Karol Beffa, musicien mécontemporain | Causeur

Karol Beffa, musicien mécontemporain

Pianiste et musicologue, il a imposé son génie de compositeur

Publié le 24 septembre 2016 / Culture

Mots-clés : , , , , ,

karol beffa

Karol Beffa

Cela n’étonnera que ceux qui ne le connaissent pas : des innombrables carrières qui s’offraient à lui, Beffa a choisi la seule à laquelle aucun diplôme ne le prédestinait. Son parcours n’étant pas celui d’un surdoué, mais de sept ou huit, il avait pourtant le choix. Passé par l’ENSAE, Cambridge et l’ENS où il est reçu premier, diplômé entre autres d’histoire, d’anglais et de philosophie, agrégé de musique et docteur en musicologie, il obtient huit (!) premiers prix au Conservatoire de Paris. Mais donc, c’est cocasse, pas celui de composition. N’allez pas croire qu’il soit moins doué pour ça que pour le reste, au contraire. Simplement, en 2001, il n’était pas permis, dans le cadre institutionnel, d’écrire ce genre de musique, hédoniste et ouvertement tonale. Honte à qui s’avisait de trop regarnir la table rase. Les avant-gardes donnaient le la, l’atonalisme était roi, et les incrédules étaient traités comme des incroyants.

La situation a découragé plus d’un jeune compositeur. Pas Beffa, dont les vents contraires semblent avoir très tôt aiguisé l’inspiration et stimulé la malice. Le voilà, jeune étudiant, qui se met en tête de faire jouer sa musique par l’orchestre du Conservatoire. Impossible ? En théorie, oui.

[...]

 

Dernier CD: Blow Up, IndéSENS, 2016.

György Ligeti, Fayard, 2016.

Les Coulisses de la création, Flammarion, 2015, avec Cédric Villani.

Comment parler de musique? (leçon inaugurale au Collège de France), Collège de France/Fayard, 2013.

A paraître en octobre 2016: Karol Beffa (dir.), Les nouveaux chemins de l’imaginaire musical, éditions du Collège de France.

  1.  Ligeti bénéficie, malgré des relations ambivalentes avec l’avant-garde, d’une considération quasiment unanime dans les milieux autorisés.

  • Causeur_038_couv

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 97 - Septembre 2016

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    Causeur_038_couv
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 25 Septembre 2016 à 11h27

      carnicer dit

      Karol Beffa est incontestablement une figure de “fort en thème” assez étonnante et singulière. Peu importe que je n’apprécie guère sa musique (cela n’engage que moi, comme dit l’Ours). Mais, en tout état de cause, parler de génie et le comparer (indirectement, il est vrai) à Stockhausen, c’est quand même un bouleversement des valeurs plutôt audacieux !

    • 25 Septembre 2016 à 8h15

      L'Ours dit

      Un vrai musicologue à n’en pas douter et certainement une intelligence hors du commun à laquelle s’additionne une vraie maîtrise de son sujet, j’en conviens.
      Un grand compositeur?… je n’émettrai pas de jugement, seulement mes goûts, mes impressions.
      Ce qu’il compose est éminemment bien composé, mais sans vouloir comparer, juste pour comprendre où je veux en venir, dans ses mouvements lents (concerto piano) il y a du Ravel et dans ses mouvement rapides il y a du Prokofiev, mais il manque cette étincelle indéfinissable qui fait qu’on sent le génie de la musique.
      Cela n’engage que moi… et encore… je ne m’engage pas… il se peut qu’une autre de ses oeuvres m’envoie cette “étincelle” qui m’avait échappée.

      • 25 Septembre 2016 à 11h47

        C. Canse dit

        L’Ours

        Je suis d’accord.
        J’ai écouté “Suite pour le piano et le clavier.” ainsi qu’”In the Dark.” sur YouTube.
        Cet article est trop élogieux, l’auteur aurait dû réfréner ses ardeurs. 

      • 25 Septembre 2016 à 13h37

        expz dit

        Vous avez raison, je l’ai écouté et trouvé cela aussi ennuyeux que les groupes de Jazz-rock.La musique est une affaire d’émotion : on aime ou on n’aime pas, voilà tout (je n’ai jamais compris ce besoin de l’intellectualiser).Perso ,trois accords bien placés peuvent remplacer une multitude de notes:https://www.youtube.com/watch?v=UqCEPytSFqU
        Aujourd’hui, vu la quantité de musique produite,c’est très difficile d’être original sachant que-au fond- la musique n’est basée que sur une douzaine de notes . Dans tous les domaines musicaux Il semblerait que la mine est tarie…

    • 24 Septembre 2016 à 13h38

      alain delon dit

      Laurent Baffie compositeur, j’achète

    • 24 Septembre 2016 à 12h50

      carnicer dit

      Article hagiographique et promotionnel qui me laisse perplexe…

      • 24 Septembre 2016 à 13h50

        C. Canse dit

        Aucune perplexité, chez moi, mais l’envie de découvrir.