La France, l’autre grand pays du racisme | Causeur

La France, l’autre grand pays du racisme

A la recherche de l’Obama hexagonal

Auteur

Elisabeth Lévy

Elisabeth Lévy
est fondatrice et directrice de la rédaction de Causeur.

Publié le 04 novembre 2008 / Société

C’est bien connu, seuls les cons ne changent pas d’avis. Il y a à peine quelques mois, pour les médias et donc pour le public français, l’Amérique était bushiste, raciste et intégriste : un cauchemar planétaire. La voilà devenue la nouvelle Mecque du progressisme, l’espoir de tous les opprimés et discriminés à travers le monde. Bien sûr, quelques résidus de l’ancienne Amérique subsistent sous la forme d’électeurs républicains (ces fieffés racistes) ou, pire encore, en la personne de Sarah Palin. À en croire Christian Salmon, cet immense savant qui a découvert l’an dernier que la politique, comme le journalisme, avait quelque chose à voir avec l’art du récit – idée brevetée sous le nom de Storytelling –, la colistière de John McCain est à peine un être humain : un personnage sorti de Second Life, a-t-il déclaré sur France Inter. Mais enfin, ces déplorables survivances ne sont pas des repoussoirs très efficaces. Grâce à Barack Obama, c’est l’Amérique tout entière qui est born-again. Et comme il faut bien avoir quelque chose à détester et que par ailleurs on ne sait plus que dire sur la campagne US, depuis quelques jours, les regards des commentateurs sont à nouveau tournés vers la France. Les revoilà, et ils ne sont pas contents.

Figurez-vous que pendant que l’Amérique muait de crapaud en colombe, la France subissait la transformation inverse. Elle avait été, après 2003 et la grande scène de Villepin à l’ONU, le phare du non-alignement, la pointe avancée de la résistance à l’impérialisme. Et malgré ses ratés, son modèle républicain d’intégration marchait, disait-on, incomparablement mieux que le communautarisme anglo-saxon. Or, voilà que la triste vérité s’impose à tous : il n’y a pas d’Obama français. “Notre société frileuse est incapable de faire émerger une élite noire ou orientale”, se désole par exemple Alain Dutasta dans La Nouvelle République. En quelques jours, la plupart des médias nous ont gratifiés de variations sur ce lamento. Parti à la recherche de l’oiseau rare, Le Monde est revenu bredouille. “La politique est un monde de blancs”, conclut Luc Bronner. Un vrai scoop, chiffres à l’appui : si vous ignorez encore le nombre (misérable) de députés, sénateurs et conseillers municipaux issus de la “diversité” et non pas de la monotone uniformité de nos blanches provinces, c’est que vous êtes en phase de sevrage médiatique. Bizarrement, tous ceux qui invoquent “la question sociale” dès qu’une banlieue s’embrase ne voient plus que “question raciale” quand il est question de politique. Bref, si des gamins brûlent des bagnoles, c’est parce qu’ils sont socialement défavorisés, mais s’ils ont peu de chances d’accéder à la magistrature suprême, c’est parce que les Français sont racistes. La preuve, comme l’a expliqué le désarmant Frédéric Bonnaud sur Europe 1 : selon un sondage IFOP/JDD , 80 % des Français sont prêts à voter un jour à la présidentielle pour un candidat noir, 72 % seraient partants pour un Asiatique, mais ils ne sont plus que 58 % à envisager d’accorder leur voix à un Maghrébin. Un Noir, d’accord, mais un Arabe, jamais ? Racistes, vous dis-je !

En réalité, l’écart entre les deux chiffres appelle une interprétation diamétralement opposée. On sait bien que le racisme le plus bêtement racialiste est celui que subissent les Noirs. Si l’idée d’élire un président maghrébin suscite de franches réticentes, ce n’est donc pas à cause des préjugés raciaux des “petits blancs”. Sans doute ce refus s’explique-t-il par d’autres considérations qui ont à voir avec l’histoire d’une décolonisation tourmentée, voire avec les images de gamins sifflant l’hymne national, activité qui ne traduit pas de disposition particulière au service de l’Etat. Racistes, vous dis-je !

En tout cas, la douloureuse question du Barack Obama français est loin d’être tranchée. Et les gens du JDD doivent être bien marris. Eux, ils le trouvaient plutôt encourageant, leur sondage, d’ailleurs, le titre de l’article qui l’accompagnait était affirmatif : “Un Obama français est possible.” Seulement, sur le site du JDD, l’historien Pap Ndiaye : “La société française n’est pas plus conservatrice que la société américaine. C’est notre système politique qui est en cause. Le contraste entre le monde politique français, blanc, masculin, d’un certain âge et la société française dans sa diversité est aveuglant. Comment les hommes politiques français peuvent-ils applaudir le candidat démocrate sans rien faire pour qu’un Obama puisse émerger chez nous ?”

Bref, on ne sait plus que penser. Dans ces conditions, il ne reste qu’à faire ce qu’on fait en France face à un problème insoluble : se tourner vers le roi. Aussi apprend-on dans un communiqué du CRAN (Comité représentatif des associations noires) que “les Noirs de France demandent à Nicolas Sarkozy d’apporter une réponse politique à l’espoir suscité en France par Barack Obama”. Il ne lui manquait plus que ça à notre président. La France s’amourache d’un type beau comme Harry Roselmack et c’est sur lui que ça retombe ! Doit-il immédiatement nommer Thuram ministre ? Patrick Lozès, le président du CRAN, profite de l’occasion pour en remettre une louche sur sa marotte, les “statistiques de la diversité” (il fallait inventer cette gracieuse formule) qui permettront de lancer l’affirmative action à la française. Hormis cette proposition, Lozès ne se foule pas trop. Que le président se débrouille pour “mettre en œuvre ces mesures exceptionnelles qui seules permettront qu’un Noir puisse lui succéder un jour”. Faute d’idées précises sur ce que devraient être ces mesures exceptionnelles mais néanmoins soucieuse d’alléger la charge qui pèse sur Nicolas Sarkozy, je me contenterai de lui souffler le nom d’un possible successeur, en la personne de Joe Wilfried Tsonga. Ou alors, qu’il épouse Rama Yade en quatrième noces.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 27 Novembre 2008 à 6h00

      Homer dit

      Fauxchtonnerie ?

      80% des français pour un président noir ? Vraiment noir ? Un vrai de vrai, pas un mâtiné cochon d’Inde comme Obama car Il est fort probable que si Sieur Obama avait été pure laine africain il aurait probablement eu peu de chance d’être élu. Son ambivalence permettait aux blancs comme aux noirs de s’y retrouver. De plus, aux Etats-Unis les noirs représentent plus de 30% de la population et sont présent depuis le XVIII siècle. Différence de taille.
      Cette obamania soudaine est surtout un fait médiatique, à classer dans le genre repentance. Les français auraient-ils soudainement changés ? Ca reste à voir.

    • 13 Novembre 2008 à 10h00

      ramon mercader dit

      @ chris du fier
      à part dieudonne et pape diouf tu ne vois personne d’autre?
      ils ont des oreilles et n’entendent pas!
      ils ont des yeux et ne voient pas!
      je propose donc ma candidature.
      et je met quiconque au défi de me prouver que je ne suis pas noir.
      ou alors il faut définir ce qu’est etre noir.
      comme tous les truismes celui là n’a pas été démonté.
      d’ailleurs un métis (l’ami barrack) est d’un seul coup d’un seul devenu noir.
      tous après moi:nous sommes tous des noirs américains!nous sommes tous……..
      je vois que ça n’enthousiasme personne
      essayons ceci:nous sommes tous des juifs allemands!nous sommes tous….
      pas mieux?
      bon ça alors:ou qu’il est le pognon?dans la poche des patrons!ou qu’il est le pognon?dans la poche………
      pitoyable

    • 13 Novembre 2008 à 0h05

      Three piglets dit

      “Quand le camp adverse fait la fête, en démocratie vous fermez votre gueule”

      Ah, je croyais que c’était “causes toujours” la devise…

    • 12 Novembre 2008 à 23h45

      François Miclo dit

      Cher Three Piglets : oui, mais non… Quand le camp adverse fait la fête, en démocratie vous fermez votre gueule… Je sais, c’est dur. Mais c’est ainsi…

    • 12 Novembre 2008 à 23h42

      Three piglets dit

      Moi qui pensais naïvement que la liberté était garantie dans nos pays dits démocratiques.
      A moins qu’ils soient peuplés de Tonton Macoute et de Béria.
      Et nul doute que les mêmes se revendiqueront de la tolérance et se feront passer encore une fois pour des victimes éternelles.

    • 12 Novembre 2008 à 23h34

      François Miclo dit

      Three piglets : édifiant ? Non. Ecoutez ce que la police dit à cet homme : c’est pour le protéger qu’ils le raccompagnent… Imaginez-vous aller à la Fête de l’Huma avec un T-shirt “Tout est possible avec Nicolas Sarkozy”. A mon avis, vous seriez bien heureux de trouver un garde-champêtre dans les parages…

    • 12 Novembre 2008 à 23h28

      Three piglets dit

    • 12 Novembre 2008 à 20h20

      Phil dit

      A propos du CRAN : pourquoi personne n’a jamais osé relever cette contradiction absolument ENORME : l’immense majorité des noirs vivants en France sont originaires d’Afrique. Vrai me direz-vous ; et alors ? Alors, cela n’empêche pas qu’ils se considèrent unanimement comme des descendants d’esclaves, et, à ce titre, qu’ils demandent réparation à la France pour la traite négrière. C’est faire bien peu de cas de la vérité historique car, très logiquement, ces gens là ne descendent pas des esclaves mais bien plutôt des africains qui livrèrent leurs frères aux marchands les plus offrants. Bref, les collabos de l’époque. Cette évidence, personne ne la voit, ou plutôt, personne n’ose la dire tant l’aveuglement volontaire est devenu la norme absolue et imposée par le politiquement correct tueur d’objectivité. Pourtant, cette vérité est absolument incontournable. A part les Antillais et quelques rares noirs nord ou sud américains, les noirs vivants en France ne descendent en aucun cas des esclaves (sauf peut-être quelques mauritaniens encore actuellement esclaves des arabes). Rappelons cette vérité historique inévitable: la quasi totalité des descendants d’esclaves vivent en Amérique du nord ou du sud ou dans les caraïbes. Les noirs vivants en France descendent donc presque tous forcément, soit des africains qui revendaient leurs frères, soit des collabos africains qui profitaient de ce marché avec les blancs, soit d’africains qui fermaient les yeux sur ces horreurs. Désolés camarades, c’est la vérité. Elle est toujours dure a entendre et c’est certainement pour çà qu’on la qualifiée de « révolutionnaire ». Rien n’est jamais tout à fait simple en ce bas monde. Affirmer, en France, que les noirs « non-antillais » sont des descendants d’esclaves est tout simplement faux et c’est l’une des différentes formes du révisionnisme et du négationnisme contemporain.

    • 12 Novembre 2008 à 12h18

      Dr John Wayne dit

      Donc la grande question politique du jour serait devine qui vient dîner ce soir, là dans la petite lucarne, il y aurait en habit de sacre un noir de noir, un vrai noir parce qu’il est bien connu qu’il existe des bounty mais c’était avant, je veux dire avant cette date historique qui n’a de précédent que la passion du Christ, l’élection d’Obama. Avant Obama était un bounty, même le ghetto de Chicago ne voulait pas de lui, on le trouvait trop blanc, trop Harvard, trop conservateur, trop élite quoi, depuis le 4 novembre, aux alentours des minuit heure de Washington, Martin Luther King a dû s’emparer du corps d’Obama, il est devenu tout noir, comme si un dybbuk des familles l’avait repeint de fond en comble et depuis des gens qui ne sont pas racistes pour un sou, ils aiment l’autre, en viennent à définir les humains autour de quelques couleurs et cela paraît normal et même ultra-progressiste dans le style bien connu du nouveau monde ne cesse de progresser, on dira donc que Sharon est blanc, Chavez métis, Lula métis, Uribe blanc, Merkel blanche, Jiang Zemin jaune, Mugabe noir et ainsi de suite, je sens qu’on arrête plus, que l’intelligence prend son envol comme la chouette, le racisme est-il donc l’avenir de l’homme ?

    • 12 Novembre 2008 à 1h10

      Three piglets dit

      “Il ya 16 millions de Français issus de la diversité ”

      On sait donc qu’il y a 16 millions de colons…

    • 11 Novembre 2008 à 17h02

      mazga dit

      Il ya 16 millions de Français issus de la diversité et pas un seul député ou sénateur, la France est un pays raciste c’est incontestable, de plus la France est le pays d’europe à avoir l’extrême droite la plus puissante. Il est grand temps que la diversité politique s’emancipe des partis politiques qui sous pretexte de principe d’egalité républicaine maintiennent un forme de communautarisme républicain inacceptbale.

      Les jeunes générations veulent des maires et des députés à l’image de la société française. A quand une loi sur la diversité à l’image de la loi sur la parité ?

      http://www.parti-multiculturel-francais.fr/

    • 10 Novembre 2008 à 21h07

      Chris du Fier dit

      SAV… Le racisme est une maladie infantile.. Comme la variole.. rien d’ autre. Ca se soigne dés qu’on a mis les paramètres correctement avec ses vis à vis.

      Le reste, c’est de la défense de SON territoire…..

      Chacun chez soi et les vaches seront bien gardées.

    • 9 Novembre 2008 à 13h43

      SAV dit

      Nous sommes gravement malades de ne pas dire que nous (Noirs, Bronzés, Blancs…) sommes tous racistes.
      Dos à dos tout le monde et reprenons du début.
      Pas de pire maladie actuellement que l’hypocrisie sur ce sujet.

    • 9 Novembre 2008 à 9h42

      Chris du Fier dit

      Je pense sincèrement que Madame exagère…

      Comment ?… N’ a t-elle pas entendu parler d’un outsider (un outesideur comme disait Paparamborde) dénommé Dieudonne M’bala M’bala.

      Il a tout pour réussir ce garçon:
      Comme son nom l’indique, il doit être d’origine divine..
      Son deuxième nom doit satisfaire tous les politiciens de France dont on connaît les aptitudes à la rhétorique.
      Il a de l’ humour parait-il.
      Et cerise sur le gâteau, il est tout noir…

      Qe voulez-vous de plus ?.. D’ailleurs, le FN ne s’y est pas trompé en le placement en haut de l’ affiche. Il prévoit 2012. On verra alors une France régénère, ouverte, mondialiste, enfin quoi !.. devenue intelligente et non raciste..

      Bon, moi, j’ aurai vu Pape Diouf.. mais il a un défaut.. il n’ aime pas les gones… Aucune chance de passer président..
      Qui d’ autre ?

    • 8 Novembre 2008 à 14h10

      Ludovic Lefebvre dit

      “La France, l’autre grand pays du fromage”, la pub des années 80, c’est cela le titre dénaturé à bon escient, cette tournure me faisait penser à quelque chose déjà lu, ce que je peux être lent parfois !