Kamel Daoud ou la victoire des intégristes de la pensée molle | Causeur

Kamel Daoud ou la victoire des intégristes de la pensée molle

Il ne fait pas bon dire des évidences

Auteur

Jean-Paul Brighelli

Jean-Paul Brighelli
anime le blog "Bonnet d'âne" hébergé par Causeur.

Publié le 01 mars 2016 / Société

Mots-clés : , , , ,

Ceux qui ont accusé Kamel Daoud d'islamophobie voudraient que règne le silence. Ce sont les représentants de la reddition annoncée.

Kamel Daoud (Photo : SIPA.00697366_000007)

Un quarteron de féministes en mal de mâles ou d’idées intelligentes, de sociologues en dérive et délire et d’intellectuels auto-proclamés, donc de gauche, a fini par demander la peau de Kamel Daoud, coupable d’avoir dit la vérité sur les viols à la chaîne commis dans toute l’Europe (et pas seulement à Cologne pour la Saint-Sylvestre) par des migrants orientaux ou des immigrés nord-africains. Des vérités d’évidence, mais qui contreviennent à la règle de silence imposée aux médias et à l’opinion par la mauvaise conscience occidentale.

Je dis « demander la peau » parce que clouer au pilori, sous ce prétexte, un écrivain vivant en Algérie, c’est le vouer aux gémonies des extrémistes qui pullulent dans ce joli pays, y compris dans les sphères gouvernementales, où les fondamentalistes qui hier décapitaient des moines à Tibérine et leurs concitoyens un peu partout partagent le pouvoir et les revenus du pays avec les militaires qui ont confisqué le pouvoir depuis trente ans afin d’arrondir leurs fins de mois et leurs comptes en Suisse.

C’est d’autant plus infâme que les signataires de la tribune publiée par le Monde, en expiation de celle écrite par Kamel Daoud peu auparavant — comme si toutes les opinions se valaient et pouvaient se contrebalancer, une idée inscrite dans la loi Jospin de 1989 et dans le crâne des mauvais élèves — ne risquent rien, eux. Ils sont à l’abri en Occident — et même, ils donnent des gages aux tueurs qui sommeillent ici. Ils sont réfugiés derrière la muraille de leur bonne conscience. Sans doute apprécient-ils Jean-Louis Bianco et François Hollande, ces chantres infatigables de la laïcité aménagée, et ouverte. Au pire estiment-ils que ce n’était pas grave — « juste un doigt », hein…

Dès la mi-janvier, Elisabeth Lévy notait qu’à l’occasion des centaines de viols commis en Allemagne, en Suède (combien en France ?) ou en Egypte sur la personne de journalistes occidentales (et sur combien d’Egyptiennes non conformes ?), le « parti du déni » s’était surpassé. Que c’est en tentant de dissimuler la réalité que l’on nourrit les fantasmes — non en disant, comme Kamel Daoud, que la société algérienne est une société complètement malade de son hémisphère sud, si je puis dire, comme l’a souligné une longue et passionnante étude publiée dans le Monde diplomatique. Que « la répétition de mêmes scènes, de la place Tahrir au cœur de villes européennes, permet au moins de demander s’il n’y a pas un rapport entre ces déchainement pulsionnels et la vision que nombre d’hommes, dans les sociétés arabo-musulmanes, ont des femmes, et pire encore, des femmes infidèles. » Et que la politique d’Angela Merkel en a pris un vieux coup dans l’aile.

L’aveuglement des bonnes consciences

Tâchons d’être clair.

Toute personne qui impose aux femmes un vêtement — le voile, par exemple — ou une mutilation — excision ou infibulation, des pratiques fort répandues dans nombre de sociétés musulmanes, de l’Egypte au Nigeria et à l’Indonésie  — sous prétexte de les améliorer/camoufler/soustraire à la concupiscence, est un malade qu’il faut soigner par les moyens les plus énergiques. Ce n’est pas une question d’opinion : c’est un problème constitutionnel. Et toute personne appuyant ces malades doit être inculpée, très vite, de non-assistance à personne en danger.

Passons sur le fait que Kamel Daoud a dans son petit doigt plus de talent que tous ces signataires de la bonne conscience dans toute leur personne. Mais ce qu’il dit est vérité d’évidence : y voir le reflet de fantasmes coloniaux (ah, l’arabe violeur et le nègre cannibale — sans doute n’y avait-il pas, n’y a-t-il jamais eu de cannibales en Afrique) marque encore une fois le totalitarisme mou des démocraties moribondes, via l’expression politiquement correcte de la Lingua Quarti Imperii, comme dirait un Klemperer moderne, qui marque l’irruption du fascisme des larves dans notre République.

Parce que les lieux communs ne sont pas sous la plume de Kamel Daoud. Ils sont dans l’aveuglement des bonnes consciences, qui croient que tous les hommes se ressemblent et partagent les mêmes idéaux, alors que les préjugés plombent l’esprit critique de ces civilisations venues du chaud. N’y aurait-il plus de bon musulman qu’un musulman athée ?

Non que j’ignore que si la République ne reconnaît et ne subventionne aucun culte, elle est garante du droit de croire ce que l’on veut. Mais l’islam fondamentaliste n’est plus une religion : c’est une machine de guerre. Et le viol de masse est l’un des moyens de cette guerre. Comme il le fut de tous temps et partout, des Croisades aux guerres africaines d’aujourd’hui en passant par les Américains de la Seconde guerre mondiale — on évalue à deux millions le nombre d’Allemandes violées par l’Armée rouge, quelques dizaines de milliers pour les Gi’s et leurs alliés, Français compris. Le viol est le repos du guerrier. C’est la loi de la guerre, qui est l’espace de la non-loi.

Et justement, c’est bien d’une guerre qu’il s’agit, comme le disait si bienUmberto Eco — pas d’une question religieuse. C’est d’une armée qu’il s’agit — pas de « fidèles ». Et comme d’habitude les femmes paient le tribut le plus lourd et le plus immédiat. Qu’un homme — musulman de surcroît — ait le culot de le dire affole les bonnes consciences repues de ce côté de la Méditerranée — et doit à cette heure inciter à aiguiser les couteaux de l’autre côté. Quand ils l’auront tué, il se trouvera bien quelques belles âmes pour s’en émouvoir, nous prêcher quand même le « padamalgam » habituel et quelques autres qui penseront, comme pour Charlie, qu’il l’a « bien cherché ».

En attendant, Daoud s’est mis en semi-abstinence journalistique — il continuera ses chroniques au Point et c’est tout. Victoire des intégristes de la pensée molle et de la reddition annoncée. Qui ne voit que la peur de la récupération de Cologne par l’extrême droite sert en fait à cautionner cette autre extrême droite qu’est l’extrémisme religieux ? En vérité je le dis aux 19 imbéciles signataires de l’article du Monde qui croient que fustiger Kamel Daoud refourbira leur aura : dans un an et des poussières, quelques millions de Français voteront contre vos illusions — et vous balaieront. Et je ne pleurerai pas sur vos dépouilles. Comme vous diriez vous-mêmes : « Vous l’aurez bien cherché. »

PS : Jacques Julliard écrit des choses très justes sur l’affaire Daoud dans le dernier numéro de Marianne du 26 février, notant qu’« à la lâcheté ordinaire s’ajoute quelque chose qui s’apparente à la dénonciation. » Ben oui.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 4 Mars 2016 à 10h33

      salaison dit

      le “malheur” de l’Occident serait il de “pouvoir penser” ??????  (depuis de siècles… (y compris celui dit “des lumières”….)
      car aux dernières nouvelles  il n’est pas interdit de penser et de le faire savoir
      (quoi que…..ce soit très mal vu en ce moment))  (chose qui n’est pas possible partout…… y compris avec les esclaves de la pensée) je veux dire de la “non pensée”……

    • 4 Mars 2016 à 10h27

      salaison dit

      l’herbe est plus vertes dans le pré d’à côté (disent les islamistes) c’est (en partie) pourquoi nous avons tant d’islamistes! (ou coranistes)

    • 3 Mars 2016 à 17h58

      aurore dit

      Tres bon article 

    • 3 Mars 2016 à 11h56

      Fixpir dit

      Il me semble que les commentateurs débatte du sujet en excusant un peu rapidement le journal qui a sorti cette tribune répugnante, Le Monde.
      On pourrait évidemment estimer normal qu’ils donnent la parole à toutes les parties. Cependant, il ne me semble pas y avoir lu une tribune par, je ne sais pas moi, au hasard, Mme Le Pen.
      Bref, il semble bien que ce journal flirte en permanence avec l’islamo-fascisme en toute impunité.

      • 3 Mars 2016 à 12h10

        Laurence dit

        Tout à fait. Je suis toujours sidérée par cette complaisance à l’égard de ce journal qui, comme libé, ouvre jour après jour ses colonnes aux ordures islamolâtres et qui, quand cela tourne au carnage, vient jouer les résistants de la dernière heure.

      • 3 Mars 2016 à 18h04

        C. Canse dit

        À Fixpir

        Faire de la pub à un quotidien qui m’indiffère ?
        Non. 

    • 3 Mars 2016 à 7h48

      QUIDAM II dit

      Un article du Monde Diplomatique de 2014 exprime exactement le même point de vue que celui de Daoud.
       Va-t-on accuser le Monde Diplomatique d’islamophobie ?… Ce serait cocasse.
      Article intitulé : « Sexe, jeunes et politique en Algérie » de Pierre Daum, Illustrations d’Aurel. Août 2014, pages 4 et 5
      http://www.monde-diplomatique.fr/2014/08/DAUM/50713

      Les censeurs de Daoud ne sont pas seulement stupides, ils deviennent parfaitement risibles.

      • 3 Mars 2016 à 19h41

        l’oiseau bleu dit

        J’opterai pour : Pervers, et soumis 

    • 2 Mars 2016 à 21h05

      mjpg dit

      à Jean-Paul Brighelli :
      j’aime beaucoup vos réflexions et vos articles,
      mais :
      qu’est-ce qu’un “musulman athée”???
      sinon , je le pense, un oxymore,
      comme si l’on pouvait dire un chrétien athée ou agnostique …..
      Ou bien alors “musulman” à une acception que je ne connais pas.(peut-être une incidence de la bien pensance actuelle???, comme dire musulman français etc ……..)

      mille mercis à nouveau pour ces pensées roboratives,
      nonobstant ma remarque,

      • 2 Mars 2016 à 22h24

        saintex dit

        Un athée élevé dans un milieu de culture musulmane. L’équivalent de ce qu’un a défini comme un catholique zombi. Et puis, autant M. Brighelli mène intelligemment de remarquables combats d’une grande humanité, autant le Père Combe qui est son confesseur (en un mot), lui obscurcit l’esprit quand il est question de religion.

    • 2 Mars 2016 à 20h50

      salaison dit

      “Kamel Daoud ou la victoire des intégristes de la pensée molle”……
      la Gauche (ou le PS) en est le “CHEMIN DIRECT”……..!
      CQFD 

    • 2 Mars 2016 à 18h20

      àboutdepatience dit

      Dans le film “Salafistes” on voit le jeune homme à qui a coupé la main remercier ses bourreaux, car ils l’ont sauvé du vol et l’ont donc remis dans l’islam
      ce doit être cela, la définition de la soumission
       

    • 2 Mars 2016 à 15h22

      Martini Henry dit

      Il y en a des tarés à qui Allah ordonne de commettre des abominations! Comme cela ne peut bien sûr, absolument pas être relié au message lui-même, on se demande bien à quoi cela peut-être dû… Une coïncidence? Un hasard? Un virus?
      Sûrement. Un virus. Je ne vois que ça. Le virus des égorgeurs et des trancheurs de têtes de gamines de 4 ans… J’espère que nos chercheurs vont vite découvrir le vaccin…
      http://www.fdesouche.com/704639-moscou-arrestation-dune-femme-en-burqa-la-tete-decapitee-dun-enfant-la-main-criant-allahu-akbar

    • 2 Mars 2016 à 12h33

      MGB dit

      On est tous d’accord, il faut nettoyer les écuries d’Augias. Mais qui va endosser le costume d’Hercule ?