Israël, l’Amérique, Michéa et Trump: le journal d’Alain Finkielkraut | Causeur

Israël, l’Amérique, Michéa et Trump: le journal d’Alain Finkielkraut

Morceaux choisis de L’esprit de l’escalier

Auteur

Alain Finkielkraut

Alain Finkielkraut
est philosophe et écrivain.

Publié le 06 février 2017 / Politique

Mots-clés : , , , , , , , ,

Chaque dimanche, à midi, sur les ondes RCJ, la Radio de la Communauté juive, Alain Finkielkraut commente, face à Elisabeth Lévy, l'actualité de la semaine. Un rythme qui permet, dit-il, de "s'arracher au magma ou au flux des humeurs". Vous retrouverez ses réflexions chaque mois dans Causeur.

Donald Trump, aux côtés de sa femme Mélania, lors du traditionnel bal d'investiture, 20 janvier 2017.

Le testament politique de John Kerry (8 janvier)

Après le vote de la résolution du Conseil de sécurité condamnant la colonisation israélienne, j’ai été convié à participer à une manifestation de solidarité avec Israël et à prendre la parole. J’ai décliné cette invitation du Crif. Je ne l’ai pas fait de gaieté de cœur : je déteste hurler avec les loups et l’unanimité contre Israël m’inquiète toujours. Mais il se trouve que j’ai lu intégralement la longue allocution prononcée par John Kerry pour expliquer la décision des Américains de ne pas mettre leur veto à ce texte. Le discours de Kerry est admirable. Avec un tact et une rigueur exemplaires, il rappelle que l’administration Obama a bloqué tous les efforts de délégitimation de l’État juif. Il souligne l’ampleur du soutien militaire des États-Unis à cet État. Il insiste sur le caractère personnel de son engagement. En 1986, il a fait son premier voyage en Israël, il est allé à Massada et sur les hauteurs du Golan et, mesurant l’étroitesse de son espace aérien, il a pu se rendre compte par lui-même du besoin de sécurité d’Israël. Et Kerry condamne non seulement le terrorisme mais le double langage de l’Autorité palestinienne. Il n’a pas de mots assez durs pour critiquer le Hamas qui, au lieu d’assurer une vie décente aux habitants de Gaza, détourne les matériaux de construction pour bâtir des tunnels et menacer ainsi Israël d’attaques meurtrières contre les civils. Il ajoute que les colonies ne sont pas la seule ni même la première cause du conflit, mais il dit que les implantations qui se multiplient à l’est de la barrière de sécurité n’ont pas pour but de renforcer la sécurité d’Israël : elles alourdissent le fardeau sécuritaire qui pèse sur Tsahal.

Il affirme que seule la solution de deux États peut permettre à Israël de rester un État juif et démocratique. Il dit qu’avec la multiplication des implantations, les Palestiniens vivent dans des enclaves séparées. Et il pose cette question limpide et profonde : « Quel Israélien accepterait cela ? »

Je ne suis pas de ceux qui fuient dans les postures morales les dures réalités de l’histoire. J’ai lu attentivement la charte terrifiante du Hamas et je sais que cette organisation pourrait prendre le pouvoir dans

[...]

  • causeur.#43.bd.couv

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 43 - Fevrier 2017

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur.#43.bd.couv
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 11 Février 2017 à 8h53

      FrancoiseTLV dit

      « Admirable » Le discours de Kerry, vous avez dit admirable? Ce serait plutôt un modèle de contradictions, ou de déni: La situation sécuritaire, le terrorisme, le double langage de l’Autorité palestinienne, la menace terrible du Hamas aux portes d’Israël (à laquelle s’ajoute aujourd’hui la présence de Daesh dans le Sinaï), le fait que les implantations ne sont ni la première cause, ni la seule du conflit – peut-on honnêtement dans un même souffle, citer tout ce à quoi Israël doit faire face, et en même temps l’affaiblir encore plus par un soutien éclatant à ses ennemis dans l’opinion publique mondiale, quand on sait comment Mahmoud Abbas va instrumentaliser ce soutien? Kerry a échoué dans ses tentatives de parvenir à un accord. Si il a l’honnêteté de reconnaitre que les implantations ne sont pas la cause de cet échec, il aurait pu s’abstenir de voter cette résolution inutile qui ne fait qu’éloigner les possibilités d’accord et d’aggraver l’isolation d’Israël face à la mauvaise foi mondiale. Les Palestiniens ont-ils jamais proposé de mettre fin au terrorisme en échange de l’arrêt des implantations ? Il serait peut-être temps de reconnaitre que le Terrorisme Permanent est la cause du conflit, et le reste n’est qu’accessoire.

    • 9 Février 2017 à 6h29

      rvbubu dit

      Le concept d’État Juif semble être gênant pour les Juifs eux-mêmes dans la rédaction de leur Constitution… Puisqu’ils n’en ont pas!

    • 8 Février 2017 à 11h18

      persee dit

      Lorsque l’on lit les déclaration iraniennes  récentes de bombarder  d’Israël , on s’étonne que  Les” esprits forts” dénient à ce petit pays le droit de privilégier sa sécurité . Vachement rassurant les perses.

      • 11 Février 2017 à 8h58

        FrancoiseTLV dit

        Et merci a Persee de rappeller la menace iranienne, et j’ajoute le Hezbollah et la Syrie.

    • 8 Février 2017 à 8h37

      jim42 dit

      Vu l’obsolescence antique des concepts de Gauche et Droite et l’impossibilité d’être Partisan et Intelligent à la fois, je suis depuis la fin de mon adolescence, de Nulle Par ta priori et partout avec la vérité!
      je ne serai que oartiellement avec Finkielkraut car il r=est encore trop belle-âme! Je pense qu’il y a des idées excellentes de l’extrême Gauche à l’extrême droite mais quelques idées seulement et certainement pas L’Idée comme un tout:c’est pourquoi je récuse le suffrage universel et le vote partisan et solidement sectaire…Seule une sortie du Système peut sauver l’Espèce et je ne vois ni Partis ni Tendance ni idéologie capable de le faire. Je ne vote plus depuis 50 ans et conseillerais à la Multitude d’essayer d’en faire de même pour contraindre à la suppression de la Branche sur laquelle les Représentants et magouilleurs associés de la politique sont installés comme dans une Maison solide dans les arbres…Je n’utilise plus la métaphore du hamac trop hasardeuse en risques qui n’existent plus grâce à des Lois ad hoc auto-votées!!!!!
      Tout le reste est vain débat et dispute inutile.

    • 7 Février 2017 à 22h15

      Pierre Spicace dit

      Trump n’est sans doute pas Hannah Arendt, ni même Michéa ou Finkie. Mais comme disent les Chinois, « quand la maison brûle on ne regarde pas qui passe les seaux d’eau ».

    • 7 Février 2017 à 14h19

      rolberg dit

      Israël. un État juif démocratique. Le contradiction ne semble déranger personne, même par Kerry.

      • 8 Février 2017 à 12h05

        Schlemihl dit

        En effet , un état se déclarant juif introduit une différence et donc une inégalité .

        Il faut de toute urgence qu’il n’ y ait plus

        d’ états catholiques romains catholiques grecs luthériens musulmans indouistes etc , car ces états pourraient bien ne pas respecter la démocratie . Ce qui semble être le cas en Algérie Libye Yemen Arabie séoudite Irak Syrie Pakistan Russie etc

        Donc plus de Pologne Irlande Danemark Norvège Suède Russie Tunisie Oman Egypte etc

        L’ état de Palestine ne devra pas évidemment être ni arabe ni musulman . Je me demande même si la Grèce pourrait continuer à être hellénique .