Mariage gay, GPA, PMA : Chevènement tire dans le tas | Causeur

Mariage gay, GPA, PMA : Chevènement tire dans le tas

Pour le Lion de Belfort, la loi Taubira bouleverse le droit de la filiation

Auteur

Manuel Moreau

Manuel Moreau
est journaliste et syndicaliste.

Publié le 08 avril 2013 / Politique

Mots-clés : , ,

chevenemnt pma gpa

Jean-Pierre Chevènement n’est plus de gauche. C’est du moins ce qu’ont dû penser nombre de Jeunes Socialistes en l’écoutant descendre en flèche le projet de loi instaurant le mariage et les enfants pour tous. Petite parenthèse, pour le MJS et une partie des élus socialistes, le label « degauche » n’est octroyé qu’à une poignée d’avant-gardistes qui prennent position dans le bon sens sur des questions aussi cruciales que la dépénalisation du cannabis, la régularisation des sans-papiers ou la « moralisation de la vie politique ». Autant dire qu’un vieux briscard du Programme commun, fondateur du Parti Socialiste à Epinay, n’est pas en odeur de sainteté lorsqu’il se prononce contre « une avancée majeure pour l’égalité » des gays et lesbiens. Après avoir fait perdre Jospin en 2002 et un temps remisé sa tunique de gauche au vestiaire du Pôle Républicain – je vous parle d’un temps que les moins de vingt-cinq ans ne peuvent pas connaître… – le Lion de Belfort s’en prend aujourd’hui à l’unique réforme d’importance portée par le gouvernement. Du Sénat, où il siège, le sage nous dit que les notions de père et de mère sont « des repères fondamentaux qu’il faut maintenir face à la déferlante de l’hyper-individualisme libéral ». Le contempteur de l’Europe de Maastricht a-t-il cédé à une panique morale, tel le premier beauf islamophobe venu ? Passé ses vacances avec Aldo Naouri ? Ou bien relu ses classiques marxistes, un peu empoussiérés depuis l’enterrement du CERES ? Toujours est-il que l’argument porte, notamment chez les lecteurs de Christopher Lasch, qui ne boudent pas leur plaisir en entendant Chevènement expliquer : « Avec ce projet de loi, nous brouillons complètement le droit de la filiation. Des couples homosexuels peuvent adopter ensemble des enfants, et demain avec la gestation pour autrui (GPA) ou la procréation médicalement assistée (PMA) GPA et PMA ne sont pas dans le texte, mais vous savez très bien que c’est une hypocrisie et qu’en réalité tout cela va ensemble, petit à petit, quels que soient les hommes politiques. » Celle-là, il fallait la citer in extenso ! Je traduis : la GPA passera en 2017, que la majorité soit PS ou UMP, puisque le bon sens passe désormais sous la guise d’une évolution des mœurs qui dicte sa loi au législateur. Comme Naouri, JPC s’inquiète d’une expérimentation sur le vivant, « un pari anthropologique, que pour ma part, je me refuse à faire parce que je pense qu’un enfant a le droit à avoir un père et une mère, ou au moins, l’idée d’un père et l’idée d’une mère ». Si ce propos n’est pas révolutionnaire, c’est que Frigide Barjot défile habillée en nonne sur des chants grégoriens. Quitte à peiner les meilleures âmes degauche qui crient comme des orfraies pavloviennes dès qu’on bouscule leurs certitudes, Chevènement n’est pas sur la ligne Boutin. À l’instar de notre chère Frigide, il soutient le PACS et avait même livré ce combat pour l’égalité des droits fiscaux aux côtés de son ancien camarade Jean-Pierre Michel, aujourd’hui reconverti dans la chasse aux homophobes imaginaires.
Avec tout cela, vous me direz que le fringant Jipé joindra sa voix à celles de l’opposition, dont les plus brillants tribuns opposés au projet de loi sont étrangement libéraux en économie, à commencer par le sympathique Hervé Mariton, lequel déplore les conséquences sociétales de causes philosophiques qu’il chérit. Eh bien non, je vous le donne en mille : après avoir déployé une argumentation si convaincante, au nez et à la barbe de ses alliés socialistes, le Che dit envisager de s’abstenir. Il n’exclut pas de mettre ses convictions en veilleuse pour favoriser la paix des ménages entre son parti, le MRC et le tout-puissant PS. Peut-être craint-il aussi les mauvais jugements de son ex-fidèle Jean-Pierre Michel, qui sort son revolver dès qu’il entend le mot débat et ne manquera pas de vampiriser les discussions au Sénat.
Mais n’écartons pas l’hypothèse d’un vote négatif.  Après avoir dit niet au traité européen Merkozy réécrit, Chevènement a encore une petite pichenette à asséner dans la bataille contre le mariage et les enfants à tous les étages. Il est vrai que la manif pour tous manque cruellement de figures de gauche, ce qui n’aide pas Silviane Agacinski, Bernard Poignant et quelques élus socialistes antillais à faire entendre leur petite musique dissonante. Et les cortèges de Frigide Barjot, s’ils ne ressemblent en rien à la poignée d’excités qui font le délice des reportages télévisés, traduisent avant tout la fronde d’une France traditionnelle, majoritairement conservatrice et catholique. Trois épithètes qui donneraient des boutons à n’importe quel permanent de Solférino. Rien que pour ça, Monsieur le sénateur, devenez enfin l’homme qui a dit non !

*Photo : chevenement.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 17 Avril 2013 à 21h11

      Eugène Lampiste dit

      c’est vrai que c’est un homme de convictions, ce Che !

      il a même pas pris part au vote…

       

    • 16 Avril 2013 à 23h35

      Robespierre dit

      Franchement. J’adore ce magazine , je me retrouve dans pleins de choses que vous écrivez, bravo ne nous abandonnez dans cette ambiance gauche caviar libertaire omniprésente, c’est hallucinant j’ai l’impression d’être sur un rocher idéologique au milieu d’une eau peuplé de poissons qui respire difficilement le liquide culturelle administré par une classe politico médiatique majoritaire mais très peu représentative.

    • 9 Avril 2013 à 19h38

      Marie dit

      Jean François Debat, trésorier du PS: “Le gouvernement a annoncé le dépôt d’un projet de loi sur le mariage pour tous, traduisant un engagement de campagne du Président de la République. J’ai de longue date exprimé mon désaccord avec ce projet, pour des raisons de fond.

      S’agissant du droit des couples, l’exigence de reconnaissance par la société et par la loi des couples homosexuels est légitime et je suis favorable à des évolutions de textes. 13 ans après le PACS, après les avancées successives en ce domaine, il reste encore à assurer l’égalité de traitement (par exemple en matière de successions, de pensions de réversion) avec les couples mariés. Au-delà, je pense qu’il est légitime de donner à cet engagement mutuel de deux adultes une reconnaissance plus officielle, par exemple par une cérémonie en mairie, en présence d’un officier de l’état-civil –et non dans le hall d’un tribunal d’instance. Pourquoi, alors, refuser le « mariage pour tous » ? Parce que du mariage découlent, automatiquement, les questions de filiation et de parentalité, et que c’est sur cet aspect que j’ai un désaccord de fond.

      En effet, pour moi, il n’y a pas de droit à l’enfant, mais des droits de l’enfant. Je comprends parfaitement l’aspiration de couples homosexuels stables à élever un enfant, et ne la traite ni avec ironie, ni avec suspicion. Cependant, à mes yeux l’enfant n’est pas un droit, ni pour un couple hétérosexuel, ni pour un couple homosexuel. L’enfant a des droits, il n’est pas un droit pour des adultes quels qu’ils soient. Or, tout enfant a obligatoirement deux parents qui sont de manière tout aussi certaine un homme et une femme et a besoin de pouvoir identifier clairement cette dualité chez ses parents.

      Alors, me dit on, l’homoparentalité est une réalité aujourd’hui. Sachons d’abord de quoi on parle : oui, aujourd’hui, des milliers d’enfants sont élevés au sein d’un couple homosexuel composé, à la suite d’une séparation ou d’un divorce, d’un de leurs parents et d’une autre personne. Mais il est évident que ces enfants ont un père et une mère et que le conjoint de leur parent n’est pas leur père ou leur mère, ni pour eux, ni aux yeux de la société. Le fait que ce beau parent participe à son éducation n’est évidemment pas choquant, mais sa relation à l’enfant de son conjoint est la même que celle d’un beau parent « classique » : il l’élève, mais n’est pas son père ou sa mère. Je le pense depuis longtemps : notre droit manque d’un statut du « beau-parent », de cet adulte qui n’est ni un parent, ni un étranger pour l’enfant, qui a une place dans sa vie –et inversement. Pourquoi ne pas créer un statut du beau parent, ouvert à tous les couples recomposés, hétérosexuels comme homosexuels ? Il pourrait être reconnu, avec l’autorisation du parent de l’enfant, à son nouveau conjoint, concrétisant une réalité que tous les couples recomposés connaissent. Au delà de questions de vie quotidienne (pouvoir aller chercher un enfant à l’école, prendre des décisions en cas d’urgence, etc) ce statut clarifierait ces situations aujourd’hui courantes.

      Toute autre est la revendication d’accès à l’adoption plénière et à la procréation médicalement assistée (PMA) des couples homosexuels. J’y suis opposé et c’est le principal sujet du débat actuel. Rappelons d’abord ce qu’est l’adoption plénière : elle consiste, pour la société, à dire à un enfant qui a perdu ses parents naturels quels seront ses parents de remplacement. C’est un droit pour l’enfant, non pour les adoptants. Chacun sait, par ailleurs, qu’un enfant adopté doit assumer la perte de ses parents naturels, parallèlement à son éducation dans sa famille adoptive et que ce n’est jamais facile sur le plan affectif et psychologique –notamment à l’adolescence. Comment imposer à un enfant qui devra gérer le traumatisme d’avoir perdu ses parents un modèle familial où ses deux parents seraient du même sexe ? Nous savons que la question se pose aussi pour les enfants issus de PMA – qui souhaitent souvent connaître leurs origines. Au nom même de l’égalité des droits, je pose la question : pourquoi un enfant, au motif qu’il est adopté, se verrait-il privé du droit d’avoir lui aussi un papa et une maman ? A mes yeux, l’aspiration d’adultes à être parents ne justifie pas cette atteinte aux droits de l’enfant.

      • 9 Avril 2013 à 19h50

        L'Ours dit

        C’est très exactement ce que je pense à l’exception de la cérémonie en Mairie que j’appelle “mariage”, ça ne me gêne pas.
        Merci Marie.

      • 9 Avril 2013 à 20h00

        quadpater dit

        Marie, ce qui est en train de se jouer actuellement c’est le vote d’un texte modifiant l’ensemble indissociable [mariage + adoption]. Toutes les opinions dissociant les deux sont hors-sujet, de même que les propositions envisageant de créer un nouveau statut, un PACS amélioré, etc…
        On peut toujours débattre de moi je suis pour le mariage et contre l’adoption, mais pendant ce temps le Sénat planche sur autre chose. Et M. Debat le sait fort bien (au fait, de quand date cette déclaration ?).

    • 9 Avril 2013 à 15h54

      fogarty dit

      Je suis d’accord avec JPC car en fait il est, à Gauche, un des derniers défenseurs de notre république face au bazar intellectuel et à l’intolérance des soi-disant avant-gardistes

    • 9 Avril 2013 à 14h54

      JMECACHE dit

      c’est un homme de conviction et un vieux bonhomme qui n’a plus rien à perdre, il dira non j’en suis certain! bravo et vive le Che
       

    • 9 Avril 2013 à 13h50

      L'Ours dit

      Tout à fait d’accord avec cage11h25.

      Hormis les bonnes précisions, il semble tout de même qu’il y ait une inquiétante recrudescence de la violence anti homo!
      Et si je suis toujours en agacé contre ceux qui veulent faire accroire que ceux qui sont contre le mariage homo (ce n’est pas mon cas, je suis juste contre l’adoption plénière) sont homophobes, il semble cependant que les revendications contre le mariage homo tout à fait détachés de rejet dans une écrasante majorité, aient pourtant servi de prétexte à des esprits malveillants pour attiser la haine crasse et la violence.

    • 9 Avril 2013 à 13h39

      Porfirio Diaz dit

      Comme dit mon fils j’aime bien Chevenment car c’est un vrai rèpublcain un laïque pur et dur respectueux d’opinions divergentes.
      Pourtant il avait mal commencé au CERES comme Rocard au PSU. Nobody is perfect. L’¡essentiel et de redresser la position.
      Dans 30 ou 40 ans les jeunes socialistes feront amende honorable 

    • 9 Avril 2013 à 11h25

      cage dit

      “TF1″ ou Fonction morale de l’image ?
      Un couple d’homosexuels a été agressés par une bande de « courageux » ds le 19ème ardt de Paris.
      L’enquête dira rapidement je l’espère pour les victimes, s’il s‘agit de « cousins à capuche » qu’ont « pété un câble » parce que ss substances toxique etc… ou des fachos comme seule la France en engendre.
      Vu l’heure, vu le quartier, j’attends avec impatience la photo des « courageux lascars » et la justice passe.

      Ce que je trouve fort au sens émotionnel, ds cette aventure sinistre c’est la mise sur face-book des visages tuméfiés des victimes.
      La fonction « morale » ou « éthique » de l’image prend sa force et sa fonction.
      J’attends maintenant de savoir de la part des belles âmes qui sont en autre, contre les caméras de surveillance, si ce couple d’homos tabassés va être taxé de « faire du TF1 », comme cela avait été le cas, en mémoire la curée de la bien pensance, contre cette chaîne de TV lors des présidentielles de 2002( ?), car elle avait eu le « culot » de montrer une victime : un vieux monsieur en pleurs, qui s’était fait violemment tabasser, puis sa maison incendiée, son seul tort étant d’être un retraité, d’être aimable et d’habiter à proximité d’un quartier “sensible”.
       Peut-être que l’on peut prendre aussi en compte qu’il était “européen” ce “souchien”. 
      Alors, oui, j’espère qu’une visibilité de cette violence là, contre les homos mais aussi de la violence faite aux plus faibles (personnes âgées, femmes, ados etc…) soit possible et soit abordée.
      Et qu’il y ait un “face book” de ces “violents”, et que la sanction soit aussi visible : je proposerai bien volontiers une peine de TIG, pour les trois agresseurs du 19 ème, genre passer le balai sur le trottoir de leur quartier pendant qq semaines sur le 19 ème, avec des plumes d’autruche comme uniforme. 

      • 9 Avril 2013 à 11h36

        Marie dit

        Et ne pas instrumentaliser cette affaire écœurante en l’a collant sur le dos des anti mariage pour tous.

        • 9 Avril 2013 à 12h04

          cage dit

          La colle ne prendra pas…
          Voir Bayrou et l’affaire Mehra.