Jean le Gall, la cruauté du greffier | Causeur

Jean le Gall, la cruauté du greffier

“Les lois de l’apogée”, roman sur la falsification généralisée

Auteur

Jérôme Leroy

Jérôme Leroy
Ecrivain et rédacteur en chef culture de Causeur.

Publié le 22 octobre 2016 / Culture

Mots-clés : , , , ,

Jean le Gall raconte ici magistralement le dernier quart de siècle ou règne le mensonge généralisé. Ce roman total (on y trouve même un pastiche meurtrier d'une grande enquête du Monde) est la vraie surprise de la rentrée.
jean legall lois apogee

Jean le Gall. Photo: Julien Falsimagne-Leemage

Vous souvenez-vous du prix Goncourt en 1988 ? Non ? Ne vous inquiétez pas, le lauréat non plus. Il s’appelle Jérôme Vatrigan, et le 6 février 2014, alors qu’il se confie à un enregistreur japonais des années 1980 marchant avec des cassettes TDK qui font un bruit oublié de l’homme d’aujourd’hui, il est uniquement occupé à raconter sa chute, une chute qu’il a sans doute obscurément souhaitée toute sa vie, un peu comme les personnages des romans hussards qu’il a beaucoup aimés. Lui vous dirait qu’il est « anarchiste de droite », ou peut-être qu’il ne vous dirait plus rien. À 50 ans, réfugié en plein hiver dans un petit hôtel du Cap-Ferret, il n’est plus un personnage de Nimier ou de Déon mais plutôt de Simenon. Il n’est pas certain qu’il ait aimé Simenon, Jérôme Vatrigan. Lui, son affaire, c’était plutôt Proust. Au point, une fois devenu éditeur, d’avoir retrouvé miraculeusement, un peu trop miraculeusement, un inédit de l’auteur de la Recherche, Les Après-midi d’Auteuil.

[...]

  • causeur.#39.bd.couv

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 98 - Octobre 2016

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur.#39.bd.couv
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 23 Octobre 2016 à 21h21

      Singe bleu dit

      Les titres abscons mais pompeux, l’autocélébration, l’autosuggestion d’être autre chose qu’un Hmbert Humbert de résidence bourgeoise etc.

      • 23 Octobre 2016 à 21h38

        Jérôme Leroy dit

        Ne vous inquiétez pas, un jour vous aussi vous pourrez écrire un livre. A compte d’auteur, mais bon. Je vous bise.

        • 24 Octobre 2016 à 10h13

          alain delon dit

          @ Jérôme Leroy

          Merci camarade Leroy de m’avoir ouvert les yeux sur toute cette vacuité agressive, de part et d’autre, et mes plates excuses pour avoir offensé l’écrivain que vous êtes. Votre prose vaut ce qu’elle vaut mais elle a au moins le mérite d’exister. Sur ce, je retourne à l’anonymat.

    • 23 Octobre 2016 à 17h19

      isa dit

      Et le chat se porte- t’il bien?

    • 23 Octobre 2016 à 12h39

      Orwell dit

      « Vous souvenez-vous du prix Goncourt en 1988 ? Non ? Ne vous inquiétez pas, le lauréat non plus » -je me flattes de ne pas connaitre le prix Goncourt de 2016 ) « Vous souvenez vous d’Antoine Vatrigan ? Mais si, enfin ! L’éphémère ministre du Budget dans le premier gouvernement Hollande. Un type avec une belle gueule de rugbyman et des principes » (vu les qualités intrinsèques de ce roublard de Holllande, est ce anormal ?) « C’est drôle parce que son métier, la chirurgie esthétique où il a fait tranquillement fortune, consiste plutôt à maquiller les apparences. » ( en somme il ferait un journaliste de gauche exemplaire) « Il est socialiste, on lui a décroché une circonscription dans le Sud-Ouest. Cela ne l’a pas empêché de continuer les affaires, cliniques américaines, consulting pour les labos qui a dit que les riches étaient maintenant à gauche, et la populace à droite ?)
      « C’est que l’auteur, parmi ses nombreuses qualités, a celle d’être un pasticheur hors pair des propos tenus par les écrivains, les politiques et les journalistes à la mode. » – (suivre la mode, c’est l’expression même d’un esprit de gauche, pas vrai ?)
      « Une terrasse au Flore où l’on célèbre les mérites du dernier roman de Patrice Geignard fabriqué sur mesure pour plaire aux femmes, une sortie du Conseil des ministres avec un Hollande qui demande d’accélérer des réformes qui n’existent pas » (mais combien de temps faudra-t-il à un peuple de bovins agglutinés par bêtise chronique devant sa téloche pour comprendre que nous sommes tous depuis longtemps lobotimisé par les germanopraticiens ? »