Vacance intellectuelle | Causeur

Vacance intellectuelle

Le moi de Basile

Auteur

Basile de Koch

Basile de Koch
est chroniqueur des nuits parisiennes à "Voici" et du PAF à "Valeurs actuelles". Il est aussi essayiste à 16h.

Publié le 10 septembre 2016 / Monde Politique Sport

Mots-clés : , , , , ,

Mon actu de l’été : rien, à part les JO, le feuilleton de la présidentielle américaine – et moi, bien sûr, sans qui ce journal n’aurait guère de raison d’être.
clint eastwood jeux olympiques

Ibtihaj Mohammed. @Sean M. Haffey

BARROSO RACHETÉ À LA BAISSE

 

Mardi 12 juillet

Pasticheur du Roy depuis 1793, j’apprécie en connoisseur l’exercice d’auto-parodie glacée et sophistiquée auquel se livre Le Monde dans son édito d’aujourd’hui.

Sous un titre accrocheur, « José Manuel Barroso, l’anti-européen », le quotidien de révérence explique à ses lecteurs ce qu’il faut penser du rachat du commissaire européen par Goldman Sachs. L’air de rien, Le Monde creuse ainsi l’écart avec ses concurrents dans une discipline très disputée : l’intelligence au service de la connerie.

Donc, l’ancien président de la Commission de Bruxelles, grand manitou de l’Europe de 2004 à 2014, a été racheté par une banque d’affaires dont la réputation n’est plus à faire. Et qu’est-ce qui choque Le Monde là-dedans ? Non pas ce « transfert » ni la porosité qu’il suggère entre Union européenne et finance mondiale. Non, le pire c’est « le coup bas, indigne » que le traître porte ainsi « sciemment » à l’idéal européen.

Comment ça, j’invente ? Ce qui est vraiment « révoltant », s’échauffe le journal, c’est qu’avec cette prébende Barroso « ait accepté de contribuer au discours des mouvements protestataires anti-européens d’ultra-droite qui menacent le caractère démocratique du continent ». Les faits en soi, on l’a vu, c’est pas si grave ; l’ennui, c’est quand ça risque de donner des arguments aux Méchants.

Par bonheur, apprend-on en bonus, il reste une solution pour éviter ce cataclysme annoncé : « La Commission doit changer ses règles », tout simplement, pour que ses anciens membres n’aillent plus « pantoufler » n’importe où.

Comme ça, tout ça se verra moins, et on pourra continuer comme devant. « Il en va de l’image de l’UE », conclut solennellement Le Monde. L’image, voilà bien l’essentiel ! Qui a parlé de changer le reste ?

[...]

  • Causeur_038_couv

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 97 - Septembre 2016

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    Causeur_038_couv
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 12 Septembre 2016 à 20h36

      Orwell dit

      Vous… et moi, sans lequel ce site ne serait rien non plus si je ne réagissais pas à ses commentaires. A mégalo, mégalo et demi. Sans vouloir dénigrer vos collègues, j’apprécie vos petites notes permettant de passer d’un sujet à l’autre. Vous ne pouvez savoir à quel point elles sont réjouissantes pour le paresseux de naissance que je suis. Deux de ces articles ont attiré mon attention : 1) celui consacré à Clint Eastwood, et la perle de Télérama, dont les articles ont ceci de commun avec leurs programmes télévisés que l’on a le sentiment frustrant de les avoir consulté pour rien puisque dans les 2 cas de figure, on a perdu son temps. Bref, la perle “Pour l’acteur de 86 ans, la vieillesse est définitivement un naufrage”. On remarquera que Télérama ignore que Clint Eastwood est aussi un réalisateur un producteur, un compositeur, et ce parmi les meilleurs. Rappelons aussi qu’il a joué dans “Gran Torino” (plaidoirie en faveur des immigrés asiatiques aux States) à l’âge de 78 ans. Donc, le naufrage de la vieillesse, selon le journaleux de Télérama, se situerait entre 78 et 86 ans. Rappelons que Ken Loach a été encore nominé en 2016, à l’âge de 80 ans, pour son “Moi, Daniel Blake”, et a, pour l’occasion, tendu le poing pour témoigner de son attachement sénile au marxisme. Qu’une âme charitable le prévienne qu’il avait alors sombré dans le naufrage de la vieillesse, et qu’il n’aurait jamais dû se présenter à Cannes. 2) Concernant “L’article Les jeux du foulard”, il me donne, à mon grand regret, l’envie de voter pour Donald Trump. Hier soir, j’ai fais un cauchemar : j’ai rêvé que Mohamed Ali battait Joe Frazier sur un ring de boxe en portant une burka.

    • 10 Septembre 2016 à 17h00

      alain delon dit

      L’idéal européen, c’est moi. Si vous ne me croyez pas, demandez à votre femme.

    • 10 Septembre 2016 à 13h32

      desi dit

      C’est du pipi de chat à côté du Monde Diplo qui nous gratifie dans les kiosques d’une “analyse” historico-géopolitique sous forme de révélation: L’Europe doit tout à l’Islam et d’ailleurs elle a toujours été islamique mais sans le savoir, c’est pour ça qu’il faut en dire du bien et surtout accélerer l’enrichissement culturel mutuel avec le Nord de l’Afrique.
      Oui, oui, absolument: sortez de vos ténèbres, les lecteurs.
      Une tranche de rire incomparable.

      • 10 Septembre 2016 à 17h53

        Lecoeuretlaraison dit

        Bientôt on va faire venir des chameaux en grand nombre, et dans vingt ans, on fera croire aux petits Européens qu’ils ont toujours été là.

    • 10 Septembre 2016 à 12h24

      Habemousse dit

      Les journalistes du « Monde » ; comme son titre l’indique, n’ont pas que la France à décortiquer : non, ils ont le monde, la planète terre, l’univers, vous comprenez ? Alors que vous et vos collègues ne recueillez que les ragots et les insultes de quelques banlieusards en manque d’une religion qui en a.

      Faites comme les journalistes du « Monde », tordez vous la cervelle à trois cent soixante degrés pour tenter de faire comme eux, comprendre l’incompréhensible et le faire partager !

      Le royaume des imbéciles leur est ouvert.