Sur sa page Facebook, Julien Dray, dirigeant national du PS et fondateur, il y a trente ans de SOS-Racisme a fait hier soir une déclaration assez solennelle à propos des polémiques autour de l’Observatoire de la Laïcité et de son actuel président Jean-Louis Bianco, dont beaucoup de militants laïques exigent le départ. Cette exigence semble avoir été entendue par le Premier ministre qui a déclaré lundi soir : « Je verrai bientôt Jean-Louis Bianco. Je lui rappellerai que L’Observatoire de la laïcité, placé d’ailleurs sous ma responsabilité, ne peut pas être quelque chose qui dénature la réalité de cette laïcité. » Un scud auquel Jean-Louis Bianco a répondu, dès le lendemain, dans les colonnes du Monde : « Ceux qui dénaturent la laïcité, ce sont précisément ceux qui en font un outil antireligieux, antimusulman, qui prétendent, ce qui est une monumentale erreur sur le principe même de laïcité, que l’espace public est totalement neutre, comme si nous n’avions plus le droit d’avoir des opinions. » Ambiance…

Ces faits posés, revenons à la déclaration de Julien Dray :

« Jean-Louis Bianco est mon pote depuis bientôt trente-deux ans. C’est un homme droit et sincère. Donc même si quelqu’un a un désaccord avec lui, il se comporte bien et discute calmement avec lui car en plus Jean-Louis est un homme de dialogue. Je le dis calmement je n’aime pas la campagne contre lui et encore moins la forme qu’elle commence à prendre. »

Avant de vous faire partager ma réponse, je voudrais dire deux ou trois choses. Je connais Julien depuis plus de quarante ans dont une bonne quinzaine passés à se combattre – et parfois avec d’autres armes que celles de la critique – quand il était à la Ligue, puis à SOS et au PS. J’ai toujours eu du respect et de l’affection pour lui. Je ne connais pas, en revanche Jean-Louis Bianco. Donc pas de respect ni d’irrespect a priori, pas d’affect, rien que de la politique. Je ne souhaite pas qu’on le lynche, comme le déplorent en pleurnichant sur les réseaux nombre de ses défenseurs. Je souhaite simplement que l’Observatoire de la Laïcité, financé sur fonds publics, remplisse sa mission de service public. Mission qui consiste, entre autres à combattre les intégristes, fussent-ils déguisés en camarades ou en victimes. En vertu de quoi, voilà ce que j’ai répondu à Julien :

Cher Julien, tu as raison de défendre ton ami. Je fais pareil. Et je méprise un peu les gens qui procèdent autrement. Mais ceux qui aiment la laïcité ont raison d’attaquer l’Observatoire de la Laïcité, et donc son président.

Depuis le tweet odieux de Nicolas Cadène (Rapporteur général de l’Observatoire de la Laïcité) contre Elisabeth Badinter et la mobilisation très énervée de la gauche laïque d’en bas qui a suivi, Jean-Louis Bianco s’est enferré dans le déni, le mensonge et la provoc.

tweet Nicolas Cadène


Il aurait probablement suffi qu’il se désolidarise de Cadène et rouvre illico le dialogue avec tous les militants laïques pour que l’affaire ne remonte pas plus haut que le fusible. Au lieu de quoi Jean-Louis Bianco a préféré user de tout son poids pour intimider ses adversaires. 
Il a joué, il a perdu. Il n’a pas compris que nous étions dans l’après-Bataclan. Il doit partir.

Garde-lui ton amitié. Et garde-nous ta solidarité. Et si tu as du mal à tenir les deux bouts, remémore-toi ce vers de Racine : « Je chéris ta personne et je hais ton erreur. »

*Photo : SIPA.00619000_000045.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Lire la suite