La refondation Ripolin de Najat Vallaud-Belkacem | Causeur

La refondation Ripolin de Najat Vallaud-Belkacem

Hé oh la gouache !

Auteur

Laurence David
est enseignante.

Publié le 07 juin 2016 / Politique Société

Mots-clés : , , ,

Meeting d'"Hé oh la gauche !" à Paris en avril dernier (Photo : SIPA.00752920_000005)

Toujours à la pointe, Najat Vallaud-Belkacem vient de se saisir avec plusieurs mois d’avance du marronnier de la rentrée : le poids des cartables (parce qu’elle écoute le peuple, elle a bien vu qu’à TF1, tous les ans, ils parlent de ça, donc c’est que ça doit être important). D’ailleurs elle a commencé par alléger le contenu des manuels et des programmes, c’est vous dire si elle prend le sujet à cœur.

Comme Florence Robine (la directrice générale de l’enseignement scolaire) lui a dit qu’il fallait arrêter de lire (ou peut-être parce qu’elle pense que les enseignants ne savent pas lire, puisque qu’ils sont tous allés à l’école avant sa merveilleuse-refondation-qui-fait-la-réussite-de-tous), elle a pris soin de produire un document tout en  pictogrammes.

En plus, elle est très développement durable. Les enfants devront faire l’année avec un seul bâton de colle et un seul effaceur. Je conseille à tous de commencer l’entraînement dès maintenant, parce qu’actuellement, quand ton enfant réussit à faire le mois avec, c’est un miracle.

Point positif pour l’élève, en primaire, si ses parents lui achètent la boîte de gouache et les pinceaux demandés, il pourra en tirer pleinement profit… à la maison ! Car dans le premier degré le matériel d’arts plastiques est acheté avec les crédits de fonctionnement alloués par les communes ou les intercommunalités. Il semble donc que le souci du « pas d’amalgame » ait épargné le ministère de l’Education nationale qui n’hésite plus à commettre des directives identiques pour les premier et second degrés, dont les fonctionnements diffèrent pourtant de façon notoire.

Soyons indulgents, Najat ne peut pas tout savoir, déjà, elle a dû faire la tournée « Hé oh la gauche ! » avec la veste bleue de Ségolène pour avoir l’air d’une future Première ministre,  elle ne peut pas en plus savoir comment fonctionne une école.

Pourtant tout était bien parti, comme en atteste la source de sa liste de commissions : un rapport sur la « Grande pauvreté et réussite scolaire » en 224 pages et 69 propositions signé par Jean-Paul Delahaye, inspecteur général de l’Education nationale.

Les pistes étaient prometteuses : 14 propositions reposaient sur des créations de postes,  10 impliquaient des temps de formation et 8 des hausses de budget.  11 mesures devaient aboutir à  de nouvelles directives  et 9 à la mise en place d’évaluations diverses. Une charge supplémentaire pour des personnels déjà submergés par des directives désordonnées et prises sans aucune pertinence quand au déroulé d’une année scolaire. Si l’on ajoute à cela la tirelire déjà cassée pour tenter d’acheter le vote des enseignants, il ne restait pas grand-chose pour financer le plan Jean-Paul…

Il faut donc reconnaître une certaine forme de sagesse à ne retenir de ce copieux rapport que les conseils sur le contenu de la trousse. Pour le reste, l’égalité attendra.

Pour ce qui concerne l’égalité, on repassera…

Ainsi, il  n’y aura pas d’égalité car on a compté pour quantité négligeable ceux des plus modestes qui quelquefois parviennent à se glisser dans ces zones que le ministère a considéré comme favorisées et à qui il a retiré du personnel pour « concentrer les moyens là où il y a de vrais besoins ».

Il n’y aura pas d’égalité car on a refusé de reconnaître qu’avant même le changement qui devait être « maintenant », les crédits pédagogiques alloués aux écoles par les communes variaient déjà dans des proportions de 1 à 10 (selon une enquête du SNUIPP).

Il n’y aura pas d’égalité car on a camouflé les dégâts de la réforme des rythmes scolaires en asseyant son évaluation sur une saisie informatique de données confiée… aux mairies dont la docilité conditionne l’obtention de maigres subsides.

Il n’y aura pas d’égalité car on a soigné l’électorat bobo en maintenant les classes de latinistes à Paris et en les détruisant ailleurs.

Il n’y aura pas d’égalité car on a encouragé les éditeurs à commettre des manuels aux contenus indigents, pendant que les plus favorisés ont des bibliothèques foisonnantes à la maison.

Il n’y aura pas d’égalité car on va supprimer les livrets en maternelle au profit d’un catalogue photographique rassemblant uniquement « les exploits de l’enfant », ce qui réservera ainsi aux seuls parents les plus éclairés la possibilité de se rendre compte d’éventuelles difficultés chez leur enfant et d’y remédier.

Le goût de la « refondation de l’école » à la sauce Hollandaise sera donc bien amer : du dogmatisme, de l’angélisme, de l’idéologie, du cynisme, du mépris, du mensonge, du clientélisme… Mais de l’égalité réelle nulle trace et une affiche infantilisante sur la liste des courses ne trompera personne sur cet état de fait.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 11 Juin 2016 à 13h53

      chboyer dit

      Vous ne pouvez pas les laisser bricoler en paix? Vous voyez bien qu’ils apprennent. Un peu de pédagogie que diable

    • 10 Juin 2016 à 15h20

      Franck dit

      Pour être agrégé en fonction depuis 8 ans, je peux témoigner de l’incroyable marche vers le néant de l’enseignement dans les collèges!
      Seulement, pour la première fois, c’est la “ministre de l’éducation”en personne qui, en tête de la Grosse fanfare composé de nos pédagogues-idéologues, frappe sur la Grosse Caisse, et de bon coeur on dirait…
      Il est à craindre que nos chers élèves qui regardent beaucoup T F 1 eux aussi ne se laissent charmés par les flonflons de l’égalitarisme comme les malheureux enfants du célèbre conte se sont laissé séduire par un simple joueur de pipeau
      Mais, comment madame “la ministre” fait-elle, malgré sa naïveté, son inexpérience, sa fraîcheur, pour ne pas voir qu’elle entraîne tout ce beau monde, et un pays tout entier vers le bord d’un gouffre?
      Peut-être bien, madame “la ministre” confond t-elle l’image que TF1 lui renvoie du peuple avec le peuple lui-même?

      • 10 Juin 2016 à 15h26

        la pie qui déchante dit

        C’est parce qu’elle est naïve, inexpérimentée, fraiche , candide(?) …

        • 11 Juin 2016 à 16h19

          Chriff dit

          Oui exact. Jeune, belle, maghrébine et femme… 
          Ah! Najat que d’articles et de commentaires en ton nom. 

    • 9 Juin 2016 à 19h45

      Guenièvre dit

      Chriff a raison : il faudrait tout de même arrêter de critiquer sans arrêt NVB. Elle mérite bien quelques compliments .
      NVB ne fait que continuer l’entreprise de démolition de l’E.N, ce qu’ont fait ses prédécesseurs depuis maintenant plus de 20 ans… Et elle se montre très performante !
      Enfin je pense qu’on l’a un peu aidée mais cela ne lui enlève pas son mérite…

      • 11 Juin 2016 à 18h40

        plouc dit

        mamie , mamie , mamie !!!!!
        prout prout avec ton petit trou du cul dans ton clapet à betises !!!
        mamie , mamie , mamie !!!!!!

        • 11 Juin 2016 à 19h03

          C. Canse dit

          À Plouc

          Vous ne percevez pas l’ironie ? 

    • 9 Juin 2016 à 3h31

      Chriff dit

      Madame Laurence David
      Vous portez des coups aveugles et violents contre Mme Najat Belkacem la jeune, belle, maghrébine et surtout la première femme ministre de l’Education Nationale de toute l’histoire de France.
      Ah! si il y a quand même une petite phrase positive dans cet article incendiaire mais qui se veut assassine contre la jeune ministre:
      “Il faut donc reconnaître une certaine forme de sagesse à ne retenir de ce copieux rapport que les conseils sur le contenu de la trousse.”.
      Voila qui se veut drôle et qui est dit avec suffisance pour mieux finir plus loin par des termes empoisonnés:
      “..du dogmatisme, de l’angélisme, de l’idéologie, du cynisme, du mépris, du mensonge, du clientélisme… “. 
      Vous tenez le genre de discours haineux sans discernement et stérile contre NVB qui fait de son mieux dans ce ministére très difficile alors que beaucoup de ses prédécesseurs masculins n’ont pas assumé aussi bien qu’elle. Comme beaucoup de femmes ici à Causeurs, d’E. Levy à la vieille stars du porno Brigitte Lahaie, c’est cela qui vous dérange. 
      Il serait préférable pour vous de retourner vous occuper de votre maternelle si les heures consacrées à cette littérature insidieuse vous en laissent le temps.
      Il reste tout de même à espérer que les tout petits bébés qui doivent vous subir n’entendront pas vos inepties. 
      Les pauvres enfants.,, 

      • 9 Juin 2016 à 6h58

        QUIDAM II dit

        Vous seriez bien aimable de ne pas toujours qualifier de « haineux » ceux qui ne partagent pas votre vision des choses… qui s’autorisent à ne pas applaudir une ministre qui qualifie de « pseudo-intellectuel » un honorable professeur de philosophie, et qui simplement constatent le naufrage désastreux de l’éducation en France.

        • 9 Juin 2016 à 14h02

          IMHO dit

          “Haineux ” est le mot français pour “bienveillant’ en causerien.

        • 9 Juin 2016 à 15h54

          Chriff dit

          “Haineux” est le simple constat des propos véhéments utilisés par l’auteur de l’article contre Najat Belkacem notre jeune ministre, belle et femme maghrébine. 
          Et Mme Laurence David serait directrice d’école maternelle!
          Si les petits qu’elle a en charge venaient à entendre ce genre de discours vous conviendrez qu’ils seraient à plaindre.
          Les pauvres enfants…

      • 9 Juin 2016 à 16h25

        QUIDAM II dit

        On se fiche qu’un ministre soit beau (ou belle), maghrébin ou « souchien », jeune ou vieux… parce qu’il n’y a pas lieu d’en être amoureux.

        On ne voit pas de haine dans les propos de Mme Laurence David.

        En revanche Mme Najat Vallaud-Belkacem, en qualifiant les observateurs critiques de sa gestion de « pseudo intellectuels », a révélé un mépris inqualifiable et risible de la part d’une jeune femme qui, sans la politique, ne pourrait être qu’une de leurs étudiantes.
         

        • 9 Juin 2016 à 19h20

          Chriff dit

          Expliquez-nous alors les innombrables articles chez Causeurs contre cette ministre belle, jeune et maghrébine?
          Que des attaques, toujours des attaques rien que des attaques à tout propos!
          A leurs yeux aveugles et inquisiteurs il n’y aurait rien de bien chez cette femme. 
          Étrange? Même les académiciens habituellement endormis dans leurs fauteuils douillets, rejoins par un certain Finkielkraut adulé à Causeurs, se sont réveillés après avoir été incités à crier haro sur l’infidèle. Depuis ils se sont vite assagis ayant reconnu que ce n’etait pas dans la tradition de l’Academie de s’en prendre à un ministre. Ça ne s’etait  d’ailleurs jamais vu depuis sa création par Richelieux. 
          Lamentable.  

        • 11 Juin 2016 à 18h56

          C. Canse dit

          À Chriff

          Pourquoi autant d’articles sur la réforme défendue par ce ministre ?
          Parce qu’elle est in-com-pé-ten-te, au lieu d’accroître l’enseignement de la langue officielle de la France, elle le diminue, préparant au chômage nombre d’enfants d’immigrés, nombre d’enfants “souchiens” (comme les appelle une dame qui n’a de place qu’à l’asile) parmi les familles les moins favorisées.

          Tout le monde se moque qu’elle soit femme, fille d’immigrés, belle ou laide, seul l’avenir et du pays et des enfants compte.
           

        • 11 Juin 2016 à 18h59

          C. Canse dit

          À Chriff

          C’est Madame le Ministre qui est incompétent, sa réforme est pathétique car elle ne participe pas à l’intériorisation par tous de la culture française. 

        • 11 Juin 2016 à 19h02

          C. Canse dit

          À Chriff

          L’illettrisme a de beaux jours devant lui avec ce ministre de l’Éducation Nationale, l’arabe qui sera enseigné dès le CP en région parisienne s’écrit de droite à gauche et n’a pas un alphabet romain.
          Où les petits apprendront-ils le français si ce n’est à l’École ?
           

    • 8 Juin 2016 à 13h58

      Emet01 dit

      D’autant plus ridicule la Najat que le problème des cartables lourds est aujourd’hui quasiment résolu depuis la généralisation du cartable à roulettes et la numérisation progressive des livres scolaires associée à l’utilisation de tablettes ou liseuses permettra de stocker la totalité des livres scolaires dans 250 g environ (+ trousse, etc), on devrait s’en sortir à terme pour moins de 1 kg !

    • 8 Juin 2016 à 3h25

      thierryV dit

      Dans ce pays , il suffît de faire mousser autour d’un projet pour que ,finalement , le projet prenne corps . Entraînant un buzz permanent autour de médias “formateurs”. Les pros de l’événementiel ( ouah..) connaissent l’astuce pas cœur.

      • 8 Juin 2016 à 4h54

        thierryV dit

        Les lois ou les réformes les plus déjantées peuvent êtres ainsi introduites sur la durée . Le travail de labourage finit toujours par payer .

    • 8 Juin 2016 à 1h10

      lpj dit

      Bon article mais une faute (d’orthographe bien sûr !)”aucune pertinence quand au déroulé d’une année scolaire” au lieu de “aucune pertinence quant au déroulé d’une année scolaire” fait mauvaise impression.
      Un peu comme la feuille de salade collée sur la dent du séducteur qui sourit .

    • 7 Juin 2016 à 22h24

      Cardinal dit

      Laurence David prend le problème par le mauvais bout.
      Par exemple dans le cas du bâton de colle et de l’effaceur annuel, le but est de faire fabriquer des bâtons de colle et des effaceurs plus gros et plus longs.
      Une relance de l’industrie en France.
      En plus on donne du travail aux photographes en remplaçant les livrets à la maternelle par des catalogues photographiques.
      Pour le poids du cartable et l’allègement des manuels, c’est de l’écologie et la COP21 dont on parle, on sauve les arbres et la peau du bétail.
      Avec les pictogrammes on donne du travail aux informaticiens et on détecte les daltoniens. Coup double : le numérique et la Sécu.
      Pour les reste on va pouvoir créer plus de postes de fonctionnaires dans les mairies et ailleurs. 
      Enfin Madame David, Najat et ses collègues sont là pour redresser la France, toute la France, pas seulement l’école. Et puis l’école au fond ça sert à quoi avec Internet à la disposition de tous. 

      • 8 Juin 2016 à 12h02

        ALF159 dit

        Des bâtons de colle et des effaceurs plus gros ? pas d’accord, car contradiction avec l’objectif de réduction de poids des cartables.
        Pour le reste, tout a fait d’accord, cette merveilleuse réforme relance l’école et la France dans le même mouvement !
        Quant à votre dernière phrase, elle me fait penser à ce dessin de Sempé (je crois), où l’on voit un monsieur inquiet face à un médecin qui lui annonce “d’après Google, vous avez un cancer…” 

    • 7 Juin 2016 à 21h58

      IMHO dit

      ” un rapport sur la « Grande pauvreté et réussite scolaire ».
      J’ai lu ce rapport et il m’a fait très mal, et par contraste les critiques formulées dans l’article m’ont agacé par leur relative futilité.
      Ce dont il est question dans ce rapport ce n’est pas d’enfants qui n’étudieront pas dans des conditions optimales, c’est d’enfants et d’adolescents qui vont à l’école le ventre creux et dont la vie est faite de frustration, d’humiliation, de désespoir et de résignation . A côté de cela le fait que des collégiens ne pourront plus faire semblant d’apprendre le latin pour trouver une place dans un lycée plus chic, me parait quasi négligeable .
      Je me demande aussi dans quel autre pays d’Europe un ministère publierait un tel rapport tel quel et je suis fier que cela ait été fait .  

      • 8 Juin 2016 à 0h36

        ZOBOFISC dit

        Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes socialiste.

      • 8 Juin 2016 à 1h14

        lpj dit

        Sans doute dans tous les pays d’Europe !

        • 8 Juin 2016 à 9h03

          IMHO dit

          Pas sur . Pas en Italie ou en Espagne, en tout cas, ni au Royaume-Uni .

        • 9 Juin 2016 à 6h30

          durru dit

          Peut-être parce que le problème ne se pose tout simplement pas?

      • 8 Juin 2016 à 7h27

        Archebert Plochon dit

        Imho, votre pathos hugolien frelaté n’émeut que vous, et vos pupilles au ventre creux sont aussi bien des sadiques qui violent dans les caves. Vous êtes fier ? Tant mieux pour vous, moi j’ai honte, généralement.

        • 8 Juin 2016 à 7h31

          Archebert Plochon dit

          Votre école humaniste implique de mettre les gamins curieux et doux aux mains des brutes et des imbéciles congénitaux, pour être plus clair… Mais cela échoue à vous émouvoir, j’imagine. 

        • 8 Juin 2016 à 9h13

          IMHO dit

          INSPECTION GÉNÉRALE DE L’ÉDUCATION NATIONALE Rapport Grande pauvreté et réussite scolaire – Mai 2015 59 1.3.4.b)
          L’incompréhensible effondrement des crédits destinés aux fonds sociaux
          132 Mettre fin aux économies réalisées sur les crédits destinés aux pauvres
          Disons-le sans détour, des économies ont été faites sur les fonds sociaux destinés aux élèves pauvres. En 1998, la dotation en Loi de Finances Initiale (LFI) était de 73 millions d’euros et est restée stable jusqu’à 2001.
          Elle baisse progressivement à 66 millions en 2005 soit un peu moins de deux millions par an.
          La première forte diminution intervient en 2006 : les crédits passent à 57 millions, soit une baisse de 9 millions en un an.
          En 2007, les crédits baissent à nouveau mais cette fois de 17 millions d’euros.
          Les fonds sociaux tombent donc à 40 millions d’euros en LFI. La diminution se poursuit jusqu’en 2012 (32,1 millions) pour une consommation de 23,5 millions dans les établissements publics locaux d’enseignement (EPLE). Dans le même temps, les EPLE se sont adaptés et consomment de moins en moins de fonds sociaux. En pleine crise économique, et alors que le nombre des enfants de familles pauvres augmente, les bénéficiaires des fonds sociaux ont diminué de près d’un tiers de 2009 (342 000 élèves) à 2012 (239 000 élèves) et les crédits consacrés aux fonds sociaux ont été divisés par 2,3 de 2001 à 2013. Cet effondrement des fonds sociaux a aggravé les conditions de vie des enfants des familles pauvres. Il s’est d’ailleurs produit dans une assez grande indifférence et a suscité fort peu de réactions, en tout cas moins que la question du nombre d’options ou de disciplines à enseigner dans les filières générales des lycées.  

        • 8 Juin 2016 à 9h24

          IMHO dit

          Lisez donc, Archebert . 

        • 9 Juin 2016 à 6h36

          durru dit

          IMHO, faudrait savoir de quoi on parle aussi. C’est quoi votre problème? Que les bourses au mérite ont tout bonnement été supprimées pour faire encore plus de place aux bourses sociales? Que l’idée de Sarko de conditionner les allocations a fait pschitt? Que, in fine, personne ne regarde vraiment où va l’argent (car il faut bien acheter la “paix sociale”)?
          Tout n’est pas question d’argent, il y a aussi autre chose dans la vie. Mais ça, c’est trop dur à comprendre. Je compatis.

        • 9 Juin 2016 à 14h10

          IMHO dit

          durru, je vous recommande ce livre:
          “L’art du crachat” par ****, aux Edition du Mollard.
          Ce ne serait pas une lecture inutile, vous visez mal

        • 9 Juin 2016 à 14h17

          durru dit

          C’est pas moi qui vise mal, mon cher, mais le rapport et ses thuriféraires.

    • 7 Juin 2016 à 17h54

      C. Canse dit

      Une autre inégalité oubliée : CP région parisienne auront le choix entre l’étude du Chinois ou du russe ou de l’arabe, pas la province.

       

      • 7 Juin 2016 à 17h55

        C. Canse dit

        N’y aurait-il pas là une ou des langues à biffer ?

    • 7 Juin 2016 à 17h09

      thierryV dit

      NVB est tenace , elle joue son avenir sur des reformes de gauche et ne flanchera pas jusqu’au bout . On peut même compter sur elle pour amplifier les polémiques après son départ .Drapée dans son ancien fauteuil de ministre elle distribuera les mauvais points .

      • 8 Juin 2016 à 4h22

        IMHO dit

        ” Drapée dans son ancien fauteuil de ministre ” !

    • 7 Juin 2016 à 16h01

      Chaquehommeestuneile dit

      Tout de même, Cosse n’a pas eu la meilleur idée de sa vie en rejoignant ce gouvernement.
      Quand à NVB, son pouvoir de nuisance n’est plus à démontrer depuis qu’elle a réussit à abolir la prostitution alors que ce n’était pas dans le programme d’Hollande.

      • 7 Juin 2016 à 16h15

        isa dit

        Trop drôle!

      • 7 Juin 2016 à 16h48

        L'Ours dit

        … c’est parce qu’ils veulent être les seuls à être payer pour nous baiser.

      • 7 Juin 2016 à 17h44

        le ribaud dit

        J’ignorai cette partie du programme de NVB , mais il est certain qu’au BMC de Sidi bel Abbes elle eût fait recette

    • 7 Juin 2016 à 15h54

      thierryV dit

      Ce n’est pas tant légalité des chances,tout à fait théorique, qui compte, que les possibilités d’ascension . Car aussi bien est-il important de faire l’effort de grimper . C’est la base de toute élévation réelle et non assistée.

    • 7 Juin 2016 à 14h53

      Fredbass dit

      Bravo! Le dernier paragraphe résume implacablement la situation.
      Cette ministre sinistre est une vraie buse: elle ne comprend rien au fonctionnement de l’école. Sa seule préoccupation semble être d’établir des jalons afin de poursuivre sa carrière politique.
      Vivement 2017! 

    • 7 Juin 2016 à 14h30

      riri dit

      Laurence, bravo !!!!!!!
      Enfin la verité qui sort de la bouche de quelqu’un qui en sait quelque chose et qui enseigne . 

      Dommage qu’il n’y ait pas de SGTISTES qui paraliseraient la France pour cela, pourtant les enfants tout le monde en a… Et ce sont eux le Á VENIR dans la REPUBLIQUE

      Pourtant il suffit juste de mettre à la place des ENA ARNAQUERS des INSTITUTEURS ET PROFESSEURS qui ont de l’experience et connaissent le terrain comme Ministres de l’Instruction (laissons aux parents de s’occuper de leurs progéniture) . En  trois ans l’ensemble des “problèmes ” serait règlés…  Contenu des manuels, cartables, horaires etc…
      Ne nous désesperons pas ?!?