Les Belphégor du Quai d’Orsay | Causeur

Les Belphégor du Quai d’Orsay

Un Proche-Orient (trop) compliqué

Auteur

Jacques Tarnero

Jacques Tarnero
est essayiste et auteur de documentaires.

Publié le 26 février 2016 / Monde

Mots-clés : , , ,

Derrière le récent appel à la reconnaissance de l’Etat palestinien lancé par d'anciens diplomates français, n'y aurait-il pas une hostilité à l'égard de l'Etat israélien?

Un manifestant palestinien masqué à Ramallah en 2013 (Photo : SIPA.00652688_000010)

Un groupe d’anciens ambassadeurs de France a publié le 3 février dans Le Monde un appel adressé à France et à l’Union européenne pour qu’elles reconnaissent l’Etat de Palestine. Cet appel a une apparence : celle de la bonne volonté pour aider à la paix dans une région qui en a bien besoin. Cet appel a une réalité : celui d’un choix partisan en faveur de la cause palestinienne et celui d’une hostilité à peine dissimulée à l’égard de l’Etat juif.

Ce triple quarteron d’ambassadeurs à la retraite a un savoir-faire limité : il radote sur un vieux rêve : la France aurait une mission au Proche-Orient. D’abord protectrice des chrétiens d’Orient, la voilà entichée du monde arabe. Si Godefroy de Bouillon a été remisé au placard des souvenirs poussiéreux, la diplomatie française depuis Charles de Foucauld, Louis Massignon, Vincent Monteil reconduit une passion paradoxale pour le monde arabe et la sphère de l’islam. Depuis Saint Louis, la Terre sainte ne fait plus partie des ambitions de la fille aînée de l’Eglise, bien au contraire, c’est sur l’Afrique du Nord, au XIXe siècle, que la France avait projeté son projet colonisateur. Avec le succès que l’on sait celui-ci prit fin en 1962 avec les indépendances en particulier celle de l’Algérie rendue aux nationalistes algériens, abandonnant les Harkis et les pieds-noirs aux poubelles de l’histoire. Au siècle de l’expansion coloniale et des expositions coloniales au Jardin des plantes, présentant des sauvages à civiliser, succéda celui des repentances postcoloniales.

Cet examen de conscience a eu certes ses vertus : un dévoilement du passif de l’histoire que tout peuple devrait pratiquer, car le désir de conquête, de mise en esclavage ne fut pas le fait du seul monde blanc ou celui des Européens. L’Afrique noire fut d’abord pillée par les conquêtes arabes. Sans la victoire de la flotte vénitienne sur la flotte ottomane, à la bataille de Lépante en 1571, la Turquie aurait pu infliger à la chrétienté un sort semblable à celui que Godefroy de Bouillon infligea aux mahométans. Ainsi va l’histoire et l’installation d’un foyer juif au cœur du Proche-Orient sur les terres de ses origines, fussent elle vieilles de 2000 ans, a obéi, non pas à un projet colonial mais au contrepoint de son errance historique. « Une terre sans peuple pour un peuple sans terre » obéissait sans doute à une perception erronée de la réalité de l’époque, mais entre 1900 et 1948, combien de millions de personnes n’ont-elles pas été déplacées pour redessiner les cartes du monde ?

De Gaulle et le « peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur »

Qui mieux que le général de Gaulle a résumé la vision du projet sioniste dans cet hommage jaloux et paradoxal  lors de sa fameuse conférence de presse de novembre 1967 : « Les juifs, jusqu’alors dispersés, et qui étaient restés ce qu’ils avaient été de tout temps, c’est-à-dire un peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur, n’en viennent une fois qu’ils seraient rassemblés dans les sites de son ancienne grandeur, n’en viennent à changer en ambition ardente et conquérante les souhaits très émouvants qu’ils formaient depuis dix-neuf siècles : “L’an prochain à Jérusalem”. En dépit du flot, tantôt montant, tantôt descendant, des malveillances qui le provoquaient, qui le suscitaient plus exactement, dans certains pays à certaines époques, un capital considérable d’intérêt et même de sympathie s’était formé en leur faveur et surtout il faut bien le dire dans la chrétienté. Un capital qui était issu de l’immense souvenir du testament, nourri à toutes les sources d’une magnifique liturgie, entretenu par la commisération qu’inspirait leur antique valeur et que poétisait chez nous la légende du juif errant, accru par les abominables persécutions qu’ils avaient subi pendant la deuxième guerre mondiale et grossi depuis qu’il avait retrouvé une patrie, par les travaux, leurs travaux constructifs et le courage de leurs soldats. »

Pour cet homme pétri de culture chrétienne et inspiré par une certaine idée de la grandeur française, il ne pouvait en être autrement : la dimension symbolique d’Israël primait sur les frontières physiques de l’Etat des juifs : petit par la taille mais grand par son rayonnement. De Gaulle avait d’autres visées : débarrassé du fardeau algérien, il refermait la page de l’histoire coloniale. « La politique arabe de la France » crut enfin trouver enfin son heure de gloire. Elle le croyait, mais cette ambition allait se trouver contrariée car, comme le petit village gaulois, le petit village juif n’avait pas envie de se soumettre. De vedettes de Cherbourg en libération d’Abou Daoud, l’écho du conflit du Proche-Orient va perturber les élucubrations savantes du Quai d’Orsay. Si Guy Mollet avait fait d’Israël un allié de conjoncture sous la IVe République, au point de lui fournir sa capacité nucléaire, la Ve République va totalement réorienter ses choix. De Gaulle, Pompidou, Giscard et Chirac feront de l’axe franco-arabe, la matrice de la politique étrangère au Proche-Orient. N’ayant pas de pétrole mais prétendant avoir des idées, Jacques Chirac poussa même l’amitié jusqu’à gratifier Saddam Hussein d’une sympathie particulière en fournissant à l’Irak une centrale atomique prête à fabriquer une bombe. Bien plus tard, Chirac fut le seul homme d’Etat occidental à être allé saluer la dépouille de Hafez Al-Assad, le père de Bachar, autre bienfaiteur du peuple syrien. Avec une constance dans ses choix commémoratifs, le « docteur Chirac » partit saluer celle d’Arafat avec force Marseillaise et garde républicaine.

Mitterrand eut dans un premier temps des intentions différentes, inaugurant son mandat à l’ombre des ruines du réacteur irakien, détruit opportunément par les avions d’Israël. C’est pourtant depuis la tribune de la Knesset que François Mitterrand vint dire son amitié pour l’Etat juif tout en plaidant pour que les Palestiniens trouvent enfin le droit de se rassembler, en tant que peuple, dans une nation souveraine.

L’histoire continuera à faire couler son flot de sang malgré les espoirs nés à Oslo et à Camp David. Tout le monde n’est pas Ben Gourion pour se contenter d’un compromis, lui qui accepta en 1947 le plan de partage de la Palestine mandataire. Charcuté et réduit, ce plan offrait aux juifs un premier foyer que les juifs acceptèrent avec empressement tandis que les pays arabes refusèrent avec un empressement symétrique. Plusieurs Palestine auraient pu voir le jour si Arafat avait préféré construire son pays plutôt que choisir au bout du compte les voies de l’intifada et celles du djihad. Car telle est bien la question aujourd’hui : que désirent les Palestiniens, quel est leur souhait prioritaire ? Que préfèrent-ils : la création de la Palestine pour les Palestiniens ou bien la destruction d’Israël ? Que préfèrent leurs « grands leaders », préserver cette rente idéologique de situation, ou bien bâtir un pays avec ce que cela comporte de soucis dans une banalité du bien qui leur est étrangère et qu’ils doivent apprendre à gérer? N’est pas Sadate qui veut dans le monde arabe…

De quelle Palestine parle-t-on ? Celle du Hamas à Gaza ?

De bons esprits pourront toujours ergoter sur les « colonies » pour arguer du refus d’Israël. Dans un pays de 20 000 km2 et de 15 ou 40 km de large, ce ne sont pas ces espaces et ces implantations qui sont le premier obstacle à la paix mais bien l’obsession arabe puis musulmane d’expulser les juifs, de vouloir faire de cette minuscule terre une terre pour les seuls arabes et les seuls musulmans. La plaie algérienne, mal cicatrisée, hante encore les représentations du conflit israélo-arabe. La Palestine est-elle encore une cause nationale quand le djihad en est désormais l’inspiration première ? Pour avoir projeté sur le monde arabe, des catégories politiques que l’on pensait (à tort) universelles, la grille de lecture du Proche-Orient faite en Occident, s’en est trouvée totalement erronée. Jean Birnbaum rappelle opportunément dans un essai récent1 la composante islamique dans les mouvements nationalistes arabes et maghrébins en lutte contre la colonisation française. Cette part essentielle, occultée à gauche, tant la grille de lecture de l’époque obéissait essentiellement à une vision marxiste de l’histoire, modifie radicalement la lecture du conflit israélo-arabe. Ce n’est plus un Etat-nation que les Palestiniens ambitionnent quand c’est la oumma qui organise l’espace islamique et la Palestine apparaît bien comme un leurre agité devant les bonnes ou mauvaises consciences occidentales.

La lecture du Proche-Orient compliqué ne peut avoir de pertinence que si elle tient compte de deux autres registres : géographique et anthropologique. Il suffit de regarder une carte pour prendre conscience de l’invraisemblable prétexte de la Palestine. Voilà qu’un milliard cinq-cents millions de musulmans de Casablanca à Kuala Lumpur ne peuvent trouver le sommeil depuis plus de soixante-dix ans, parce qu’un supposé complot sioniste maléfique est censé immoler leurs rêves ? On devrait réfléchir à cette donnée. Qu’est-ce que le Quai d’Orsay comprend à la taqia, ce concept dans la pensée politique de l’islam qui consiste à avancer masqué, à pratiquer une alternance de trêves et de combats pour avancer et conquérir ? Ici même en Europe et en France, comment prétendre lutter contre le terrorisme alors que la source idéologique des inspirateurs de ce terrorisme progresse sous le voile « antiraciste » de la lutte contre l’islamophobie ? Avons-nous compris que désormais en France, nous sommes situés désormais dans le dar el harb, la maison de la guerre parce que l’ambition de certains est d’y faire flotter le drapeau du prophète ?

Comment la France qui s’estime menacée par la pénétration djihadiste au Mali, c’est-à-dire à 3 000 km de ses frontières, peut-elle dénier à Israël le droit de protéger les siennes alors que les djihadistes sont à 20 km de sa capitale ? Comment l’Amérique de Obama pourrait-elle contester le droit d’Israël à garantir une profondeur stratégique alors que l’Amérique était prête à la guerre pour faire face à la menace nucléaire soviétique à Cuba en 1962 ? Chaque pays défend en priorité ses intérêts, ses frontières et protège sa population.

En trois ans, la guerre en Syrie a fait plus de 250 000 morts et déplacé des millions de personnes sans que cela n’émeuve outre mesure les brillants esprits du Quai d’Orsay qui considèrent que l’unique source des malheurs du monde se nomme Israël et que l’urgence des urgences serait de reconnaître cet Etat de Palestine. Admettons cette hypothèse, mais ne faudrait il pas symétriquement exiger de cette Palestine qu’elle reconnaisse Israël de facto autant et surtout qu’elle reconnaisse de jure, le droit de cet Etat à exister ? Or de quelle Palestine parle-t-on ? Celle du Hamas à Gaza, qui fait du massacre des juifs une sainte obligation ? De celle de Mahmoud Abbas qui refuse que « les sionistes foulent de leurs pieds sales l’esplanade des mosquées » ? Qui peut croire une seconde que la reconnaissance de la Palestine, voire de son établissement étatique, mettra fin au conflit et aux actes de terreur ? Qui peut estimer dans le chaos actuel du monde arabe et du monde musulman, qu’affaiblir Israël soit un facteur de stabilité dans la région.

Des ambassadeurs de France et l’argument du lobby

On ne vit pas impunément dans un pays en guerre qui dure depuis plus de soixante-dix ans. On ne vit pas impunément en apprenant le soir à la télévision qui a été poignardé par des gamins de 14 ans. On ne vit pas impunément sous la menace atomique. On ne vit pas impunément les horreurs, les attentats et les crimes. On ne vit pas impunément le fait de mettre ses enfants dans des bus différents pour aller à l’école, au cas où une bombe humaine… On ne vit pas sans traumatisme quand on est entouré de populations droguées de haine à qui on rabâche depuis soixante-dix ans que leur malheur est causé par les juifs. Personne ne peut vivre impunément ce qu’Israël a subi et subit encore. Si certaines horreurs mimétiques existent aussi hélas en Israël — au point d’avoir assassiné celui qui se considérait désormais comme un soldat de la paix après avoir passé sa vie à faire la guerre pour défendre son pays —, ces monstruosités disparaîtraient si tôt que se dessinerait une volonté de paix et pas son simulacre. En Israël aussi, le sommeil de la raison engendre des monstres.

Tout ceci, les fins esprits du Quai d’Orsay signataires du texte publié par Le Monde, sont incapables de le comprendre tant leur tropisme idéologique est ailleurs, non pas inspiré par un quelconque souci des peuples arabes autre qu’exotique mais par une absolue incompréhension de ce qu’ils perçoivent comme une anomalie. Une anomalie israélienne, inspirée sans doute, chez eux, par l’anomalie juive. Ils sont nombreux nos colonels Lawrence. Sans en avoir l’envergure. Ils promènent un regard borgne sur les choses du monde mais réservent au seul Israël l’énergie haineuse que l’âge de la retraite n’a su tempérer. Ce sont les mêmes accompagnés cette fois par le narcisse indigné de la pensée française, affabulateur biographique assurément. Accompagnés par Stéphane Hessel, les mêmes plus quelques autres, publiaient dans Le Monde le 1er mars 2010 une lettre adressée à Nicolas Sarkozy, alors président de la République. Ces « serviteurs de l’Etat qui ont terminé leur mission publique mais qui ont gardé leur ambition pour la France » demandaient au chef de l’Etat d’intervenir pour qu’une résolution contraignante du Conseil de sécurité impose à Israël les termes de la paix.

Six ans plus tard et malgré le chaos syrien, le chaos irakien, la remontée en puissance des talibans, le chaos en Libye, la menace terroriste de l’Etat islamique partout dans le monde et malgré les méfaits sanglants du 13 novembre à Paris, voila que le triple quarteron estime que la question palestinienne « constitue un objet grave de dissentiment avec le monde arabo-musulman et qu’elle est, en toutes circonstances, utilisée contre l’Occident par les extrémismes religieux ». Cet appel des ambassadeurs révèle une autre réalité : l’incapacité à percevoir une stratégie à peine masquée : celle du djihad en Occident à l’abri de la cause palestinienne. Bien au contraire, ils estiment que si l’Etat islamique existe et attaque au Bataclan, c’est parce que la question palestinienne n’est pas réglée et si elle ne l’est pas, c’est parce qu’Israël y fait obstacle et si l’Europe se tait, c’est parce qu’elle « est inhibée par l’ombre de la Shoah et la puissance des lobbies qui défendent les options les plus extrêmes de la droite israélienne ». Et ce sont des ambassadeurs de France qui reprennent à leur compte cet argument du lobby ! Quel est-il ? Où est-il ? Comment se nomme-t-il ce lobby qui instrumentalise la Shoah ?

Les Arabes se trompent d’ennemi

Soucieux de la préservation de « l’âme d’Israël » nos ambassadeurs proposent « que la coalition internationale contre Daech fasse un effort équivalent à celui qu’elle fait sur le plan militaire dans la recherche d’une paix qui permettrait au peuple palestinien de jouir enfin de ses droits et à Israël d’assurer sa pérennité dans un véritable consensus régional. » Ils ajoutent que la mise en veilleuse des relations entre l’Union européenne et Israël, entre la France et Israël seront en mesure de faire entendre raison à cet Etat qui semble l’avoir perdue. On serait presque tenté de saluer tant de sollicitude si ce souci d’autrui était équilibré par une admonestation tout aussi courroucée à l’égard du partenaire palestinien dont la « violence – si déplorable soit elle – exprime la frustration et l’humiliation ressenties après près de cinquante ans d’occupation militaire et policière. » Ouf ! On avait eu peur d’une israélophilie abusive ! La « déplorable violence palestinienne » a tout de même de bonnes raisons d’être, surtout que bruissent des « rumeurs concernant la récupération par les juifs du Mont du Temple » Quelles sont ces rumeurs ? De qui viennent elles ? Comment ces Excellences peuvent-elles en tirer argument alors qu’elles connaissent parfaitement l’origine arabe de ces mensonges ?

A ce moment de l’histoire où tant de mauvais signaux apparaissent, il ne faut surtout pas se tromper d’ennemi et dire clairement qui est l’ami. Personne ne demande à la France d’être l’ennemi des ennemis d’Israël. Au contraire, être en position d’entre deux permet de faire passer des messages, et tout le monde sait que la paix ne peut être conclue qu’entre ennemis. Encore faut-il que les mots aient dans chaque camp un sens identique. Quand de Gaulle et Adenauer réconcilient la France et l’Allemagne après trois guerres, dont deux mondiales, les paroles prononcées en allemand ou en français disaient la même chose. Quand Helmut Kohl et François Mitterrand se tiennent par la main à Douaumont ils expriment des sentiments partagés, un projet commun. Que peut-il y avoir de commun avec un partenaire qui a fait de l’élimination de l’autre son projet ? « Nous autres Arabes, nous ne pouvons être que si l’autre n’est pas » déclarait Ben Bella dans une interview à Politique internationale l’été 1982. Disait-il l’intime de la pensée arabe ? Comment ne pas comprendre que ce qui menace aujourd’hui  Israël, nous menace ?

La paix ne viendra que lorsque les Arabes et les musulmans auront corrigé leur mécanique intellectuelle. Les Arabes se trompent d’ennemi et se trompent de siècle. Le désastre régnant dans leur espace est d’abord le fait de cette mécanique psychique qui leur fait croire que le malheur arabe vient d’ailleurs que du dedans d’eux-mêmes. Cet enfermement les a rendus sourds et aveugles à l’évolution du monde. L’obsession de la Palestine loin de rendre justice aux Palestiniens, a alimenté, ici, une schizophrénie identitaire dont un Mohamed Merah était l’instrument. La paix civile en France, ne viendra que lorsque les populations d’origine ou de culture arabe ou musulmane auront cessé d’entretenir ce ressentiment. Il est mortifère. La paix ne viendra entre Israéliens et Palestiniens que lorsque ceux-ci auront préféré éduquer leurs enfants vers la vie plutôt que vers le martyr, quand ils auront tiré plus de plaisir à voir leurs enfants grandir plutôt que faire de la femme autant que du juif l’objet de leurs frustrations. Si on en croit Kamel Daoud et Boualem Sansal, ce temps sera encore long à venir et la Propalestine obsidionale du Quai d’Orsay n’y aide pas.

  1. Un silence religieux. La gauche face au djihadisme, Seuil, 2016.
  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 1 Mars 2016 à 18h01

      couçi couça dit

      Vous ne manquez pas d’air !

    • 29 Février 2016 à 12h26

      dov kravi דוב קרבי dit

      Bonjour Cage, ” antisioniste sinon rien ” certes, mais la population française en son ensemble n’est pas décérébrée, islamique ou idiote inutile.
      Il persiste de nombreux villages où cette propagande ne prend plus, et d’autres encore plus nombreux qui s’en foutent éperdument.
      Steed, désolé , mais le sujet de cet article est bien sur le thème de l’antisiomitisme.
      Et Millière enfonce le clou.
      Comment, Millière, ce fasciste pro-israélien ? Et le Gatestone Intitute, ce torchon conservateur ?
      Je m’en voudrais de lire’ de telles horreur, et préfère m’en tenir aux excellentes analyses du Monde, journal de référence.

      • 29 Février 2016 à 14h20

        steed59 dit

        guy millière n’est pas quelqu’un dont on peut dire qu’il est nuancé. Commencer par dire que la France est le principal ennemi d’Israël en Occident c’est un peu osé. Même à l’époque de mohamed chirac aucun dirigeant français n’a menacé de rayer Israël de la carte.

        • 29 Février 2016 à 14h29

          isa dit

          C’ert vrai, Steed, mais les antisiomites n’ont jamais aucun emmerde, peuvent mener des actions interdites, faire leur pub dégoûtante en toute liberté.
          Et surtout, surtout les média français dépassent l’entendement sur le sujet. 

        • 29 Février 2016 à 14h54

          steed59 dit

          que veut-tu on est un pays de liberté d’expression.

    • 29 Février 2016 à 9h46

      la pie qui déchante dit

      il y a longtemps que je n’avais lu un article aussi lucide sur le conflit israélo palestinien….
      Merci Monsieur Tarnero …

      • 29 Février 2016 à 10h41

        la pie qui déchante dit

        leJDD

        leJDD

        Michaël Bloch

        Il y a 57 minutes

        PARTAGER

        TWEETER

        PARTAGER

        ENVOYER PAR E-MAIL

        Vacances d’hiver: journée classée rouge dans le sens des retours en Rhône-Alpes


        Hillary, prête au combat contre Trump

        Hillary, prête au combat contre Trump

        Et ça continue encore et encore ….

        “”"Le patron de la DGSI (direction générale de la sécurité intérieure), Patrick Calvar, a affirmé le 17 février disposer “d’informations faisant état de la présence de commandos [djihadistes] sur le sol européen, dont nous ignorons la localisation et l’objectif”, devant les sénateurs de la commission des Affaires étrangères et des Forces armées.”"
        “” La France serait la première cible “”

        Et ça va être de la faute à qui ???

        aux interventions en Lybie, en Syrie , au Mali ,au Niger, au Pakistan , en Iran , en Irak , …..ou à Israel ????

        Je crois que nos anciens diplomates diplômés vont avoir la réponse …

        ..;

      • 1 Mars 2016 à 1h15

        Bibi dit

        Pie qui,
        Il est grand temps de sortir “conflit israélo-palestinien” du vocabulaire. Ça n’existe pas, et ce n’est pas parce que des illuminés du quai ont récupéré cette trouvaille qu’il faut vivre en réalité alternative/virtuelle.

      • 28 Février 2016 à 21h47

        Parseval dit

        Mais moi je ne suis pas exaspéré par Tribalat comme tu l’es par Todd… :-)

        • 28 Février 2016 à 23h29

          Fioretto dit

          Mais là elle parle de Lebras ton autre coquelouche c’est vraiment un type qui pour des histoires d’ego a fait énormement du mal à la conaissance scientifique.