraient donc victimes d’une “traque des vêtements censément religieux, d’une surveillance accrue des élèves supposé.e.s musulman.e.s , d’une injonction insistante à l’adhésion aux valeurs républicaines”. Traque, surveillance, injonction. Au fond, le racisme de l’institution qui essentialise l’Islam et ses fidèles. La rhétorique rejoue avec délectation, dans un mimétisme aussi béat que falsifié, la partition des Résistants et des Justes.

Ceux qui prétendent que “la charia est contraire aux droits humains ou que l’allégeance à l’oumma est une concurrence intenable avec le contrat social” seraient ainsi d’infâmes “islamophobes”. Et d’immondes rétrogrades, ceux qui estiment que “l’Islam n’aurait jamais pensé la séparation du religieux et du politique “.

Car, expliquent-ils, “l’incompatibilité supposée de l’islam avec la laïcité est une hypothèse fausse. Elle est par ailleurs antilaïque. En effet, toute l’argumentation repose sur un interprétation théologique de l’Islam qu’un point de vue laïque n’a pas à prendre en compte”. Alors que le manuel est truffé de mots du vocabulaire vestimentaire islamique, les auteurs somment les citoyens français de se bander les yeux, de se détourner du texte coranique et de se désintéresser de “l’interprétation fondamentaliste du dogme”, qui serait toujours superflue et dérisoire selon eux.

Car pour les apaisés de la laïcité, l’Islam n’est pas une religion mais une “diversité des pratiques”.

Leur espérance se dessine enfin: une fois pacifiée par les prédicateurs de la laïcité apaisée, la République deviendra miraculeusement “attractive” pour la jeunesse des quartiers populaires.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 30 Septembre 2016 à 22h23

      Orwell dit

      Oui, en fait, ce salaud de Jean Baubérot, soit disant spécialiste de la sociologie des religions, ne se présente jamais que comme “encore un idiot utile de l’islamisme conquérant. “islamophobie virulente” ” menace par la communauté musulmane” On croit cauchemarder (il a dû être soit lobotomisé par les imans intégristes du Qatar soit fournir un nouvel élément de la 5° colonne islamo-gauchiste, laquelle vaut bien les partis collaborateurs de Doriot et Déat sous Vichy. “Mais pas une messe! Car le seul véritable ennemi est toujours le même qu’aux heures les plus féroces de la laïcité française: l’Église et les forces obscures” !!!! Je cauchemarde toujours, ou est-ce lui qui hallucine comme un malade mental attardé à l’heure des radicaux de gauche de la III° République ? La déclaration : ” Mais a-t-on suggéré une formation des curés à la lutte contre l’homophobie quand un très grand nombre d’entre eux se sont coordonnés pour tenir des prêches opposés au mariage pour tous?” C’est un asile psychiatrique qui devrait le recevoir ! “L’obscurantisme catholique, tel est l’ennemi héréditaire!” (oui, apparemment une réincarnation du journal “La Lanterne” qui prêchait à l’époque la même haine contre les Catholiques que Pétain contre la “judéo-maçonnerie”. Et d’ajouter: “Au 19ème siècle des militants laïques tenaient le catholicisme comme plus incompatible avec la laïcité que l’islam, qui compte moins de dogmes”. Quels militants ? A t’il pris une machine à remonter le temps pour halluciné ses délires psychotiques en faveur des mahométans et contre le Christianisme ? nOus sommes en démocratie. N’importe quel perturbé psychique peut dire n’importe quoi. Mais lorsque son discours pue la haine, la réaction venu d’un autre âge, la seule attitude qu’il mérite est le mépris le plus profond. La France et la Démocratie sont-elles tombées si bas que l’on admette encore pareil discours ? Le PEN et son “détail” sont des broutilles face à des aberrations pareilles.

    • 29 Septembre 2016 à 21h43

      Fioretto dit

      @ Lector
      Tu continue dans la politique politicienne tu crois sérieusement que le développement du salafisme en France c’est la faute du CFCM ? A la fin des années 80 les imams salafs arrivé d’Algérie avaient moins d’influence car il y a avait moins de musulmans. Mais ils ont planté leur graines de haine pour ensuite les faire fructifier.De tout façon il y a plus rien à faire la France est un pays plein de collabos d’extrême gauche et des islamistes. Les fachos n’ont aucune confiance de ma part. Fini la France laique, fini aucun espoir, fini l’école publique repère d’idéologues islamocollabos et tout cela rien à voit avec Sarkozy.

      • 29 Septembre 2016 à 22h08

        Lector dit

        politique politicienne ? Et toi, tu crois sérieusement que CFCM, UOIF etc. ne sont pas à l’origine des constructions de mosquées et de l’import d’imams salafistes en provenance d’Egypte, Qatar etc. ? (“contre l’islam des caves” comme disait Sarkozy, que tu le veuilles ou non). Ben tu l’as suivi le reportage d’hier ou pas ? NB Ce sont des militants/élus FdG qui y dénoncent l’école salafiste… comme quoi… alors qui continue à faire ici de la politique politicienne hein ?

        • 29 Septembre 2016 à 23h20

          Fioretto dit

          Absolument pas le maire de Sevran était PCF maintenant ELLV. L’Uoif n’a pas besoind du CFMC pour exister et les imams sont arrivés en France à cause de la doctrine pasqua paix contre asile aux islamistes. Continue à penser qu’avant Sarkozy tout allait bien, le lycées avéroes existe bien avan sarkozy.

        • 29 Septembre 2016 à 23h53

          Lector dit

          Absolument pas quoi ? Tu te fiches de moi ? Le reportage montrait que les opposant au maire EELV et à l’école salaf’ étaient, (entre autre citoyen, Cf. le type qui a porté plainte contre la mairie de Paris), des élus/militant du FdG. Point barre. Et que dit encore le document ? Que PS et LR avaient voté ensemble l’utilisation du bâtiment culturel par le culte.

          Alors continue à parler tout seul. Parce que qui a dit que tout allait bien avant Sarko ? Pas moi gros bêta. Donc au lieu de me faire dire ce que je n’ai pas dit et oublié la moitié des infos du reportage… ben réfléchit deux secondes et sors-toi de tes idées de godillot.

        • 30 Septembre 2016 à 0h49

          Fioretto dit

          @ Lector
          Mais tu n’a pas encore apporté la moindre preuve que le CFCM est à l’origine de ces genres de problèmes. Et le rôle concret du CFCM dans les problèmes que nous avons. CFCM ou pas les financements étrangers sont à l’origine de ces genres de problèmes. Aujourd’hui il a des associations bcp plus nocives pour la République que le CFCM, genre le CCIF qui va faire campagne sur les chaînes étrangères qui fait des procès à la France à l’ONU. Or le CCIF est soutenu par des gens de gauche. Sarkozy sert bien de bouc émissaire mais le problèmes qu’il y a aujourd’hui ce ne sont que le résultat d’une politique d’immigration folle en particulier dès anciens colonies françaises.

        • 30 Septembre 2016 à 1h27

          Lector dit

          t’es taré ou quoi ? Tu crois qu’il va où le financement étranger (sans compter public) et qu’il a été facilité, légalisé, par quelle voie administrative ?! Apporter la preuve d’un truc qui se passe là sous nos yeux et qui fait un reportage de plus ? Non mais tu crois que c’est à moi d’apporter une preuve ?! C’est la meilleure ! T’as le document tv dont tu es venu nous parler qui te la donne et tu me la demandes ? Eh ho, les éléments de langages internautes de cour de récré tu les fourres dans la poche et ton mouchoir dessus ; parce qu’à force de jouer au morveux on finira par se demander si t’as vraiment un cerveau.

          Mais bon, si tu veux continuer à penser que la gauche est la seule et unique coupable de tout alors… je te laisse à tes petites idées militantes ; maintenant avec ça ce n’est pas la peine de venir me parler de politique politicienne. Allez godille bien va.

      • 30 Septembre 2016 à 1h59

        i-diogene dit

        Sarko a largement contribué à la radicalisation dans les cités:

        - démantèlement des commissariats de proximité,
        - réduction de 12 500 poste dans la police,

        De plus, il les aime bien, les africains:
        - Petits arrangement financiers avec Kadhafi, Ouattara, Bongo, etc..

        https://www.youtube.com/watch?v=7iwe-c6FbcQ

    • 29 Septembre 2016 à 18h48

      clorouk dit

      La quadricapilotomie (couper les cheveux en quatre) sévit plus que jamais. Jour après jour, les études sociologiques s’empilent, se complètent ou se contrarient, en tous cas complexifient un problème simple au point d’en faire d’inextricables entrelacs. Restons simples: nous accueillons des populations aux cultures exotiques, qu’elles acceptent de les mettre en sourdine quelques dizaines d’années et tout rentrera dans l’ordre. Si elles s’y refusent, eh bien, chassons-les! Au nom de quoi devrions-nous nourrir des serpents au sein de notre terre? Souvenons-nous du proverbe espagnol: ““Cria Cuervos y te sacaran los ojos” (nourris les corbeaux, ils te crèveront les yeux)

    • 29 Septembre 2016 à 17h12

      youtube dit

      produit (assez vieux!) de l’école libre, je n’ai pas été endoctrinée,du message chrétien, nous en prenions et nous en laissions,mon père se souciait fort peu de ma tenue vestimentaire , nous avions une assez bonne réussite au Bac toutefois moins bonne que l’école de la République , le lycée voisin était à l’époque un réel ascenseur social nombreux sont les hommes politiques qui doivent leur carrière à cette école.Pour n’ en citer qu’un JP Chevènement est un pur produit de cette école. Mes enfants sont allés à l’école publique. J’ai l’impression que l’on a inversé tout: ce n’est pas la République ,ni l’école qui doivent s’adapter à l’Islam, mais ce dernier qui doit accepter les lois du pays d’accueil, c’était ce que les communautés juives ont fait puisque pour elles la loi du pays était la loi et non pas la loi religieuse. Maintenant je me pose une question:l’école joue-t-elle tjrs son rôle d’ascenseur social????

    • 29 Septembre 2016 à 16h41

      Singe dit

      On se croirait à Byzance avant les invasions dernières à discuter du sexe des anges.

    • 29 Septembre 2016 à 16h35

      Hect0r dit

      Finalement, il est pour ou il est contre?
      On est loin de Boileau; «Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement etc…»
       

    • 29 Septembre 2016 à 16h28

      TammKoat dit

      Pour mémoire, Jean Baubérot, Directeur d’Etudes à l’EPHE (Ecole Pratique des Hautes Etudes) Paris-Sorbonne, a été le Président de la 5ème section, sciences religieuses, et il occupait la chaire de la Laïcité dans cette même section.

      Ceci pouvant paraître paradoxal, je ne vois pas d’incompatibilité.

      La laïcité n’est pas un combat contre les religions. Quand on aura compris cela, peut-être que l’on pourra enfin progresser.

      Je suis moi-même un ancien de l’EPHE, même section, judaïsme médiéval.

    • 29 Septembre 2016 à 16h25

      Hannibal-lecteur dit

      La laïcité étant avant tout la séparation complète des Églises et de l’État se présente avant tout comme pacifiante, puisque mettant toutes les religions sur le même plan d’égalité. Si Jean BeauBlaireau souhaite une laïcité “apaisée” c’est qu’il la considère lui-même d’abord comme guerroyante. 
      Que voulez-vous qu’il puisse sortir de bon de rėflexions dont le socle, la base de départ est ainsi erronnée? 

    • 29 Septembre 2016 à 15h26

      philpat dit

      LE CORAN EST IL REFORMABLE,
      Sourate 10 Verset 16 ce n’est pas à moi de le changer de ma propre autorité, je ne fais que suivre ce qui m’est révélé
      10:38 « le coran n’est pas tel que quelqu’un d’autre qu’allah aurait pu l’avoir conçu, il émane du seigneur de tous les monde
      39:29 le coran, un livre récité en arabe, langue claire et éloquente et sans tortuosité afin qu’ils deviennent pieux
      39:41 un livre dont les versets ont été expliqués clairement , très souvent lus en arabe, langue claire et éloquente pour un peuple qui possède la connaissance
      15:92 nous enverrons le chatiment sur ceux qui diviseront le coran en morceaux
      LE CORAN ET LES BISOUNOURS
      4:77 les croyants combattent pour allah, les mécréants pour la cause du malin, combattez les ennemis d’allah
      4:90 ne prenez pas d’amis parmi les mécréants, s’ils tournent le dos, alors tuez les
      4:102 en vérité les mécréants sont vos ennemis
      LE CORAN ET LES FEMMES
      2 : 229 les femmes ont des droits semblables à ceux des hommes mais les hommes ont un degré de prééminence sur elles
      2 : 228 à 238 (divorce; droits de l’homme de répudier mais rien sur les droits de la femme de divorcer)
      3 : 16 ceux qui craignent allah se trouvent auprès de leur seigneur des jardins … ils y demeureront éternellement; il s’y trouvera aussi des conjointes purifiées
      4 : 4 épousez 2, 3 ou 4 femmes (rien sur la polyandrie!)
      4 : 12 un garçon aura autant que la part de deux filles
      4 : 35 les hommes sont les gardiens des femmes parce qu’allah a fait que les uns surpassent les autres
      4 : 177 un homme aura en héritage autant que la part de deux femmes
      7 : 190 c’est lui qui vous a créé d’un seul être, la femelle et qui a tiré son autre moitié afin que le mâle put trouver la tranquillité en elle
      27 : 32 dites aux croyantes qu ‘elles restreignent leurs yeux et veillent sur leurs parties intimes; elles ne doivent pas exposer leur beauté naturelle et qu’elles tirent sur leurs poitrines les voiles dont-elles se couvrent la tête

    • 29 Septembre 2016 à 15h05

      Angel dit

      Sont il fous, cretins, manipulateurs ou vendus ?

      • 30 Septembre 2016 à 17h56

        beornottobe dit

        non! “ils” manquent de politesse et de savoir-vivre (à l’instar des socialistes……)

    • 29 Septembre 2016 à 14h33

      persee dit

      Jean Baubérot démontre que l’on peut être intelligent , historien , et tellement prisonnier de son idéologie , que totalement désarmé devant la cruauté du réel , avec une absence totale de clairvoyance .Finalement l’expérience du passé ne leur apporte aucune compréhension de la réalité du présent.

      • 29 Septembre 2016 à 15h11

        Jacques des Ecrins dit

        Oui, ce qui les désarme, c’est la cruauté du réel. Tellement dérangeante lorsqu’on est estampillé sociologue-historien de référence. Donc préposé à la mixtion de l’huile et du vinaigre.

        Mon confort ! Tout mon confort ! Rien que mon confort !