Laïcité: un goût de cendres | Causeur

Laïcité: un goût de cendres

Et si sa première défaite remontait à juin 84?

Auteur

Jérôme Leroy

Jérôme Leroy
Ecrivain et rédacteur en chef culture de Causeur.

Publié le 08 août 2016 / Politique Religion

Mots-clés : , , , ,

laicite islam savary ecole

La droite manifeste contre le projet de loi Savary, 1984. Sipa. Numéro de reportage : 00113896_000004.

Je me souviens de la première fois que j’ai eu ce goût de cendres dans la bouche, reconnaissable entre tous, qui est celui de la défaite politique en rase campagne. C’était le 24 avril 1984, à Rouen et j’avais 19 ans. Il devait y en avoir d’autres, beaucoup d’autres par la suite mais c’est une autre histoire.

Je m’en souviens parfaitement parce que c’était la veille des écrits pour l’ENS. J’ai participé enfin d’après-midi à la dernière manif, bien clairsemée, du camp favorable à un grand service unifié et laïque pour l’Education. Le projet d’Alain Savary, le ministre de l’époque, avait mis des centaines de milliers de partisans de l’école privée et de l’enseignement catholique dans la rue et provoqué des polémiques pendant des mois, dans une de ces guerres civiles mimées qui sont une spécialité française depuis l’affaire Dreyfus. C’était un baroud d’honneur pour nous, évidemment, puisque le gouvernement Mauroy, déjà capitulard sur le plan économique, lâchait Savary, compagnon de la Libération, de manière de plus en plus visible et que nous achèverions d’être balayés par la manif catho géante du 24 juin, qui fut un nouveau 30 mai 68 pour la droite.

Ce jour-là, et je me souviens encore de notre slogan, “La seule école libre, c’est l’école de la République”, la laïcité avait perdu une bataille dont elle ne s’est toujours pas remise.

C’est pour cela que le vieux laïcard que je suis vois avec une certaine circonspection, et c’est un euphémisme, la laïcité résumée aujourd’hui à un combat contre l’islamisme, quand ce n’est pas contre l’islam. Il y a un péché originel, si je puis dire, de la droite à une partie non négligeable de la gauche. C’est d’avoir :

- soit déjà soutenu cette fois-là une revendication antilaïque, communautariste (même si on n’employait pas encore ce mot à l’époque),

- soit d’y avoir cédé au nom de la paix civile, prétexte des plus fallacieux pour des gens qui n’ont pas peur pour cette même paix civile quand il s’agit de faire passer la loi El Khomri par exemple, malgré une résistance tout aussi impressionnante de l’ensemble de la société ou presque.

Et l’instrumentalisation étroite et intéressée de la laïcité qui voit aujourd’hui une Marion Maréchal-Le Pen ou un Robert Ménard pour ne citer que les cas les plus extrêmes s’en faire sans vergogne les défenseurs le matin alors que le soir, ils n’ont que les racines chrétiennes de la France à la bouche, cette instrumentalisation, donc, pourrait bien achever de la discréditer définitivement, en donnant le sentiment que la laïcité serait dans une géométrie variable qui pour le coup n’aurait plus rien de républicain.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 14 Août 2016 à 11h12

      Hannibal-lecteur dit

      Mon cher Jérôme, il vaudrait mieux plus de discrétion sur cette nostalgie gaucheuse inutile, afin d’éviter tous ces commentaires acerbes.
      Bon, l’essentiel est ailleurs : il s’agit de votre mauvaise compréhension de la laïcité induite par cette nostalgie: car permettre l’école libre –  comme on dit  -  ce n’est pas anti-laïc du tout, celà découle de l’indépendance état-religion. …et ça autorise aussi, bien évidemment les écoles coraniques.
      Ce n’est donc pas en celà que la laïcité est honnie des muslims, c’est par la séparation état-religion qui est la négation de leur religion. 

    • 14 Août 2016 à 8h45

      THE.CONTRARIAN dit

      Un peu de mémoire svp…
      Combat pour l’école LIBRE… cad le droit de choisir nos profs avec une partie de l’argent publique de nos impôts pour ne pas subir par l’éducation
      le cancer socialiste que l’on voyait déjà venir.
      A force de ne pas sortir des livres, on mélange tout et côté finesse : note zero pointé. Un bon vieux laïcard …à la retraite, c’est une bonne nouvelle pour nos enfants – Contrôlons bien nos livres d’histoire…l’avenir ne sent pas bon!

    • 13 Août 2016 à 17h47

      Cadichon dit

      Jérôme Leroy: Normalien, prof de lettres, écrivain et….dysorthographique?
      “le vieux laïcard que je suis vois….”
      Pan sur le bec!  

    • 13 Août 2016 à 15h24

      AMA dit

      Laïcars et islamistes, même combat: tous unis contre les cathos-..

    • 13 Août 2016 à 14h12

      Laurence dit

      Bref, à survoler (ça ne mérite pas davantage) cet articulet tout entier dédié à la gloire du résistant d’opérette Leroy, il faut comprendre que taper sur les cathos en 84 c’était défendre la laïcité et l’école républicaine et taper sur les muzz colons confisquant – entre autre – l’EN, c’est encourager la laïcité anti républicaine.
      L’RPèS républicain que vous vous vantez de défendre (sauf que, vieil admirateur de Pol Pot et de Chavez vous ne trompez que les imbéciles ici) est le virus mortel qui depuis plus de 30 ans nous tuent à petit feu. Alors si vous imaginez impressionner qui que ce soit avec vos remontrances et vos leçons de moraline de révolutionnaire de salon…

    • 13 Août 2016 à 13h36

      Bagrat dit

      Complètement débile cet article. Ce sont ces espèces de dinosaures qui ont mis la France à genoux, tous ces ramenards de la gauche traine savates.

    • 13 Août 2016 à 13h12

      gerard.jourdain@gmail.com dit

      il a pris un coup de vieux le Jérôme…
      doit fréquenter du bobo le bougre….

    • 11 Août 2016 à 11h09

      gaze dit

      Le débat laïcité/religion : totalement dépassé. Il faut avoir de sacrées oeillères pour ne pas voir que c’est l’ensemble de notre civilisation qui est attaquée aujourd’hui, tant du côté laïc (Charlie Hebdo) que religieux (Saint-Etienne-du-Rouvray). JL ne veut pas sortir de ses chères années 70; je le comprends aisément. Mais qu’il n’enquiquine pas ceux qui se battent aujourd’hui pour sauver ce qui peut l’être; et qui paient l’addition de la “générosité” et de l’idéalisme de ceux qui les ont précédés.

    • 11 Août 2016 à 10h34

      keg dit

      Quand j’entends le mot laïc, je sors mon AK les vacances des pouvoirs; comme d’autres allument leurs transits-or!

      A quel dieu faut-il consumer les laïcards

      http://wp.me/p4Im0Q-1ek

    • 11 Août 2016 à 8h31

      sacrebleu dit

      C’est un plaisir sans cesse renouvelé, pour peu que l’on apprécie l’odeur du formol, de lire Jérôme Leroy. De qui Jérôme est-il le roi ? Je laisse la question en suspend. Que l’on m’autorise à préférer les propos d’André Gerin, bien seul contre tous.

    • 10 Août 2016 à 21h25

      aregundis dit

      Jérôme Leroy traîne sa casserole communiste avec un plaisir évident. Il sait qu’il provoque toujours une avalanche de commentaires furax. Ses sophismes sont un plaisir d’esthète, son dandysme, un mot qu’il affectionne. Il se fout totalement de nos commentaires. Les autres aussi, d’ailleurs.

      Néanmoins, il pose de vraies questions… à condition de les entendre à rebours. Quand Leroy dit, il pleut, il faut comprendre qu’il fait beau. Ainsi de la laïcité qu’il ramène à un combat contre l’islamisme, voire, dit-il, contre l’islam. C’est prendre sciemment l’effet pour la cause. Et d’ailleurs, je ne vois pas pourquoi l’on devrait s’interdire de critiquer l’islam ! L’archaïsme des mœurs arabes s’accommode fort bien de la modernité la plus futuriste. Arte nous en fit, hier soir, l’impressionnante démonstration.

      A propos de Robert Ménard il me revient de notre ami souvenance d’un bien méchant billet de mai 2015. J’y avais répondu ceci : « Ménard, c’est ce type qui prêchait le boycott de la cérémonie d’ouverture des JO à Pékin en 2008 en soutien aux Tibétains et à leur dalaï-lama. Applaudi par les rombières, soutenues par Cohn-Bendit, critiqué par Mélenchon. C’était le ‘’bon’’ Ménard. »

      Hé oui, car la politique a ses effets boomerang. Prononcer à tout propos : « Extrême-droite »… « vous faites le jeu du… », est censé évoquer des idées d’un autre temps, mais produit dans l’opinion l’effet contraire par le fait même d’une répétition lassante qui arrive en contradiction insupportable avec une réalité éprouvante. Ce rabâchage crispant est devenu suspect de servir d’autres ambitions, d’autres intérêts. L’effet repoussoir escompté a provoqué un effet inverse d’adhésion. C’est fréquent, en politique. Les gauchistes ont bien raison de vouloir par la révolution se soustraire aux aléas de la démocratie.

    • 10 Août 2016 à 18h27

      lafronde dit

      La laïcité est la séparation du religieux et du politique, selon le verbe du Christ “mon royaume n’est pas de ce monde”. Un laïc est un chrétien non membre du clergé, donc non soumis au Droit canon. Le laïc chrétien n’est soumis qu’à son Droit civil, contrairement au musulman soumis à la Charia.
      Les républicains intégristes ou laïcards ont l’habitude d’opposer leur laïcité républicaine d’un côté, et d’un autres côté les religions (toutes dans le même sac). Il s’agit d’une figure trompeuse. Le critère pertinent est la séparation ou non, des pouvoirs entre le politique et le religieux. La Chrétienté mais aussi l’Asie bouddhiste séparent. L’Islam confond. Quid des idéologies matérialistes ? Le pouvoir politique y promulgue aussi la norme morale. C’est clair pour le Communisme. Mais n’est-ce pas vrai aussi pour la Social-démocratie ?
      Ses dirigeants n’invoquent-ils pas “leurs valeurs de la République” ? leur laïcité républicaine ? leur “vivre ensemble” ? Le pouvoir social-démocrate fait la morale à longueur d’antenne à la société civile. Parfois cette morale républicaine mute en loi de censure des opinions politiques. Ces lois sont plus sévère pour des délits d’opinion que des délits de menaces avec armes, ou de coup et blessures. C’est le propre d’une tyrannie, y voir les dissidents plus sévèrement traités que les délinquants ou les criminels de droit commun.
      Nous sommes dans un régime social-démocrate, vraie tyrannie politico-morale. Elle nous ruine, ne nous protège pas mais nous interdit de nous défendre, nous prive de liberté dans tous les champs d’intervention du Gouvernement. Tout cela au nom du Bien.
      La Ve République post 68 a failli. Elle s’est coupée de ses racines rurales et chrétiennes, pour se donner à des marchands de voix. Démocratie, le Dieu qui a échoué.
      Le temps est venu de la subsidiarité (valeur chrétienne) à la société civile locale de rapatrier au plus près de chez elle pour se défendre, les pouvoirs nécessaires(fisc, législation, ordre public).

      • 10 Août 2016 à 18h54

        Letchetchene dit

        @ lafronde

        +++++++++++++++++++++++++++++ même combat!!

      • 12 Août 2016 à 21h59

        kelenborn dit

        Lafronde!
        Vous n’écrivez pas que des conneries loin s’en faut!!! On ne comprend toutefois pas pourquoi vous avez constamment besoin d’appeler Jesus , Saint Pierre et même Satan, de déranger la Vierge Marie quand elle passe l’aspirateur pour appuyer vos propos!!! Ces gens là sont vraiment mauvais public! Ils auraient pu s’abonner à Causeur pour encenser vos écrits et clouer le bec à Sancho et son bourricot! Des ingrats je vous dis!
        MK

      • 14 Août 2016 à 10h57

        Hannibal-lecteur dit

        Très bon rappel de la vraie signification de la laïcité avec un ajout de détail: un laïc est un non-gradé de la religion chrétienne en effet, qu’il soit lui-même chrétien ou non.
        J’insisterais sur cet autre aspect de la laïcité insuffisamment mis en valeur : elle est le meilleur et peut-être le seul garant véritable de la liberté religieuse, la vraie liberté, celle qui admet l’existence de l’autre. 
        C’est pourquoi TOUTES les religions sont complices dans la lutte anti-laïcité: car elles souhaitent TOUTES la disparition des concurrentes, par la conviction et l’amour comme les cathos ou par les assassinats comme les muslims.
        Car l’oeucuménisme c’est du cinéma à l’usage des foules imbéciles et des politiques poltrons. La tromperie principale des religions se situe bien là : elles prétendent s’occuper du salut de l’âme du fidèle, elles n’en ont rien à secouer, c’est leur place au soleil qui compte et elle seule.

    • 10 Août 2016 à 11h48

      Patrice Lucchini dit

      Cet article est un article pour ne rien dire de la situation critique dans laquelle se trouve la France face à la question proprement islamique. Même Tarek Obrou pourtant membre de l’UOIF en convient, c’est bien la manière dont la religion musulmane est enseignée, appliquée et comprise par les musulmans eux-mêmes qui pose problème, notamment le refus de loi et de la Constitution française dans de nombreux domaines. J’étais dans la rue en juin 1984 pour défendre l’école publique et la réforme Savary mais je ne confonds pas les problèmes posés par le financement de l’école privée catholique ou autre et le financement par l’étranger (Arabie saoudite, Qatar etc.) d’association cultuelle ou culturelle musulmanes ou de mosquées dont les imams, qu’ils soient Français ou étrangers, prêchent la désobéissance civile, le djihad ou la haine anti-française. Que je sache, les catholiques français ne prônent pas la guerre civile ou l’abolition de la république laïque. Votre comparaison est donc un déni de réalité et une insulte à l’intelligence. Aveuglement qui vous conduira à toutes les compromissions que Causeur habituellement condamne. Ecrivez plutôt dans l’Huma… ou Le Monde

      • 10 Août 2016 à 18h49

        Letchetchene dit

        @ P. LUCCHINI

        +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

    • 10 Août 2016 à 10h06

      HENRI25 dit

      un vrai laiciste pur sucre !!!!!

    • 10 Août 2016 à 1h23

      Torr’Pen dit

      Une mémoire très orientée…Moi, qui fut manifestant pour la liberté de l’enseignement, je me souviens de l’école “laïque” marxiste qui voulait déjà ce que Peillon a encore revendiqué: “On ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique”. “Pour donner la liberté du choix, il faut être capable d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel, pour après faire un choix”.
      Comme quoi, la lutte continue, camarade Leroy, même dans Causeur…Impressionnant!

    • 9 Août 2016 à 22h54

      eclair dit

      sancho

      l’inde n’est pas laique, la charia s’applique pour les citoyens musulmans.
      le japon non plus, l’empereur est le grand pretre du shintoisme etsa vie est rythmé par les différentes céremonies religieuses liés au shintoisme.
      bresil pas laique non plus cela reconnait les religions.
      la turquie on peut barrer cela des pays laics.

      • 9 Août 2016 à 23h22

        himavat dit

        un peu inexact (voir post plus bas)
        la constitution de l’ Inde implique bien “secularism”, l’ état est laïque

        mais il est faux de dire que “la charia s’ applique aux citoyens musulmans”
        il s’ agit d’ une portion de ce qui est le Droit Civil chez nous
        il existe un mariage civil, peu utilisé
        le mariage et la succession sont réglés pour les époux en fonction de la religion des époux et des traditions spécifiques (souvent écrites) pour les différentes obédiences musulmanes (il y a des sunnites, des chiites, des ismaïliens, etc ..) mais aussi pour les hindous , c’ est très complexe (dépend de la caste, de la langue, de la région), ajouter jaïns, sikhs, parsis, bouddhistes, tribaux, chrétiens, etc …

        en Inde, c’ est le mariage religieux qui compte

        pour le Japon, l’ Empereur n’ est plus l’ objet d’ un culte depuis 1945
        mais toutes les régions déclarées (elles sont fort nombreuses) ont droit à un statut protégé (et fiscalement intéressant)

        • 9 Août 2016 à 23h32

          himavat dit

          religions pour régions

        • 10 Août 2016 à 5h31

          eclair dit

          himavavat

          l’état est justement non laique à cause du fait que le mariage civil soit religieux

          que l’empereur ne soit plu s l’objet d’un culte oui, mais c’est lui le grand pretre du shintoisme.

          secularisme n’est pas laicité.comme atheisme n’est pas laicité.

          Ce sont 3 concepts différents.

    • 9 Août 2016 à 22h36

      frédéric33 dit

      porter la faute sur l’école privée (et non publique), désolé