Laïcité: Éloge de la discrétion | Causeur

Laïcité: Éloge de la discrétion

Et si Chevènement avait raison?

Auteur

Marc Molk

Publié le 01 septembre 2016 / Politique Religion

Mots-clés : , ,

Si l'on y réfléchit bien, la notion de discrétion est à la racine même du principe de laïcité. On l'a seulement grimée en "neutralité" dans la lettre de la loi de 1905. Mais en 2016, l'ambiance n'est plus aux petites pincettes. L'ostentation est reine, et les âmes les plus paisibles, heurtées...
islam chevenement laicite discretion

Mosquée de Nantes. Sipa. N° de reportage : 00585024_000006.

Quelles sont les conditions de la tolérance ? Le terme même de tolérance dit la contrariété. Tolérer est un effort. Or il n’existe pas d’effort sans point de rupture. “Il ne faut pas pousser mémé dans les orties”, en somme.

Un je-m’en-foutisme devenu impossible

Il me semble que la discrétion, le souci de signifier à l’autre qu’on le ménage, alors que l’on se doute bien que nos petites manies l’irritent, est une condition essentielle de la concorde civile. La discrétion est l’expression d’une politesse élémentaire, par laquelle nous assistons nos frères humains dans la tâche ardue de supporter notre présence sur Terre. C’est une contrainte tacite, l’élément sourd d’une mentalité française plutôt casanière, qui veut bien que le voisin fasse comme il lui chante, pourvu qu’il ne la ramène pas trop, qu’il nous prenne en compte, qu’il fasse preuve d’un minimum de circonspection.

Ainsi est rendue possible la tolérance ordinaire. Pas la tolérance idéale, infinie, grandiose, qui flotte depuis la naissance du monde dans le jus des grandes idées, non, mais la tolérance quotidienne, triviale, machinale, qui fait le liant des sociétés flegmatiques comme la nôtre. Il faut de nos jours se préoccuper de tous ceux qui tolèrent presque sans le savoir, à la manière d’un Monsieur Jourdain, et qui soudain ne parviennent plus à faire comme si de rien n’était, à poursuivre leur chemin occupés par leur vie. C’est cette tolérance un peu je-m’en-foutiste qui s’enraye à la vue des niqabs, burkinis et autres parades identitaires agressives.

Si l’on y réfléchit bien, la notion de discrétion est à la racine même du principe de laïcité. On l’a seulement grimée en “neutralité” dans la lettre de la loi de 1905. Mais en 2016, l’ambiance n’est plus aux petites pincettes, c’est un fait. L’ostentation est reine, et les âmes les plus paisibles, heurtées, commencent à s’emporter. La situation se tend, quoi qu’en disent les escadrons d’autruches qui peuplent nos médias. Dans le pays, la réflexion est de toute façon plus avancée : Comment retrouver le poli des temps anciens ?

Pour renouer avec la douceur, il en faudrait des cataplasmes ! Mais avant tout, il faudrait sortir de l’orgueil de l’époque. Orgueil qui veut que chacun, sans exception, mette en avant ce qu’il est, ou croit être, et s’invente une définition de soi toujours plus travaillée et rigide, toujours plus logique et mythologique à la fois, toujours plus insistante. Il faudrait que décroisse la passion générale de se distinguer. Sortir de la complaisance du selfie compulsif autant que de l’hubris des identités de groupes.

Des communautés vindicatives

Il existe un lien fort, une parenté, une culture commune, entre les efforts journaliers du moindre luron pour se faire remarquer, sur les réseaux sociaux ou ailleurs, et la constitution de communautés vindicatives qui se retranchent du commun des mortels sur l’air d’on ne mélange pas les torchons avec les serviettes. La modestie, le tact, l’humilité individuelle ne sont plus en vogue. En écho, des solidarités qui furent tranquilles prennent de nos jours de vilaines allures hystériques.

Tandis que de tous horizons les gens de bien, qui marchent souvent seuls, poursuivent avec curiosité leur aventure paisible sur Terre, ils sont pléthore ceux qui, narcissiques non refoulés, débauchent leurs semblables et se liguent contre tous les autres dans une entreprise d’affirmation communautaire inamicale. Ils peuvent ainsi faire les paons en réunion, et honte, au passage, à nombre de leurs coreligionnaires. Les voilà qui font la nique à tout l’univers depuis leur pré carré, ces nouveaux fiers. Ils dressent le petit poing de leur ego en l’air, militants d’eux-mêmes et de ceux qui leur ressemblent. Ils transforment ainsi la voie publique en scène non négociable de leur splendeur.

On peut les reconnaître à leurs airs bravaches, leurs costumes singuliers et, à l’oreille, à toute une panoplie d’idées arrêtées et pugnaces. Ils disent souvent s’émanciper d’une oppression invisible tandis qu’ils mènent une guerre de libération de leur amour-propre. La vanité, voici l’ennemi contre lequel nous devrions partir en guerre.

Le simple engouement grotesque, furieux et totalitaire, que ces bouffons et ces bouffonnes vouent à leur personne et à leur credo, leurs crâneries persistantes, toutes ces outrances empêchent de s’exprimer placidement la fraternité conviviale d’un peuple tout entier. Leurs exubérances les exilent des sourires gratuits d’un savoir-vivre conciliant, mais ils s’en moquent. Ils stigmatisent contre leur gré les hommes et femmes paisibles qui ont le malheur d’avoir quelques points communs avec eux. Leur tintamarre pollue toutes les conversations, assourdit les voix mélodieuses, couvre les rires en commun.

Cela s’inflige à la Terre entière, cela geint autant que cela dénonce, tout le temps ! Tout le temps du bruit ! De la fureur et du bruit ! Puis du sang et des larmes.

Nous n’avons plus affaire à des compatriotes plus ou moins bougons mais à des orchestres folkloriques de vuvuzelas humaines, qui brament dans les aigus leur fierté extatique d’être ce qu’ils sont et la méchanceté de ceux des spectateurs qui n’applaudissent pas. Le pire étant sans doute les relais encourageants, inattendus, qu’ils reçoivent d’idiots contents qu’il se passe enfin quelque chose au centre du village.

En face, la coupe est pleine, mais dégagés de tout standard d’élégance ou de réserve, en un mot de civilité, ces effervescents ne saisissent pas les signes qu’on leur envoie. Comment leur dire que leur manque de savoir-vivre est à la fois pénible, grossier et ridicule ?

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 4 Septembre 2016 à 14h03

      saintex dit

      IMHO, je ne sais pas si tu m’as à l’usure, mais je mets les pouces. À partir de l’instant où tu émets l’hypothèse que j’aurais tenu des propos similaires s’il avait été question de Augustin le Berbère (ce que j’ignore totalement), tu supposes que ce n’est pas la vérité qui me motive. Ceci en plus de ne pas prendre en compte l’explication que j’ai donnée. 
      Je me fous autant de convaincre que d’avoir eu raison, et ce n’est certainement pas de tels motifs qui me feront me fourvoyer loin de mon honnêteté intellectuelle.

      • 4 Septembre 2016 à 14h43

        Saul dit

        Te prends pas le chou, IMHO est un militant venu troller ici

        • 4 Septembre 2016 à 20h57

          saintex dit

          Salut Saul, et merci. Mais je continué à ne pas le croire ainsi.

    • 4 Septembre 2016 à 13h18

      Singe dit

      La loi de 1905 s’opposait aux cathos, elle n’avait pas prévu les musulmans. les cathos s’y sont pliés car ils étaient prêts à, les musulmans se foutent comme l’an 40 de toutes ces idées.

      • 6 Septembre 2016 à 16h52

        Jean0308 dit

        “c’est ben vrai ça” comme dirait feue Mère Denis .
        du reste que connaissent-ils , ces touristes en panne sur notre territoire , de notre Histoire “commune” hein ?
        rien
        Schlomo43

      • 3 Septembre 2016 à 21h20

        IMHO dit

        Quel rapport ?????

        • 3 Septembre 2016 à 21h38

          lili23 dit

          inconscient collectif 

        • 4 Septembre 2016 à 10h24

          IMHO dit

          ou incontinence individuelle ?

        • 4 Septembre 2016 à 13h19

          Singe dit

          IMHO devrait faire gardien de musée, il a déjà le mood qu’il faut

        • 4 Septembre 2016 à 13h33

          IMHO dit

          Je suis gardien de musée, le Musée de Archaiosphère.
          Votre conservatoire, mes reliques chéries .

    • 3 Septembre 2016 à 20h36

      eclair dit

      Comme je le disais la pudeur est pour les hommes aussi.

      http://www.fdesouche.com/762287-un-franco-marocain-invente-le-pendant-masculin-du-burkini-afin-de-proteger-la-pudeur-islamique

      Ça faisait quelques années que j’allais au Maroc sans profiter de la baignade, car je n’avais pas de quoi protéger ma pudeur islamique, l’aoura, (du nombril jusqu’au genoux) » explique-t-il.

    • 3 Septembre 2016 à 20h30

      bartolomee dit

      @ Tous causeurs

      L’un d’entre vous pourrait-il avoir l’obligeance de bien vouloir me communiquer une définition globalement acceptée des mots “réac’” (pour réactionnaire, j’imagine) et fasciste.

      D’avance merci, ça m’éclairera car ils sont souvent utilisés dans les commentaires et pas toujours dans le même sens. J’avoue ne plus très bien saisir si c’est bien ou mal d’être “réac” ou encore “d’appartenir à la fachosphère”.

      Bonus : même demande avec “identitaire” et j’ose (“les c…ça ose tout, c’est à ça qu’on les reconnait”…) “antisémite”, et enfin “islamophobe”.

      • 3 Septembre 2016 à 20h58

        Saul dit

        c’est mal, très mal.
        d’ailleurs la définition de tous ces termes peut se résumer ainsi : le MAAAAAL (grondement de tonnerre, éclairs zébrant le ciel, nuages de souffre…)

        • 4 Septembre 2016 à 12h41

          bartolomee dit

          Peut être aussi des gargouilles malfaisantes tirant les “réacs” vers les entrailles bouillonnantes de l’enfer. Tandis que dans le ciel gravitent des archanges souriants, le visage éperdu de bonté qui répètent avec bienveillance “repens-toi et il te sera beaucoup pardonné”…???

      • 3 Septembre 2016 à 21h12

        IMHO dit

        Le web est rempli de dictionnaires, barto, cherche toi-même !

        • 3 Septembre 2016 à 22h06

          bartolomee dit

          J’ai trop peur de tomber sur une définition erronée…

          Venant de vous, je me sentirais plus en sécurité.

          PS. Merci de surseoir à ce tutoiement jacobin.

        • 4 Septembre 2016 à 2h13

          IMHO dit

          Dans Causeur, on s’honore du titre de muscadin et l’on se vouvoie ! Cherche toi-même, s’il-vous-plait .

        • 4 Septembre 2016 à 13h16

          Singe dit

          IMHO a visiblement à prouver un truc, à compenser, mais quoi ? microcéphalie ?

      • 4 Septembre 2016 à 13h27

        bartolomee dit

        @ singe

        Vous avez remarqué, vous aussi, combien l’expression écrite en dit long sur notre personnalité profonde ?

        Au cours du discours de réception de M. Yourcenar à l’Académie Française, Jean d’Ormesson dit ceci “Je sais tout de vous puisque je vous ai lue”

        Je garde cette phrase en mémoire ainsi que celle ci citée par Marc Lambron (réception à l’AF aussi) à propos d’André Lwoff “Ce qui rend pénible le métier de chercheur, ce sont les découvertes des autres”…

        • 4 Septembre 2016 à 13h31

          Singe dit

          oui, l’écrit est très révélateur, et les médiocres ne supportent pas que d’autres expriment aussi bien qu’eux ou mieux qu’ils ne le feraient les sujets qui leurs tiennent à cœur.

    • 3 Septembre 2016 à 20h29

      bartolomee dit

      @ Tous causeurs

      L’un d’entre vous pourrait-il avoir l’obligeance de bien vouloir me communiquer une définition globalement acceptée des mots “réac’” (pour réactionnaire, j’imagine) et fasciste.

      D’avance merci, ça m’éclairera car il sont souvent utilisés dans les commentaires et pas toujours dans le même sens. J’avoue ne plus très bien saisir si c’est bien ou mal d’être “réac” ou encore “d’appartenir à la fachosphère”.

      Bonus : même demande avec “identitaire” et j’ose (“les c…ça ose tout, c’est à ça qu’on les reconnait”…) “antisémite”, et enfin “islamophobe”.

      • 3 Septembre 2016 à 21h02

        Singe dit

        un réac ne pense pas comme il devrait, wala

    • 3 Septembre 2016 à 11h58

      jcm dit

        J’aime beaucoup cette approche et ce lien entre laïcité et discrétion.
       J’aime beaucoup moins la mise en cause de l’orgueil, qui est fondamentalement une qualité et non pas un défaut. L’orgueil, c’est l’amour de soi, la pierre angulaire du respect que nous devons avoir d’abord vis à vis de nous-mêmes avant de l’avoir vis à vis des autres, faute de quoi le chemin qui mène au renoncement à soi et à la soumission est tout tracé.
       L’individualisme , le droit de l’individu, restera toujours  ce qui distingue le totalitarisme de la république.
       On fait toujours cette dramatique confusion entre orgueil et vanité.
       L’orgueil est la qualité essentielle, intérieure, discrète , laïque, à protéger par tous les moyens. Pour une fois, même la “psychologie” semble être d’accord avec cette considération politique. Le trouble intérieur, le mal-être, la mauvaise estime de soi : voilà où mène la dénonciation de l’orgueil.
       La vanité, c’est l’orgueil dévoyé dans l’exhibitionisme, l’ostentation, le défaut de la qualité en quelque sorte.

       La laicité, la discrétion, sont deux valeurs parfaitement compatibles avec l’orgueil, seule la vanité est condamnable.    

      • 3 Septembre 2016 à 12h24

        IMHO dit

        Le bon mot c’est “fierté”, non “orgueil”. La langue française se nécrose, c’est clair .

      • 3 Septembre 2016 à 14h18

        Hannibal-lecteur dit

        Jcm, il me semble que votre définition de l’orgueil est fausse : les qualités que vous lui attribuez justifient la fierté, pas l’orgueil qui est une vanité au carré, contrairement à vos dires bien que la vanité, comme vous le dites, dévoie en outre l’orgueil vers l’exhibitionnisme etc. Que l’orgueil reste une ” qualité ” discrète ne lui retire pas son dėfaut insupportable : le mépris d’autrui, la certitude d’une supériorité qui, si elle existe, n’a pas à s’exprimer même en son for intérieur sans se rendre suspecte du fait même de son auto-proclamation.

        • 3 Septembre 2016 à 19h27

          Singe dit

          les deux commentateurs au dessus, ils sont curés non ? On dirait un sermon du père Dupanloup

        • 3 Septembre 2016 à 19h31

          IMHO dit

          Je suis juste un rusé linguiste .

        • 3 Septembre 2016 à 19h53

          Singe dit

          Des prétentions ?

        • 3 Septembre 2016 à 23h53

          jcm dit

          Vous ne faites que donner une définition “catholique”, morale et orientée de l’orgueil, qui en réalité est bien moins ostentatoire que la fierté, et fondamentalement  sain.
          L’orgueil, neutre, place l’individu au centre.
          La fierté montre cet orgueil, on peut la concevoir comme un médicament à l’usage de ceux qui ont perdu leur orgueil naturel, à consommer avec modération.
          La vanité s’en sert pour écraser  et fait perdre le sens de la réalité.
          Le fier est dans l’ivresse, le vaniteux est dans l’alcoolisme, l’orgueilleux est dans l’appréciation d’un bon vin. 

        • 4 Septembre 2016 à 3h38

          i-diogene dit

          Excellentes comparaisons, JCM.. Démonstration limpide..

          C’est comme la différence entre un vantard et un prétentieux, démonstration, non-pas par l’ alcool, mais par la scatologie:

          - le Vantard: AFFIRME qu’ il peut péter sans danger quand il a une gastro,

          - le Prétentieux : CROIT qu’ il peut péter sans danger quant il a une gastro..

          .. C’est au fond de culotte qu’on voit la différence..!^^

        • 4 Septembre 2016 à 10h16

          Hannibal-lecteur dit

          Non, JCM, il s’agit de différence profonde entre fierté et orgueil. Les deux peuvent être discrètes ou ostentatoires, celà n’est pas une différence entre elles mais dans la façon de les éprouver seulement …et de les pratiquer.

        • 4 Septembre 2016 à 10h50

          Hannibal-lecteur dit

          Singe, le père Dupanloup est plus célèbre pour ses roustons que pour ses sermons. Mais à l’Académie Française il s’intéressait sans doute déjã au vocabulaire. Pour ces deux raisons j’en fais mon maître. 
          Quant à voir du curé là où il n’y en a pas, d’où vous vient telle aberration? 

        • 4 Septembre 2016 à 13h07

          Singe dit

          L’Hannibal a toujours la leçon de morale à la bouche comme DSK la goutte au sguègue et il ne voit pas le rapport quand on parle de lui comme un genre de curé ?

          Et il se voit déjà à l’académie…

          gérontophile ?

      • 3 Septembre 2016 à 20h08

        Jean0308 dit

        les individus orgueilleux versent en effet souvent dans la vanité , le déballage de soi , le désamour des autres ( et de soi ) et la hiérarchisation en toute chose . Ensuite , ils glissent vers l’absence d’empathie et se construisent dans le rejet des autres .
        la galère pour l’entourage

        • 4 Septembre 2016 à 13h10

          Singe dit

          dit-il dans un commentaire orgueilleux

    • 3 Septembre 2016 à 11h33

      accenteur dit

      Il y a quelques années beaucoup de chercheurs s’intéressaient à ces problèmes de comportements en public. Certains avaient pu ainsi démontrer que dans une file d’attente toute personne qui se signalait par un micro-comportement “déviant” comme la couleur pétard d’un vêtement, des éclats de voix, etc provoquait autour d’elle une “bulle” plus importante, comme si les gens s’écartaient d’elle spontanément. Tout un chacun a pu constater le silence observé dans le train. Les Français en général parlent ou rient avec discrétion comparés aux Anglo-saxons. C’est dire l’agression visuelle que constitue pour beaucoup une façon de s’habiller différente et perçue comme agressive. Si ce n’est qu’en plus cette tenue revendiquée est l’emblème d’une religion qui essaie par tous les moyens d’étendre sa sphère d”influence.

    • 3 Septembre 2016 à 0h45

      IMHO dit

      C’est SE&O la seule rue qui ait changé de nom à Paris depuis vingt ans selon Wiki, changement scandaleux selon la réacopshère .
      Jugeons sur pièce:

      Richepanse ayant rétabli l’esclavage à la Guadeloupe sur ordre de Bonaparte, son nom a fini par déplaire.
      À l’initiative de George Pau-Langevin, alors conseillère du maire Bertrand Delanoë et du conseiller de Paris PS du 1er arrondissement Alain Le Garrec, la Ville de Paris a débaptisé cette voie qui porte depuis décembre 2001 le nom de Joseph Bologne de Saint-George, chevalier de Saint-George (1745-1799), une figure de l’émancipation des esclaves .
      Ce nom a été choisi en hommage à l’Association de la noblesse française qui y a son siège .
      En décembre 2001, SEULS les maires des 1er et 8e arrondissements se sont ABSTENUS sur ce vote( donc les autres ont voté pour)
      CETTE PROPOSITION AVAIT DEJA ETE FAITE PENDANT LA MANDADATURE PRECEDENTE (TIBERI) et avait été refusée

      • 3 Septembre 2016 à 16h11

        saintex dit

        Il ne s’agit pas de la reacosphere qui est un concept vague, flou, mouvant et uniquement  nommé de l’exterieur. On n’a jamais vu sur le bureau d’un ministre, un “rapport de la  ”reacosphere” sur tel ou tel sujet. Elle n’a pas d’adresse et n’existe que dans la tête de ceux qui on autant peur de ses grandes oreilles que de ses dents. En revanche, Thuot, son groupe de travail, son rapport, et sa proposition de changer le nom des lieux pou ne pas heurter les nouveaux citoyens sensibles est une réalité tangible et vérifiable. L’est aussi le mensonge sur Augustin. Franchement, ce n’est pas en ne semblant pas repondre et sur le mode cour d’ecole qu’on sort d’une impasse.

        • 3 Septembre 2016 à 18h35

          IMHO dit

          Hé bien, puisque c’est vérifiable, vérifions.

          Premier constat: Thierry Tuot n’a rédigé qu’un seul des cinq rapports remis à Jean-marc Ayrault en 2013:

          http://www.lepoint.fr/societe/rapport-sur-l-integration-on-sert-la-soupe-aux-islamistes-17-12-2013-1770634_23.php

          Qu’il y ait eu des proposition outrancières dans ces cinq rapports, qui en douterait ?
          Il y en a toujours ! On fait son intéressant !

          Second constat:
          La lecture de l’article du Point montre que ce n’est pas dans celui de Thierry Tuot qu’il faut les chercher, ces propositions, il désapprouve au contraire celles que cite le Point .

        • 3 Septembre 2016 à 19h21

          IMHO dit

          Troisième constat:
          ” modifier le nom des rues afin de les renommer en écho avec l’histoire des migrations » n’est pas dans le rapport de Tuot .
          J’ai cherché dans ce rapport (en annexe) Crl + F
          écho rue migration sans trouver ces mots dans la phrase ci-dessus ou une semblable .
          J’ai parcouru tout le rapport sans plus de succès.

          http://www.cnle.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_au_premier_ministre_sur_la_refondation_des_politiques_d_integration.pdf

          Donc, conclusion : Atlantico qui est la source de cette affirmation a fait un faux patriotique, un de plus, qui a atterri dans Wikipedia.
          Le fait que ce soit toujours dans Wikipedia indique que Thierry Tuot n’est pas narcissique ou pas du tout moderne .

          A part ça, ce rapport contient beaucoup d’idées irréalistes et irréalisables, compte tenu de l’état de l’économie française, mais si cette situation était à moitié aussi bonne qu’en Allemagne, la loi ne donnerait à un chômeur de plus d’un ans 3,42 € par jour pour nourrir un enfant jusqu’à quatorze ans, ce qui est le cas outre-Rhin .
          C’est beau, c’est grand, c’est généreux, la France!
          C’est la devise du rapport, en fait .
          Qui oublie que l’auteur de cette envolée a gelé pour toujours les pensions de vétérans africains à leur montant de 1959. .
          C’est aussi un rapport enthousiaste qui croit à l’abondance du lait de la tendresse humaine.
          On peut en sourire .
          Quant à l’adjectif “maghrébin” pour le baal techouva de mes deux, ce n’est pas un mensonge, juste une inexactitude ou une imprécision .

        • 3 Septembre 2016 à 19h28

          Singe dit

          la réacosphère est un terme inventé par les bien pensants pour justifier leur flemmardise du côté de la cervelle

        • 3 Septembre 2016 à 19h36

          IMHO dit

          http://www.fdesouche.com/tag/reacosphere

          Tous les articles taggués “réacosphère” dans un site
          au -dessus de tout soupçon .

        • 3 Septembre 2016 à 19h40

          Saul dit

          C’est un anachronisme comme le dit Saintex. Et donc un mensonge, délibéré aussi je pense
          Autant dire que Vercingétorix était français, c’est de la même veine.

        • 3 Septembre 2016 à 19h55

          Singe dit

          ça ne contredit en rien ce que je viens de dire, qualifier quelqu’un de réac c’est un truc de flemmard incapable d’argumenter

        • 3 Septembre 2016 à 19h56

          IMHO dit

          Augustin appartient à une famille Punique de la classe aisée « en voie de prolétarisation
          Augustin se considérait comme punique ( c’est-à-dire carthaginois ).
          Le père d’Augustin est un romanisé païen du nom de Patricius.
          Sa mère Monique dont le prénom semble indiquer des origines berbères

          Saintex aurait-il bondi moins haut en l’air si Tuot avait écrit “le berbère Augustin” ?

        • 3 Septembre 2016 à 19h58

          Saul dit

          Passons sur le diagnostic délirant que Tuot fait du pays (j’ai l’impression qu’il décrit le 3ème reich)
          Pas mal de conneries contenues dans ce rapport. Par exemple il ment quand il écrit “L’islam exige qu’on enterre ses fidèles d’une certaine manière et en terre consacrée, et la République, qui a construit l’espace public en le laïcisant, parfois à outrance,
          refuse de facto qu’on pratique sur le sol des cimetières les rites qui rendraient l’enterrement possible.”

          C’est tout simplement faux

        • 3 Septembre 2016 à 20h55

          Saul dit

          ça ne change rien à l’affaire, qualifier Augustin de “maghrébin” est bien un mensonge (Saintex a d’ailleurs répondu avec “Numide”, le nom donné à l’époque aux Berbères du coin).
          Je viens de relire ce rapport. Le gars écrit bien, a tout de même une vision nuancée (en attaquant les zozos ne voyant dans l’Etat qu’un nouveau Vichy) mais a une vision totalement fausse de la société française. La même qu’en possède nos élites parisiennes.
          En gros celle d’une élite blanche, d’une classe moyenne itou et de classes populaires uniquement composées d’immigrés et d’issus de l’immigration (son passage à l’accès à la culture est assez édifiant là dessus), soit une ignorance totale de ce que l’on appelle la France périphérique et de manière générale ce que sont véritablement les classes populaires.
          Bref complètement déconnecté des réalités du pays, à la masse complet le gasier.

        • 3 Septembre 2016 à 21h24

          IMHO dit

          Tu as relu le rapport, Laus ? Mon oeil!

        • 3 Septembre 2016 à 21h32

          Saul dit

          Gratte le alors. tu crois ce que tu veux, je viens de le terminer tout à l’heure (en suivant ton lien…)
          J’avais lu les 5 à leur sortie, c’était du lourd nomdidju !
          (celui disant que “la France a une conception ethnique de la nation” m’avait bien marqué, on sent que les mecs abusent de substances illicites, et de la bonne !)

        • 3 Septembre 2016 à 21h40

          Saul dit

          j’adore aussi le passage où la France elle fait rien qu’à mettre des bâtons dans les roues pour la construction de mosquées (passons sur les propositions où il tortille bien du fion là) il devrait se rappeler qu’il y a 40 ans il n’y en avait à peine que 200 sur tout le territoire, et qu’aujourd’hui on en est à 2700 (pas loin de 3000 avec celles dont la construction a débuté).
          En 1500 ans, 40 000 églises ont été construites. Faire le rapport, c’est assez simple et l’on verra qui a le meilleur ratio…

        • 3 Septembre 2016 à 22h16

          Villaterne dit

          Son laïus sur la mise en terre des musulmans laisse pantois.
          »Qui ne voit que la violence faite aux musulmans ne peut ici que résonner dans le cœur de leurs enfants? Qu’est-ce que cette patrie – la terre des pères– qui refuse que dans sa terre soit enseveli leur père ? Quelle est la nation qui aime assez ses enfants pour imposer que le devoir filial qu’on rend à ses morts en se recueillant sur leurs tombes ne puisse l’être qu’à l’étranger?

          En clair pourquoi faudrait-il des carrés musulmans, alors que les défunts des autres religions, ou sans religion, sont côte à côte dans le cimetière sans que cela pose le moindre problème? Et bien c’est simple. La Commission saoudienne de la fatwa est intraitable et considère qu’il n’est jamais permis d’enterrer un musulman parmi les mécréants. Cette position est suivie par les «musulmans de France » de l’islam modéré, car ils sont « obligés » d’aller enterrer leurs morts au bled.
          De fait La revendication du carré musulman devient une revendication d’une terre d’islam arrachée sur le territoire des mécréants. Son obtention est une victoire du jihad.

        • 3 Septembre 2016 à 22h30

          Saul dit

          Salut Vil,
          tout laisse pantois dans ce rapport (encore que sur les foyers Sonacotra bon ok). mais lis les 4 autres, celui ci à coté c’est gentillet.

        • 3 Septembre 2016 à 22h51

          Villaterne dit

          Salut Saul,
          Les quelques extraits parcourus m’ont suffi. Et puis 98 pages c’est beaucoup trop pour être sérieux. ;))
          Bon t’as vu, les présidentielles c’est parti ! On va pouvoir rire un peu !

        • 3 Septembre 2016 à 23h16

          Saul dit

          bah y’a beaucoup de pages de marque, de page blanche, annexes etc. En réalité il ne doit faire qu’une cinquantaine de pages, ce qui est en effet énorme, mais l’objet de ce genre d’exercice, un fléau dans la fonction publique, c’est de surtout faire du remplissage, ça fait “sérieux” (me souviens qu’un de nos formateurs nous serinait “n’oubliez pas que vos rapports sont destinés à des élus”, tu parles Charles, je comprend mieux ce parfait exercice de langue de bois !). Aparté : pour ceux qui voudraient s’éviter le pavé, lire l’annexe 3 à la fin qui synthétise l’ensemble de ses propositions. Bon ça reste quand même plutôt vague.
          Pour cette histoire de changement de nom des rues, voir le chapitre sur l’histoire des mémoires vivantes ou partagées bref un truc du genre où il évoque les “dénominations” devant parler aux habitants. il ne le dit pas que ça concerne le nom des voies bien sur, on sent qu’il prend ses précautions pour rester le plus vague possible. c’est comme ça dans tous le rapport, y’a du style mais on sent le formatage langue de bois, en dire le moins possible tout en en faisant des tonnes.
          Et c’est clair que la présidentielle semble trèèèès prometteuse :-))

        • 4 Septembre 2016 à 2h18

          IMHO dit

          Wiki:

          Liste des mosquées de France

          La présente liste de mosquées de France n’est pas exhaustive. Le ministère de l’intérieur dénombre, en 2014, 2 368 lieux de cultes musulmans dont 2 052 en France métropolitaine.
          Il existe environ 90 mosquées et 350 projets de construction.

          Et le Figaro:

          http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/08/30/01016-20110830ARTFIG00587-les-lieux-de-culte-musulmans-ont-double-en-vingt-ans.php

        • 4 Septembre 2016 à 2h38

          IMHO dit

          La seule occurrence du mot DENOMINATION dans le Rapport de Thierry Téot , page 34

          Inversons d’emblée la tendance. Posons comme principe que toute rénovation urbaine doit
          commencer par célébrer les habitants : leur passé, leur itinéraire, leur histoire.
          Si on ne peut garder les murs et les lieux, que du moins on en construise la mémoire. Une fraction de la ressource, dans le cadre (qu’on définit plus bas) de la construction d’un projet social de
          rénovation, associant les habitants, et conçu pour eux (avec un volet subordonné d’investissements inspirés par et résultant de ce projet social) doit être consacrée à l’édification préalable de ce lieu de mémoire.
          Racontée et attestée par les habitants, illustrée par eux, célébrée et commémorée, – par le mobilier urbain, les DENOMINATIONS, les cérémonies adéquates, – elle doit permettre que la rénovation ne soit pas un effacement, du passé et des personnes, mais une histoire qui se poursuit.
          Concrètement le projet de rénovation, quels qu’en soient le lieu et la forme (destruction d’une ancienne cité ouvrière, rénovation d’un foyer de travailleurs migrants, disparition d’un squat d’une copropriété dégradée, refonte complète d’un quartier sur financement ANRU…) doit faire l’objet d’un préalable adapté, conduit par les associations et les collectivités publiques, semblable au moment qu’est, toute chose égales par ailleurs, la phase
          d’archéologie préventive avant un chantier : une investigation mémorielle, temps de recueil
          et de collation, de mise en scène et de conservation, de transfert et de préservation s’il se peut.
          Il peut y avoir, dans la pire barre de béton, des lieux sacrés ou symboliques, des marqueurs sociaux ou collectifs, parfois des œuvres d’art, des hauts lieux sus et connus de ceux qui y commirent de hauts faits, microscopiques peut être, mais représentatifs d’une histoire dont on sait aujourd’hui combien elle est essentielle à l’écriture de l’Histoire

        • 4 Septembre 2016 à 2h42

          Saul dit

          chiffre de 2014 et liste non exhaustive donc.
          En cherchant un peu, on trouve seulement 100 mosquées en 1970. Et plus de 2500 aujourd’hui (accordons nous sur chiffre de l’Intérieur datant de cette annéece chiffre de l’Intérieur datant de cette année. Chiffre lui non plus qui n’est pas exhaustif, curiosité dans une France tellement fan des stats et suradministrée mais bon passons. + “410 projet de construction en cours” toujours d’après cet article d’un journal n’appartenant pourtant pas au maaaaal, celui-qu’il-ne-faut_pas-nommer ;-))
          C’est curieux mais je doute fort que lors de la christianisation des Gaules, le rythme de construction des églises atteignait un tel niveau que l’on serait tenté de qualifier, je ne sais pourquoi, comme frénétique…

        • 4 Septembre 2016 à 2h58

          Saul dit

          mais tiens, ce journal ci va bien plus loin en disant, et toujours en 2014, que “leur nombre est proche de 3.000 (entre 2.300 et 3.000 mosquées)”.
          Qu’ “En 40 ans, le nombre de mosquées a été multiplié par 30″.
          Journal dont on ne peut douter puisqu’il s’agit de “Des dômes et des minarets – le journal des mosquées de France”. J’espère que la réacosphère (argh, j’ai prononcé le nom maudit…Lord Voldemor, pitié !) ne le lit pas.
          Bref heureusement que la France est vent debout sur l’implantation de mosquées sinon qu’est ce que ce serait ! (“qui a dit “grand remplacement” au fond ? qui ! Que le malandrin se dénonce immédiatement !” Ces zozos de l’inclusif ne se rendent même pas compte qu’ils donnent du grain à moudre aux tenants de cette thèse, quelle pitié…)

          La dénomination, c’est bien ce passage là. Bien vague et soporifant comme il faut, t’inquiètes, c’est fait exprès, faut pas choquer le chaland en lui annonçant la couleur comme ça mais au contraire l’endormir…dooors, tes paupières sont louuuurdes

        • 4 Septembre 2016 à 3h00

          Saul dit

          Punaise, j’apprends que la France a annexé Liège…

        • 4 Septembre 2016 à 13h14

          Singe dit

          IMHO doit bien se faire suer pour verser dans une telle logorrhée…

      • 4 Septembre 2016 à 2h59

        IMHO dit

        Rappelons la raison d’être des interventions ci-dessus : répondre à ceci écrit par Golvan .

        Je réécris: Thuot traître à son pays.
        Et je me doute bien que ça n’est pas votre avis (avis d’IMHO)
        En réalité tout dépend de ce qu’on appelle “traître”, et également “son pays”.
        Thuot est un immigrationniste militant et un sympathisant de l’islam, d’une part, et considère que la France telle qu’elle est ne peut se perpétuer puisqu’elle est frileuse et rance, et qu’il lui faut accepter l’apport formidable d’éléments exogènes qui la régénéreront d’où son rapport sur la “Société inclusive”, tout un programme (délirant).

        Il apparaît à la lecture du rapport que cette énième vocifération est aussi infondée que les précédentes .

        • 4 Septembre 2016 à 3h04

          Saul dit

          J’ignore si c’est un traitre, et c’est sans doute infondé, mais en revanche l’affirmation ” la France telle qu’elle est ne peut se perpétuer puisqu’elle est frileuse et rance, et qu’il lui faut accepter l’apport formidable d’éléments exogènes qui la régénéreront d’où son rapport sur la “Société inclusive”, tout un programme ” est tout ce qu’il y a de plus fondée à la lecture de son rapport.

        • 4 Septembre 2016 à 3h21

          Saul dit

          “immigrationniste militant et un sympathisant de l’islam”

          militant et sympathisant je l’ignore, mais le moins que l’on puisse dire est qu’il a la vision d’une laïcité extrêmement bienveillante vis à vis de l’islam et voit d’un bon oeil les mouvements migratoires, ça c’est certain.

        • 4 Septembre 2016 à 3h31

          IMHO dit

          Un chose qui saute aux yeux est que ce Rapport est un texte gaulliste, du gaullisme de Louis Vallon et de René Capitant, cinquante ans après.
          Thierry Tuot est un vrai patriote, avec la sincérité, l’honnêteté et les illusions qui vont avec, et si vous ne le voyez, vous Saul et compagnie, c’est parce que votre attachement à la France est celui d’un ragoût brûlé à une casserole

        • 4 Septembre 2016 à 3h52

          Saul dit

          Je doute trèèès fortement que de Gaulle aurait apprécié un tel rapport. Ni même Vallon et Capitant.
          Que Tuot soit patriote, peut être, bien que j’en doute fortement il me semble à l’image de ces élites qui haïssent la France. C’est surtout un gros bisounours ne comprenant strictement rien au pays et aveugle à ce qui le menace. Le genre de gonze qui aurait cru Hitler sur parole à Munich. Je le verrais bien comme personnage dans “Soumission”, il serait parfait.

    • 2 Septembre 2016 à 17h33

      Orwell dit

      Le mot “laïcité” m’a toujours posé un problème dans la mesure où il signifiait à mes yeux “neutralité” alors que tant de tartuffes l’évoquaient pour masquer leur haine de la religion chrétienne (je les appelai volontiers des “laïcards”). En outre, je reconnais que la loi de 1905 n’avait jamais vraiment passé à mes yeux en tant que catholique plutôt réactionnaire. Je la considérai comme “la loi de l’infamie” érigée comme arme anti-catholique par les athées de la III° République. Mais heureusement les temps changent et je me souviens des propos d’un professeur d’université selon lesquels cette loi avait plus émancipé les catholiques du régime séculier que l’inverse, étant donné le rapport de force qui était alors en 1905 en faveur de la III° République et non de l’Église. Aujourd’hui, j’agrée à votre définition : “laïcité = discrétion pour ne pas choquer les autres, tolérance envers celui qui n’adhère pas aux mêmes convictions que moi, même si ce dernier me casse parfois les bonbons”. En gros, “laïcité” exige le respect de l’autre, non sans des contrariétés qu’il faut savoir garder pour soi. Vivre et laisser vivre. La philosophie séculière n’exige que l’instauration de règles permettant le “vivre ensemble”, elle est trop réaliste pour imiter l’idéal chrétien irréalisable du “aimez vos ennemis”. Malheureusement, comme vous le soulignez, nous n’en sommes plus là. L’affichage arrogant et insolent de sa différence est devenu pour bien des musulmans une provocation synonyme d’agression et de haine de “l’infidèle” et du “mécréant”. Et cette provocation est inspirée par un refus du respect de l’autre et de ses convictions propres. C’est pourquoi ces attaques permanentes contre la “laïcité quotidienne” (et non la “laïcité dogme pontifiant et fétiche” comme la présente encore trop de naïfs)sont inadmissibles. Elles témoignent bien d’une volonté de nous faire la guerre, et nous contraint à leur opposer une “laïcité de combat”, au nom des valeurs démocratiques.

      • 3 Septembre 2016 à 11h41

        accenteur dit

        Intéressant. Comme quoi le sens d’un terme – ici, laïcité – est relatif à une époque, à l’usage qu’on en fait, à ce qu’il attaque ou à ce qu’il défend.

    • 2 Septembre 2016 à 17h32

      saintex dit

      Il aime à chaud.
      J’ai failli être long et rechercher des éléments dans ce rapport. Mais après décantation, je peux être (un peu) plus bref.
      Saint Augustin (1) n’était pas maghrébin pour la simple et bonne raison que le Maghreb n’existait pas. C’est un nom arabe, conséquence de la colonisation de l’Afrique du Nord par les Arabes (qui n’ont jamais décolonisé). Il était d’un province nommée Afrique ou Numidie, je ne sais pas exactement. Mais je retiens Numide parce que ça me fait mouiller. Maghrébin est un mensonge, et tout à fait délibéré. Cela me rappelle les anciens documents soviétiques disant que Tchaïkowski était né en URSS. Le but du mensonge était simple, faire penser que l’URSS avait produit ce grand artiste. Il est ici d’assimiler les Maghrébins à un Père de l’Eglise afin de faire valider leur venue.
      Je ne crois pas qu’il y ait ici ou ailleurs, une majorité de gens pour dénier que la France est un pays de mélange, ou pour refuser le principe d’une immigration en fonction d’une seule origine géographique. Tout à fait d’accord avec ceci : ” Toute personne qui passe nos frontières est bienvenue – qu’elle visite ou qu’elle séjourne ; toute personne qui passe nos frontières est sous la protection de la France. Ne comptons pas pour rien que les plus miséreux, dans leurs rêves infinis”
      Seuls les comportements de certains immigrés, comportement récents et qui sont bien inspirés et appuyés par les politiques français, sont sujets à caution et font l’objet d’un rejet, pourtant moindre que celui que les racailles expriment.

      • 2 Septembre 2016 à 17h33

        saintex dit

        Regarde moi bien dans les yeux et dis moi clairement si tu penses que je reçois mal un étranger, a priori, et selon son origine ?
        Donc mensonge en préambule, comme Radio-Paris ou la Pravda (comme son nom ne l’indique pas). Pourquoi ? Met de l’huile petit homme, la pilule est trop grosse à avaler. Il ne s’agit ni plus ni moins que d’un projet anti-constitutionnel. Sans aller plus loin que ce qui est mentionné ici, changer les noms de rue et de lieux pour “complaire” aux gens d’origine étrangère signifie les considérer différents. Il y a des agnostics, des athées et peut-être des protestants à Sainte-Mère l’Eglise. Et dans beaucoup d’autres “bleds” aux noms d’origine chrétienne, ils ne se sentent ni stigmatisés ou rejetés. Parce que, en tant que Français, ils ne se sentent pas différents des chrétiens concernant le patrimoine toponymique de leur pays. Ils l’assument. La France est un tout, un seul peuple, une seule et indivisible république. Les mêmes droits pour tous, et le même devoir de recevoir l’héritage dont les noms propres sont le premier élément celui de la patrie. Pourquoi et comment le prononcer si sur son sol notre coeur frémit de l’exil (merci Alphonse).
        Changer nos noms, balancer celui de nos parents et grands-parents aux orties, parce que des “français différents” ne les supportent pas, c’est contraire aux principe de notre république. Ceci en plus d’être incohérent. Non seulement des citoyens sont considérés différemment, mais ce principe de l’inclusion tend de façon avouée, non pas vers le mélange, mais vers la disparition d’une des deux cultures. Ceci quand l’autre continue de vivre ailleurs . C’est plus qu’une transplantation au sein d’un territoire ou qu’un Imperium in Imperio, c’est un anéantissement délibéré, un grand remplacement des noms de lieux.

        • 3 Septembre 2016 à 19h56

          Singe dit

          Quelle logorrhée diarréhique

        • 4 Septembre 2016 à 12h03

          Hannibal-lecteur dit

          Noyée sous votre vomissure?

        • 4 Septembre 2016 à 13h46

          saintex dit

          C’est vrai ça, il y a bien trop de mots !&

        • 4 Septembre 2016 à 14h05

          Laurence dit

          Mais pas du tout Saintex, c’était très bien.

    • 2 Septembre 2016 à 13h16

      thierryV dit

      Pas de laïcité car cette neutralité ouvre les portes aux conquérants . En conséquence il faut affirmer notre primauté judeo chrétienne , l’inscrire et en tirer les conséquences équivalentes , en réponses aux provocations islamistes. C’est la seule porte de sortie civilisationnelle . Pour le reste il faut d’autres courages et des slip renforcés.

      • 2 Septembre 2016 à 17h56

        i-diogene dit

        Bin, tiens: la religion judéo-chrétienne n’ a pas plus le droit de cité que les autres religions..

        - Laïcité..!^^

        • 3 Septembre 2016 à 9h33

          thierryV dit

          Justement si puisqu’elle est chez elle . A moins que vous ne deniez cette relation millénaire auquel cas , en effet, vous favorisez les ennemis . Ce qui est déjà plus clair .La mort de la religion en tant que culture (on ne demande a personne de s’agenouiller) c’est la mort de notre nation . Les islamistes l’ont si bien compris qu’ils s’engouffrent dans la brèche ouverte par nos “libres penseurs” qui ne sont en fait que des tueurs de civilisation européennes .Ce n’est pas pour rien que la mémoire est chassée par ces gens .Ils ont pris fait et cause pour une alliance destructive avec les plus déterminés . Car une chose choque dans cette histoire : Tout plutôt que les racines .
          Nous parlons là de déclaration de guerre entamée par un voltaire haineux .Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que les descendants des lumières verrouillent ce qui reste de mémoire , quelques essayistes en ont fait l’amère expérience au bicentenaire.

        • 3 Septembre 2016 à 19h43

          Saul dit

          ben si. Pas en tant que religion mais en tant que culture. La France est un pays de culture chrétienne, c’est indéniable.

    • 2 Septembre 2016 à 11h07

      Pig dit

      Qu’est-ce que c’est bien écrit ! Merci.