J’apprécie souvent, mais pas toujours, les coups de gueule de Sarkozy tout en regrettant qu’il ne joigne pas davantage le geste à la parole. Je ne comprends pas la mobilisation présidentielle pour Florence Cassez. D’abord, je la crois coupable mais, quand bien même serait-elle innocente, elle n’est pas infirmière bulgare et le Mexique n’est pas la Libye. Bien sûr, soixante ans de taule, c’est cher, et on peut souhaiter, par simple humanité, qu’elle bénéficie des mêmes ristournes que les condamnés incarcérés dans nos prisons, mais quand les Mexicains tiennent un criminel ou quelqu’un qu’ils ont jugé comme tel, s’ils choisissent d’accorder à la société soixante ans de répit et si c’est leur droit, c’est leur droit. Ils ont peut-être aussi voulu envoyer un message à toutes les gourdes qui en pincent pour les bandits : « Si vous voulez fricoter avec la racaille, restez donc au pays des droits de l’homme criminel et de sa femme complice, ça coûte moins cher. »

Lire la suite