Des journalistes climatologues du dimanche | Causeur

Des journalistes climatologues du dimanche

Les chiens de garde, ces militants réchauffistes

Auteur

Ingrid Riocreux

Ingrid Riocreux
est agrégée de lettres et auteur de "La Langue des médias".

Publié le 31 août 2016 / Médias

Mots-clés : ,

meteo canicule climat

La Défense. Oliver H.

Les Romains croyaient que les fortes chaleurs estivales étaient causées par l’apparition de la « petite chienne » (canicula), autre nom de Sirius, l’étoile principale de la constellation du Grand Chien. Ils pensaient même que durant cette période de l’année, les chiens étaient plus susceptibles de contracter la rage. Aujourd’hui, l’explication journalistique des épisodes caniculaires, comme d’ailleurs celle des étés maussades, n’est guère plus scientifique.

Mon précédent post portait sur les « prophéties » médiatiques (au sujet du Brexit). Je vais continuer sur ce thème avec un sujet d’actualité : la canicule, et donc le réchauffement climatique. Le « et donc » établit ici un rapport de contiguïté étroite en ces deux notions, qui ne va de soi que dans le discours médiatique. En effet, si, par définition, toute canicule constitue un réchauffement, les médias, quant à eux, vont plus loin (plus loin même que les spécialistes à qui ils tendent le micro) : la canicule est un argument en faveur d’une thèse, celle du Réchauffement.The Réchauffement, celui dont on ne parle qu’en tremblant car ce seul mot fait frémir les mortels et annonce la fin des temps

Le journaliste, militant réchauffiste

Evidemment, quand il fait chaud, c’est facile. On peut même risquer, comme l’Obs il y a quelques jours, un article intitulé « Canicule : à Paris aussi, on meurt du réchauffement climatique ». Objectivement, c’est la canicule qui tue, mais présenter la chose ainsi permet, comme on dit, de « sensibiliser » fortement la population au drame du réchauffement climatique. Si on en meurt, c’est qu’il existe.

Lisez la suite de l’article sur le blog d’Ingrid Riocreux

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 5 Septembre 2016 à 9h23

      beornottobe dit

      je crains que…… nous n’ayons pas le choix : nous prendrons le/la “moins pire”………
      car il n’y a personne “à la hauteur” pour le moment

    • 5 Septembre 2016 à 9h20

      beornottobe dit

      “on” prend les mêmes et ON CONTINUE!!!!!! (pas on recommence)

    • 5 Septembre 2016 à 9h17

      beornottobe dit

      quel joli monde! que ce monde politique n’est ce pas !?…. (-à Gauche comme à Droite -Chiraco/Sarkosienne-)

    • 4 Septembre 2016 à 18h45

      2HARDEL dit

      @l’Auteuse. 
      Ainsi donc, madame Riocreux (l’effet est curieux, non, phonétiquement, pour une spécialiste du signifié, et pour toute personne que les facéties de la langue intéressent ?), ainsi donc une Agrégée de Lettres Modernes, rien que ça, se penche sur l’insondable ineptie et la vulgarité crasse des médias les plus populaciers. Radio Luxembourg, comme on disait dans l’temps !

      Eh bien je regrette les quelques sous que m’a coûté, comme à tous les contribuables, votre formation universitaire. C’est d’la gâche !  

      Car je sens que vous allez bientôt intégrer un laboratoire (!) de recherche au CNRS, dédié à L’Expression Ontologique de la Neutralité du Cri Primal (clin d’oeil à Benedetta Tripodi — Benedetta, si tu lis mes conneries, cht’embrasse —),  dans la Gazette de la Manche, les Tags de la Défense et l’Œuvre d’Alain Badiou. 

      Non seulement, Madame, vous ne vous penchez pas sur la Littérature de votre temps (Lettres Modernes), mais vous vous fourvoyez  dans ce que l’expression simiesque des sapiens a de plus méprisable.

      Tiens ! Je viens de voir une pub passer à l’instant, à droite de mon écran, qui vise à recruter des jeunes femmes dans l’Armée de Terre.
      Je suis sûr que vous y seriez très à l’aise. Question vulgarité, quel champ d’investigation !

      Après tout, il n’est jamais trop tard pour se rendre compte que l’on a fait fausse route, qu’on s’est trompé de voie…  

      Bonne chance.  

      • 5 Septembre 2016 à 14h50

        Hannibal-lecteur dit

        Ainsi donc la couple de haridelles s’excite, sans le moindre argument pertinent, sur l’Auteuse parce qu’elle a du mal – la couple – à prononcer son nom, quasiment le seul argument avancé! 
        A l’écurie, la couple!  

    • 4 Septembre 2016 à 17h44

      René de Sévérac dit

      J’ai beaucoup aimé :
      “c’est que cela n’a plus rien d’une science, c’est une croyance”, remarque applicable à bien des affirmations dites scientifiques.
      Ce point fondamental est synthétisé par Alain Besançon (de l’Institut) en
      « Il croit qu’il sait mais il ne sait pas qu’il croit »

    • 4 Septembre 2016 à 17h08

      beornottobe dit

      il y a des……:
      journalistes climatologues
      journalistes politologues
      journalistes économistes
      etc etc……..
      mais aucun dans l’esprit de Renaudot

    • 3 Septembre 2016 à 22h19

      Hannibal-lecteur dit

      Chère Ingrid, chapeau pour votre subtilité et la clarté de votre démonstration. Les journalistes ont un métier fort difficile et leur gloire et réputation ne vient jamais de son bon exercice mais de leur faculté à ” faire le scoop “. D’où une tentation irrépressible à toutes les dérives, à tordre les faits pour les ” sentionnaliser”.
      Seule la profession elle-même pourrait tenter de corriger ce vice, mais si, en plus, le scoop s’accompagne d’avantages pécuniaires alors il n’y faut pas compter, c’est râpé.
       

    • 3 Septembre 2016 à 14h12

      ophyrs dit

      Bravo Ingrid ! Je conseille à tous la lecture de son génial livre.
      Je remarque que seuls les “réchauffistes” ont droit à la parole sur les ondes. Les scientifiques qui doutent ou prouvent que toute cette propagande n’est que de la poudre aux yeux pour les naïfs ne sont jamais invités sur les plateaux télé.
      Et personne ne rappelle la proportion de CO2 dans l’atmosphère : 0,035% !
      Ce qui fait du grand méchant loup un gaz … plus rare que l’argon !
      Alors, journaleux climatologues du dimanche, allez suivre des cours de science avant de dire n’importe quoi.

    • 2 Septembre 2016 à 13h24

      beornottobe dit

      !!!!!! s’il n’y avait qu’en “climatologie”qu’ils étaient du dimanche !…..

      “Des journalistes climatologues du dimanche” (oupsss! ou oumpffff)