Bainville, l’homme qui avait tout vu | Causeur

Bainville, l’homme qui avait tout vu

Il savait qu’une Allemagne puissante reviendrait à ses pulsions hégémoniques

Auteur

Jacques de Guillebon

Jacques de Guillebon
journaliste, essayiste et éditeur.

Publié le 16 mai 2013 / Monde

Mots-clés : , , ,

jacques bainville allemagne

« Trop tard est un grand mot, un mot terrible de l’histoire. » Lancé au lendemain du traité de Versailles, l’apophtegme de Jacques Bainville (1879-1936) est peut-être le meilleur résumé de la relation tourmentée entre la France et l’Allemagne. En 1920, dans ses célèbres Conséquences politiques de la paix1, ce brillant sujet analyse le danger représenté par l’Allemagne nouvelle, anticipant le conflit des Sudètes et l’Anschluss. Et dès le début des années 1930, il pressent la folie hitlérienne ou la planche savonneuse de l’alliance avec les Soviétiques. Bainville, pourtant, n’est pas suspect de germanophobie : il est plutôt obsédé par l’Allemagne, d’abord parce que, comme tous les Français, il a baigné dans la crainte du « péril boche », ensuite parce qu’ayant vécu des années à Berlin, il est un immense connaisseur de la culture germanique.
Contrairement à certains de ses petits camarades, il est totalement hermétique à l’antisémitisme et au racisme : « La France, écrit-il, est mieux qu’une race : c’est une nation. »2. Et cette nation, un peuple voisin n’a de cesse de l’envahir et, dans la foulée, de dominer l’Europe entière.

[...]

*Photo : Robert Laffont.

  1. Les Conséquences économiques de la paix, de Keynes, suivi de Les Conséquences politiques de la paix, de Bainville, Gallimard, Tel, 2002.
  2. Histoire de France, Éditions des Cimes, 2013.
  3. Les Conséquences politiques de la paix, op. cit.
  4. 4. La Guerre démocratique (Journal 1914-1915), Bartillat, 2013.
  5. Les Conséquences politiques de la paix, op. cit

  • causeur2

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 59 - Mai 2013

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur2
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 20 Mai 2013 à 19h53

      Emmanuel dit

      Notre personnel politique, le président en tête, feraient de bien de relire (ou de lire car je pense qu’ils ne l’ont jamais lu) Jacques Bainville; ils y apparendraient beaucoup de choses.

    • 17 Mai 2013 à 10h46

      Vassili Tchouïkov dit

      Pourquoi parler de la pusillanimité de François Mitterrand au moment de la réunification ? Ce coup de pied de l’âne est infondé. Celui-ci, ainsi que Margareth Thatcher était contre. C’est l’énergie d’Helmut Khol appuyé par une opinion occidentale béate et anesthésiée par la vision irénique de l’Allemagne de l’après 2e guerre mondiale qui l’ont permise. Il n’a pas pu s’y opposer, et a essayé, à juste titre, de négocier des contreparties.. Malheureusement, chassez le naturel il revient au galop. Chez les Allemands, un patriotisme fort mis au service d’une volonté hégémonique. Du côté français, l’esprit de capitulation. Désolé, François Mitterrand connaissait l’histoire et c’était un patriote

      • 17 Mai 2013 à 15h03

        Jacques de Guillebon dit

        C’est très exactement la pusillanimité que vous définissez ici.

    • 17 Mai 2013 à 6h29

      JMS dit

      Si on est de droite on pense que l’Allemagne domine parce qu’il y a une logique à la puissance et que c’est de notre responsabilité de concurrencer la puissance allemande par nos propres efforts.
      Si on est de gauche on pense qu’il faut que les Allemands fassent moins d’efforts pour être comme les autres c’est à dire sur un plan d’égalité avec les Français. 

      • 17 Mai 2013 à 7h18

        thdo dit

        Si on est de droite on pense que les cabris sont des cons, comme par exemple ici :

        http://www.mines-energie.org/Dossiers/Ouverture2011_17.pdf

        Si on est de gauche on pense qu’il n’y a pas de logiqueS à la puissance, que les Français ou les Allemands sont des européens comme les autres (sur un plan d’égalité universaliste abstrait) et donc qu’on peut s’en remettre aux contraintes d’un aéropage international pour décider des réformes à apporter aux institutions de l’un ou l’autre pays.

        • 17 Mai 2013 à 21h12

          laborie dit

          Aéropage, Aéropage, est-ce que j’ai une gueule d’Aéropage disait la colline?

    • 17 Mai 2013 à 1h10

      nadia comaneci dit

      Quand j’étais à Assas, il y avait un “cercle Jacques Bainville” qui regroupait les étudiants se réclamant de l’Action Française. Ils étaient facile dix, des fils à papa complètement paumés qui se prenaient pour Nimier parce qu’ils avaient les cheveux en brosse et se croyaient très supérieurs aux nervis du GUD à cause de leurs mocassins à gland.
      On les reconnaissaient à leur fleur de lys à la boutonnière, le 21 janvier ils mettaient des brassards noirs avec des mines lugubres.
      Leur point commun à tous, c’est qu’aucun ne passait jamais en deuxième année.
      Pas bien malins, mais pas bien dangereux.
      Pauvre Bainville.

      • 17 Mai 2013 à 6h55

        Eugène Lampiste dit

        étaient-ils déjà prêts au martyre ?

        • 17 Mai 2013 à 13h14

          nadia comaneci dit

          Ils étaient trop occupés à vérifier que le Burberry’s usagé mais pas trop tombait bien sur le revers du pantalon en laissant apparaître un demi-centimètre de chaussette Burlington.
          La deuxième occupation consistait à rejeter la mèche d’un petit mouvement de tête avec un air concentré et intéressant.
          Et le troisième, la plus importante, à vérifier la taille des cernes des copains à la messe le dimanche. Elle indiquait le nombre d’invitations aux rallyes matrimoniaux du samedi soir.
          ça laissait pas beaucoup de temps pour le martyre si tu veux.

        • 17 Mai 2013 à 13h20

          Eugène Lampiste dit

          et ils songeaient déjà à bouter l’inverti hors du Royaume de la Fille Aînée de l’Eglise ?

        • 17 Mai 2013 à 13h38

          nadia comaneci dit

          Il y a toujours eu beaucoup d’invertis chez les cathos tradis (faut dire qu’honorer Marie-Gudule tous les jours, c’est un chemin de croix)…

        • 17 Mai 2013 à 13h51

          Eugène Lampiste dit

          des invertis ?

          chez les cathos tradis ?

          ah elle est belle, la france… 

        • 17 Mai 2013 à 15h04

          Jacques de Guillebon dit

          Comaneci, ou l’antichristianisme à front de taureau.

        • 17 Mai 2013 à 15h12

          Fiorino dit

          Et bien je croiais que c’était un peché sur causeur ne  pas argumenter sur le fond et traiter l’autre de -phobe ou anti-.

        • 17 Mai 2013 à 16h17

          nadia comaneci dit

          Laisse tomber Fio, venant de l’auteur du bûcher des homophobes, l’inénarrable candidat au martyre, le “dernier chic révolté”, la faiblesse de l’argument est plutôt surprenante.
          Vous traîniez votre fleur de lys à Assas dans les années 90-95 Guillebon ?
          Je ne sais plus si c’est là ou à SP, mais votre nom me dit vaguement quelque chose.

        • 17 Mai 2013 à 16h20

          nadia comaneci dit

          D’ailleurs antichristianisme est beaucoup trop réducteur.
          Anti tous les contes pour enfants, et la liste est longue.

        • 17 Mai 2013 à 16h23

          Eugène Lampiste dit

          Anti mitre ?

        • 17 Mai 2013 à 16h37

          Pampam dit

          Bonsoir,
          Si l’on devait faire un reproche au mariage entre personne du même sexe, c’est qu’il a fait ressortir du bois des tas de gens, beaucoup insignifiants. Jusque là ils buvaient du vin de messe entre eux, parfois tripotaient les plus jeunes, mais ils nous fichaient une paix royale.
          Maintenant ils se croient tous investis d’une mission divine, et vas-y que je te ponds un texte sur les papous, et un autre sur la zoophilie, et que je te glose sur la CEDH, et que je te vois la PMA/GPA dans mon marc de café.  
          On croyait en avoir fini avec le vote, qu’ils allaient retourner dans leurs grottes ou leurs cryptes. Même pas. Çà continue au détour de chaque sujet.  Tiens la preuve, je viens de me rendre compte que j’écrivais ça sur un fil qui, pour une fois, n’était pas dédié au sujet du siècle. :-)

        • 17 Mai 2013 à 17h03

          nadia comaneci dit

          Comme ils le disent eux-mêmes, c’est la revanche de la vraie France, celle qu’on n’entend pas habituellement.
          Et elle en a visiblement gros sur la patate.
          Jusqu’à en perdre le sens commun et le respect du suffrage universel.

          Le texte de Cohn-Bendit sur les expériences saumâtres en maternelle est daté et il s’en est excusé, mais le bûcher des homophobes de Guillebon, par sa violence irrationnelle, la haine qu’il exsude et le mépris dont il dégouline mériterait un petit tour chez le psy et au galop encore.

        • 17 Mai 2013 à 17h25

          Pampam dit

          Bonsoir Nadia,
          Oui. Faut espérer qu’avec la validation du CC tout cela va se calmer un peu.
          Sinon, oui aussi. Le Bucher des Homophobes c’est un article de grand malade (la tète, pas le corps). 

        • 17 Mai 2013 à 17h39

          Eugène Lampiste dit

          nadia, panpan.

          m’enfin…

          vous oubliez “voie sans issue”

          comment peut-ont oublier un article aussi immortel ??? 

        • 17 Mai 2013 à 18h35

          nadia comaneci dit

          Ils vont bien finir par se calmer.
          Mais quand on s’est pris pour le dernier rempart de la civilisation contre le chaos anthropologique, dur de revenir dans la vraie vie, Marie-Gudule, tout ça.
          Dans le martyre c’est surtout le passage à l’acte qui pose problème.
          Et puis je n’ai pas été frappée par leur respect des institutions et du droit. Texte qui figurait au programme d’un président élu, voté par un Parlement élu, rien que du bien démocratique. Après on est d’accord ou pas, mais hurler au poutsch, c’est assez inquiétant. Mais bon, la plupart sont gens raisonnables. Faut rentrer à la maison maintenant.

          C’est quoi “voie sans issue” Eugène ?

        • 17 Mai 2013 à 20h15

          Eugène Lampiste dit

        • 17 Mai 2013 à 20h57

          nadia comaneci dit

          Inouï. Jet de haine pure. Et méconnaissance affligeante de l’homosexualité, comme si c’était une option, un choix.
          On en oublierait presque la boursouflure du style.
          A l’évidence, voici un garçon qui ne pense qu’au cul. Et ce n’est pas au sien.

          Au hasard, pour la route

          “Elle (l’homosexualité) est le signe avant-coureur des effondrements, des révolutions, des bouleversements, des invasions, des catastrophes. Elle est le symptôme même de la décadence, de la perte de sens, de l’anomie. Sa joie bruyante et fabriquée est sans avenir, ses plaisirs criards et tapageurs sans postérité. Les homosexuels sont les sacrifiés des époques perdues, qui se consument eux-mêmes dans des immolations absurdes. Ils sont les suicidés des sociétés sans foi ni avenir, les enfants monstrueux des générations jouissives, hédonistes et inconséquentes, leurs minotaures dévorateurs enfermés dans les labyrinthes sans buts des siècles insensés”.

          Deux pages comme ça, pour ceux qui auront le courage de tenir.

        • 17 Mai 2013 à 21h03

          Pampam dit

          Deux cinglés. A ce niveau là c’est vraiment pathologique. Si ils sont mariés, à la place de leurs femmes et de leurs enfants je fuirais en courant.
          Ca peut vite virer Criminal Minds ces petites choses là. 

        • 17 Mai 2013 à 21h14

          lisa dit

          Fiorino, vous avez vu ça où?
          Sinon, la mytho, l’oisif frileux et vous même allez faire fuir encore du monde de Causeur…..

        • 17 Mai 2013 à 21h40

          Fiorino dit

          @ Nadia
          Dans l’extraits que vous avez posté je ne vois pas quel genre de “discussion anthropologique sur le fond” pourrait-on avoir d’ailleurs les daoud les marco et les nouveaux venus Zanni pourraient nous donner une leçon de dialectique et de temps en temps leur répondre car parait-il ils combattent aussi l’homophobie (mais bien sur on y croit). Pour ma part je pense que la seule explication qui pousse des individus à tenir des discours pareil c’est la religion rien d’autre. Cependant je m’avance à dire que dans ce couple infernal le dominant c’est Gaver c’est lui qui entraîne  Guillebon toujours plus bas, au départ d’ailleurs ayant vu une fois sur lci il y a quelques années Guillebon je le prenais pour un garçon timide et mesuré, peut-être qu’il a finamement trouvé son vrai mâle et qui l’a fait devenir un homme :)))

        • 17 Mai 2013 à 21h42

          Eugène Lampiste dit

          faire fuir qui, ma reinette ?

          les homophobes ?

          vous les regretterez ???????????? 

        • 17 Mai 2013 à 22h17

          Fiorino dit

          @ Lisa
          Je comprend votre deception pour ce soir mais pas votre commentaire. Si cela peut vous rassurer j’ai un brin de tristesse en voyant que pendant que la France celebre cette loi en Italie la presse nous livre les détails les plus sordides du procès berlusconi avec des prostitués habillée en bonne soeur ou travestie en obama pour exciter ces pourritures qui ont fait tellement de mal à mon pays avec la benediction de votre chère eglise… alors quand guillebon parle de décadence soyez rassurée les chemin qui portent à la decadence sont bien plus nombreux que vous ne le croyez et certains bcp plus rapides meme avec le Vatican.

        • 17 Mai 2013 à 22h19

          nadia comaneci dit

          Fio, la religion n’est jamais que le reflet des hommes puisque ce sont eux qui l’ont créée de toutes pièces…
          Lisa, vous êtes toujours là, vous nous accordez bien du pouvoir allons !
          Les causeurs ne s’effarouchent pas pour quelques éructations homophobes et encore moins pour d’inoffensifs athées…
          Que vous le pensiez est assez inquiétant.

        • 17 Mai 2013 à 22h23

          Eugène Lampiste dit

          tu crois que certains vont demander l’asile politique à “Nouvelles de Rance” ?

        • 17 Mai 2013 à 22h27

          nadia comaneci dit

          Fio, je ne sais si Gaver a trouvé son homme, les voies du seigneur sont impénétrables, mais il est certain que j’ai rarement vu individu plus obsédé par les homos.
          Il ne faut pas être grand psychiatre pour convertir les termes volontairement vulgaires et dégradants qu’il emploie en intérêt à peine dissimulé.
          C’est assez classique tu sais…

        • 17 Mai 2013 à 22h47

          Fiorino dit

          Nadia sans doute meme si ces genres de personnes fort heureusement ne sont pas assez rentré dans ma vie pour que je me puisse faire un idée de leur fonctionnement mais c’est vrai que souvent les pires homophobes on été chopé avec la main dans le sac. Je leur reconnait au moins de partir d’un discours religieux et pas se cacher derrière des grands mots comme le mariage socle de la république.   

        • 17 Mai 2013 à 23h34

          nadia comaneci dit

          Tu sais ce que je pense du discours religieux… que ce soit les sauvageons “musulmans” ou les homophobes “catholiques”, dieu a bon dos.
          La République a survécu au divorce, à l’avortement, au PACS et aux familles recomposées (la mienne comme plein d’autres), elle survivra au mariage gay !

    • 16 Mai 2013 à 23h19

      Patrick dit

      « La France, écrit-il, est mieux qu’une race : c’est une nation. »
      Il avait bien raison ce Bainville, l’AN (ou l’âne si on préfère) a supprimé le mot “race” de la législation.
      Le racisme est donc éradiqué, puisque les races n’existent plus.

      • 17 Mai 2013 à 1h15

        saintex dit

        Donc le racisme non plus. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.
        Comme dirait mon ami Pierrot, hélas Monsieur !

      • 17 Mai 2013 à 6h26

        JMS dit

        Ce genre de connerie où l’on pense supprimer la chose en supprimant le mot est effectivement extrêmement dangereux au plan juridique.

        • 17 Mai 2013 à 8h53

          Vassili Tchouïkov dit

          Si on supprime le mot con, on va être débarrassés de la connerie?

        • 17 Mai 2013 à 8h56

          Eugène Lampiste dit

          M’enfin, Maréchal, ça ferait exploser les chiffres du chômage…. 

        • 17 Mai 2013 à 11h11

          saintex dit

          S’il n’y avait que sur le plan juridique que la connerie est dangereuse, ce serait un moindre mal. Ce stupide débat date un peu qui prétendait que les races n’existent pas en ce qu’elles ne correspondent pas à la définition donnée par les. naturalistes et aujourd’hui fondée sur la génétique. Déjà la sémantique au secours d’une connerie prétendant ainsi abolir une autre connerie.
          Ceci étant, avec cette courageuse décision de l’Assemblée, on pourra dire que les noirs qui continueront à être noirs sont vraiment de mauvaise volonté, voire d’iiréductibles coloristes contrevenant à la volonté affirmé du peuple souverain à abolir les différences et les dits faits rances.
          Ca me rappelle Shakespeare qui n’est pas Shakespeare mais une autre personne signant Shakespeare, alors pouêt, ou les Palestiniens qui n’ont pas le droit à l’appellation de Palestiniens alors double pouêt et aucun autre droit.

    • 16 Mai 2013 à 22h05

      patricethomas dit

      voulez-vous dire que la meilleure façon pour l’Allemagne de prouver qu’elle ne cherche pas à dominer l’Europe serait qu’elle paie sans barguigner les dettes des pays qui dépensent sans compter ?

      • 17 Mai 2013 à 0h44

        Jacques de Guillebon dit

        Oui.
        Car il faudrait poser d’abord la question : pour qui dépensent-ils ?

        • 17 Mai 2013 à 1h19

          saintex dit

          Mais la bonne réponse était “non”, M. Guillebon. En effet, les Allemands ont le droit, peut-être même le devoir de barguigner. Sans blague !

      • 17 Mai 2013 à 1h17

        saintex dit

        Pour qui dépensent-ils l’argent qui leur a été alloué pour soutenir les économies des grands pays européens. Ceci pour contourner les traités de l’OMC qu’ils ont signés.

      • 17 Mai 2013 à 8h49

        Vassili Tchouïkov dit

        L’Allemagne a cherché plusieurs fois à dominer l’Europe. La dernière fois, cela nous a coûté 60 millions de morts. Elle n’a jamais payé les réparations mises à sa charge. Je parle bien de la deuxième guerre mondiale. 100 000 morts dus à la famine du premier hiver qui a suivi l’invasion de la Grèce, comme avant goût des horreurs et des destructions qui ont suivies. Les réparations n’ont jamais été payées. Elles couvriraient pourtant l’intégralité de la dette grecque aujourd’hui. Alors modestes…