Zones de non-France | Causeur

Zones de non-France

Une contre-société islamiste menace la République

Auteur

Elisabeth Lévy

Elisabeth Lévy
est fondatrice et directrice de la rédaction de Causeur.

Publié le 05 janvier 2017 / Société

Mots-clés : , , , ,

Au fil des concessions aux islamistes, un nombre croissant de quartiers passe peu à peu sous la férule d'une idéologie séparatiste. Cette contre-société menace les fondements même de la République.

"On ne l’a jamais dit, mais une partie de la fermeture de PSA était liée aussi à l’omniprésence religieuse et au fait qu’il y avait des exigences religieuses au travail, d’arrêt de travail, de baisse de productivité, et dans le choix de PSA de fermer Aulnay, il y a eu aussi cet aspect-là.", a déclaré, le 3 janvier 2016, le député-maire de Drancy, Jean-Christophe Lagarde. SIPA. AP21241742_000001

Ça se passe près de chez vous. Pendant que nous proclamons notre détermination à ne pas céder, notre intention de faire respecter, notre volonté d’interdire, un islam rigoriste, littéraliste et sécessionniste poursuit son entreprise de conquête et de contrôle des esprits musulmans en France. La guerre qu’il mène n’est pas faite de grandes offensives ni même de vacarme médiatique, quoi que celui-ci puisse être utile, le plus souvent, c’est à bas bruit qu’il avance ses pions. Il grignote des territoires où il devient majoritaire, pratique l’entrisme là où il est déjà fort – RATP, stades, prisons, pour ne prendre que les exemples sur lesquels nous avons enquêté –, saisit les tribunaux pour intimider des intellectuels comme Georges Bensoussan et Pascal Bruckner (voir pages 66-67). Ainsi fait-il tomber, jour après jour, des dizaines de ces petites citadelles mentales qui sont les avant-postes de notre monde commun. Les islamistes ne s’attaquent pas frontalement au hardware, aux grands principes, qu’ils s’ingénient plutôt à détourner à leur profit (ni – pour l’instant ? – aux institutions régaliennes de l’État), mais à ces mille riens qui font notre humeur collective, notre façon de vivre ensemble et d’habiter l’espace public. Ici ce sont des femmes qui disparaissent des rues et des terrasses, là des enfants juifs exfiltrés de l’école publique (pour leur sécurité, bien sûr), ailleurs des collégiennes condamnées au jogging informe, des lycéens obligés d’observer le ramadan ou de faire semblant, des populations entières contraintes de se soumettre à la loi des Frères, au nom de la solidarité entre musulmans supposée prévaloir sur toute autre allégeance. Sans oublier les caricatures qu’on n’ose plus publier, les vérités qu’on n’ose plus dire, les libertés qu’on n’ose plus exercer.

C’est bien à un projet politique, qui serait volontiers totalitaire s’il en avait le pouvoir, que nous sommes confrontés. Et il n’aurait jamais pu emporter tant de victoires sans une incroyable accumulation de bons sentiments dévoyés, de complaisances intéressées, de lâchetés inavouées, d’aveuglement volontaire et d’une énorme dose d’imbécillité à visée électoraliste. Pour résumer à grands traits, la gauche, se trouvant fort dépourvue quand la bise individualiste et libérale fut venue, recycla les immigrés en damnés de la terre avec l’antiracisme en guise de lutte des classes. La droite ayant ouvert les vannes à l’immigration de masse, elle mit en œuvre tout ce qu’on pouvait imaginer pour empêcher les nouveaux arrivants de s’assimiler et même de s’intégrer. Elle exalta leurs différences et les invita à les brandir, dans l’espoir, sans doute, qu’elles allaient régénérer la France d’avant et ses crispations identitaires – évidemment, c’est le contraire qui arriva. La mise en musique de ces errements idéologiques fut réalisée par un clientélisme local qui assignait les descendants d’immigrés à leur culture d’origine puisque c’est cette assignation qui permettait d’obtenir leurs voix. Au passage, on appliqua cette heureuse politique des grands frères dans des entreprises comme la RATP où la passionnante enquête d’Olivier Prévôt (pages 60-63) montre comment les belles idées de la deuxième gauche ont contribué à transformer des arabes en musulmans et des musulmans en salafistes. En même temps, histoire, sans doute, de soutenir le recrutement futur, on serinait aux jeunes nés sur notre sol que nous étions coupables de tout et eux responsables de rien. On ne saura jamais à quel point ce discours victimaire a contribué à faire haïr la France par des Français – et heureusement parce qu’il faudrait juger ses auteurs pour haute trahison, non je blague, il ne leur sera fait aucun mal, surtout s’ils reconnaissent leurs erreurs, ou au moins, s’ils s’abstiennent de les propager.

Ça ne date pas d’hier

Dans les terres d’islam en France, de jeunes Français proclament donc sans honte, et avec le soutien bruyant d’intellectuels français, leur haine de la France ; au contraire, c’est l’aimer qui serait jugé incongru ou criminel par la famille, le clan, le quartier, la communauté. Ça ne date pas d’hier : Magyd Cherfi a raconté à Répliques, au micro d’Alain Finkielkraut et face à Malika Sorel, comment, enfant, il devait se cacher pour lire les grands auteurs français et, en somme, réprimer sa part de Gaulois. Les historiens auront un jour à déterminer si, dans le cours des décennies 1970 et 1980, on a perdu une occasion de créer un islam de France laïque, pluraliste et républicain – termes qui paraissent aujourd’hui des oxymores au regard de l’islam réel. Il est vrai qu’à l’époque à laquelle ont grandi Cherfi et votre servante on ne parlait pas de religion. Contrairement à ce qu’on croyait alors, peut-être n’est-il pas si simple de changer de généalogie – car cela suppose de changer d’anthropologie.

En tout cas, cela fait pas mal de temps qu’on ne peut plus dire qu’on ne savait pas. Que l’on n’ait pas compris, en 1984, que les premières hirondelles voilées de Creil annonçaient un printemps islamiste, c’est bien excusable, il est difficile d’écrire l’histoire quand on a le nez dedans, et il faut saluer la clairvoyance des huit mousquetaires qui appelèrent alors Lionel Jospin à empêcher le Munich de l’École républicaine – sans succès mais avec panache. Nous avons mis vingt ans à réagir et à voter la loi qui proscrit le voile à l’école. Mais le temps et le terrain perdus pendant ces vingt années ne nous ont pas instruits car nous en perdons encore et encore. Voilà bientôt quinze ans qu’on sait qu’il y a en France des territoires perdus pour la République, au point que la formule est passée dans le langage commun.

[...]

  1. Les blancs s’en vont, est le titre désolé des mémoires de Pierre Messmer parus en 1998 chez Albin Michel.

  • causeur.#42.couv.bd

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 101 - Janvier 2017

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur.#42.couv.bd
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 9 Janvier 2017 à 23h13

      solitude dit

      Excellent article . Bravo à faire circuler d’urgence.
      Je connais trop d’idiots utiles adorables, mais complètement lobotomisés par France inter , le nouvel obs etc qui se font les complices de ceux qui nous ont trahis .
      Pas de défaitisme la tâche sera immense mais commence par la réinformation et la prise de conscience et surtout la remise à flot de l’école et l’application sans concession de nos lois et façons de vivre.

      Il n’y a que cette phrase qui me gêne:

      ” l’effroi de certains responsables c Tareq Oubrou, Kabtane et d’autres, qui ont pourtant constitué la 1° génération islamiste, n’est pas feint, devant le monstre qu’ils ont enfanté ou laissé prospérer ”

      Tareq Oubrou est le roi de la takyia

    • 8 Janvier 2017 à 15h33

      barba-papa dit

      j’aime bien Causeur mais là vous poussez un peu fort , Yiddishe Mame

    • 7 Janvier 2017 à 16h33

      Pol&Mic dit

      noooon….. c’est vrai?
      pas possible !
      ………
      ça fait tellement de temps que nous tirons la sonnette d’alarme! mais personne ne nous croit…….!!!!!

    • 7 Janvier 2017 à 16h25

      persee dit

      Les musulmans toute catégories confondues , ont la grande force d’être UNIS. ( contre les autres ) alors qui va gagner dans la durée ?  France terre d’islam ….

    • 7 Janvier 2017 à 15h40

      ERVEFEL dit

      Tout cela a déjà été dit et redit et fait l’objet de nombreuses enquêtes et livres depuis des décennies, mais c’est bien quand même de le redire puisque rien ne change si ce n’est en pire, car depuis les convertis se sont multipliés chez les politiques, artistes, journalistes, etc.., dont voici un exemple parmi tant d’autres :
      https://www.youtube.com/watch?v=fCVE30lKEv4
      La solution qui est avant tout de volonté politique ne s’oriente pas dans la bonne voie car la plupart des français regardent encore ailleurs et les politiques n’agissent qu’en fonction de la vision de l’électorat.
      C’est pourquoi il est de salut publique d’ouvrir les yeux des français comme le font aujourd’hui ceux qui se joignent aux autres qui ont commencé cette oeuvre il y a des décennies avec le succès que l’on peut constater aujourd’hui.
      Malheureusement les français réagissent comme tous les humains qui ne se sentent concerner que dès lors qu’ils en subissent eux mêmes personnellement les avatars.
      Jusqu’au faudra t-il que ce cancer se propage pour atteindre le seuil de tolérance qui poussera les français dans d’autres choix politiques qui cette fois ne les trompera pas, espérons le…?

    • 7 Janvier 2017 à 15h22

      Pyrrhon dit

      Cet “entrisme” n’a pas d’avenir. Il se maintient parce qu’il ne gêne pas l’activité principale de l’entreprise. Dans le cas contraire, c’est del’entreprise privée qu’il serait éjecté en premier.

    • 7 Janvier 2017 à 15h17

      lafronde dit

      Bon, alors une moitié des musulmans immigrés sont entrés en divergence culturelle d’avec la France, et c’est pareil ou pire en Europe. Cette divergence généralisée d’avec l’Occident démontre une volonté séparatiste des musulmans en Europe. Ce qui relaxe les européens de l’accusation récurrente de racisme anti-immigrés, portée par le camp progressiste et ses politiciens communautaristes et clientélistes.

      Poussant leur avantage, ces musulmans réclament à leur pays d’accueil un traitement particulier, s’éloignant du Code civil pour s’inspirer de la Charia : mutation communautaire vers l’islamisme. Jusque là, rien de grave. Si le fait communautaire musulman pouvait rappeler aux européens qu’eux aussi naguère faisait communauté, ce serait un mal pour un bien.

       Mais de communauté européenne ou française, il n’y a plus. Les citoyens ont tout délégué à l’Etat, et ceux-ci à l’Europe. Funeste abdication de son Droit ! Le citoyens européen ou français devient asservi à son Etat spoliateur liberticide et intrusif, lui-même soumis à une Union européenne, normative, mondialiste, humanitariste et immigrationiste. Le citoyen européen n’est plus pour l’UE, qu’un producteur que l’on peut mettre en concurrence avec le monde entier, même les clandestins. Concurrence d’ailleurs  déloyale, puisque ce producteur sera surtaxé en Europe et surtout en France, précisément pour financer l’Etat-Providence qui subvient à l’immigration de l’assistance et aux clandestins.  

      • 7 Janvier 2017 à 15h25

        lafronde dit

        Le seul moyen de se libérer, de se décoloniser pour le citoyen européen et français, est de retrouver son identité. Pas son identité républicaine, européiste, identité progressiste de rechange, qui en fait le jouet des mondialistes de toute obédience : hier communiste, aujourd’hui social-démocrate, consumériste, demain islamique. L’identité à retrouver à faire renaître est l’identité particulière, charnelle, celle de la lignée, et tout autant la terre de ses aïeux, le terroir ancestral. Loin de l’idéal de l’humanité nomade, l’idéal d’une humanité sédentaire, prospère et en paix avec ses voisin. Son identité retrouvée, le citoyen européen saura s’organiser localement par subsidiarité. Même si le français devra se réapproprier ses libértés locales médiévales, effacées par l’Absolutisme et la Révolution.

         Au plan de l’Egalité en Droit, tout Peuple a sa terre ancestrale. Les personnes qui y naissent y ont donc des biens grâce à leur famille qui les a éduqués, et localement des droits naturels. Doit être questionnée l’idéologie qui voudrait que les problèmes d’une ethnie sur sa terre, soient résolus sur une autre terre par une autre ethnie ! L’idéologie qui dispense l’Homme de sa responsabilité de nourrir ses propres enfants, doit être passée au crible de la Raison, même s’il s’agit de Islam de l’Humanitarisme ou même du Papisme !

    • 7 Janvier 2017 à 12h09

      François dit

      Paupérisation et misère ont toujours fait le lit de tous les extrémismes.
      Rien de nouveau sous le soleil.

    • 7 Janvier 2017 à 12h02

      Malinamodra dit

      On ne censure pas Benoit Rajsky sur Causeur?
      Trouvé sur Atlantico avec des commentaires d’un certain
      Par kelenborn – 07/01/2017 – 11:55 - Signaler un abus Le Roy Crassepoutine

      Il sévit sur Causeur une courge faisandée co-scénariste du film “Chez nous” à qui j’ai donné le surnom de Crassepoutine tant il est abject. Ce personnage , commentant l’élection de Trump distinguait avec le talent intellectuel de caniveau qui est le sien le bon populisme, celui qui est de gauche (Chavez, Tsipras) de celui qui est de droite (suivez mon regard) avec lequel-JE CITE : “DU SANG NOUS SEPARE” Le personnage étant stalinien estampillé repenti , membre du parti communiste et sans doute en quête de virginité sur Causeur, je comprends effectivement les propos de Benoit Raysky qui écrit lui aussi sur Causeur. On pensait que Crassepoutine avait fait erreur , que c’était plutôt dans la boucherie du camarade Staline qu’il fallait le trouver et bien non!!! Il est dans la piscine, et c’est bien sûr MLP qui l’a remplie. Merci Atlantico, car à Causeur, Hercule Poirot doit être occupé à faire la cour à Elisabeth et n’a pas le temps d’y faire fonctionner ses petites cellules grises MK

      Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/avez-aime-gauche-caviar-adorerez-gauche-droit-divin-benoit-rayski-2928025.html#dhDxKRBuzq5YSuuA.99

      • 8 Janvier 2017 à 6h55

        Hannibal-lecteur dit

        Ouh-là, à ce point? La pute à Quelborné vient faire le trottoir pour son homme! 
        Ma Lina chérie, la pauvreté de votre humour répétitif, jamais renouvelé est lassante, la grossièreté de vos invectives gratuites est lassante, la malpropreté de votre tropisme anal est dégoûtante, votre inclination maladive pour la grivoiserie, rebutante, mais le comble de la stupéfaction réside dans cette soumission de serpillère que vous manifestez avec une ardeur obstinée pour la promotion de votre mac dont la qualité de son humour que vous vous efforcez d’imiter ne mérite pas.
        J’ai noté que de rares posts s’essayant aux idées, délaissant l’invective. S’il vous plaît, cessez de pisser vinaigre, en effet, prenez quelque distance avec QuelBorné et il est possible que vous deveniez lisible. Ça sera dur, bon courage!
        Considérez ceci comme mes voeux de nouvel an. 

    • 7 Janvier 2017 à 8h41

      keg dit

      La gaule des deux France, la vraie et la fausse, la France chrétienne et l’autre à peine voilée.
      César qu(attends-tu pour leur foutre la pâtée, t’aurais plus le glaive vainqueur face au cimetière… ?

      Charles, reviens, ils n’ont pas le même chez eux et nos gouvernants se prosternent devant la MEK du travail en 49-3.

      Mais que foutent les paras, nom de dieu! Rappelez le Massu d’Alger…..

      http://wp.me/p4Im0Q-1t4

      • 7 Janvier 2017 à 11h53

        François dit

        “César” sous le nom de Constantin a fait du Christianisme au IV ème siècle la religion d’état de l’empire romain. Ce sera comme l’avait prédit Celse dans son “discours véritable” en 185 AP JC, une ère d’obscurantisme, succédant à déclin et décadence, “cette religion gangrenant leur civilisation de l’intérieur” (Natacha Polony)

    • 6 Janvier 2017 à 21h06

      GHMD dit

      Or plus on sait qu’il faut agir, moins on sait comment agir. Réponse : deux voies.
      1 – Dans les quartiers, instaurer tout de suite un enseignement séparé pour fille et pour garçon, et mettre devant les garçons des maîtres de sexe masculin, baraqués, volontaires et courageux (bien payés, parce qu’il va falloir trouver des volontaires). Devant les filles, mettre des enseignantes de sexe féminin (j’insiste !), bien habillées (c’est-à-dire qui laisse entendre que ce qu’elles disent est plus important que le moulé de leurs fesses), courageuses et bien payées. Enseigner la République différemment aux filles et au garçons : parler dans les deux cas de l’égalité des droits (je dis bien, des droits) et de la famille comme fondement de la société. Evacuer tout discours anarchiste, et prendre le temps d’enseigner les fondements du droit sur des cas très simples.
      2 – En société, renoncer très vite à la parité, pour conserver l’essentiel : l’égalité des droits entre les hommes et les femmes. Montrer qu’en étant un homme ou en étant une femme, un avenir réel se présente en fondant une famille, dans laquelle le rôle de l’homme et celui de la femme est bien défini, mais sans que l’un ne l’emporte sur l’autre en prestige. Honorer les mères et les pères, en tant qu’ils ont la générosité – eux – de fonder une famille, mais sans inciter à l’excès (2 ou 3 enfants, c’est bien, plus, c’est pas du développement durable).
      En développant dans ces deux directions, on redonnera peut-être un peu d’espoir aux jeunes hommes qui sont nés en France mais qui sont de nulle part et on les détournera peut-être des solutions plus radicales qu’ils caressent plus ou moins discrètement pour prendre le pouvoir qu’on leur a enlevé jusque dans leur être.

      • 7 Janvier 2017 à 12h05

        François dit

        GHMD, Absolument d’accord avec votre approche. La mixité c’est le nivellement par le bas comprenant une entreprise de dévirilisation des garçons doublées d’une stigmatisation et d’une culpabilisation à outrance de leur genre sexué finissant par leur faire honte d’être des hommes en devenir.
        La parité c’est un mensonge, en revanche l’égalité des droits est inaliénable.

      • 8 Janvier 2017 à 7h05

        Hannibal-lecteur dit

        Vouais, GHMD, le sexe féminin bien habillé, c’est la mini-burka? 
        Terrorisé par la femme , comme François? OK, mais terrorisé par l’islam au point de préconiser ses préceptes , les femmes entre elles, c’est la honte!

    • 6 Janvier 2017 à 18h26

      Grützi93 dit

      D’après la liste des Présidents qui nous sont proposés, de gauche ou de droite et affiliés qu’ils soient, je n’en vois pas un seul capable de taper du poing sur la table et dire : “ça suffit”. Nous voulons un chef, un vrai.

      • 6 Janvier 2017 à 20h48

        GHMD dit

        Allons bon. Quel genre de chef ? Poutine… Ou plus fort ? Hitler ? Pinochet ? On avait Sarko, mais il était trop tendre, et la presse l’a tué.

    • 6 Janvier 2017 à 18h20

      Mazagan dit

      Je recommande vivement, pour ceux qui ne connaîtraient pas, les vidéos de “Samir et Lyes” et celles de “Majid Oukacha” (faire la recherche sur You tube en tapant les mots clés entre guillemets). Très courageusement, ces Algériens et ce “Français issu de l’immigration” vont jusqu’au bout d’une critique salutaire de l’Islam, de l’Islamisme, des musulmans modérés, de tous ceux qui protègent le développement de cette peste verte. Bonne écoute à tous.

    • 6 Janvier 2017 à 10h16

      alleluïa dit

      “Énorme dose d’imbécillité à visée électoraliste”: parfaitement bien vu ! 
      Mais c’est même pire car cette gigantesque dose d’imbécillité n’est pas seulement à visée électoraliste, elle est aussi inscrite dans l’idéologie de ceux qui y sont soumis.
      Écouter Hamon – qui a exactement zéro chance sur 100 d’être élu; donc pourquoi se présente-t-il si ce n’est pour au moins conserver son poste de député aux législatives –  c’est plonger au coeur de ce gigantesque tsunami de crétinisme. Car il s’agit d’un tsunami idéologique qui a pour but de tout recouvrir…d’un voile idéologique celui-là, pour mieux masquer la réalité.
      Mais la gauche refuse la réalité. On pense à gauche, je veux dire on pense aux sur-surlendemains plein de bonheur et de fraternité. Le problème des sur-surlendemains c’est qu’on les attend toujours et que c’est toujours, absolument toujours des sur-surlendemains.

    • 6 Janvier 2017 à 8h51

      mitch-savoy dit

      1979 1979 point de départ du terrorisme messianique: Prise d’otage à la grande mosquée de la Mecque, pas de connections direct avec l’occident, un conflit idéologique et politique interne au monde musulman. Si vous avez l’occasion de regarder l’excellent documentaire (qu’il faut décrypter toute fois) diffusé par France 2 “Au nom du père, du fils et du djihad ” vous aurez une vue des processus de l’islamisation de l’occident, elle est en partie raccord avec le terrorisme messianique…Ben Laden a déclaré s’être inspiré de ce groupe terroriste messianique afin de créer, et ou, donner corps idéologiquement à Al Qaïda…
      http://www.france2.fr/emissions/infrarouge/diffusions/18-10-2016_513529 lire également le commentaire de simone lafleuriel-zakri

    • 6 Janvier 2017 à 8h10

      Pol&Mic dit

      “IL Y A QUELQUE CHOSE DE POURRI EN REPUBLIQUE FRANCAISE” (au Royaume de France(pour plagier (à peine) Shakespeare)

    • 6 Janvier 2017 à 7h51

      G.B. dit

      “laFrance” n’est pas une personne qui résisterai ou pas, donnerai des leçons ou pas. C’est juste un territoire où vivent des personnes qui, elles, pensent et agissent, ou pas. Venez donc ici quelques temps, où le pouvoir a tellement travaillé les mentalités et tordu les lois que vous êtes passible des tribunaux, jugé et condamné dès que vous faites mine de ne pas apprécier d’être quotidiennement agressé “en tant que français” par des nouveaux-venus qui, déjà avant d’arriver, pensent qu’ils peuvent le faire impunément. Bien fait pour nous, vous voulez dire, peut-être ? mais à quel titre ? 
       

      • 6 Janvier 2017 à 7h55

        G.B. dit

        Je m’adressais à hmr, 22:12. Décidément, quand on est injustement mis en accusation et qu’on veut se défendre, ça rate.

      • 6 Janvier 2017 à 8h15

        Pol&Mic dit

        hum….. “le pouvoir a tellement travaillé les mentalités et tordu les lois que vous êtes passible des tribunaux, jugé et condamné dès que vous faites mine de ne pas apprécier d’être quotidiennement agressé “en tant que français” par des nouveaux-venus ”
        ……
        c’est le moins qu’on puisse dire!….. et (très) beaucoup s’y laissent encore prendre !……;-)

    • 6 Janvier 2017 à 5h47

      Fioretto dit

      Sancho a lu l’article de libé dans lequel on parle de cette histoire de Mauroy pour discréditer lagarde. L’article est truffé de citations de sociologues signataire de l’appel des Indigènes de la République dans lequel on trouve Magyd Cherif (tiens tiens). Si non pour le reste hier Cédric Hérrou citoyen lambda qui transporte les immigrés clandestins d’Italie en France et qui fait ça devant les caméras pour se faire arrêter et faire le show au tribunal vient d’accuser Valls de “stigmatiser un peuple” et d’expliquer que le terrorisme se combat avec la compréhension, et que le voile ne fait pas de morts contrairement à NOS frontières pas les siennes évidemment bref. Voilà rien à dire.

    • 5 Janvier 2017 à 22h12

      hmr dit

      Difficile, vu de loin, d’éprouver de la solidarité envers tous ces pays d’Europe, France en particulier, dans leur tentative de résistance à l’envahissement islamique qui les menace à long terme, tant ils sont responsables de ce qui leur arrive, du pétrin dans lequel ils se sont mis, en se laissant littéralement envahir depuis des décennies, par un flux migratoire dont on voit de plus en plus les effets secondaires néfastes pour leurs valeurs fondamentales. Tout ça, en grande partie, pour donner des leçons de grandeur d’âme au reste de la planète.

      • 5 Janvier 2017 à 22h53

        Mitidja dit

        Mais les politiques français responsables de ce suicide collectif depuis des décennies n’ont pas pris le pouvoir par la force, que je sache; ils ont été élus, ré-élus, réré-élus, etc…!!! L’électeur français, tel un joueur invétéré de casino persuadé qu’il détient une martingale capable de lui offrir le jack-pot, applique toujours le même schéma électoral, alors que son système le mène immanquablement à la ruine, sinon les maisons de jeux n’existeraient plus depuis longtemps….Et nous assisterons au même topo en 2017, où les voix patriotes seront à nouveau pompées par la “droite”, comme en 2012 et qui, comme en 2012, appliquera une politique sécuritaire de gauche, comme d’habitude! Cela, tout le monde le sait, et pourtant….

      • 5 Janvier 2017 à 23h02

        Bibi dit

        Un peu de compassion?

        • 6 Janvier 2017 à 3h23

          Livio del Quenale dit

          oui la démocratie voudrait que l’on respecte les urnes, des lors on sait d’où viennent ces politiques donneuses de leçons.