Rojava, le modèle suisse | Causeur

Rojava, le modèle suisse

Entretien avec le cinéaste Stéphane Breton

Auteur

Gil Mihaely

Gil Mihaely
Historien et directeur de la publication de Causeur.

Publié le 19 janvier 2017 / Monde

Mots-clés : , , , , ,

Pour les Kurdes du Rojava, éliminer Daech n'est qu'une étape. Ils veulent construire en Syrie un Etat-nation fédéral, démocratique et pluriconfessionnel. Du jamais vu au Proche-Orient...

Des combattantes kurdes des Unités de protection du peuple (YPJ), dans la province de Hassaké (nord-est de la Syrie), février 2015.

Propos recueillis par Gil Mihaely

Causeur. Vous venez de rentrer d’un long séjour au Kurdistan syrien. Qu’y avez-vous fait ?

Stéphane Breton. J’y suis allé pour réaliser un film documentaire (intitulé Filles du feu) sur les femmes combattantes du Kurdistan syrien, région qu’on appelle Rojava (en kurde, cela veut dire « Ouest »). Ces femmes ont une vingtaine d’années, elles sont volontaires et s’engagent à vie, telles des nonnes. Elles ont renoncé à tout, comme les hommes, également engagés à vie dans les unités masculines. Au combat, hommes et femmes sont côte à côte. Ce qui signifie qu’il ne s’agit pas d’une milice, mais d’un peuple en armes. Tout cela est exceptionnel au Moyen-Orient, et je suis rentré ébloui.

C’est l’aspect sacrificiel qui vous émeut ?

Les combattants ne sont pas payés et ne possèdent rien. D’ailleurs, ils appellent les islamistes les « mercenaires ». Leur vie est rude et ils paient cher le sacrifice de leur jeunesse. Ce qui est frappant, c’est que malgré la nature de leur engagement on remarque une absence totale d’exaltation et de fanatisme. Leur courage n’est pas une vertu personnelle, mais civique : c’est de l’abnégation. Ils ne sont pas là pour eux-mêmes, mais pour les leurs.

Sociologiquement, d’où viennent ces femmes ?

Ce sont surtout des paysannes, car c’est une société paysanne. Je pense à l’une d’elles, très déterminée, qui a été à l’école primaire à Alep. Et comme elle était kurde, les professeurs syriens lui collaient des zéros tout le temps. À neuf ans, elle a voulu arrêter l’école. Aujourd’hui, elle est combattante. Beaucoup d’entre elles ont traversé les flammes de l’enfer. Malgré cela, ce ne sont pas des amazones.

Il n’y pas de motivation religieuse chez eux ?

Avant d’avoir été convertis à l’islam, les Kurdes étaient zoroastriens, parfois juifs ou chrétiens. Les combattants appartiennent idéologiquement à la mouvance du PKK, même si politiquement ils en sont distincts. Ils sont laïcs et animés d’une certaine prévention à l’égard de la religion, car depuis un siècle les pays musulmans dans lesquels ils vivent leur dénient un État au prétexte qu’ils appartiennent à l’oumma. Cependant, si la religion musulmane est selon eux une des raisons de leur soumission, ils la respectent scrupuleusement, comme ils les respectent toutes.

C’est donc un mouvement de libération nationale ?

Oui, leur mouvement est politique autant qu’ethnique. Cela fait un siècle qu’ils aspirent à un État que les traités du lendemain de la Première Guerre mondiale leur ont promis (Sèvres en 1920), puis dénié (Lausanne en 1923).

Espèrent-ils créer un État-nation kurde au Rojava ?

Leur projet politique – et ils sont les seuls en Syrie à en avoir un, puisque les autres sont plus ou moins islamistes – est de fonder une Syrie fédérale donnant un cadre adapté à une constellation de peuples et de religions qui ne peuvent pas s’exprimer aujourd’hui en tant que tels. Ils sont opposés à l’arabisation et à l’islamisation, et défendent l’idée que Syriaques, Assyriens, Yazidis, Druzes, Arméniens et Kurdes doivent avoir une place dans la nouvelle Syrie à côté des

[...]

  • causeur.#42.couv.bd

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 101 - Janvier 2017

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur.#42.couv.bd
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 19 Janvier 2017 à 22h14

      ronchon56 dit

      Théorie:XIXéme siècle: principe des nationalités; XXéme siécle “Droit des Peuples à disposer d’eux même”…..Pratique: XIXeme siécle: fissuration des empires et créations de nouvelles nations: Hongrie , Italie,Allemagne….et d’autres, nous Francais en avons gardé le souvenir: 1870, 1914,1940….non sans mal actuellement l’Europe est presque apaisée le principe s’applique encore Tchéquie, Slovaquie, Slovénie, pas encore en Serbie,Kosovo, …ces principes ont toujours et de façon persistante été refusés lors du démentèlement des empires, Ottoman
      ou Coloniaux: la doxa étant le maintien des frontières issues de la colonisation et des traités post-1918 (Versailles et produits dérivés)obligeant des “peuples” différents à vivre dans le même chaudron de gré ou de force….alors qu’il existe juridiquement et
      en droit international des solutions de confédération, dont la souplesse pourrait être intéressante ..(Mais exemple contraire: La Guerre civile Américaine…un totalitarisme moralisateur dissimulant un impérialisme pas seulement économique)…Rêvons d’un grand Kurdistan, d’états africains “nationaux cohérents”…dans leurs frontières naturelles..au XXIIéme siècle.

    • 19 Janvier 2017 à 15h52

      netrick dit

      Les Kurdes descendent des Mèdes, peuple antique cousin des Perses, et dont la capitale était Ecbatane. Il pratiquaient le Zoroastrisme, religion proto-chrétienne
      dont les principes ont été repris en dehors de Nietsche par les Francs-Maçons.
      Dans deux opéras célébres; le “Zoroastre” de Rameau et la “Flute Enchantée” de
      Mozart et Schikaneder ( le personnage de Sarastro / Zoroastre ?).

    • 19 Janvier 2017 à 14h15

      rolberg dit

      L’humanité, dans son inexorable marche vers son autodestruction, semble avoir eu un hoquet d’humanisme. C’est toujours ça de pris. 

    • 19 Janvier 2017 à 14h03

      Schlemihl dit

      C’ est enthousiasmant , mais je ne sais pas pourquoi il me semble renifler une certaine odeur de blague .

      Je serais curieux de savoir si ces guerrières parlent français ou si M Breton parle courmandji ou une autre langue compréhensible par des kurdes.

      • 19 Janvier 2017 à 15h46

        netrick dit

        Il y deux versions du language Kurde; le Sorani le plus parlé surtout en Irak
        et le Kulmandji auquel vous faites référence. Mais beaucoup de Kurdes ont appris le Français pendant la présence Française au Levant, en Syrie et au Liban. Certains ont travaillé pour la Compagnie des Chemins de fer du Levant dont le terminal nord était à Kobané, dont le nom vient de ….compagnie. De même en
        Sorani, notre chemin de fer s’appelle ….Keumindfer !

        • 19 Janvier 2017 à 16h09

          Schlemihl dit

          sans doute ….. le kurde , comme le persan le tate le tadjik fait partie des langues iraniennes .

          Question : M Breton , avant de se rendre au Kurdistan syrien , a t il pris la peine d ‘ étudier la langue du pays ? quand on vient me parler d’ état pluriconfessionnel et démocratique , d’ égalité entre hommes et femmes , de respect des autres nationalités , je devient méfiant comme une fouine . Il y a bien un état de ce genre pas très loin , mais il n’ est pas fédéral et ne fait pas du tout l’ affaire . Autrefois on aurait parlé de développement économique socialiste ou ni socialiste ni capitaliste , mais c’ est démodé .

          En plus les Kurdes sont méfiants envers la religion , l’auteur est ethnologue et cinéaste . Tout ceci ne m’ inspire qu’ une confiance modérée

        • 19 Janvier 2017 à 16h17

          steed59 dit

          oui c’est un peu comme la fable de la syrie démocratique, c’est des croutons jetés aux journalistes occidentaux avides de belles histoires. Sinon au kurdistan irakien on s’accommode très bien du retour de la religion
          http://www.lesclesdumoyenorient.com/L-islam-politique-au-Kurdistan.html

        • 19 Janvier 2017 à 16h46

          Schlemihl dit

          L’ Algérie indépendante sera un état tolérant et fraternel

          Le peuple chinois , la famille chinoise , sortiront renforcés de la Révolution culturelles

          Délivré de l’ impérialisme occidental l’ Asie du sud est évoluera vers la liberté et l’abondance

          Le Printemps arabe verra s’ édifier des états libres et démocratique

          L’ URSS prépare une humanité nouvelle

          etc etc etc La plaisanterie est usée et a cessé de m’ amuser . Messieurs les journalistes cinéastes explorateurs sinologues spécialistes , je ne vous demande pas de me dire la vérité ni d’avoir du bon sens , mais au moins soyez drôles ! ou écrivez bien , comme Han Suyin .

    • 19 Janvier 2017 à 14h01

      Schlemihl dit

      C’ est enthousiasmant , mais je ne sais pas pourquoi il me semble renifler une certaine odeur de blague .

      Je sera

    • 19 Janvier 2017 à 13h24

      rvbubu dit

      Mouais, tu parles. Democratique et multiconfessionnel, mon oeil. Ces braves gens savent quoi dire aux naîfs Occidentaux pour obtenir l’aide dont ils ont besoin. Aprés, avec une majorité écrasante de musulmans, ils feront comme toujours et partout dans le monde musulman : virer les juifs et tolérer quelques chrétiens ou autres, comme dhimmis, citoyens de seconde ou troisiéme zone.
      Faut être un peu con, pardon, pour croire ce genre de discours. 

      • 20 Janvier 2017 à 1h14

        Schlemihl dit

        ils ne vireront pas les juifs . C ‘est déjà fait .

    • 19 Janvier 2017 à 12h50

      alain delon dit

      “Rojava, le modèle suisse”

      Le référendum sur la présence des minarets là-bas n’est quand même pas gagné